Chapitre 28 : Dernier Pas

 

J’étais assis sur une chaise, dans un coin de la pièce, écoutant l’institutrice expliquant les bases de la théorie magique. J’observai Stella de temps à autre tout en écoutant la professeure. Stella avait l’air de s’en sortir, elle parlait joyeusement avec ses camarades de classes, peut-être des amies potentielles. Même moi j’étais content pour elle.

Une autre chose à noter était que lorsque la professeure demanda aux étudiants de sortir leurs livres, je réalisai que j’avais oublié de les donner à Stella. Alors j’appelai le grimoire sans prêter attention à mes environs et demanda à la professeure si je pouvais donner à Stella ses livres. Cela me valut plus d’un regard bizarre. Ce n’était que plus tard que je découvris que faire apparaitre quelque chose comme ça de nulle part n’était possible que pour un mage de tiers 6 ou plus. A ce moment-là, je pensais qu’étant donné que tout le monde utilisait la magie, je ne me ferais pas trop remarquer … Je m’étais trompé.

Je reçus de nombreuses informations utiles de l’institutrice sur les mages en général. Le terme ‘sorcier’ avait été prononcé plus d’une fois, et je pus lentement comprendre pourquoi ces personnes étaient aussi rares. Si ce qu’avait dit Steward était juste, Stella était l’une de ces sorcier avec un talent inné, lui permettant d’utiliser librement la magie.

– *DING DONG DING DONG*

Je me tournai vers la cloche qui venait juste de sonner, indiquant la fin de la première heure. Stella me regarda depuis sa place et me fit signe de la main. Elle avait l’air un peu gênée après avoir regardé ses camarades, n’étant pas sûre de quoi faire. Je la pointai du doigt puis ses amies. Elle hocha la tête souriante, et continua à discuter avec Chloe et Sally. Elle me raconterait tout ça plus tard.

– (Peut-être n’aurais-je pas besoin de lui tenir la main tout du long ?)

Pensai-je.

Je me levai et fis signe à Stella. Elle me remarqua et regarda dans ma direction ; je lui montrai l’heure sur mon smartphone. Elle acquiesça, me dit au revoir de la main, et continua à parler avec ses amies.

Je commençai à me diriger vers la sortie. Je m’étais déjà occupé de toutes les formalités et documents …. Maintenant il me restait à inspecter notre nouvelle maison ? En regardant mon smartphone, je vis qu’il était actuellement 14h05. Je devais aller chercher Stella et Cecilia à 17h00, mais Stella devait aller à ses cours supplémentaires de 17h00 à 19h00 : je devais aller la chercher en premier, puis Cecilia, et escorter Stella jusqu’à la salle de classe de Mme Kimbridge puis emmener Cecilia chez elle, enfin non, une seconde, récupérer Stella à 19h00 et la ramener à la maison …. Raaaaah !

– Bon …

Je pensai qu’il me restait un peu de temps avant 17h00. Je considérai aller voir Sera et continuer notre conversation, mais cela aurait été un peu forcer les choses … hmm, que pouvais-je faire d’autre ?

En tapotant mon pied sur le sol, me tenant devant la salle de classe de Stella, je trouvai enfin quoi faire !

Je sortis mon téléphone, choisis un nom en bas de la liste, et inscrivis le numéro.

J’attendis quelques secondes qu’il décroche, ce qu’il fit rapidement.

– Hey Steward ! Peux-tu appeler la personne dont tu m’avais parlé ? J’aimerais voir l’endroit que tu m’as préparé.

 

– Quelques Minutes Plus Tard –

Après avoir parlé quelques minutes avec Steward sur mon lieu de résidence, il ajouta qu’il enverrait une personne au ‘’Hall des Portails’’. Je n’avais aucune idée de ce qu’il racontait, jusqu’à ce que je le trouve sur ma carte.

Et ainsi, je me dirigeai vers ce ‘’Hall des Portails’’. Steward l’avait décrit comme un gigantesque hall d’où les gens entraient et sortaient, comme un ‘métro’’, ce qui ne m’aida pas étant donné que je ne savais même pas ce qu’était un ‘’métro’’.

Après quelques minutes, je descendis vers le rez-de-chaussée où était situé le portail ; en descendant, je réfléchissais à mes possessions actuelles : l’argent n’avait pas l’air d’être un problème pour le moment, mais on n’en avait jamais assez ; peut-être devrais-je moi aussi apprendre quelque chose, une bonne éducation n’est jamais de trop, et cela pourrait m’aider à mieux comprendre ce monde … Mais pour le moment, c’était impossible, j’étais déjà en plein travail. Il me fallait donc quelque chose d’autre …

Tandis que je réfléchissais sur la question, dans le coin de ma vision j’aperçus quelqu’un se tenant sur mon chemin. Je levai légèrement la tête et vis un homme portant des habits grossiers. Il avait l’air troublé pour une raison. En tout cas, c’était ce qu’indiquait son visage.

– Ehhm, êtes-vous Mr Timer ?

Je l’inspectai à nouveau : il avait des cheveux châtains courts, et des yeux sombres. Je n’arrivais pas vraiment à voir leur couleur, mais ce n’était pas du noir. Ses vêtements étaient marrons et débraillés, ils n’étaient pas trop larges et avaient l’air de coller à sa peau. Il ne m’avait pas l’air dangereux et était sûrement mon escorte.

– Oui, et vous êtes ?

– Je suis Thomas, heureux de faire votre connaissance.

Il étendit sa main pour que je la lui serre. Je le regardai dans les yeux, je pouvais voir qu’il était assez nerveux pour je ne sais quelle raison. Je ne comprenais pas, et de toute façon je m’en fichais.

Nous nous serrâmes la main, et peut-être pace que j’avais mis trop de force dans ma poigne, il poussa un petit cri … Je devais vraiment garder ma force sous contrôle …. D’abord les balais, et maintenant ça.

Thomas recula rapidement sa main et la secoua à cause de la douleur, ais ça ne m’affectait pas vraiment.

– Maître Steward m’a chargé de vous emmener à votre maison et de vous expliquer comment fonctionnent les portails. D’après ce qu’il m’a dit, vous venez de très loin et vous êtes là pour protéger Madame.

J’y réfléchis un instant. Je n’avais jamais dit à personne d’où je venais. Mes papiers d’identité racontaient que je venais de l’est ; je ne comprenais pas vraiment, mais laissait faire Steward. Il avait clairement annoncé qu’il garderait mes secrets du moment qu’ils n’avaient rien à voir avec Cecilia ou lui.

Tandis que nous traversions un corridor, Thomas m’informa sur ce ‘’Hall des Portails’’ : pour résumer, il s’agissait d’une salle de transport, ou plus précisément d’une salle de téléportation. Elle avait l’air facile à utiliser. Il fallait juste se tenir dans un cercle, l’activer grâce à un chant, et penser à l’endroit où nous désirions aller ; cela ne marchait que si nous avions un point ‘’A’’ et un point ‘’B’’ ou voyager, ce qui signifiait qu’il fallait activer un cercle afin d’être transporté vers un autre cercle … simple.

Tandis que nous marchions, je demandai à Thomas de me parler de lui. Apparemment il était un apprenti mage recevant les enseignements de Steward. Je lui demandai la différence entre une école e mages et être un apprenti de mage. Il m’expliqua que tout dépendait du maître en question. Par exemple, Steward était un mage très connu. De nombreuses personnes le respectaient, et il avait même été invité à devenir l’un des membres du conseil de la ville, mais il a décliné.

– Pourquoi a-t-il refusé ?

Demandai-je.

J’étais curieux. Steward travaillait en tant que majordome pour Cecilia, mais être un membre de ce conseil devait être une meilleure opportunité pour lui, alors pourquoi avait-il refusé un tel poste ?

Thomas haussa les épaules et répondit,

– aucune idée ! Je lui ai moi
aussi demandé, mais il m’a dit que c’était pour repayer une dette, rien de plus.

– Une dette huh …

Nous marchions dans un large corridor connecté à l’une des petites cours. Je ne voyais pas grand monde ; apparemment tout le monde était en cours. Tout était silencieux …

Je jetai un coup d’œil à la cour : elle contenait de nombreuses fleurs et même des fruits et légumes. Certains m’étaient inconnus, ce qui me rendit curieux, me faisant me demander s’ils ne poussaient que dans cette dimension.

– Bugh …

Je m’arrêtai tout à coup et cacha ma bouche, afin de m’empêcher de vomir … Que se passait-il ? Pourquoi aussi soudainement ? Pensai-je.

A nouveau, cela arrivait !

Je pouvais sentir ma tête devenir petit à petit prise de vertiges, martelant et criant. Mon corps était bloqué, alors je m’adossai rapidement au mur, puis m’assis en respirant bruyamment.

 – Wah ! Qu-Qu’y-a-t-il ? Vous allez bien ?

Thomas me vit tomber au sol et, accourant vers moi, me demanda.

Je ne pouvais même plus parler. C’était comme la dernière fois, tournant ma tête vers lui, il avait l’air très paniqué, pas raiment sûr de quoi faire.

Je regardai devant moi et attendis.

– …

– ……

– …………

Il était là, penché devant moi. Il était habillé tout de noir et avait des cheveux blonds. Ses yeux verts brillaient, comme s’il regardait mon âme elle-même. Ses yeux étaient froids, comme toujours, et son visage sans émotion tandis qu’il restait silencieux. Il se leva et s’approcha de moi. Lorsque sa tête fut proche de la mienne, il chuchota :

– …….. Rappelle-toi …… de moi …..

Il me regarda droit dans les yeux, et je pouvais ressentir quelque chose emporter mon esprit. Tout disparaissait petit à petit ; la scène changea et j’entendis,

– Grand Marquis ! Nous sommes envahis !

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :