Chapitre 46 : Combattez !

 

Nous ne continuâmes pas la conversation, et nous contentions de nous tenir sur place, je pouvais sentir Cecilia devenir très froide à mon égard ; l’air autour d’elle devint glacial. Ses questions et changements d’attitude soudaines n’étaient pas des choses auxquelles j’étais habitué, mais j’étais sûr que tout allait s’arranger … enfin j’espérais.

Les professeurs à droite discutaient de quelque chose avec la directrice. Ils eurent l’air d’avoir pris une décision, été tout à coup, la directrice se leva de son siège. Tout le monde se tut en la voyant.

– Bienvenue, compétiteurs ! Comme vous le savez, lorsque vous vous êtes combattu l’année dernière, j’ai du (murmure : à cause des complaintes du public) vous interdire de vous battre en duel pendant toute une année. Je ne mentionnerais pas ces complaintes, et je vais directement entrer dans le vif du sujet.

Elle s’éclaircit la gorge.

– Si vous ne me connaissez pas, je m’appelle Alexa Sylva. Je suis la directrice de l’académie, et une mage de tiers 9.

Sylva ? Avait-elle un lien de parenté avec Loren ? Etait-elle sa grande sœur ?

– La raison pour laquelle ce duel a été approuvé aujourd’hui, est que les règles des duels ne concernent pas que les 2 personnes en question. Nous appelons aussi ça un match, du moment que les 2 participants ont un rapport avec les duellistes ; et étant donné qu’ils sont ici leurs intendants, ils sont tout à fait en mesure de représenter leurs maitres respectifs. Si vous n’êtes pas familiers avec le terme de duel, je vais vous expliquer les règles : un élève peut combattre en duel quelqu’un avec un meilleur record ou un record égal.

– Le but du duel est d’obtenir plus de points, représentant votre classement annuel. Le classement vous donne du prestige, en fonction de votre place dans celui-ci : vous obtenez aussi certains exploits en réalisant certaines choses tout au long de votre année scolaire, ces exploits peuvent vous aider à l’avenir. Les règles pour ces genres de combats sont que les participants se battent dans la barrière érigée à ce but, et qui annule tout les dommages physiques pour les convertir en fatigue mentale. Cela veut dire que si vous perdez connaissance, vous perdez. Vous pouvez aussi abandonner si vous le souhaitez, et le combat dure 30 minutes. Si les 30 minutes sont passées et qu’aucun des deux combattants n’est tombé, nous, les juges, déterminerons qui est la personne la plus compétente, qui possède les meilleures techniques, et qui aurait été le plus apte à gagner. Nous serons aussi influencés par la réaction des spectateurs. Alors, sans plus attendre, commençons ! Le match commence dans 30 secondes !

La dernière partie était très énergique et joyeuse comparé à son âge … Je ne devrais probablement pas lui dire ça … Elle me regarde même sans que je sache pourquoi …. Elle fait peur !

Je soupirai. Les règles étaient maintenant claires, mais le fait que les dégâts physiques étaient transformés en fatigue mentale n’allait vraiment pas jouer en ma faveur. Mais bon, c’était mieux que d’être blessé.

Le compte à rebours avançait. Cecilia et moi nous nous tenions là, attendant que le match commence. Je regardai en direction de Loren ; son servant et elle discutaient de quelque chose, et même si mon ouïe était surdéveloppée, pour une raison que je ne connaissais pas je ne pouvais pas les entendre. Je n’avais toujours aucune idée de ce que ce garçon pouvait faire. Il devait déjà y avoir une raison pour laquelle il s’était fait engager ; si ce que je présumais était correct, Loren était une personne très importante, étant donné que sa grande sœur était la directrice des lieux …

*DING !*

Le son d’une cloche se fit entendre. Parce que j’étais perdu dans mes pensées, je ne m’en étais même pas rendu compte. Cecilia me donna même un petit coup de coude en me poussant. Cela fit rire les spectateurs, et embarrassa Cecilia.

Le servant commença à s’avancer, mais tandis que j’allais faire de même, quelqu’un attrapa ma veste par derrière, alors je me tournai … Il s’agissait de Cecilia.

– Bonne chance et … je suis désolé d’avoir décidé de tout ça aussi vite et sans te demander ton avis …

Je la regardai. Elle avait l’air triste, mis s’était aussi calmée. Moi aussi je pensais avoir été un peu trop violent avec elle, mais il était trop tard pour regretter.

Je me retournai vers le servant ; il n’avait toujours pas la moindre expression sur son visage. C’était comme si il ne me considérait même pas comme un ennemi digne, mais en même temps, je pouvais voir une flamme apparaitre au fond de ses yeux.

– Ne t’inquiètes pas trop pour ça, n’avais-tu pas dit que tu nous montrerais à moi et à Stella le centre commercial ?

En disant cela, je ne me retournai même pas, mais je pus toutefois sentir sa surprise. Elle hocha la tête et lâcha ma veste.

Je commençai à marcher vers mon adversaire ; pour je ne sais quelle raison, son regard faisait bouillir mon sang.

 

Le garçon et moi, nous étions maintenant à 10 mètres l’un de l’autre, Loren et Cecilia se dirigèrent vers les juges, et s’essayèrent à leurs côtés. Loren avait l’air heureuse, et discutait avec sa sœur, tandis que Cecilia avait l’air tendue.

A notre gauche se tenait un homme avec un grand drapeau blanc, il lança un compte à rebours.

– 5 !

– Alors, pourquoi as-tu été engagé ?

Le garçon se mît à me parler … je ne m’y attendais pas ! Toutefois, son visage restait vide.

– 4 !

– Je suis surpris de voir que tu sais parler ! Pourquoi ne me l’as-tu pas demandé lors de notre première rencontre ?

Il fit un léger sourire et répondit,

– Tu sais, j’ai vécu toute ma vie dans la maison Sylva, et je suis sûr d’une chose : le tempérament de madame ne cessera jamais e me surprendre.

– 3 !

Honnêtement, il avait l’air plutôt sympathique.

– J’ai une question : n’aurais-tu pas pu essayer de refuser ce match ? Je peux voir que tu n’es même pas un magicien.

– 2 !

Il fit un large sourire inquiétant. Quelque chose n’allait pas. Ses dents n’étaient pas come celles d’un humain, mais ressemblaient plus à des crocs … Il n’était pas humain !

– 1 !

– Comme je l’ai dit au début, il existe des raisons pour lesquelles des personnes comme nous sont engagées. D’ailleurs, je m’appelle Vardath.

– COMMENCEZ !

Le juge abaissa son drapeau blanc et le combat commença. Je regardai mon adversaire : je voulais arrêter le temps directement, mais à l’instant où j’allais le faire, ses yeux passèrent du marron au rouge sang, et un désir de meurtre emplit l’air. Il était si intense et soudain, qu’il me fit trembler et m’empêcha d’arrêter le temps. J’observai Vardath qui commençait à se transformer : ses yeux étaient devenus rouge sang, et je pouvais que le sol sous ses pieds commençait à se craqueler. La veste de majordome et la chemise blanche qu’il portait se déchirèrent. De ses épaules jusqu’à ses mains, des écailles rouges commencèrent à apparaitre sur ses bras, et ses mains s’allongèrent, surtout ses doigts, sur lesquels poussèrent des griffes noires et acérées …

Il était … un Dragon !

Il rugît tout à coup, un cri inhumain qui fit trembler l’air tout autour de nous. Je pouvais voir des particules d’énergies se former, rien qu’au son de sa voix.

Je jetai un coup d’œil en direction des juges. Loren souriait ravie tandis que Cecilia avait l’air d’essayer de mettre fin à ce combat. Elle parlait en hâte à la directrice : la terreur était visible dans ses yeux, mais ce n’éta
it pas le cas de la directrice. Elle me regarda dans les yeux et pointa du doigt mon adversaire.

– Hey ! Je suis juste là ! Si tu ne fais pas attention, tu risques de perdre ta tête !

Il sauta de sa position et bondit vers moi. J’avais du mal à le suivre du regard, et ralentit le temps.

– … !?

En ralentissant le temps, je fus surpris de découvrir que sa vitesse était devenue comparable à celle d’un paresseux. S’étant jeté sur moi, il gravitait lentement vers moi à la vitesse de 1 mètres toutes les 4 secondes.

Je me mis à marcher tranquillement vers lui, jusqu’à me trouver juste devant lui. De plus près, ses écailles étaient rouges sombres, et noires sur les bords, ses yeux étaient rouge sang, et le blanc de ses yeux était devenu noir.

Je me préparai et visai son ventre.

– Désolé, rien de personnel.

Je commençai à le frapper à de multiples reprises au même endroit, pour un total de 50 coups. Cela devrait suffire pour le moment.

Son expression ne changea pas. Une fois mon affaire terminée, je me remis à ma place originelle, et remis le temps en marche.

Le temps reprenant son cours, je pus à nouveau entendre les encouragements et cris des spectateurs. Je pouvais aussi voir Vardath sur le point de m’atteindre, mais sans la moindre inquiétude, je le regardai.

*BOUM !*

Une explosion sourde apparut juste devant moi. Vardath fut envoyé en arrière, et de la poussière se mît à tourbillonner autour du terrain. La force soudaine le projeta à 10 mètres de moi.

Tout le monde se tut en voyant cela. Vardath s’était fait projeter loin de moi, mais je me tenais toujours au même endroit, ne faisant rien de plus que regarder.

– …

La plupart des spectateurs avaient la bouche grande ouverte.

– …. Que s’est-il passé, a-t-il utilisé un sort ?

– Non, je ne pense pas. Si c’était le cas, il aurait bougé. Je l’ai fixé tout du long, et il n’a pas bougé d’un centimètre …

– Impossible !

Les juges étaient eux aussi bouche bée, ne comprenant rien de ce qui s’était passé. L’un des juges reprit son sang froid et se tourna vers la directrice.

– Je pense qu’il est …

– Non, il ne l’est pas. Regarde.

Elle avait raison, Vardath bougeait encore.

– HAHAHA ! C’était une superbe attaque, je ne l’ai même pas vu venir !

Certains des mages aux côtés des juges utilisèrent des sorts de vent pour retirer le rideau de poussière, et il se tenait là : Vardath, ses vêtements en lambeaux et déchirés de partout ; il avait aussi de la terre partout sur ses habits, mais pas la moindre blessure n’était visible.

– Je m’attendais à ce que tu … ugh …

Quoi ? Ma tête me faisait atrocement mal tout à coup, et je commençai à perdre connaissance par à-coups. Que se passait-il ?!

Je regardai à nouveau Vardath. Je l’avais frappé dans le rein. Les vêtements à l’endroit d’impact avaient disparus, mais en regardant attentivement … Oui, il possédait des écailles sur l’ensemble de son corps ! … Etait-ce la raison pour laquelle il avait pu résister à ce coup ?

Il commença lentement à marcher vers moi. Je tombai un genou au sol. Les coups que je lui avais donnés ne l’avaient probablement pas blessé, et ne l’avaient que repoussé. Ses écailles le protégeaient, et c’était comme si j’avais frappé un mur, me blessant moi-même au passage. Cela expliquait beaucoup de choses ! Je comprenais maintenant pourquoi les dragons inspiraient tant la peur : ils étaient presque invincibles …

– Tu ne pensais quand même pas que la combat allait se terminer aussi rapidement n’est-ce pas ?Tu ne t’es même pas présenté, et je ne peux même pas voir ton visage derrière ce masque.

Mon échec avait l’air de l’amuser, mais il allait très vite déchanter.

– Mon nom ? C’est Dawn, heureux de te rencontrer !

Je ralentis le temps et me relevai, m’approchant de lui à nouveau. Si frapper son corps ne marchait pas, qu’en était-il de ses yeux ?

Je commençai à le frapper à la tête plus de 60 fois, lui donnant coup après coup.

Une fois terminé, je me remis en place et redémarrai le temps.

*BOOM !*

Parce que je ne l’avais frappé que dans les yeux, une espèce de force concentrée se créa , causant une petite explosion bien plus puissante qu’avant, qui le projeta à nouveau en arrière.

– WOW ! Celui-là faisait vraiment mal, mais …

Je respirais ave difficulté, car la fatigue due à mes mouvements commençait à s’empiler. Je pouvais voir que son crâne était aussi protégé que son corps, même s’il n’en avait pas l’air.

– Ce n’est pas assez …

Je le regardai, lui et son visage suffisant … ce fils de pute ! A cette allure, j’allais m’évanouir, car j’utilisais beaucoup trop d’énergie pour l’attaquer … La faiblesse de cette capacité se faisait vraiment évidente face à un tel ennemi, car au final, cette capacité dépendait de ma propre force ainsi que de ma créativité. Ce n’était pas comme si je pouvais détruire un tank à mains nues en arrêtant le temps ou le ralentissant … Il me fallait une solution pour mettre fin à ce combat le plus rapidement possible.

Tandis que je faisais tout mon possible pour trouver une solution, il commença à se diriger vers moi.

– Alors, Dawn ? Tu commences à manquer de temps, n’est-ce pas ?

Sa blague involontaire me fit rire.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 46

  • Avatar
    26 avril 2016 à 15 h 45 min
    Permalien

    vivement la suite 🙂 merci

    Répondre
  • Avatar
    13 août 2016 à 20 h 54 min
    Permalien

    Se qu’il a reçu de sera , la poigne d’épée , on se doute tous qu’il va l’utiliser X)

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :