Chapitre 24 : Sera la Dragonne

 

– Ehm, alors par où commencer … hehehe …

Elle ria timidement.

– Commence juste par le début, jusqu’à notre rencontre.

Lui répondis-je, en continuant à regarder tout autour de moi. En regardant attentivement, on pouvait apercevoir dans la pièce des machines étranges. Il y avait une ouvreuse de canettes, un pistolet-aiguille, et même un robot…ou plutôt un golem ?

Sera inspira profondément, puis s’assît sur le siège près de la fenêtre. Elle avait l’air inquiète. Bon, en même temps, elle était sur le point de parler de ses problèmes à un total inconnu, alors c’était tout à fait normal.

– Bien, laisse-moi me présenter à nouveau. Je suis Sernath, mais tu peux m’appeler Sera. J’ai 15 ans et je suis une magicienne de tiers 2. Je vis en quelque sorte ici.

Elle leva des deux mains, indiquant la pièce toute entière. J’étais légèrement confus. Comment pouvait-on vivre dans une librairie, et qu’est-ce que c’était que cette balle en métal qui avait foncé dans ma direction ?

– Maintenant que tu sais tout ça, j’aimerais te demander ce que tu sais des fées.

Me demanda-t-elle, nerveuse. Je me mît à réfléchir pendant quelques secondes. D’après ce que je savais, il s’agissait d’êtres non-catégorisés chez le animaux-garous et chez les morts vivants, alors pratiquement tous les êtres surnaturels et créatures étaient considérés comme des fées. Ce que je lui expliquai.

– Oui, c’est ça, et connais-tu les règles de l’académie en ce qui concerne les fées ?

A cet instant, elle se figea et murmura difficilement les derniers mots … Maintenant que j’y repensais, l’académie n’avait pas beaucoup de règles sur les fées, seulement que les gens pouvaient les amener en tant qu’animaux de compagnie … une seconde.

Je me tournai vers Sera, abasourdi. Est-ce que cette règle comptait pour toutes les fées, pas seulement les plus petites ?

Comme si clarifiant mes pensées, elle hocha la tête très lentement … pendant un moment, je crûs avoir ralenti le temps, alors je vérifiai, mais vis que ce n’était pas le cas.

– Comment est-ce possible ?

Lui demandai-je. Et ainsi, Sera commença à m’expliquer qui elle était et comment était-elle arrivée là.

 

5 ans plus tôt.

Quand Sera n’avait que 10 ans, elle fût exilée de sa tribu pour ne pas avoir agie comme ses semblables …

– Attends, quoi ?

Je la coupai tout à coup. J’étais enragé en apprenant l’exil d’une tribu d’une petite enfant de 10 ans. Je lui demandai ce qui était arrivé à ses parents, mais cela la rendit rouge et déprimée, alors je secouai la main et lui demanda de continuer son histoire.

Parce qu’elle n’était qu’une petite fille de 10 ans, elle n’avait pas les compétences nécessaires pour survivre dans le monde extérieur. D’ailleurs, l’endroit où elle habitait était le monde d’oèu venaient les fées. Il s’agissait d’une autre dimension, tout comme cette académie.

L’endroit où elle habitait i y a 5 ans était un volcan.

– Attends, tu es quoi au juste ?

Je la coupai à nouveau.

– Ehmmmmmmm.

Suite à cette question, elle se mît à hésiter. J’étais vraiment curieux maintenant, car je voulais savoir comment un enfant pouvait vivre dans un volcan, et ce qu’étaient ses parents …

Elle tocha légèrement ses cornes, les caressant presque, et se faisant, avait l’air de s’être calmée. Je devinai facilement qu’elle n’était pas le genre de personne sortant beaucoup dehors, en voyant ses quelques problèmes de communication. Ce n’était pas comme si j’étais vraiment différent d’elle, j’avais juste tendance à être très direct pour tout.

– Je … Je suis un dragon.

– ….

– ………..

Un dragon ? Elle doit être en train de rigoler. De ce que je sais, les dragons sont des créatures fières et arrogantes, crachant du feu tout en pillant et détruisant tout ce qui se met sur leur chemin à cause de leurs problèmes de tempérament. Chaque dragon avait un attribut, et j’avais lu que les dragons les plus calmes étaient les dragons de terres, qui se contentaient de détruire des petits villages, en comparaison aux dragons de feu qui exterminaient tous les êtres vivants qu’ils croisaient … Si elle en était effectivement un, quel genre de dragon était-elle ? Où peut-être n’était-elle qu’un wyvern ?

– Hey, eeeer, tu m’écoutes ?

Je me tournai vers elle et l’examinai à nouveau de bas en haut.

Elle avait des mains délicates, d’un blanc pur. Elle disait avoir vécu dans un volcan, alors pourquoi sa peau ne s’est-elle pas assombrie ? Est-ce qu’elle possède une certaine résistance justement parce qu’elle est un dragon ? Ses cheveux étaient exceptionnellement longs et brillants, attachés en queue de cheval. Je ne pouvais pas vraiment voir ses yeux étant donné qu’elle portait de larges lunettes à sens de vision unique. Côté taille, elle était assez petite. Comparé à Cecilia, qui avait des courbes dans chaque parfait endroit possible, cette fille ressemblait à un petit animal, et pas à un dragon terrifiant …. Et tout à coup, je me posai la question, pourquoi avait-elle été exilée au juste ?

– Pourquoi t’es-tu faites exilée ?

– Et bien, comment dire …

Elle avait l’air un peu honteuse d’elle-même suite à ma question, mais me répondit.

Ainsi, elle m’expliqua que sa tribu était constituée de personnes capables de passer d’une forme de dragon à une forme humaine, à l’aide de la magie. Les membres de la race draconique étaient effectivement comme les livres les décrivaient, cependant ils n’avaient pas toujours adopté une telle attitude. Pour un dragon, l’honneur et la force étaient tout. Le dragon le plus puissant dirigeait toujours la tribu en tant que chef, et si quelqu’un souhaitait le remplacer, il fallait qu’il le batte lors d’un combat à mort, le gagnant devenant le chef, et le perdant mourant. Le gagnant pouvait aussi choisir de ne pas tuer son adversaire, mais cela serait une véritable honte pour le perdant, qui serait alors soit exilé, soit se suiciderait.

– Attends, mais dans ce cas, pourquoi as-tu été exilée ?

Lui demandai-je, car la raison pour laquelle elle se trouvait ici aujourd’hui était qu’elle s’était faite exiler il y a 5 ans. Alors, comment a-t-elle fini ici ? Je ne pense pas qu’elle ait combattu quelqu’un et perdu son honneur, mais en la regardant, je commençais à avoir des doutes. Peut-être avait-elle effectivement perdu un combat ?

Et tout en pensant ma théorie correcte, elle se retourna vers moi.

– J’ai été exilée parce que je n’avais pas la moindre fierté en tant que dragon …

Dit-elle, le visage rouge vif et baissant la tête. J’étais en quelque sorte four de rage à sa place. Sa tribu l’avais exilée parce qu’elle n’était pas comme un dragon, mais en était biologiquement un ? Je lui demandai en quoi cela faisait sens.

Elle me répondit en me racontant comme elle en était arrivée là. Comme elle l’avait déjà dit, les dragons n’avaient pas toujours été aussi fiers qu’ils l’étaient aujourd’hui. Les dragons étaient une tribu de guerriers cherchant à tout prix les combats, mais certains voyageaient seuls, tandis que certains vivaient en groupes ou tribus. Les dragons mâles étaient pour la plupart stériles, et les femelles prenaient beaucoup de temps à tomber enceintes d’un œuf. Ce faisant, il était très rare pour des dragons d’avoir une progéniture, ce qui expliquait la relative rareté des dragons, ce qui me soulagea. Quand un dragon sortait de son œuf, il était comme un nouveau né humain, enfin avec quelques caractéristiques reptiliennes. Le fait est
, que les anciens dragons forçaient les bébés dragons à devenir de plus en plus agressif, mais Sera avait refusé de blesser quiconque. Après la 10ème année, ce qui, selon le calendrier dragon, correspondait à la majorité d’âge, Sera fut exilée de sa tribu parce qu’elle avait échouée en tant que dragon. Elle rajouta qu’à part chasser des animaux sauvages afin de se nourrir, elle n’avait jamais blessé de créature juste pour le plaisir ou l’amusement, car elle détestait cela, une attitude qui éloigna les autres dragons d’elle. Lorsque je lui demandai ce qu’il était advenu de ses parents, elle me répondit qu’une femelle dragon, après avoir pondu un œuf, se contentait de partir, laissant seul l’œuf, ce que je trouvais encore plus extrême. D’un autre côté, la tribu de dragons adoptait les œufs abandonnés et leur enseignait à devenir un dragon.

Et ainsi, elle finît de parler de sa vie en tant que dragon, ce qui m’avait paru extrêmement intéressant.

Sera avait aussi l’air de s’être calmée après cette conversation. Par moment, elle avait été sur le point de pleurer, mais était parvenue à se retenir. Je la voyais comme une fille mignonne et gentille avec qui il était agréable d’échanger.

 – Mais, comment as-tu terminé ici ?

– Et bien, beaucoup de choses se sont passées. Lorsque j’errais près du volcan, et dans la forêt …

J’hochai la tête, comprenant ce qu’elle voulait dire. Juste après ça, le silence régna. Je réfléchissais sur les dragons, et sur Sera, qui baissait les yeux, le regard rouge vif et jouant avec ses doigts. Et après quelques secondes, je remarquai qu’elle n’arrêtait pas de jeter des coup d’œil vers moi, croisant de temps en temps mes yeux dorés qui n’étaient pas cachés par les trous du masque que j’avais porté pendant toute la conversation.

– Un problème ?

Lorsque je lui demandai cela, Sera fit un bond puis ouvrit et ferma la bouche, sans qu’aucun son puisse être perçu, mais cela m’amusait, et je me mis à rire.

Sera avait l’air un peu fâché en me voyant me moquer d’elle, mais elle me pardonna bien assez vite. Je lui posai ensuite une nouvelle question.

– Qu’en penses-tu, je retire mon masque si tu retires tes lunettes ?

Lui demandai-je, un peu joueur. Elle réalisa que j’avais percé ses intentions, ce qui la rendit à nouveau rouge, mais elle accepta.

Je lui souris et dis.

– Moi d’abord.

– Moi aussi.

Tandis que nous retirions en même temps nos accessoires, nous nous fixions du regard.

– …

– …

… J’étais abasourdi. Ses yeux étaient de couleur violette, avec une légère teinte de rose sur les bords. Si je considérais son apparence avec les lunettes comme mignonne, maintenant elle avait l’air d’être une personne totalement différente. Elle était si belle qu’elle pourrait être capable de faire tomber des villes et faire perdre l’esprit à n’importe quel homme. Une telle beauté, elle était comme une fleur se tenant au milieu de centaines d’autres mais se faisant remarquer par sa magnificence, comme un monarque surplombant ses semblables. Elle avait sur elle une sorte d’élégance noble, pas de la fierté, mais plus de la dignité, à un degré où elle était presque difficile à regarder.

Elle me fixait elle aussi, les yeux grands ouverts. Nous restâmes ainsi, les yeux fixés sur l’autre pendant 3 bonnes minutes.

– (Bip Bip Bip)

La sonnerie de mon smartphone nous fît sauter tous les deux. Je faillis tomber de ma chaise et Sera attrapa ses lunettes et les remît avant de s’asseoir, droite comme un pic. Je pouvais voir son visage brûler vif, tandis que je vérifiais mon smartphone du coin de l’œil.

Cecilia m’appelait. Je vérifiai l’horloge, et me rendis compte que j’avais passé plus de temps ici que prévu.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 24

  • Avatar
    28 mars 2017 à 13 h 36 min
    Permalien

    C’est le coup de foudre entre Sera et Dawn =] xd

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :