Chapitre 5 : Anneau de Glace et Boules de Feu

 

Edit : SerGe

 

 

Stella, moi, et la femme nous conduisant, nous étions tous en train de marcher à travers un long corridor. Mais celui-ci était différent des autres. Il avait une certaine impression d’accueil, avec de nombreuses chaises, et ce depuis notre départ après avoir rencontré la personne sans oreilles. Karot ne parlait et ne nous regardait pas beaucoup, elle se contentait de nous guider, mon pistolet pointé dans sa direction.

– Onii-chan … j’ai besoin de ….

Je regardai ma petite sœur et …. Oh…

– Est-ce que tu peux te retenir encore un peu, on est bientôt arrivés, juste un petit peu, ok ?

– Je… . Je vais essayer.

Et ainsi nous continuâmes à avancer. Je ne voulais pas chercher un endroit ou la laisser se soulager, car je souhaitais quitter cet endroit aussi tôt que possible.

– Nous y sommes.

Je la regardais pendant une seconde, et elle me rendit mon regard sans cligner des yeux. Je continuai pendant 5 secondes puis détournai le regard vers la soi-disant ‘’sortie’’. Il y avait un signe vert avec écrit ‘’sortie’’ dessus. La porte était en métal sans aucune petite fenêtre ou quoi que ce soit, c’était suspect.

Depuis que nous avions commencé à la suivre, je savais qu’elle ne nous mènerait pas à la sortie, mais autre part. Ça ne ressemblait absolument pas à une sortie… . Pourquoi est-ce que les gens me compliquaient autant la tâche ?

– Peux-tu ouvrir la porte s’il te plait ?

– Quoi ?

Je la fixai, je savais que je n’avais pas besoin de lui répéter. Il y avait toujours des escaliers pour monter, mais fouiller cet endroit n’était pas une bonne idée, et la raison pour laquelle je n’avais pas utilisé ses étranges pouvoirs était que je ne savais rien d’eux ni combien de temps j’allais les garder ni combien de fois je pouvais les utiliser.

– D’accord.

Elle passa à côté de moi et était sur le point d’ouvrir la porte, quand tout à coup …

*BANG !*

Un bruit sourd éclata depuis la porte, mais plus aucun bruit après ça. J’étais confus. Ne devrait-il pas y avoir un écho à travers le couloir ? Il était fait principalement de pierre et de métal, mais pourquoi était-ce si silencieux ? Je me le demandais.

Je regardai la porte, Karot était toujours en train de tenir la poignée, elle était comme une statue… est-ce que le temps s’était arrêté ?

J’étais sur le point de l’approcher, mais m’arrêta en voyant quelque chose devant moi, quelque chose de petit. Je regardai de plus près l’objet, il était arrêté en l’air et ressemblait à une petite boule …, une balle.

De ce que j’en conclus, le temps s’était arrêté quand la balle avait été tirée, mais je ne l’avais pas arrêté exprès, n’est-ce pas ?

Je regardai à nouveau la balle. J’avais tout un tas de questions, mais il me fallait d’abord sortir d’ici. Cet endroit était comme un labyrinthe, je pouvais y rester coincé pendant des heures avant de trouver la sortie, ou même pendant des jours. J’approchai ma main de la balle et la toucha. Je pouvais la déplacer, et quand je la lâchais, elle restait en l’air. Je décidai de retourner la balle et de redémarrer de temps.

– Start

La balle vola jusqu’au mur et s’y enfonça. Madame Karot me regarda, confuse et surprise. Je levai mon arme.

– Je dois y aller. Merci pour ton aide même si tu m’as mené dans un piège.

Je mis mon pistolet en automatique et enfonça un morceau de ferraille que j’avais trouvé sur la détente, il se mit à tirer aléatoirement. Il avait 35 balles. Je ne savais pas trop de quel genre de pistolet il s’agissait, mais je m’en fichais, je savais déjà à peu près m’en servir. Je jetai le pistolet tirant des balles tout seul. Je n’étais pas inquiet qu’il me touche, car au moment de le lancer, j’arrêtai le temps et regarda la porte devant moi d’où le tir venait. La porte était sur le point de s’ouvrir et le temps était arrêté, me permettant de l’ouvrir en entier. Je ne comprenais pas vraiment cette capacité ou pouvoir, mais je l’acceptais volontiers.

J’attrapai Stella et ouvris la porte en métal. Je vis à l’intérieur un homme armé d’un fusil d’assaut, faisant un geste pour ouvrir la porte, mais je l’avais déjà fait donc sa position était assez bizarre. Dans la salle, je ne trouvai pas de sortie, mais des armes… je regardai autour de moi et trouvai de l’argent et des drogues que j’avais conçues. Étonnamment, les drogues que je faisais étaient transportées ici et stockées. Je pris 2 sacs remplis d’argent… . Qui sait quand j’en aurais besoin, autant prendre des précautions. Je quittai la pièce avec Stella. Il n’y avait toujours pas de sortie en vue, mais… les escaliers continuaient à monter.

Et donc je commençai à monter les escaliers, espérant trouver une sortie. Le bâtiment en entier était comme un immense labyrinthe constitué de pièces et longs couloirs sans fenêtres. Cela ne faisait que me rendre plus curieux sur d’où l’air venait et quelle taille faisait cette structure.

 

Cela faisait probablement 2 heures que je marchais. Le truc à propos des escaliers ascendants est qu’il fallait les monter avant de trouver d’autres escaliers d’un autre côté du bâtiment. Quand je suivais madame Karot , elle me menait toujours aux escaliers montants. Je n’avais pour l’instant trouvé que 4 d’entre eux, chacun me prenant beaucoup de temps. Quand j’avais grimpé les 4 escaliers, j’étais bloqué , il n’y avait pas l’air d’y avoir d’autres escaliers ici, ou bien je cherchais au mauvais endroit.

– Ahh… putain.

Je me plaignais silencieusement, et regardai une fois de plus autour de moi. Pendant mes recherches, j’avais fait une carte sur du papier trouvé dans une des pièces. Il était écrit dessus ou j’étais et les endroits déjà visités. J’avais vérifié tous les chemins que je pouvais trouver, mais sans succès. Une autre chose à propos de cet étage était qu’il n’y avait ici qu’une seule personne et 8 pièces, dont une chambre à coucher, une salle de bain, une librairie, un bureau dans lequel se trouvait la personne, et 4 autres pièces qui avaient l’air d’être des salons ou des chambres d’ami je crois.

– Huh

Je regardai la personne qui semblait vivre à cet étage. Il était assis sur une chaise, cherchant des documents. Je ne parvenais pas à voir son visage, il portait une robe rouge à capuche, mise alors qu’il se trouvait à l’intérieur d’un bâtiment. Sa robe était décorée de nombreux ornements tels que des épées, des serpents et tout un tas d’autres formes. Sur sa hanche, une chaine était attachée à un livre fait de cuir, avec des bords en métal et des marques étranges dessus.

– Ça ne sert à rien de me tenir là, j’ai besoin d’aide…

Je me concentrai à nouveau et redémarra le temps.

– ?!

L’homme, soudain, s’arrêta de chercher dans ses documents, mais ne les lâcha pas et leva seulement la tête pour me regarder. Je me tenais devant son bureau, le regardant. Bien sûr j’aurais pu retirer sa capuche et regarder son visage, mais je n’en avais pas vraiment besoin.

– Comment es-tu entré ici ?

Demanda-t-il.

J’étais surpris qu’il ne me demande pas qui j’étais. Sa question était assez dure à comprendre d’ailleurs.

– J’ai utilisé les escaliers et je suis entré.

– Tu mens.

– Non, je ne mens pas.

Le réfutai-je. Il était calme et sa voix avait une tonalité glaçante. Je pouvais voir qu’une partie de son visage était gris, il devait être assez vieux.

– …

Il continua à me fixer pendant une minute. Je ne bougeais pas non plus ni n’arrêtait le temps. Stella se tenait derrière moi, les bras autour de ma taille. Ses yeux ne quittèrent pas les miens pendant cette minute. Puis il interrompit le silence.

– D’où viens-tu ?

Je réfléchis à sa question et pensa que mentir maintenant ne m’aiderait pas  et ne me révélerait pas ce que je voulais savoir. Mais ce n’était pas comme s’il était impossible pour moi de sortir d’ici.

– Du sous-sol. Je cherche une sortie. Pouvez-vous me dire où elle se trouve ?

Il ne répondit pas pendant un instant, puis …

– Pourquoi est-ce que tes yeux sont dorés ?

– Une minute, je vous demande…

(Le temps s’arrêta)

Je regardai autour de moi. Cela faisait 10 secondes que le temps s’était arrêté. Le vieil homme se tenait debout, les paumes pointées dans ma direction, et quelque chose comme un demi-anneau de glace était sur le point de frapper ma gorge. J’inspectai l’espace dans lequel il s’était arrêté de bouger dans ma direction. La balle qui s’était arrêtée était exactement pareille, alors j’en déduisis que dès que quelque chose de dangereux était sur le point de m’arriver, le temps s’arrêtait et je pouvais le changer. Apparemment, je n’avais pas besoin d’en être conscient pour contrôler ce pouvoir. Je réservai ce sujet pour plus tard, attrapai le demi-anneau de glace, avant de le placer près de la gorge du vieil homme. Je reculai là où je me tenais avant et redémarra à nouveau le temps.

– Guhhh !

Une fois que le temps reprit, l’anneau se connecta à la gorge de l’homme et le projeta contre le mur, ou il fut bloqué, tentant de se délivrer. Après quelques minutes, il arrêta de se débattre et retira l’anneau en pointant son doigt et le faisant fondre. Je me demandais ce que c’était. Il s’agissait clairement de glace quand je l’avais touché, et le voir fondre le prouvait, mais comment était-ce arrivé là ?

– Je dois avouer, gamin, que tu connais des tours plutôt surprenants. Tu as utilisé mon propre sort contre moi, et en plus tes réflexes sont excellents, je ne t’ai même pas vu bouger.

Évidemment qu’il ne m’avait pas vu bouger, étant donné que je ne l’avais pas fait, mais je n’allais pas lui dire ça.

– Où est la sortie vieil homme ?

Il me fixa à nouveau, puis regarda ma sœur, mais ne lui dit rien et à la place.

– Ok garçon, voici ma proposition…

– Attends, attends…

Je l’interrompis, il n’avait clairement pas l’air d’apprécier.

– Qu’y a-t-il ?

– Je veux sortir d’ici, pas faire un marché.

Il me regarda pensant pendant un instant, tenant son menton, et dit.

– Dans ce cas, c’est facile, tu dois me vaincre et je te laisserais partir !

Puis il commença à tirer des boules de feu vers moi. Ça avait pris une drôle de tournure, même si ce n’était pas ce que je voulais.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 5

  • Avatar
    13 août 2016 à 15 h 55 min
    Permalien

    Un manieur de feu contre quelqu’un qui contrôle le temps … Je vous laisse une seconde pour deviner le resultat XD

    Répondre
  • Avatar
    27 mars 2017 à 19 h 01 min
    Permalien

    Bah si il se débrouille asse bien il peut gagné celui qui contrôle le temps.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :