Chapitre 19 : Une Promesse

 

– Bugh …

Je mis rapidement ma main devant ma bouche afin de me retenir de vomir.

– Heh ? Onii-chan …

Stella s’inquiéta quand elle vît mon visage. Apparemment traverser un portail comme celui-ci pour la première fois rend généralement l’utilisateur malade, je pouvais le confirmer en voyant Steward et Cecilia, qui n’étaient pas affectés. Mais toutefois, Stella n’avait pas l’air malade, alors peut-être était-ce seulement moi.

Je regardai Steward qui se tenait à côté de moi. Il tourna lui aussi la tête avec un sourire désolé.

– Vous voyez, lorsqu’une personne utilise un portail pour la première fois, elle souffre d’une sorte de mal de mer. Mais ne vous inquiétez pas, la prochaine fois, cela n’arrivera pas … enfin … La prochaine fois ce ne sera pas un mal de mer … mais un mal de tête ?

– Mais pourquoi est-ce que Stella … ?

Tandis que j’étais sur le point de questionner Steward, il me répondit directement.

– Comme je vous l’ai déjà expliqué, votre sœur a une force capacité magique innée, la rendant immunisée aux effets secondaires des portails. Voyez, c’est la preuve de ce que j’avance.

Je regardai la petite fille qui tirait la manche de ma chemise par derrière. Elle avait l’air inquiète, fragile et sur le point de fondre en larmes, mais elle allait bien. Je ne pouvais voir en elle aucun signe de malaise, alors c’était vrai ?

– (Inhale)

Je pris une large bouffée d’air, et levai les yeux, mais, en faisant cela, ceux-ci s’ouvrirent grand.

– Elèves, je vous souhaite la bienvenue à l’Académie Sutopia !

Il y avait une île … une île volante dans les airs. Au centre de l’île flottante, il y avait de larges buildings blancs, eux-mêmes entourés de plus petits bâtiments. Il y avait aussi de nombreux terrains spacieux, probablement pour s’entraîner. L’endroit où je me tenais était lui aussi une île, plus petite et connectée à l’île principale où se tenait l’école. Je pouvais voir de nombreuses autres petites îles avec des portails ouverts, et des élèves en sortant. Puis ces personnes étaient menées par un guide à travers un pont en forme de tunnel jusqu’à l’île principale.

– Où sommes-nous ?

Demandai-je. Il s’agissait de la première chose que je souhaitais savoir, en voyant un décor aussi hors du commun.

– Il s’agit de l’Académie de Mages Sutopia. Elle fut découverte par l’un des premiers membres du conseil de Los Angeles. Cet endroit, comme vous pouvez le constater, n’est pas la Terre. Nous sommes dans une autre dimension ouverte par ce même membre du conseil lorsqu’il faisait des recherches en magie. Impressionnant, n’est-ce pas ?

Répondit Steward. J’acquiesçai, légèrement abasourdi.

– Vous allez devoir continuer à avancer maintenant.

Steward s’adressa ensuite à moi.

– Je vais partir. La raison pour laquelle je suis venu ici était pour vous escorter. Rappelez-vous de chaque chose inscrite dans le livre sur cette école. Accomplissez votre devoir et souvenez-vous, a partir de maintenant vous travaillerez ici pendant 6 ans. Ah, oui, d’ailleurs …

Steward chercha quelque chose dans sa poche de poitrine et en sortit une clé.

– Prenez-la. Il s’agit de la clé de votre lieu de résidence. Ce n’est pas dans cette dimension, mais sur Terre, alors vous ferez des allers et retours. Cet endroit est votre, il y a un portail à l’intérieur vous connectant avec les portails de l’académie. Plus tard dans la journée, je vous enverrais quelqu’un pour vous guider à travers le portail. Autre chose, n’oubliez pas que votre sœur ira en cours cette année, alors aujourd’hui se déroule sa cérémonie d’entrée. J’ai déjà préparé son admission. Elle sera en 3ème année, et je lui ai déjà préparé un tuteur personnel en magie : Miss Kimbridge, elle lui enseignera quelques théories magiques. Avec son talent, ne vous inquiétez pas, elle arrivera à rattraper rapidement ses petits camarades, elle sera même capable de les dépasser sans aucun problème. Avez-vous des questions supplémentaires ?

J’étais légèrement abasourdi par le flot rapide de paroles de Steward, et par sa vitesse de préparation. Ce n’était pas vraiment gênant pour moi, mais cela m’effrayait toutefois un peu. Je secouai la tête.

Et ainsi, Steward continua à parler de l’emploi du temps de Stella, et il me donna un papier. J’obtins aussi un papier avec inscrit dessus tous les livres que je devais aller ensuite chercher à la librairie. Je reçus aussi mes documents personnels.

 – Bien, maintenant que tout est réglé, je ferais mieux d’y aller. Ohh, autre chose …

Steward se tourna en direction de Stella et commença à murmurer une sorte d’incantation, probablement un sort. Et tandis que j’étais sur le point de lui demander, je vis, dans le coin de ma vision, les habits de Stella se mettre à briller intensément. Et aussi rapidement que la lumière était apparue, elle disparut. Tandis que je regardais Stella, je remarquai que ses vêtements avaient changés, sa robe était devenue un uniforme. L’uniforme était constitué d’une robe blanche à capuche, d’un chemisier blanc avec un pantalon noir, tandis que ses chaussures noires n’avaient pas changées. A côté d’elle, Cecilia se mit elle aussi à briller et se changea par magie, elle portait le même uniforme, à la différence que sa robe était violette.

– Parce que je n’ai pas le temps, je vais laisser Madame vous expliquer tout cela plus en détail. Au revoir.

Il se pressa vers de portail et disparut.

– Onii-chan ! Onii-chan ! Regarde, regarde, je suis une mage !

– Haha.

Je me mis à rire maladroitement, caressant la tête de l’enfant de 8 ans déguisé et secouant les mains comme si lançant un sort.

– Nous ferions mieux d’y aller.

S’exclama Cecilia, affichant elle aussi un sourire maladroit. Nous commençâmes à la suivre à travers le pont en forme de tunnel. En entrant, nous pouvions apercevoir de nombreux téléphériques alignés, et des élèves montant à l’intérieur afin de traverser le tunnel. Quand je vis ces téléphériques, je fus un peu déçu. Sans mentir, je pensais que nous utiliserions des bateaux volant où quelque chose dans le genre.

Peu après nous nous dirigeâmes vers l’un des véhicules. Stella avait l’air vraiment excitée, même si je ne lui avait rien expliqué du tout. Je me demandai tout à coup si j’avais bien fait de la laisser étudier ici ? Bien sûr, cela me permettrait de la surveiller en travaillant, mais qui sait ce qui pouvait lui arriver … Je devenais de plus en plus inquiet en repensant à ma décision faites peut-être un peu trop vite.

Une autre chose à noter était que Cecilia avait caché son visage tout ce temps avec sa capuche, causant certaines personnes à la pointer du doigt en discutant. J’avais une ouïe améliorée, alors j’arrivais à entendre leurs conversations. Apparemment, ils discutaient de la rareté des robes violettes, et essayaient de deviner qui elle était. Ils parlaient aussi de moi et de Stella qui la suivions tout le long du chemin. Ce qui était franchement assez dérangeant, étant donné que je n’avais jamais vraiment attiré l’attention. Ils discutaient principalement de mon apparence, en répétant que j’étais extrêmement beau, certaines personnes exagéraient même en disant que j’étais divin, et que mes yeux étaient comme des lances transperçant leurs cœurs. Pratiquement chaque fille plus jeune ou plus âgée que moi me fixait des yeux lorsque je passais à côté. Certaines  me suivaient même du regard sans aucune gêne, que ce soit de loin ou de près, ce que je trouvais assez dérangeant. J’aurais aimé avoir une capuche comme Cecilia, mais la seule c
hose que je pouvais faire était baisser la tête afin de ne croiser le regard de personne. Certains garçons me lançaient des regards mauvais, certains même de mépris et de dégout. J’étais rassuré qu’ils ne fassent pas attention à Stella qui me tenait la main tandis que nous marchions. Elle avait l’air assez confuse en me voyant baisser les eux, et pour je ne sais quelle raison tenta de me remonter le moral, à quoi je répondis en lui souriant et lui caressant la tête en riant … En faisant ça, de nombreuses filles commencèrent à devenir rouge vif, et certaines s’évanouirent.

Nous entrâmes dans l’un des téléphériques et commençâmes à nous déplacer. Je me tenais près de la fenêtre de devant et admirait l’académie, fasciné. Je tenais dans mes bras Stella à hauteur d’épaule afin qu’elle puisse voir par la fenêtre. Elle était elle aussi fascinée, me posant pleins de question auxquelles je ne pouvais pas répondre, mais Cecilia m’aida en lui expliquant comment marchaient les choses. Enfin, ce n’était pas comme si je ne comprenais rien du tout.

Nous nous tenions là, regardant la géante île s’approcher petit à petit tandis que se levait le soleil, rendant la scène encore plus lumineuse.

– Etant donné que nous resterons ici pendant 9 ans, ce n’est rien de spécial, mais cela reste un décor à voir.

– Oui.

J’acquiesçai.

– Hey, n’est-ce pas Cecilia Greenwood ?

– Ouais, la dernière fois que je l’ai vu, elle avait une tonne de gardes du corps. Apparemment cette année il y en a beaucoup moins, peut-être que je peux aller lui parler ?

– Oublie ça. Regarde le garçon à côté d’elle. Je l’ai vu la suivre en venant ici, ils discutaient même ensemble. Apparemment c’est son nouveau garde du corps, et puisqu’il est le seul autour d’elle, on peut supposer qu’il est équivalent au nombre de gardes du corps qu’elle avait l’an denier, ce qui veut dire qu’il est très fort.

Je ne me tenais pas face à eux, alors ils ne se doutaient pas que je pouvais entendre leur conversation qui se déroulait à 8 pas derrière.

– Tu veux dire cette mauviette ? A part son beau visage, qu’est-ce qu’il a d’autre ? Il n’a même pas l’air fort, je suis sûr de pouvoir le battre facilement.

– Fais ce que tu veux, mais ne m’entraine pas là-dedans, ok ?

Les deux continuèrent à parler, ne changeant pas de sujet. Je ne leur prêtais pas grande attention, même s’ils m’insultaient. Je n’étais pas vraiment quelqu’un d’hautain et d’orgueilleux, mais j’avais mes propres méthodes pour contrer cette arrogance où pour tout simplement la retourner contre eux en cas de problème.

De nombreuses personnes avaient remarquées Cecilia et parlaient d’elle. Tout le monde parlait de ses antécédents et de sa force, étant donné qu’elle portait une robe violette.

– Hey, que sont ces robes ?

Demandai-je à Cecilia. Tandis que nous marchions, j’avais remarqué que chaque personne avait une couleur de robe différente. Jusque là, j’avais vu des robes blanches, jaunes, oranges, et quelques robes rouges. Seule Cecilia portait une robe violette.

Cecilia me fit un sourire amer et répondit.

– La couleur de la robe détermine le tiers du magicien. Cela va du tiers 1 au tiers 10, chaque tiers correspondant à une couleur. Par exemple, ma robe est volette, ce qui veut dire que je suis une mage de tiers 5. Le tiers le plus haut, c’est-à-dire le tiers 10, correspond à la couleur noire, et le tiers le plus bas, le 1, la couleur blanche. L’ordre est Blanc -> Jaune -> Orange -> Rouge -> Violet -> Bleu -> Vert -> Marron -> Gris -> Noir. Afin de sortir diplômé de l’académie il faut être au moins au tiers violet à 21 ans. Chaque année, l’école organise 3 examens afin de déterminer les rangs, et une fois l’examen réussi, il est possible de monter de rang et d’obtenir une nouvelle robe.

– Hmm.

J’hochai la tête. C’était très simple, mais en même temps, ces robes avaient l’air d’être des objets très importants.

– Hey, si je passe un examen, est-ce que je vais moi aussi avoir une nouvelle robe cool ? 

Stella me demanda innocemment, et je lui souriais maladroitement. En terme de connaissances générales, et dans tous les domaines, elle était très proche de mes propres connaissances, alors j’étais confiant en disant qu’un élève de 3ème année ne ferait pas le poids contre elle, même un étudiant de 8ème année aurait besoin de travailler très dur afin d’arriver à son niveau. Même si elle n’avait que 8 ans, je savais très bien avec quelle ardeur elle essayait de comprendre les choses. Elle avait 100% confiance en moi, et elle comptait énormément pour moi, mais maintenant je ne savais pas très bien si elle allait s’en sortir en magie.  Steward avait dit qu’elle était extrêmement talentueuse, et avait un réel talent inné et potentiel pour la magie, et pour le moment, je ne pouvais que le croire.

– Ouais, si tu travailles dur cette année, ça ne m’étonnerait même pas que tu réussisses à passer les 3 examens et que tu obtiennes une robe rouge, mais ça, c’est seulement si tu travailles dur, d’accord ?

– Oui ! Mais est-ce que ça rendre Onii-chan heureux ?

J’étais surpris en entendant sa question. Est-ce que je lui donnais l’impression de ne pas être heureux ? Si oui, pourquoi est-ce que ça l’inquiètes et la déprime autant ? Je ne voulais pas que mon attitude vigilante l’inquiète.

– Pourquoi est-ce que tu penses que je ne suis pas heureux ?

– Parce que tu es toujours en train de réfléchir à quelque chose, et parfois tu ne me réponds même pas !

Déclara-t-elle, contente de sa réponse et boudant en m’enlaçant. En quelque sorte, elle avait raison, depuis que nous étions arrivés là, j’étais vigilant de tout ce qui m’était inconnu. Je gardais mes distances avec la plupart des choses que je ne comprenais pas. Je me sentais un peu coupable, et savait pertinemment que j’avais négligé ma petite sœur ces dernières semaines, alors je lui répondis.

– Hmm, très bien, je suis désolé Stella. Je t’écouterais plus, et tu sais, je ne suis pas vraiment malheureux. Je pense juste beaucoup à toi et moi, afin que nous puissions vivre sans inquiétude. Tu comprends ?

Stella hocha lentement la tête contre mon torse, frottant sa mignonne petite tête contre moi.

– Alors si je réussis les 3 examens et que j’obtiens une robe rouge, est-ce que tu vas arrêter de t’inquiéter ?

Demanda-t-elle en me regardant, en attente de ma réponse. La question était inattendue, et je ne voulais pas qu’elle s’inquiète de quoi que ce soit, mais je souhaitais par-dessus tout être honnête envers elle.

– Tu sais, tu n’as pas à réussir les 3 examens. Même si tu ne les réussis pas tous, je ne t’aimerais pas moins juste à cause de ça. Mais si tu parviens à les passer tous les 3, je serais moins inquiète. Mais même si tu ne les réussis pas, ça ne changera pas grand-chose, tu comprends ?

Lui demandai-je, essayant de rester le plus calme et le plus honnête possible, mais en vain.

– Oui. Alors je vais passer les 3 examens et obtenir une robe rouge, comme ça tu deviendras plus heureux et moins inquiet. Je te le promets !

Elle annonça cela assez fort, et apparemment quelques personnes écoutaient ma conversation avec Stella. Certaines filles dans le téléphérique rougissaient, tandis que d’autres avaient les larmes aux yeux, même les garçons … Même si j’avais fait preuve d’empathie, elle n’avait pas besoin de tous les passer, mais pour je ne sais quelle raison, cela l’avait encore plus motivée. Et je n’avais pas la moindre idée de comment calmer autrement la motivation de quelqu’un. Tandis que je la regardais dans les yeux, je pouvais presque apercevoir une flamme ardente à l’intérieur de ses yeu
x marron. Je pensai les avoir imaginé, et n’y prêta pas plus attention.

Pendant le reste du trajet, nous parlions de l’école, des élèves, des cours de Stella et Cecilia, ainsi que de leurs emplois du temps. Stella posa de nombreuses questions sur la magie, que Cecilia se fit une joie de répondre.

Après 40 minutes, nous étions enfin arrivés à notre destination.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :