Chapitre 23 : Cornes

 

Je continuai à errer, essayant de lire la carte et de trouver la librairie.

Après quelques minutes de recherches, je trouvai enfin une librairie, dans le district ouest de la ville … enfin, devrais-je plutôt dire ‘île’ ? Cecilia m’a raconté que tous ces bâtiments appartiennent à l’académie, alors techniquement, je suis sur un terrain scolaire ?

– Huh.

J’arrêtai d’y penser et entra dans la librairie. Sur le chemin, j’avais croisé de nombreuses boutiques intéressantes comme des boutiques de magie vendant des sceptres et bâtons. Je n’ai pas vu Cecilia en utiliser, elle pouvait utiliser la magie rien qu’avec ses mains, même Steward et ses hommes faisaient de même. Les bâtons étaient apparemment purement symboliques pour les mages, alors je décidai d’en acheter un bon pour Stella en cadeau. Autre chose que j’avais remarqué sur ma carte, l’île était divisée en 5 districts : est, sud, ouest et nord, et le 5ème district n’en était pas vraiment un, il s’agissait juste de centre de l’île, où l’académie se trouvait, et occupait presque 50% de l’île.

Je m’approchai de l’accueil de la librairie, où se tenait un bel homme en quelque sorte, avec des cheveux et des yeux marron. Je disais ‘en quelque sorte’  parce que son œil gauche était couvert d’un cache-œil en cuir noir. Il avait toutefois l’air heureux.

– Bonj…our, comment puis-je vous aider ?

Me demanda-t-il, hésitant une seconde  en voyant mon masque. La raison pour laquelle je ne l’avais pas retiré était que je ne souhaitais pas attirer l’attention, ce qui paraissait ridicule, même pour moi.

– Oui, il me faut quelques livres. On m’a dit de vous donner ça.

Je lui donnai le document, où étaient inscrits les livres pour les cours de Stella, que Steward m’avait donné.

Il prit le document et commença à le lire. Il était plutôt rapide, et le parcourut en un instant.

Il sourît, hocha la tête puis se retourna vers moi.

– Très bien. Je reviens dans un instant, cela risque de me prendre un peu de temps. Vous désirez du thé, de l’eau, du café ?

– Non, merci. Je vais juste attendre dans le hall. Combien de temps est-ce que cela prendra ?

Il se mit à réfléchir une seconde en levant la tête, puis me répondit.

– 20-30 minutes peut-être. Cela dépend des livres en question. J’en vois écrits là qui ne sont même pas utilisés par les classes standards, alors je ne suis pas bien sûr.

– Très bien.

Lui répondis-je, avant de m’asseoir sur le fauteuil, placé juste à côté de la réception. L’homme hocha la tête puis disparut dans l’arrière boutique.

Assis dans le fauteuil, je jetai un coup d’œil à l’horloge sur le mur. Cela ne faisait pas très longtemps que je m’étais séparé des deux.

J’examinai la table en verre juste devant moi. Il y avait dessus divers magazines, parlant de maquillage, et de mode. J’étais sur le point de prendre l’un de ces magazines quand tout à coup …

– PSSHHHHHHHHH (Son de quelque chose projeté)

Je tournai ma tête vers le son, et en faisant cela, je vis tout à coup une balle en métal voler vers moi à grande vitesse.

– Stop.

J’arrêtai le temps et me levai de mon siège. J’examinai la balle, me demandant d’où est-ce qu’elle pouvait bien venir, et vit une fille se tenant sur une plateforme menant à une porte dans le mur, descendant en vitesse les escaliers en bois. Apparemment elle était la cause de cet objet volant.

Je regardai ensuite la balle en métal … enfin, ce n’était pas vraiment une balle, la surface n’était pas bien égale. On aurait dit plusieurs bouts de ferraille attachés ensemble, et avec de la glue. De toute façon, je ne pouvais pas vraiment savoir si l’attaque était intentionnelle où s’il s’agissait juste d’un accident. La balle fonçait tout droit dans ma direction, mais se je n’avais pas vu la fille courir vers moi, j’aurais pu facilement penser l’action comme intentionnelle. Je ne bougeai pas beaucoup et me contentait de prendre la balle en métal dans mes mains avant de me rasseoir dans mon siège et de remettre le temps en marche.

– ATTENTION !

La fille cria tout en courant dans ma direction, puis elle remarqua que je tenais la balle dans ma main.

– Vous …. Allez bien ? ….

Demanda-t-elle, effrayée d’entendre ma réponse.

Je la dévisageai et, en la voyant de plus près, elle avait l’air d’avoir à peu près le même âge que moi. Elle avait de longs cheveux noirs attachés en une tresse, descendant le long de son dos. Elle avait la peau blanche, des mains délicates, et des lèvres roses. Je ne pouvais pas voir ses yeux car elle portait des lunettes rondes opaques, m’empêchant de voir à travers … je me demandai comment elle faisait pour voir à travers. S’agissait-il de quelque chose comme un miroir à sens unique ? Mais la chose la plus remarquable chez elle était ces cornes sur sa tête … oui, des cornes. Elles sortaient droites de sa tête, et étaient relativement petites et blanches.

– Ehmmm ….

Elle hésitait à m’adresser la parole. J’étais actuellement vraiment fasciné par ces cornes sur sa tête. Etait-elle une fée ? Si ou, quel genre de fée ? Elle portait une robe jaune, ce qui voulait dire qu’elle était une mage de tiers 2.

Je m’approchai lentement d’elle, tenant toujours la balle en métal dans ma main droite. Elle avait l’air confuse et effrayée pour une raison, mais ne bougea pas de sa position, et se tenait là, hésitante. Elle m’examinait, et quand enfin je me tenais à 30 centimètres d’elle, elle se figea. Elle n’était que 10 centimètres plus petite que moi, et mesurait donc 170 centimètres.

– Eh ?

Elle laissa échapper un son de confusion, et je lui demandai.

– Ce sont de vraies cornes ?

Suite à cette phrase, elle devint tout à coup pâle comme un linge, ne bougeant pas et n’émettant pas le moindre son. Parce qu’elle ne répondait pas, je pris l’initiative de vérifier … et toucha ses cornes.

– KYAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAAA.

Elle cria tout à coup en tenant ses cornes, avant de petit à petit se calmer. Pendant ce temps, je pouvais la voir rougir et me regarder d’un air rancunier ? Surpris par son cri soudain, j’avais bondi en arrière. Après qu’elle ait repris ses esprits, elle regarda tout autour d’elle pour vérifier si personne n’était dans les parages, puis, commença à me tirer en direction des escaliers, de la plateforme, et enfin, dans la pièce.

A notre entrée dans la pièce, elle me lâcha et referma rapidement la porte.

– Qui es-tu ! Comment as-tu réussi à percer mon charme !

Honnêtement, j’étais confus, mais essayai cependant de lui donner une explication.

– Mon nom est Dawn Timer. Je suis un garde du corps travaillant pour la famille Greenwood, en protégeant Madame Cecilia. Que veux-tu dire par charme ?

Elle eut l’air surprise par ma réponse quand je lui dis que j’étais un garde du corps travaillant pour la famille de Cecilia, mais elle avait l’air de me croire.

– Que fais-tu là ? Est-ce que tu es là pour me capturer ?!

S’écria-t-elle. Sa voix contenait de la peu mais aussi un certain désespoir. Ce qui me rendît confus de plus belle. Il fallait que je la calme.

Je levai ma main, et m’exprima.

Calme-toi, parle lentement. Personne ne va te capturer, ni moi, ni personne. Pourquoi ne pas commencer par tout m’expliquer ?

Lui demandai-je, en lui montrant ma main. Elle avait toujours l’air effrayée, mais elle s’était au moins légèrement calmée. Quand je lui dis que je ne souhaitais pas la capturer, elle prît ma main et la secoua. Elle laissa échapper un soupir de soulagement et m’offrit de m’asseo
ir sur un tabouret, ce que je fis. Elle prit aussi une chaise et s’assit dessus avant e commencer à m’expliquer.

– Mon … Mon nom est Sernath, mais tu peux m’appeler Sera.

S’exclama-t-elle faiblement.

– Alors, de quoi parlais-tu à l’instant ?

Tandis que je lui demandai, j’en profitai pour jeter un coup d’œil à la pièce dans laquelle nous nous trouvions. Elle était pleine d’objets fascinants et outils. Au milieu de la pièce, il y avait une large table en bois avec des schémas, outils et matériels.

– Je … Ehmmmm … Tu vois, je suis une fée.

En disant cela, elle regardait attentivement mon expression, et, ne trouvant rien d’anormal, devint confuse. Devrais-je être surpris, ou bien fasciné ? Si oui, je le suis déjà.

– Et alors ?

Suite à ma question, ses yeux s’ouvrirent grand comme des soucoupes et elle me demanda.

– Tu ne sais pas ce que ça veut dire ?

Demanda-t-elle abasourdie. Je secouai la tête puis lui expliqua comment j’avais obtenu ce travail et qu’il s’agissait de ma première fois ici.

– Ahhh, ça explique tout …

Elle acquiesça.

– Ecoute, tu n’as pas lu le livre de règles quand tu es entré à l’académie ?

Je l’avais bien lu, mais il n’y avait rien concernant les fées … je me trompe ?

Suite à mon manque de réponse, elle laissa échapper un soupir, se leva de sa chaise et se mit à genoux devant moi, les deux mains réunies. J’étais absolument abasourdi.

– Pitié, ne dit à personne que tu m’as vu ou que j’ai des cornes … je ferais tout ce que tu veux. Si tu veux de l’argent, je peux te le donner, et tout ce que tu veux d’autre …

Elle se mît à me supplier. Je pouvais voir ses yeux se remplir de larmes. Je commençais à devenir de plus en plus confus en voyant ses actions. Je me levai, en sachant tout à fait ce que j’avais à faire. Je pris ses deux épaules et la remis sur ses deux jambes, puis je la regardai droit dans les yeux et lui dît.

– Jamais, ne te mets jamais à genoux devant quelqu’un d’autre, tu comprends ? Je t’ai déjà dit que personne n’allait te capturer. Je ne parlerais de toi à personne, alors arrête de me supplier et explique-moi plutôt, d’accord ?

Lui dis-je tout en baissant le regard vers elle. Je remarquai mon ton devenir de plus en plus en colère, ce qu’elle remarqua aussi. Elle hocha rapidement la tête et nous nous assîmes tous les deux à nouveau. Cette fois-ci, elle m’expliqua ses circonstances. Je ne savais pas pourquoi j’avais fait ça, mais peut être était-ce parce que je ressentais une certaine familiarité avec elle.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

3 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 23

  • Avatar
    25 avril 2016 à 22 h 24 min
    Permalien

    Wouah il est grand en faite, je pensais pas qu’il faisait 2m

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :