Chapitre 27 : Le Cours de Stella

 

– Hmph.

Il me méprisait clairement. Les élèves aux alentours avaient eux aussi l’air de m’être hostiles, toutefois certains n’avaient pas l’air d’y prêter attention et d’autres s’en réjouissaient même.

– Et tu es ?

– Un simple garde du corps me demande mon nom ! Ne sais-tu pas que c’est insolent ?! Ver de terre, apprends les bonnes manières avant d’ouvrir ta bouche !

Il annonça fort afin que tout le monde entende.

La plupart des étudiants se mirent à rigoler de mon insolence … Je suppose ? Je m’en fichais, ce n’était pas comme si ça allait me déranger ou déranger mon entourage, il ne s’agissait que de paroles en l’air sans signification réelle.

Cecilia eut l’air encore plus contrariée qu’avant, et je pouvais lentement ressentir un frisson émanant de s direction. Les personnes autour de nous commencèrent aussi à se taire lorsque l’aura glaciale le Cecilia parcourut la salle.

Je concentrai mon attention sur le garçon : sa robe était rouge, il était donc un mage de rang 4. Je me demandais si tous les élèves ici pouvaient être considérés plus faibles que la professeure que j’avais combattue plus tôt, mais en même temps, je ne connaissais pas son rang. Elle était peut-être une mage de rang 5, ce qui était assez pour être diplômé, mais en même temps elle avait dit être l’apprentie de Steward.

Steward en comparaison n’avait pas l’air très fort, mais les apparences étaient parfois trompeuses : il en était un exemple type étant donné qu’il pouvait cacher ses pouvoirs, et les utiliser quand le besoin se présente … J’aurais du lui demander son rang.

Lorsque le garçon ressentit le frisson venant de Cecilia, il recula. Ses yeux avaient eux aussi l’air très froid. Le garçon faillit tomber, mais se rattrapa. Il eut l’air embarrassé à cause de ça.

– Tch, n’es-tu pas un garde du corps ? Ne peux-tu faire rien d’autre que te cacher derrière ton maître, sale lâche ?

Je m’arrêtai tout à coup et y repensait. Il avait tout a fait raison, mais je n’avais aucune raison d’agir s’il ne montrait pas de signes d’agressivité envers moi ; Cecilia, ou quelqu’un qui m’est proche.

Cecilia arrêta son frisson et me regarda ; je e contentai d’hocher la tête dans sa direction, ce qui la fit soupirer.

Tandis que nous étions sur le point de parler de l’emploi du temps, j’entendis la professeure entrer. Je ne fus pas surpris en voyant la professeure que j’avais combattue plus tôt se tenant là dans l’entrée. Elle nous regardait.

– Allons, allons, retournez à vos places ! Les cours commencent !

– Oui Mme Kimbridge !

Les élèves qui regardaient notre petit spectacle se rassirent docilement. Le garçon me lança un dernier regard, avant de se rasseoir à sa place.

– Je peux lui dire de te laisser si tu veux.

Je regardai Cecilia. J’appréciai son inquiétude, mais il avait en quelque sorte raison : j’étais le garde du corps ici, cela marchait dans ce sens. Je n’avais besoin de personne d’autre pour faire mon travail.

– Non, c’est bon.

Elle me lança un dernier regard pour confirmer et se contenta d’acquiescer. Je lui dis que je la récupérerais à 17h00 et elle hocha la tête.

Bien, maintenant il me fallait emmener ma petite sœur en cours. Elle était dans la classe 3A, situé au 2ème étage. Avant que nous partions, je remarquai autre chose : le nom de la professeure.

Je m’approchai d’elle tandis qu’elle triait les papiers sur son bureau ; elle me remarqua m’approcher et me sourit tout en jetant un coup d’œil aux élèves par-dessus mon épaule.

– Désolé pour les problèmes.

Je me retournais, et vis qu’ils nous observaient avec attention.

– Ce n’est pas grave. Je suis là pour vous parler des cours supplémentaires que vous donnerez à ma petite sœur que voici.

Pendant une seconde, elle eut l’air confus, mais se rappela tout à coup.

– Ahh, oui ! Maître Steward m’a donné cette tâche.

Elle regarda la petite Stella. Elle se tenait devant moi, tenant mes mains sur sa poitrine, ne me lâchant pas. Elle était curieuse en voyant le professeure devant moi, elle comprit tout de suite que Mme Kimbridge était celle qui lui donnerait des cours supplémentaires, et se pencha poliment en avant.

– Je vous remercie d’avance pour vos conseils, Goshujin.

Les joues de Mme Kimbridge se mirent à rougir, et elle se mit à secouer rapidement les mains, paniquée. Stella était très mignonne, elle arrivait même à captiver sa propre professeure.

– Tu n’as pas besoin de m’appeler Goshujin, appelles-moi Kim ou …. Ou peux-tu m’appeler Onee-chan ?

Demanda-t-elle pleine d’espoir.

Je faillis éclater de rire, heureusement que j’avais mon masque.

– Oui Onee-chan !

Stella répondit joyeusement.

Je pouvais visualiser la tête de la professeure en train d’exploser. Ses mains tremblaient vers Stella, mais elle parvint à reprendre le contrôle.

– Ehm ! Puis-je savoir quand commence ses cours ?

Elle tourna la tête vers moi et me répondit que les cours commenceront à 17h00 chaque jour, et dureront 2 heures. Sella avait l’air excitée en entendant cela, et hocha vigoureusement la tête vers moi. Je lui caressai la tête en retour.

Regardant l’horloge, les cours de Stella allaient commencer dans quelques minutes. Etant donné que nous avions déjà obtenue les informations nécessaires, nous étions sur le point de partir, mais la professeure se souvint de quelque chose et nous arrêta.

– D’ailleurs, prends ça. Steward m’a demandé de le donner à ta sœur. Puisqu’il n’avait pas réussi à en avoir un à temps, il m’a chargé de vous le faire passer.

Elle me donna un espèce de petit sac. Il était fait de cuir et avait l’air vide : étonnamment, il était très léger. J’examinai les autres élèves, ils avaient tous quelque chose de similaire attaché à leurs hanches ou derrière. Même Cecilia en avait un.

Je me retournai vers la professeure, confus.

– C’est un sac dimensionnel : il peut stocker tout et n’importe quoi, peu importe la taille ou le poids de l’objet, tu as juste à le placer près du sac, et l’objet sera aspiré à l’intérieur. Chaque sac possède sa propre dimension, le rendant très utile. Si tu veux prendre quelque chose à l’intérieur, enfonce ta main dans le sac et pense à l’objet en question.

C’était incroyable, ce sac en cuir était tout petit, mais pouvait stocker de nombreuses choses. C’était très utile : mon livre avait une limite de 50 emplacements. Il était évident qu’étant donné que mon livre avait été crée des centaines d’années plus tôt, la magie aurait évoluée depuis.

Je donnai donc le sac à Stella, qui avait l’air très excitée en entendant la description.

– Dans ce cas, nous y allons. On se revoit à 17h !

– Oui, à bientôt Stella !

La professeure fit signe à Stella qui fit de même.

 

Une fois sortis de la salle de classe, Stella me posa tout un tas de questions, comme par exemple ce qu’elle allait apprendre, quand est-ce que j’allais la récupérer, ou si je pouvais rester avec elle en classe. Honnêtement, je prévoyais de rester avec elle tout le temps aujourd’hui, juste pour être sur que tout se passe bien … Juste les inquiétudes d’un grand frère.

Stella fut heureuse lorsqu’elle apprit que je resterais avec elle aujourd’hui, mais je lui rappelai que ça ne se passerait pas toujours comme ça. Elle se plaignit un peu mais accepta.

 

Nous arrivâmes peu après au second étage, devant la salle de classe de Stella. Je pouvais voir qu’elle était nerveuse : elle enlaçait fort mes h
anches tandis que nous nous tenions devant la porte. J’entrai et parla à la professeure de Stella. Apparemment la plupart des enseignants ici étaient des femmes, ce qui me soulagea. La professeure était au courant de l’arrivée d’une nouvelle élève, et préparait les autres élèves à l’arrivée de Stella. Je baissai les yeux vers la petite fille qui avait l’air d’être sur le point de s’enfuir en courant.

– BOOOOOOH !!!

Je criai tout à coup.

Stella sursauta, effrayée. J’éclatai de rire mais cela n’avait pas l’air de l’amuser. Quand elle commença à bouder, que lui dit en souriant,

– Mais tu n’es plus nerveuse maintenant, n’est-ce pas ?

Elle regarda la porte puis moi, surprise de ne plus se sentir stressée. Elle me demanda si je savais faire de la magie mais je secouai ma tête.

– C’est une petite astuce que j’ai appris en lisant un livre.

– Bien, maintenant veuillez accueillir Stella Timer : Stella, tu peux entrer !

Annonça l’enseignante.

Le regard de Stella se promena entre la porte et moi, elle tenait toujours ma main, mais la lâcha doucement, et commença à s’avancer vers la porte. Il état clair qu’elle avait peur qu’ils ne l’acceptent pas, ou ne la considèrent pas comme une égale ou amie. Stella s’arrêta devant la porte, fixant la poignée brillante dorée qui allait la mener à sa classe. Elle hésita une seconde.

– Ne t’inquiètes pas, je serais toujours là pour toi. Si tu échoues la première ou la deuxième fois, tu peux toujours venir vers moi et nous réessayerons ensemble jusqu’à ce que tu y arrives.

La rassurai-je.

Regardant la poignée, elle me sourit et acquiesça.

 

Elle entra et s’approcha du bureau de la professeure. J’observai les élèves ; quand ils virent Stella, ils paressèrent immédiatement attirés par son apparence mignonne, ce qui me fit rire.

Stella se tenait devant la classe, tremblante légèrement mais allant bien, et dit,

– Mon … Mon nom est Stella Timer. J’espère que nous nous entendrons bien.

Puis elle salua la classe.

Les élèves se regardèrent entre eux, certains souriant et d’autres la saluant. Certains s’approchèrent d’elle pour lui parler, et après quelques minutes, tout le monde se présenta à elle. Elle souriait en parlant à tout le monde, et me regarda. Je me tenais à côté de la porte et elle me fit un signe de la main, un sourire fier sur le visage. Je lui renvoyai son signe, content pour elle, tandis qu’elle continuait à discuter avec ses camarades jusqu’à ce que la professeure demande à tout le monde de s’asseoir à leurs places. Elle me permit de rester dans la classe quand je le désiras.

Je regardai mes mains, pensant « Un jour, je vais devoir la laisser partir. ».

Je logeai cette pensée dans un coin de mon esprit, et me tournai vers Stella qui discutait avec des filles dans le fond de la classe. J’étais heureux pour elle.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :