Chapitre 38 : Une Menace

 

Illeana et moi nous nous regardâmes un instant, tous les deux perplexes.

– Parlons-n une autre fois, d’accord ?

– Très bien.

Nous sortîmes en hâte de la pièce, descendîmes les escaliers et pénétrâmes dans le hall du club. La première chose que je vis était Leraje assis sur une chaise, ainsi que deux autres individus avec des ailes dans le dos. Les deux étaient des femmes, et haletaient, couchées sur le sol. De nombreux vampires ne comprenant pas la situation les encerclaient. Ils n’attaquaient pas, mais leurs griffes étaient sorties. Je me demandais pourquoi ils n’utilisaient pas d’armes à feu.

– Arrêtez tous ! Il est de notre côté !

– Mais c’est un démon !

Cria quelqu’un, mais Illeana le foudroya instantanément du regard, le faisant taire. Les gens n’avaient pas l’air d’avoir une bonne opinion des démons.

Je me dirigeai vers Leraje.

– Qui sont-elles ?

Dis-je en montrant les deux femmes, haletant vraiment très bruyamment. Leurs blessures n’étaient pas momifiées comme celles de Vladimir, mais des flèches étaient logées dans leurs jambes. Je pensais que les êtres surnaturels avaient de puissantes capacités de guérison ? Est-ce que des flèches normales pouvaient vraiment les blesser ?

– Des succubes. Mes flèches gangréneuses n’ont aucun effet sur leur race ; à la place, j’ai utilisé des flèches matérielles plongées dans un très puissant aphrodisiaque. Elles ne sont pas vraiment blessées … juste hors d’elles.

Je regardai les deux, et il était vrai qu’elles avaient l’air de prendre leur pied en rampant au sol.

– Tu as vraiment été clément avec elles ….

– Elles restent de mon espèce mon Seigneur, même si elles vous ont trahies.

Je l’examinai un instant. Je ne pensais pas qu’il avait la moindre pitié où le sang chaud si je puis dire. Concernant cela, moi et lui nous étions vraiment similaires.

– Bien, prends-les avec toi. Nous partons maintenant ! J’appellerais quelqu’un pour qu’il enquête sur l’affaire.

– Très bien.

 

Et ainsi, tout fut résolu. J’appelai Steward et lui racontai tout ce qui s’était passé : au départ, il fut vraiment surpris, mais il se calma vite et me félicita avec un « Bon travail », puis m’expliqua qu’il allait envoyer ici quelques personnes pour résoudre l’affaire. Je lui précisai que seul Vladimir était responsable pour l’attaque s’étant déroulée à Sutopia, et il me demanda si je pouvais le vérifier.

D’ailleurs, Illeana et le trio écoutaient ma conversation avec leur ouïe surdéveloppée. Ils essayaient de garder leur calme, mais je pus sentir Illeana se raidir tout à coup en entendant la dernière question de Steward. Je trouvais ça étrange …. Pourquoi me demanderait-il de vérifier ?

– Oui, c’est déjà fait ; j’ai enquêté, et elle n’avait pas l’air de mentir.

– Hmm, dans ce cas, je te crois. Mes hommes arriveront là-bas bientôt pour clore l’affaire. Bien joué ! Tu as évité un incident international à toi tout seul. Je monterais ton salaire de 500 dollars.

– Merci.

Je n’étais pas vraiment intéressé par l’argent, j’en avais déjà suffisamment, mais j’aimais juste travailler avec Steward. Il ne me demandait rien, ce qui me mettait à l’aise.

Je raccrochai et me dirigeai vers Illeana et le reste. Leraje lui marchait derrière moi, le dos droit, l’air très professionnel.

– Et bien, l’incident a été résolu. Merci de votre coopération Illeana.

– Ah, oui !

Pour je ne sais quelle raison, elle utilisa un faux accent russe pour me répondre. Je n’avais pas la moindre idée de pourquoi, mais je m’en fichais, étant donné que cela la rendait encore plus attirante.

– Avant que vous ne partiez, n’oubliez pas la faveur dont nous parlions plus tôt !

Chantage !

– Oui, j’y penserais. Tenez, mon numéro de téléphone.

Nous échangeâmes nos numéros de téléphone afin de rester en contact … Cette femme savait comment jouer ses cartes ! Des informations que j’avais rassemblées, les démons n’étaient une bonne chose à avoir à ses côtés ; ils étaient connus pour leurs affaires louches et leurs mauvaises actions. Si Steward découvrait que j’avais un démon comme servant, il risquerait de me poser des questions ou penser que je suis moi-même un démon.

… Des pas de fourmis. Tout repose sur des pas de fourmis.

– Alissa, viens ici !

La petite fille d’Illeana, Alissa, fut confuse pendant un instant, et se mît à marcher lentement dans notre direction. Elle avait le visage très gêné, essayant de sourire, mais le résultat était plutôt horrifiant. Je n’allais pas mentir : elle pouvait gagner un oscar dans un film d’horreur avec un tel sourire ; même Leraje se raidit derrière moi, ses mains entrant légèrement en action … peut-être pour invoquer son arc ?

– Bonjour.

S’exclama-t-elle.

Sa voix était angélique, et ses longs cheveux noirs étaient les mêmes que ceux de sa mère. Si je ne savais pas qu’Illeana était la grand-mère d’Alissa, j’aurais pu jurer qu’elles étaient sœurs … Ce sont bien des vampires !

Je lui montrai ma main.

– Heureux de te rencontrer Alissa ! Je m’appelle Dawn Timer.

Elle me serra la main un instant et … Mes yeux s’ouvrirent grand, cette fille avait un pouls normal ! Mais je savais toutefois qu’elle était une vampire, car son flux sanguin restait lui totalement anormal.

– Mon nom est Alissa Alkaeva.

Elle essayait de sourire, je devais avouer moi aussi que rencontrer une personne pour une raison politique n’était pas vraiment la meilleure façon de faire la connaissance de quelqu’un.

Sa grand-mère claqua dans ses mains, souriante.

– Maintenant que j’y pense, vous ne m’avez jamais dit votre âge …

Je fis un sourire amer.

– J’ai 15 ans.

Illeana ouvrit grand les yeux pendant une seconde, mais repris vite ses esprits. Je pouvais aussi voir Alissa se raidir de surprise.

– Wow, as-tu travaillé pour la maison Greenwood toute ta vie ?

Je voulais lui répondre, mais l’alarme de mon téléphone se déclencha, me prévenant qu’il était 18h50.

– Désolé, je dois y aller.

Illeana se rendit compte de mon empressement et hocha la tête.

– Je vous appellerai en cas de besoin, Mr. Timer.

Dit-elle.

– Tu peux juste m’appeler Dawn, Alissa.

Je lui fis signe de la main et m’empressai de me diriger vers la sortie. Leraje me suivit.

 

– Leraje, je pars devant. Je suppose que tu sais où se trouve la maison.

– Attendez mon Seign … Enfin je veux dire, Dawn !

– Quoi ?

J’étais pressé, mais il avait l’air d’avoir quelque chose d’important à me dire.

– Cette fille, je viens de le remarquer mais … Elle est une vampire de pur sang !

Pur sang ?

– Leraje, je ne veux pas être rude ou quoi que ce soit, mais je n’ai absolument aucune idée de ce que tu racontes …. Attends, c’est pour ça que tu t’es préparé à attaquer lorsqu’elle s’est approchée de nous ?

– Oui, cette fille est extrêmement dangereuse. Elle est une pure sang ! De tels vampires se développent très rapidement, Dawn. Les rencontrer n’est pas toujours une bonne chose ; à mon époque, ces vampires étaient des seigneurs suprêmes, à cause du peu de cultivation dont ils ont besoin et de la destruction qu’ils peuvent causer.

Etait-ce la raison pour laquelle elle avait un pouls normal ? Son flux sanguin était assez bizarre, comme si spécifiant où le sang devait aller. Et sa peau n’était pas aussi froide que les vampires normaux …

Je regardai Leraje un instant.

– Et donc que veux-tu dire ?

Il devi
nt tout à coup très froid.

– Je devrais la tuer mon Seigneur.

Je me tournai à nouveau vers le club, et pensai à la façon dont Alissa avait l’air de s’ennuyer en lisant son magazine de mode.

Je passai à côté de Leraje.

– Mon Seigneur ?

– Nous nous en occuperons quand l’heure sera venue, mais pour l’instant …

Je m’arrêtai.

– Laisse-la profiter de son enfance.

Leraje revint à la normale et acquiesça.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 38

  • 13 août 2016 à 19 h 42 min
    Permalink

    Wow…la fin de se chapitre et belle

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :