Chapitre 17 : Une Décision Vitale pour un Etre Aimé

 

– (Dring Dring)

– Egh … ?

Je me penchai sur le côté et m’empara du téléphone. Il sonnait assez fort, me rendant un peu irrité. Regardant l’heure, il était 5 heures du matin. Cecilia devait aller à l’école aujourd’hui.

Je me levai rapidement et me prépara. Steward m’avait dit de porter des vêtements un peu plus décontractés, alors je décidai de prendre une chemise marron avec un jean bleu, une veste noire et des chaussures noires.

– (Baille)

Je me redirigeai vers mon lit, et m’assis dessus. En vérité, je pouvais me lever à 6 heures, mais puisque je voulais prendre mon temps à me préparer, je m’étais levé un peu plus tôt.

– Eh ? Onii-chan ?

A mes côtés, Stella était sur le point de se réveiller. Je voulais qu’elle dorme un peu plus longtemps et commença à lui caresser la tête, jusqu’à ce qu’elle retourne au pays des songes.

– Hmmm.

Je me levai et quitta temporairement la pièce. Dans le couloir, j’ouvris une fenêtre, il me fallait un peu d’air frais.

– (Soupir)

La nuit précédente était extraordinaire. Actuellement, j’avais plus de 30 balais dans mon grimoire. J’avais essayé pleins de choses pour mieux comprendre ma capacité, et honnêtement, j’étais plutôt satisfait.

De ce que j’avais appris, je pouvais remonter le temps d’un objet avec lequel j’entrais en contact. Je pouvais même contrôler le temps auquel il devait être remonté.

Une autre découverte était que je pouvais accélérer le temps d’un objet. En essayant, le balai avait commencé à pourrir dans mes mains, devenant vert et rugueux.

Je pouvais aussi remonter le temps d’un objet afin qu’il retrouve son état d’origine. Ce que j’essaye de dire, c’est que quand je tenais le balai, j’ai remonté son temps et il est devenu une planche de bois dans mes mains. J’ai à nouveau remonté son temps et la planche s’est transformée en arbre …. (ce qui était assez surprenant à voir dans ma chambre). J’ai ensuite accéléré le temps de l’arbre et il est devenu un balai. 

Je me posais aussi des questions concernant l’arbre. Quand j’ai accéléré son temps, il s’est transformé en balai. Pourquoi est-ce que je me posais des questions là-dessus ? Parce que je pensais qu’en accélérant le temps de l’arbre, celui-ci vieillirait, mais non, il est devenu un balai. J’ai donc réessayé d’accélérer l’arbre mais cette fois-ci en en cassant une branche, et au final, l’arbre n’est pas devenu un balai, mais s’est mit à vieilli. Grâce à ça j’ai compris que si j’accélère le temps d’un objet afin de lui rendre sa forme originelle, puis que je change quelque chose sur cette forme, il ne reprendra pas sa forme normale.

Et autre chose que j’avais découvert, était que quand je remontais le temps de l’arbre avec une branche cassée afin qu’il redevienne entier, puis avançait le temps, il se retransformait en balai. Ce qui veut dire que les retours en arrière et bonds en avant s’appliquant sur un objet continuent toujours individuellement leurs cycles temporels, mais si je change quelque chose sur l’objet originel, le cycle se casse et en créé un nouveau. Mais je peux annuler cela en remontant le temps au moment où je ne l’avais pas avancé … Bon ok, je sais, c’est difficile à comprendre …

– (Soupir)

Un autre soupir s’échappa de mes lèvres … dernièrement, j’avais rassemblé une quantité incroyable d’informations, et j’avais encore du mal à le croire. Je me suis échappée d’une prison magique détenant des criminels surnaturels, j’ai lu des montagnes de livres, magazines, manuels ces derniers jours afin de me familiariser avec le monde extérieur. De plus, Cecilia m’a beaucoup aidé, et je n’ai pas vraiment besoin de m’inquiéter pour Stella. Je pense qu’elle ne devrait pas avoir trop de problèmes à s’adapter si je l’envoies à l’école, et même si elle n’y arrive pas, nous pourrons toujours réessayer …

– Oh ?

Quelqu’un s’exclama.

Je me tournai et, sur ma droite se tenait un homme d’âge moyen portant un habit de majordome noir. Il avait une sorte d’aura délicate l’enveloppant, le rendant agréable à avoir autour de soi, mais en vérité, c’était l’opposé quand on le connaissait bien. Il s’agissait de Steward.

– Vous êtes déjà réveillé ? Bien, rejoignez-moi et Madame devant l’entrée de la résidence dans 30 minutes. Je vous informerai de votre devoir une fois là-bas.

– D’accord.

Affirmai-je. Il hocha la tête puis se retourna, repartant par la sortie.

Une fois Steward parti, je retournai dans ma chambre pour réveiller Stella et la préparer. Nous finîmes en 20 minutes et quelques, et quittâmes la chambre. Traversant le couloir, Stella commença à me parler de sa journée d’hier. Comment Maria lui avait appris à peler les légumes, et faire des pancakes. Elle me dît tout cela avec une voix enfantine, me faisant parfois rire. Une fois arrivés à l’entrée, nous vîmes Stella et Steward se tenant à côté d’une voiture noir brillant. Il y avait au total 10 gardes du corps protégeant Cecilia, ainsi que 2 autres voitures devant et derrière, faisant 3 voitures au total.

Quand Steward m’aperçut, il acquiesça et pressa sa main contre son oreille avant de parler.

– Très bien, allons-y.

Steward me mena jusqu’à la dernière voiture, sur le siège de devant. Stella voulait s’asseoir à côté de moi, ce qui vexa légèrement Cecilia, qui arrivait d’ailleurs à plutôt bien le cacher. Je demandai à Stella de s’asseoir à côté de Cecilia. Elle était plutôt contre, mais je finis par arriver à la convaincre, ce qui la fit un peu déprimer, mais je lui caressai la tête et tout rentra dans l’ordre. Elle s’assît donc à côté de Cecilia et commença à discuter avec elle.

Une fois assis dans la voiture, j’étais un peu curieux, regardant tout autour de moi. Je connaissais cette voiture, j’en avais vu des images, mais c’était tout de même impressionnant pour moi.

Après 5 minutes, Steward entra dans la voiture sur le siège conducteur. Il la mit en marche et nous partîmes après 2 minutes.

Je regardai par la fenêtre. C’était la première fois que j’allais autre part que la maison.

– Vous avez l’air fasciné. Première fois que vous montez dans une voiture ?

Je tournai la tête vers Steward, qui conduisait la voiture sans me regarder.

– Oui.

Admis-je. Il se contenta juste de lever un sourcil et continua à regarder la route, mais il n’avais pas fini de parler.

– Bien, parlons de votre nouvelle tâche. Nous arriverons à l’académie dans 1 heure environ. Votre nouvelle tâche ne sera pas vraiment différente, vous allez toujours protéger Madame, mais cette-fois ci avec un nouvel agenda. Elle assistera aux cours, et vous pouvez choisir de rester à ses côtés, ou bien d’attendre en dehors du bâtiment scolaire jusqu’à la fin de son cours, à vous de choisir. Une fois les cours de Madame terminés, vous l’escorterez jusqu’au dortoir puis partirez. Si Madame vous appelle, il est de votre devoir de l’aider du mieux que vous pouvez. Si un individu suspect essaye d’approcher Madame, demandez-lui d’abord ses intentions, puis demandez à Madame la permission de laisser cette personne s’approcher … Est-ce bien clair ?

– Parfaitement clair.

A ma réponse, Steward souri et s’éclaircit la gorge.

– Bien, voici donc une offre personnelle.

Je clignai des yeux, tourné vers Steward. Il ne me regardait pas, et était toujours concentré sur la route, son visage tout à fait calme …

– Quoi ?

– Cela concerne l’endroit où vous résiderez. Nous en avons déjà parlé précédemment.

Il avait raison,
il avait dit qu’une fois arrivés là-bas, il me donnerait plusieurs options à choisir. Il parlait donc de ça.

– Et c’est ?

Demandai-je. Une lueur était apparue dans ses yeux pour je ne sais quelle raison, mais je décidai de l’ignorer.

– Votre sœur peut pour l’instant rester aux côtés de Madame dans le dortoir, dans la même chambre qu’elle. Elle sera la servante personnelle de Madame – seulement de nom bien sûr, elle n’aura rien à faire – et ira à une école de haut niveau. Nous nous occuperons bien sûr, de tous ses frais, comprenant frais de scolarité, livres, nourriture, habits, et loisirs. Une fois que votre durée de travail auprès de Madame sera expirée, votre sœur pourra vivre avec vous, et continuer à aller à l’école tous frais payés. Nous vous garantissons aussi de lui donner un travail dans le lieu de son choix. Son salaire sera décemment élevé, lui permettant de ne jamais avoir de problèmes d’argent. Pour cela, je peux vous offrir d’étendre votre contrat de 2 ans, avec le même salaire.

J’étais un peu confus en entendant son offre. Cela me permettrait de ne pas m’inquiéter concernant sa scolarisation, mais en même temps, j’étais suspicieux de ses motifs. Il voulait allonger mon contrat de travail de 2 ans, ce qui voulait dire que j’avais juste à protéger Cecilia pendant 2 ans, gagner de l’argent grâce à cela, et laisser ma petite sœur apprendre en paix …. Cela avait l’air trop beau pour être vrai. Mais, après avoir réfléchi sur la question, j’étais sur le point d’accepter quand il me donna une autre offre.

– Où bien … nous pouvons aussi faire ça …

Je l’écoutai attentivement.

– Nous pouvons étendre votre contrat jusqu’à ce que Madame finisse ses études. Nous vous payerons comme d’habitude, et en retour, nous vous donnerons …

Pour la première fois, il tourna la tête vers moi, ses yeux luisants semblant presque sourire.

– Nous laisserons votre sœur étudier dans une école de magie, où elle y apprendra la magie. Nous nous occuperons bien sûr, de tous les frais de scolarité, loisirs, et vie, comme la première offre, mais cette fois-ci, nous lui donnerons un poste dans notre département magique. Ne vous inquiétez pas, ce n’est rien de dangereux, ce département s’occupe principalement de recherches et études de la magie grâce à des expériences dans un environnement adapté. La paye est ici bien plus importante que n’importe quel emploi mortel normal, et lui permettra ne vivre sans inquiétude pendant toute sa vie. La raison pour laquelle je vous propose cette offre est que j’ai remarqué que votre petite sœur détient un large potentiel en tant que mage. Son talent inné en magie est même bien plus important que le mien. Elle peut même être considérée comme un prodige né tous les 1000 ans. De plus, elle possède plus de savoir et une meilleure capacité de compréhension que n’importe quels pairs de son âge.

Il insista sur ses dernières phrases.

J’étais abasourdi. Stella, une magicienne ? Et un prodige en plus ? Est-ce qu’il me piégeait ? Cela me paraissait trop irréaliste. Je n’avais jamais entendu le mot ‘magie’ sortir de sa bouche ….

J’étais vraiment suspicieux de cette offre, et étais même plutôt pour accepter la première offre. Protéger Cecilia jusqu’à ce qu’elle finisse ses études m’allait dans tous les cas, mais Stella, une magicienne ?

Steward, me voyant réfléchir à ma décision, était toujours en train de sourire, une lueur dans ses yeux. Je décidai de lui demander.

– Et comment est-ce que je sais que vous ne me mentez pas ?

– Qu’est-ce que je gagnerais en vous mentant, à part vous laisser protéger Madame jusqu’à la fin de ses études ?

C’est vrai, il n’y avait rien à perdre, à part que j’allais travailler pour Cecilia et laisser Stella aller à une école de magie. Je voulais vraiment qu’elle apprenne la magie et me la montre, mais laisser Stella entrer dans le monde du surnaturel m’inquiétait.

Steward se retourna vers la route. Apparemment, nous allions bientôt arriver. Son visage était à nouveau sans expression, comme si rien n’était arrivé.

Après 10 minutes, la voiture s’arrêta.

Steward était sur le point d’ouvrir la porte mais…

– Steward.

Il se tourna vers moi en souriant.

– Je prends votre seconde offre.

– Sage décision.

Je ne lui répondis pas, ouvris la porte, et sortis dehors.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                     Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :