Chapitre 26 : Arrogance

 

Le combat continuait. Les élèves qui observaient décidèrent de s’approcher afin de mieux nous voir. La professeure avait l’air de s’en ficher, de même pour moi : s’ils étaient blessés, ils ne pouvaient s’en prendre qu’à eux-mêmes.

– Che !

Elle claqua la langue, étant donné que ses 2 premières attaques avaient échouées et que je m’approchais rapidement d’elle. Elle recula de quelques pas tandis que ses mains pointaient vers le sol. Je pouvais voir des traces d’énergie venant de ses pieds et se logeant dans le sol, allant dans ma direction à une grande vitesse. Lorsqu’elles arrivèrent en dessous de moi, je sautai en avant afin d’esquiver les piques de terres qui étaient sur le point de m’empaler.

– Huh, alors c’est ta faiblesse !

S’exclama-t-elle.

Même s’il était vrai que je ne les aimais pas vraiment, il était vrai que les pics de terre étaient connectés au sol, en faisant ainsi un seul et même objet que je devais remonter. Bien sûr je pouvais essayer, mais les objets plus larges prennent bien plus d’énergie que les plus petits, cela risquerait donc de me tuer.

Heureusement, je pouvais sentir sa magie, et prédire la trajectoire de ses attaques. Je n’étais maintenant qu’à 8 mètres d’elle, alors qu’il lui fallait quelques précieuses secondes pour lancer ses sorts.

– J’ABANDONNE !

Je m’arrêtai tout à coup sur place. Tandis qu’elle criait ces mots, elle levait ses deux mains en l’air, paumes vers moi. Même si je venais de gagner, elle avait toujours cette expression fière sur son visage, comme si elle le savait dès le début ; en fait, peut-être le savait-elle justement dès le début.

– Est-ce que les professeurs sont autorisés à attaquer d’autres personnes au moins ?

Elle se mit à rire, embarrassée, elle claque ses deux mains ensemble et se pencha vers l’avant.

– Je suis désolé, ne le dis à personne s’il-te-plait. Maître Steward m’a raconté que Cecilia avait un nouveau garde du corps, alors je voulais te tester !

Je soupirai. Ses compétences de changement d’attitude étaient comparables à celles de Cecilia. Je n’étais même plus fâché après qu’elle m’ait attaquée de nulle part.

– Et les autres ?

J’inclinai ma tête vers nos spectateurs. La professeure se redressa et fit un sourire malicieux pouvant donenr des frissons à n’importe qui.

– J’ai mes méthodes …

Répondit-elle.

Je laissai donc passer ça, et demanda où se trouvaient Cecilia et Stella. Elle me dit que ma sœur était probablement dans sa classe. Quand je lui demandai où se trouvait sa classe, elle me donna une nouvelle carte ….. Je vais finir par en avoir une collection si je continue à visiter des lieux aussi gigantesques.

La salle de classe de Cecilia était située au 5ème étage, dans l’aile gauche. L’académie avait 6 étages, chacun contenant 6 salles de classe, et d’autres pièces pour diverses matières. Il y avait tellement de salles que j’avais du mal à m’imaginer toutes leurs utilités. Ces 6 classes étaient divisées en classes A, B, et C, avec 2 niveaux chacune, ce qui signifiait que le premier étage contenait les 1ère et 2ème années, le deuxième étage les 3ème et 4ème années, etc. jusqu’au 6ème étage.

Les cours de sport se déroulaient dans un bâtiment annexe situé de l’autre côté de l’académie. L’académie avait 8 coures différentes : celle d’où je venais était la principale, elle était gigantesque avec une superficie de 120×52 mètres, les autres étaient utilisées pour des petits projets.

– Hufff hufff !

J’étais essoufflé. Les escaliers étaient interminables, et en plus, Cecilia était au 5ème étage. J’avais considéré aller voir Stella en première, étant donné qu’elle se trouvait au 2ème, mais je me doutais que Cecilia ne l’aurait pas laissée seule sans mon consentement.

Tandis que je montais, certains professeurs et élèves me regardaient bizarrement, et je les ignorais. Je vis aussi quelques professeurs intéressants accompagnés d’animaux, comme des aigles, enfin, ce que je pensais être des aigles, étant donné qu’ils étaient bien trop grands pour ça. A part ça, le corps étudiant me paraissait relativement conservé, mais Cecilia avait raison, la compétition et les rivalités étaient bien présentes : je vis aussi des personnes semblant s’en prendre à des étudiants pauvres. Je n’y prêtais pas vraiment attention étant donné que ça ne me regardait pas.

J’atteins finalement la salle de classe où étudiait Cecilia, et me dirigeait lentement vers elle. Je voulais me reposer. C’était fatiguant que le cours n’allait commencer que dans 20 minutes environ, mais bon, j’entrai.

– Reine ! Pouvons-nous manger ensemble ?

– Reine ! Peux-tu m’aider à résoudre ce problème ?

En entrant dans la pièce, je remarquai que la plupart des élèves étaient regroupés autour du siège dans le coin au fond de la salle.

– Huh.

Je soupirai. Cecilia se trouvait sûrement au milieu de cette foule, étant donné que tout le monde l’appelait Reine.

Tandis que je me dirigeais vers eux, un étudiant me remarqua.

– Comment puis-je t’aider ?

Je regardai le garçon qui venait de me parler. Il avait l’air pas mal : je ne dirais pas qu’il est beau, juste normal, il avait des cheveux gris courts et des yeux marron avec une peau légèrement bronzée, sa robe était rouge, ce qui voulait dire qu’il était un mage de tiers 4.

– Je suis le garde du corps de Cecilia, je dois la voir.

En fait, je devais juste préparer ma petite sœur pour ses cours, mais je n’avais pas besoin de lui dire ça.

Il me jugea pendant quelques secondes. Il était évident qu’il ne me faisait pas confiance, mais l’appela tout de même. Et pas comme je l’aurais voulu.

– Reine ! Votre Roi est là pour vous dire quelque chose !

Je le regardais, abasourdi. Il me montra un pouce en l’air et retourna à sa place …. Enfoiré !

Tout  à coup tout devint silencieux. La foule me fixait du regard ; apparemment ils ne m’avaient pas vus dans la cour tout à l’heure. J’étais soulagé, mais aussi gêné ; heureusement, j’avais toujours mon masque.

– Dawn ?

– Onii-chan !

La première à venir vers moi était ma petite sœur. Elle courut vers moi et enlaça mes hanches, tandis que je caressais sa tête en souriant …. Ahhh, j’avais complètement oublié de lui acheter un sceptre : il va falloir que je le fasse plus tard.

– Tu as bien été gentille avec Onee-chan ?

– Oui !

Je posai un genou par terre, et souriait en lui caressant la joue.

– Bonne fille !

Je levai les yeux vers Cecilia s’approchant de nous.

– Tu en as pris du temps !

Remarqua-t-elle avec un sourire rusé.

– Désolé, j’ai eu quelques problèmes sur le chemin.

Elle acquiesça.

– Hey, qui crois-tu être !?

Je me retournai et vit un garçon tapant du pied dans ma direction. Il avait une trace de rouge parcourant ses joues. Il avait l’air beau, enfin je crois ? Pas exotique, mais il avait des cheveux noirs avec des yeux bleus, et une peau marron claire. Il était aussi plus petit que moi, de 5 ou 8 centimètres ?

Je le regardai dans les yeux. Il montra ouvertement son dédain envers moi ; et puis, Cecilia n’avait pas vraiment l’air de l’aimer.

Je me redressai et me mis droit.

– Je suis Dawn Timer, le garde du corps de Madame Cecila !

Répondis-je avec un sourire froid, qui ne fut bien sûr pas vu. Tant mieux ; ce masque avait quelques avantages, comme par exemple piéger quelqu’un d’arrogant comme lui.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                       Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :