Chapitre 15 : Balai Cassé

 

Cela faisait maintenant 2 semaines depuis que j’étais arrivé ici. Steward m’avait expliqué comment m’occuper de diverses choses, mais mon rôle principal était surtout de rester vigilant. Rien de spécial ne se passa, je passais mon temps aux côtés de Cecilia ou bien à distance et l’observant quand elle voulait être seule. Stella ne travaillait pas, alors elle se contentait de rester ici en tant qu’invitée, ce qui, je dois l’avouer, me soulageait.

La plupart du temps, elle se contentait juste de me suivre, et de dormir avec moi dans ma chambre. Elle adorait sa robe, me la montrant à chaque fois, elle était vraiment mignonne.

– Dawn.

– Oui ?

Tandis que je nettoyais le hall, Steward vint vers moi, tenant dans ses mains une enveloppe. D’ailleurs, ces 2 dernières semaines, je n’avais pas revu cet étrange personne en noir et aux yeux verts. Je n’en avais aussi parlé à personne, étant donné que je ne savais même pas si cette personne était réelle ou non, et je ne souhaitais pas déranger qui que ce soit avec ça.

– Vous voyez, demain, les vacances d’été se terminent.

Je me souvins que Cecilia allait à l’école magique située près d’ici. Steward m’avait dit que moi et Stella, nous l’accompagnerions aussi. Apparemment, les gardes du corps étaient totalement normaux là-bas. Il me dit aussi que la raison principale pour laquelle Cecilia ne pouvait pas se faire d’amis était qu’elle avait de nombreux gardes du corps la suivant partout et faisant peur aux autres élèves. Mais maintenant que je suis là … apparemment Steward avait un peu d’espoir pour Cecilia quand il s’agissait d’amitié. Il me demanda aussi de l’aider un peu, même si je ne connais moi-même personne de mon âge à part Cecilia.

– Je vous rappelle que vous irez avec Madame. Elle vivra dans le dortoir des femmes. Vous et votre sœur pourrez aussi y vivre en tant que garde du corps et servante. Ne vous inquiétez pas, votre sœur n’aura aucun travail à effectuer, ce n’est que de nom pour rendre les choses plus aisées. Les personnes là-bas sont déjà au courant de vos circonstances. Ce que je tiens dans mes mains est une carte de crédit contenant votre paye actuelle. Le code et les informations personnelles sont stockés à l’intérieur de cette carte. La pochette inclus aussi votre passeport et celui de votre sœur, au cas où vous auriez besoin de vous identifier.

En entendant son explication, j’hochai la tête et prit l’enveloppe dans mes mains. Cela me rendit légèrement heureux. Ces 2 dernières semaines, j’avais utilisé 1 heure par jour à la librairie pour en apprendre plus sur le monde extérieur. Il m’était encore majoritairement inconnu, alors il me fallait un maximum d’informations.

Après avoir pris l’enveloppe et discuté de quelques détails avec Steward, je retournai à mon travail. D’après Steward, Cecilia était actuellement en train de préparer ses vêtements et autres nécessités dans sa valise. Tandis que je nettoyais les marches, mon regard se tourna vers la fenêtre.

– …

Cela faisait maintenant 3 semaines depuis que je m’étais échappé de prison. Pour le moment, tout allait bien. Il était encore un peu dur pour moi de m’adapter ; Cecilia utilisait parfois des termes que je ne pouvais pas trouver dans des livres. Elle me conseillait d’aller chercher sur internet …….. que bien sûr je ne savais absolument pas faire marcher. Déjà que j’avais quelques difficultés avec le smartphone. Pourtant, Stella elle avait l’air de bien savoir utiliser internet …

Perdu dans mes pensées, je me demandais comment les choses allaient évoluer. Je ne travaillerais ici que pendant quelques mois, j’avais maintenant un passeport. Et l’argent n’était pas un problème pour le moment, mais je n’étais pas sûr, peut-être que l’argent que je venais de recevoir ou l’argent stocké dans le livre n’étaient en vérité pas des sommes astronomiques, qui sait.

Une autre chose qui m’intriguait était cet homme aux yeux verts. Je ne l’avais plus revu depuis, et Steward m’avait affirmé qu’aucun étranger ne pouvait entrer dans la résidence grâce à un sort spécifique créant un mur invisible si quelqu’un tentait de pénétrer illégalement dans la résidence. Je n’avais prévenu personne pour le moment car ce pouvait être dû à mon imagination ou aux drogues qui m’avaient explosées au visage …. Ouais, c’est effrayant rien que de l’imaginer. Tandis que je réfléchissais à tout ça, je ne me rendis pas compte que je tenais mon balai trop fort, ce qui fit donc ….

*Crac*

Ouais, le manche du balai venait de se casser …. Mais il ne faut pas se méprendre, c’est déjà la 5ème fois que cela m’arrive, ce n’est pas parce que le balai est trop fragile, ou parce que je le tiens beaucoup trop fort, c’est parce que je n’arrive pas à bien contrôler ma force. Comme je l’avais déjà dit, je pouvais maintenant voir dans le noir comme si j’utilisais une vision nocturne, de plus, j’avais remarqué que on ouïe était elle aussi devenue extraordinaire. Je ne savais pas ce qu’il en était pour le toucher ou l’odorat parce que je n’avais pas essayé, mais surtout, ma force s’était grandement améliorée, et j’essayais toujours de m’y habituer.

– (soupir)

Je baissai les yeux vers mes mains tenant le balai brisé. Steward et Maria avaient remplacés les balais que j’avais déjà cassés. Il y avait même une réserve ou Maria avait rangé 20 autres balais juste pour m’énerver, mais malheureusement, je suppose que je vais devoir les utiliser maintenant …

Je me mis à marcher vers la pièce B (c’était le nom que lui avait donné Maria) en tenant les deux morceaux du balai. En marchant, un autre questionnement me revint à l’esprit, il s’agissait du mystère des boules de feu, où j’avais pu faire disparaitre les boules de feu rien qu’en les touchant durant le combat contre le vieil homme. J’avais demandé à l’un des gardes à l’extérieur de refaire la scène en projetant vers moi une boule de feu basique (le nom donné par les gardes), et en arrêtant le temps, j’avais essayé de me souvenir ce que j’avais dit à ce moment-là, j’avais essayé Stop, Disparait, Rétrécit , et d’autres concepts pour la faire disparaitre, mais rien n’avait marché.

– ….

Je tournai à nouveau le regard vers le balai cassé et dit à voix haute.

– Si seulement je pouvais remonter le temps au lieu de l’arrêter.

A ce moment-là, j’étais déjà devant la porte de la pièce B, et l’ouvrant et allumant la lumière, je jetai le morceau supérieur du balai dans une poubelle. Et tandis que j’étais sur le point de faire la même chose pour l’autre morceau, je regardai ma main et réalisa quelque chose d’assez intriguant.

– Eeh ? Est-ce que j’ai pris un nouveau balai sans le réaliser ?

Oui, le balai que je tenais une minute plus tôt n’était pas cassé … et paraissait même neuf ? Où a pu bien passer l’autre morceau du bas ?

Je jetai un coup d’œil à la pièce. Elle était très petite, et ne contenait que des balais, c’était d’ailleurs pour ça qu’on l’appelait pièce B, pour Balai. A part les balais, il y avait une poubelle. Je regardai à l’intérieur mais la seule chose que j’y vis était le manche du balai que je venais de jeter. Maria et Steward avaient probablement rangés la pièce, car il n’y avait rien d’autre à part es balais neufs … J’étais confus.

En sortant de la pièce, je tenais le morceau cassé dans une main et le balai neuf dans l’autre. Les fixant tous les deux, je n’arrivais pas à comprendre où été passé l’autre morceau, et je réfléchissais rationnellement jusqu’à ce que ….. je compris enfin.

– Une seconde, ohhhhh 
!

Mes yeux faillirent sortir de leurs orbites. Si ce que je pensais était effectivement vrai, cela allait être vraiment intéressant.

– Hehe.

Je parcourus à nouveau le couloir dans l’autre sens pour continuer à nettoyer tout en tenant le morceau cassé de balai dans ma main gauche. La nuit allait être longue.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 15

  • Avatar
    22 avril 2016 à 13 h 51 min
    Permalien

    Si ca se trouve le mec est en train de triper dans son sous sol depuis que les drogues lui on exploser au visage, mdr

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :