Chapitre 49 : Gratitude de la Part de l’Ange de la Mort

 

– Vous voulez que je trouve votre fille ?

Demandai-je, confus …

Ne pouvait-il pas le faire lui-même ? Nous avions parlé du marché qu’il souhaitait passer avec moi, et apparemment il souhaitait que je trouve quelqu’un, ce quelqu’un étant sa fille. En échange, il me ressusciterait dans mon corps originel et soignerait toutes mes blessures. Il n’y avait pas de temps limite, sauf si elle mourait, auquel cas le marché serait rompu.

Il se mît à rire et pointa du doigt la montre de poche dorée que je tenais dans ma main.

– Cet objet est comme une clé vers ce domaine. Vois-tu le bouton en haut ?

J’hochai la tête, ayant vu une sorte de bouton sur le haut de la montre.

– Tu dois donner cet objet à ma fille, et celle-ci doit appuyer sur ce bouton. Si une autre personne appuie sur ce bouton, rien ne se passera, sauf si cet individu est lui aussi un dieu bien sûr.

C’était un peu plus rassurant.

– Comment suis-je censé trouver votre fille ?

Il grimaça et répondit,

– C’est bien là le problème. C’est la raison pour laquelle je veux passer ce marché avec toi : je ne sais pas où elle se trouve, je sais juste qu’elle vit près de chez toi.

Je m’arrêtai pendant un instant et le regardai.

– Attends ! Dans ce cas comment suis-je censé …

– Et bien, le seul indice que je peux te donner est qu’elle a des cheveux blancs, et des yeux dorés comme les miens. Cela ne devrait pas être trop dur à trouver non ?

Il avait raison, et de ce que j’avais appris, sa fille avait entre 8 et 10 ans, alors la trouver ne devrait pas me prendre trop de temps …

Nous nous trouvions actuellement dans un large hall au milieu duquel se trouvait un autre trône. Chronos s’assît dessus et me regarda, s’attendant à ce que je prenne la parole, mais il me restait de nombreuses questions et approximations sur la recherche.

– Ne pouvez-vous pas m’en dire plus ?

Il secoua la tête et répondit,

– Je ne l’ai jamais rencontrée de toute ma vie, et crois moi, j’ai vécu depuis tant d’années que j’ai depuis bien longtemps arrêté de compter. J’ai appris d’un subordonné de confiance qu’elle vivait à Los Angeles, mais je ne sais pas où précisément.

Sur ce sujet, il n’avait pas l’air d’être l’un des dieux les plus riches.

Il sourit tout à coup et commença à rire.

– HAHA, crois-moi, quand il est question de connaissances, même Prometheus doit faire chauffer ses méninges pour m’égaler. N’oublie pas que je suis l’un des plus vieux dieux vivants de cet âge, si je savais quoi que ce soit, je ne te demanderais pas ton aide.

C’était vrai, mais en même temps …

– Pourquoi moi ? Vous auriez pu choisir un chasseur de trésor professionnel, un politicien ou quelqu’un de bien plus expérimenté que moi. Alors pourquoi me choisir ?

Il laissa échapper un léger sourire et dit,

– J’aimerais dire que je suis un dieu raisonnable, mais la plupart de mes décisions viennent de mon instinct.

Instinct ? Etait-ce vraiment fiable ?

– Haha ! Tu es vraiment intéressant tu sais ? Mais par-dessus tout, je t’ai choisi par commodité, et parce que tu possédais cette capacité.

– Ma capacité ? Vous voulez dire, contrôler le temps ?

– Oui, c’est …

Alors qu’il était sur le point de finir sa phrase, il s’arrêta et fixa mon torse, confus. Je fis de même, et remarquai que mon corps s’estompait en fumée.

Il avait l’air ennuyé, et expliqua,

– On dirait que notre temps prend fin, il est temps pour toi de revenir parmi les vivants. La Mort a probablement remarqué ta présence, mais ne t’inquiètes pas, il ne te fera rien, et tu ne le verras même pas. Il vient probablement pour se plaindre … Huh ! Je déteste quand il fait ça !

– Attends ! J’ai une autre question ! Ai-je un lien avec vous, les dieux ? M’avez-vous donné cette capacité ? Répondez s’il-vous-plait !

Je parlai rapidement en le regardant droit dans les yeux. A nouveau, il plissa les yeux en me regardant. Il avait l’air confus, et incertain. Même en tant que dieu, il possédait ce genre de sentiments huh ? Où bien me montrait-il ce qu’il voulait que je voie ?

 Il se leva de son trône et marcha vers moi. Sceptre en main, il répondit,

– Non, tu n’es pas un dieu, je peux le sentir. Et non, je ne t’ai pas non plus donné cette capacité. Je ne sais vraiment rien de toi. En tant que dieu, je peux facilement voir la vie de n’importe quel mortel, mais …

Il s’arrêta un instant, tandis que mon corps disparaissait à toute vitesse. Même mon visage était sur le point de disparaitre.

– Quand je te regarde, c’est comme si je regarde dans un trou noir, vide et profond. Je ne peux rien y trouver, et je ne peux l’arrêter.

Et avec ces mots, tout devint sombre. Mais à la seconde suivante, une nouvelle voix retentit dans mes oreilles …

– Son … son pouls revient !

 

– Point de Vue de Chronos –

Je regardai ses yeux tandis qu’il disparaissait, reprenant son enveloppe mortelle. Je ressentis à cet instant que la Mort était fou de rage, et venait pour se plaindre. J’étais un dieu, mais pas tout-puissant, je devais suivre les règles de l’univers, et transporter les âmes n’en faisaient pas parties, il s’agissait des règles de la mort.

Je me mis à marcher vers mon trône. Je prévoyais d’attendre … attendre avant de pouvoir enfin voir a précieuse fille pour la première fois, étant donné que j’étais sûr de son succès …

– Après tout, même moi je ne peux pas voir ce qu’il est ou ce qu’il fait !

Murmurai-je. J’étais légèrement inquiet par cet être tout sauf naturel. J’étais sûr à 100% qu’il était mortel, il n’y avait pas de doute là-dessus, mais ce qui m’inquiétait était le fait que je ne pouvais pas voir à travers son existence, je ne pouvais pas voir son futur …

– Et je suis censé être le dieu du temps ? HA, NE TE MOQUE PAS DE MOI, UNIVERS ! SI TU VEUX ME REMPLACER, FAIS-LE D’UNE FACON MOINS EVIDENTE !

Criais-je au ciel, à personne en particulier. Je n’avais pas peur de la Mort, haha ! Je le connaissais même, car je sortais de temps en temps avec lui pour boire un verre ou deux. Mais la mort en soi n’était qu’une illusion, elle n’était pas réelle, personne ne mourait vraiment où voyait son existence effacée. Quelque chose comme ça était impossible, car allant à l’encontre des lois de l’univers. Je pouvais aussi voir que le garçon n’était absolument pas intéressé par l’idée de devenir un dieu, et même si je lui faisais quelque chose, cela ne m’amènerait à rien. Quelque chose d’aussi inconnu que lui était meilleur laissé seul.

D’un revers de la main, j’ouvris une fenêtre devant moi, me montrant le combat entre Vardath et Dawn. Elle me montra comment il avait utilisé sa capacité, et enfin sa victoire et défaite. Il ne comprenait pas entièrement sa capacité, mais grandissait à toute vitesse.

– Soupir*

Je commençai à me remémorer l’instant où j’avais moi-même acquis cette capacité, et comment j’étais devenu le dieu du temps Chrono, connu de tout le monde. Haha ! Quelle ironie ! Je n’étais qu’un enfant esclave travaillant pour un gros noble, m’occupant tous les jours de ses chevaux, mais un jour, j’avais réalisé que je pouvais ralentir le temps pendant 3 à 6 secondes. A l’époque, le contrecoup était énorme, me donnant l’impression que ma tête allait exploser. A 38 ans, j’avais enfin réussi à conquérir la ville toute entière, affirmant mon règne sur celle-ci pendant de nombreuses années. Mon pouvoir avait lui aussi augmenté avec l
e temps, m’octroyant toujours plus de victoires. A cette époque, j’étais appelé le Guerrier Intemporel, tuant es ennemis en une fraction de seconde. Mais comparé à ce garçon, je n’étais rien en termes de contrôle sur ce pouvoir.

Je n’arrivais maintenant à utiliser ce pouvoir que grâce à l’aura divine obtenue lors de mon ascension au rang de dieu, et même aujourd’hui, je me rappelais des conséquences arrivant avec un tel pouvoir … Sa mort n’était pas surprenante pour moi, ce qui me surprenait était le fait qu’il avait pu utiliser la Fausse Prophétie sans devenir fou ou détruire on corps en milliers de morceaux.

Je touchai mon œil gauche, sentant le cuir doux sur ma peau, me rappelant le jour où j’avais utilisé pour la première fois la Fausse Prophétie. A l’époque, j’en étais ressorti avec de lourdes blessures, à moitié fou et un œil en moins, mais au final, j’avais survécu …

Tandis que je repensais au passé, un portail noir s’ouvrit à côté de moi. Je m’attendais à ce qu’un squelette en robe noire portant une large faux dans sa main arrive, mais à la place, il s’agissait d’une fille avec de longs cheveux noirs et portant une robe une-pièce. Elle avait des yeux violets et me regardait avec indifférence. Son aura était constituée de pure mort et agonie. Elle était quelqu’un que je connaissais très bien, ainsi que la professeure de la Mort … Est-ce que ce mec m’a dénoncé ?

– Ca faisait longtemps, Nyx !

Elle ne répondit pas et se contenta de flotter vers moi.

– En fait, je m’appelle maintenant Livi, alors évite de m’appeler comme ça à nouveau.

Elle afficha sur son beau visage un sourire vicieux. Je ne tournai pas la tête, mais ne la regardai pas non plus droit dans les yeux. De tous les dieux, elle était la femme la plus dangereuse et la plus difficile à gérer, agissant comme la représentation de la Mort elle-même. Elle nous avait montré, à nous, les dieux inférieurs de l’époque, de nombreux exemples de sa puissance. Mais maintenant, elle et moi nous étions sur un pied d’égalité et pourtant … elle me faisait toujours aussi peur.

– Que veux-tu ?

– Je suis venue te remercier.

J’étais abasourdi … mais n’osa pas lui demander pourquoi.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

4 pensées sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 49

  • 5 mai 2016 à 15 h 09 min
    Permalink

    aaaaa vivement la suite
    merci 🙂

    Répondre
  • 13 août 2016 à 22 h 33 min
    Permalink

    Wtf le mec a rencontrer nyx ???? Mais qu’est qu’il a fait avant le début de l’histoire !????

    Répondre
  • 28 mars 2017 à 21 h 24 min
    Permalink

    Pourquoi pas l’appelé Núx ou Nox sa passe mieux selon moi après….

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :