Chapitre 41 : Un Duel pour un Secret

 

Nous arrivâmes dans les temps, amenant Stella à sa salle de classe avec 15 minutes d’avance. Stella nous fît au revoir de la main. Cecilia et moi commençâmes à nous diriger vers sa salle de classe ; sur le chemin, dans les escaliers, elle me demanda,

– Alors, comptes-tu me révéler un jour tes secrets ?

La question soudaine me surprit un peu, mais je repris mes esprits aussitôt et demanda,

– Comme quoi ?

Autour de nous, quelques étudiants vaquaient à leurs occupations, certains parlant à leurs amis, certains perdus dans leurs pensées et d’autres ayant remarqué notre présence et nous regardant.

Cecilia fit un sourire amer et dit,

– Comme d’où viens-tu ? Quand je demande à Stella, elle évite à chaque fois ce sujet. Et tu n’es pas mieux.

– Il y a de nombreuses choses que je ne révèle pas aux autres. Tout le monde à un squelette dans son placard qu’ils ne veulent pas voir révélé.

Affirmai-je cela avec un large sourire.

Cecilia eut l’air de ne pas très bien apprécier ma réponse, mais savait pertinemment qu’elle n’avait pas le droit d’enquêter sur ma vie. Alors qu’elle était sur le point de rétorquer, elle eut tout à coup l’air d’avoir un éclair de génie.

– Qu’en penses-tu : je te donne mon plus grand secret, et en échange tu me racontes l’un des tiens ?

Elle fit ensuite un sourire malicieux ; pouvait-elle avoir un secret équivalent au mien ?

Je n’avais pas vraiment peur de perdre quelque chose, mais certaines choses seraient très problématiques à expliquer … tel que d’où je viens et comment j’ai battu les 80 magus.

Parfois, il vaut mieux être ignorant pour vivre en paix. Si tu ne peux être ignorant, tu finis comme moi, tout le temps prudent ; même maintenant, j’inspectai les gens autour de moi, sachant très bien que la fille 6 pas devant moi utilise son miroir pour me regarder.

Je sortis mon masque de ma poche de poitrine et dit,

– Parfois, ne rien savoir peut être mieux que tout savoir tu sais.

En disant cela, je mis mon masque. Je pus entendre un léger soupir venant de la fille devant moi ; et elle commença à marcher un peu plus vite.

– Heeeh, ces mots ne te vont pas du tout !

S’exclama Cecilia, de mauvaise humeur. (Elle me traita aussi d’idiot discrètement. Et j’aurais très bien pu me passer d’entendre ça !)

Tandis que nous continuions à marcher vers sa salle de classe, je pus voir 2 individus attendant juste devant. L’un d’eux ‘avait l’air familier, mais je ne connaissais pas l’autre. Je donnai un petit coup de coude à Cecilia, l’’interrompant, puis pointai du doigt la magicienne en robe violette avec des cheveux blonds en forme de drilles.

– Eh …. Loren.

L’expression de Cecilia changea en une d’ennui, Loren remarqua notre approche elle aussi, en plaça son ‘’serviteur’’ devant nous.

J’inspectai le garçon pendant un instant ; il avait à peu près mon âge, avait des cheveux cours noirs, des yeux marrons et il n’avait pas la moindre expression sur le visage, où plutôt, il avait l’air de s’ennuyer devrais-je dire ? Il était habillé comme un majordome, mais un uniforme différent de celui porté par Steward ; il y avait des ornements en argent sur les ourlets, en forme de blason.

– Que veux-tu cette fois-ci ?

S’exclama Cecilia avec dédain. Je repensai à la dernière confrontation : il était évident que ces deux là ne s’aimaient pas pour je ne sais quelle raison …. Rivalité ? Dégoût ? Haine ? Non, ces deux là ne pouvaient juste pas se supporter. Le serviteur de Loren nous salua, toujours sans la moindre expression, et je fis de même en retour.

Loren plaça un faux sourire sur son visage, ignorant complètement ce que venait de dire Cecilia, avant de s’exclamer,

– N’est-ce pas évident ? Je suis là pour un duel …

– Loren, tu sais très bien que la directrice nous a interdit de nous battre en duel à cause du précédent incident. Alors c’est non !

L’incident précédent ? Cela me rendait légèrement curieux. Cecilia avait l’air d’en avoir vraiment assez d’elle.

– Et d’ailleurs, tu sais très bien que si la directrice ne nous avait pas interrompu, j’aurais gagné !

S’exclama Cecilia sur un ton moqueur.

Je pus voir le sourire de Loren flancher, mais cela n’avait pas l’air de la contrarier plus : son serviteur avait toujours l’air de s’ennuyer, tandis que les personnes autour de nous s’arrêtaient pour assister au spectacle se déroulant devant leurs yeux. Même les élèves d’autres classes vinrent pour regarder.

Loren s’éclaircit la gorge, et dit,

– Non, je ne suis pas là pour un duel entre moi et toi, je suis là pour un duel entre nos deux serviteurs !

Elle me pointa du doigt, attirant l’attention des spectateurs vers moi. Certaines des filles parvinrent même à me reconnaitre, m’appelant le ‘Prince aux Yeux d’Or’ …. Beurk ! Qu’est-ce que c’est que ce surnom bizarre ?!

– Il n’est pas un mage.

Objecta Cecilia, rendant clair le fait qu’elle ne comptait pas accepter. L’atmosphère parut aussi devenir plus …. Froide ?

– De ce que j’ai vu hier, il a utilisé une sorte de technique, alors je suppose qu’il peut combattre mon serviteur sans tomber à genoux dès la première seconde de combat … Où bien peut-être s’agit-il là de la limite de la famille Greenwood ?

Elle pointa ensuite le majordome à côté d’elle … Tu ne l’as même pas appelé par son titre ou nom ? Juste ‘serviteur’ ? Pauvre gars ! Enfin bon, ce n’est pas moi, alors on s’en fiche ! Cecilia commença à devenir rouge et s’énerver lorsque Loren insulta indirectement sa maison.

– Très bien, j’accepte.

Je me tournai vers elle, juste pour être sûr. Cecilia aussi me regarda, l’air de s’en vouloir pour sa décision immature me concernant.

Loren sourit et continua,

– Bien ! Aujourd’hui, après l’école, dans l’arène ! Ne sois pas en retard !

Et ainsi, Loren et son serviteur partirent. Je lançai un dernier regard en direction du garçon … Il n’avait pas l’air aussi simple que ça.

Je me tournai vers Cecilia, la confrontant mes deux bras croisés sur ma poitrine. En retour, elle baissa les yeux comme un petit animal apeuré. Merde ! Pourquoi les filles s’en sortent-elles toujours aussi bien ?!

Je soupirai.

Cela fit rire Cecilia, qui se dirigea ensuite vers sa salle de classe.

– N’oublie pas de venir peut-être qu’avec ça, je découvrirais l’un de tes secrets …

Elle pouvait avoir raison … ou pas.

Je descendis les escaliers. Je ne pensais pas vraiment au duel qui allait prendre place dans quelques heures ; je pensais plutôt à une certaine dragonne vivant dans une librairie.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 41

  • Avatar
    9 avril 2016 à 11 h 59 min
    Permalien

    Merci encore une fois pour toi le travail sur LN et les mangas, je ne le dit peut être pas souvent sur ce site (je m’en excuse) oui car je lis tout ici aussi 🙂 Donc Merci encore une fois pour tout ce boulot et vivement la suite (même si je sais que ça arrive vite ).

    Répondre
    • Avatar
      9 avril 2016 à 12 h 12 min
      Permalien

      Mais tu n’as pas à t’excuser, tes messages sont bien lus et appréciés 😉

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :