Chapitre 11 : Trop de Questions

 

Un tome magique ? Non non non, c’est un grimoire … Ahh, appelons-le livre magique, ce sera plus simple …

Tandis que je m’asseyais sur la chaise, j’essayais de réfléchir à ce que ce livre pouvait bien être. Il s’agissait sans aucun doute d’un livre magique, il m’avait aidé à m’échapper, pouvait contenir des objets, je pouvais le faire disparaitre. Il avait toutes les preuves magiques dont j’avais besoin et pourtant mon esprit ne pouvait juste pas l’accepter, malgré le fait que j’aie vue plus de magie qu’un humain normal dans toute sa vie ….

Je regardai à nouveau le livre et commença à inscrire une nouvelle question.

– Pourquoi étais-tu dans la prison ?

A nouveau les mots commencèrent à disparaitre et de nouveaux prirent forme.

– 8 siècles plus tôt, j’ai été écrit par le grand roi de la sagesse Salomon. J’étais un enregistrement de toutes ses expériences. Un journal de sang et de notes de savoir. Solomon avait écrit plus de 300 livres, y inscrivant tout son savoir et avait enfin réalisé qu’avec autant de livres, il ne pouvait plus voyager. Solomon ne souhaitait pas se séparer d’un seul de ses livres, alors il utilisa une magie pour fusionner tous les livres en un seul livre, et créa ainsi un grimoire, moi, le Clavicula.

La page était pleine et je me demandais s’il avait fini jusqu’à ce qu’une page se tourne d’elle-même. J’étais surpris mais aussi curieux, il y avait plus de texte sur la page suivante.

– … Ainsi Solomon au fil du temps documenta tous les savoirs qu’il avait recueilli sur des sorts, rituels, et invocation, comprenant aussi des connaissances sur les animaux magiques et la plupart des démons. 80 ans passèrent et Salomon, sur son lit de mort, savait très bien qu’il ne pouvait tromper la mort. Il était immensément puissant, et personne ne pensait qu’il mourrait un jour de vieillesse. Solomon lui-même avait créé de nombreux sorts pour se renforcer, mais en vain. Dans son dernier soupir, Solomon souhaitait protéger la chose la plus précieuse à ses yeux : moi, le grimoire. Personne n’était au courant de mon existence tout ce temps, alors me trouver pouvait mener l’humanité à sa perte. Solomon décida donc, en utilisant ses dernières forces, de créer une prison volante afin de m’y cacher des yeux du monde extérieur.

J’étais sans voix. J’étais en possession d’un livre vieux de plus de 8 siècles, contenant une quantité gigantesque de savoir sur la magie et plein d’autres choses …. Que pouvais-je en faire ?

Je réalisai que je m’emportais un peu trop, et secoua rapidement la tête en pensant ‘’Ca ne peut pas être aussi facile’’.

En sachant que Solomon souhaitait cacher ce livre afin que personne ne l’utilise pour détruire le monde, je pense qu’il a fait un choix très intelligent … Je me mis à rire de mes mots : il est le roi de la sagesse, pourquoi n’y penserait-il pas ?

J’avais à nouveau de nombreuses questions telles que qui était l’homme dans la prison m’ayant donné ce livre ? Pourquoi me l’a-t-il donné ? Pourquoi ne l’a-t-il pas utilisé pour son propre profit ? Et, une seconde, comment pouvait-il utiliser la magie dans la prison ?

De ce que je sais le magie est inutilisable dans la prison, Steward me l’a affirmé. Mais dans ce cas, comment a-t-il fait ?

Je secouai la tête. C’est inutile, il y a trop de questions inutiles pour le moment.

– (Soupire)

Je pris le livre et le ferma. Il me fallait du temps pour y réfléchir. Je m’emportais bien trop. Je n’avais pas besoin de me préoccuper de tout ça pour le moment.

Je congédiais le livre et était sur le point de partir la bibliothèque quand tout à coup je me souvins que je n’avais encore rien lu. J’étais fatigué mais pouvait le supporter encore un peu.

Je m’approchai des étagères et parcourut les livres du regard.

– Ca va être une longue journée …

J’arrêtai le temps et commença à sortir les livres de leurs étagères. Je savais que si je ne bougeais pas trop, mon corps ne serait pas trop affecté une fois le temps arrêté. Et puis je pouvais toujours dormir et soigner ma fatigue mentale , alors je me mis à bouger lentement et m’asseyais, un livre entre les mains.

 

5 jours 11 heures 43 minutes et 7 secondes plus tard.

Une chose que j’adorais quand j’arrêtais le temps, était l’état dans lequel je me trouvais. Je me sentais invincible, comme si rien ne pouvait me blesser.

– Start.

Le temps se remit en marche. Je m’asseyais rapidement et commença à compter dans ma tête afin de rester conscient et sain d’esprit. Je savais qu’après 7 secondes l’effet prendrait place et que je sentirais 5 jours de lectures et de légers mouvements. J’attendis … et ça commença.

– Hugh !!

Assis sur la confortable chaise, mon corps se mit à trembler. Ma tête sonnait, et je perdais conscience par moment. J’étais heureux d’avoir dormi quand le temps était arrêté, mon esprit n’aurait pas pu le supporter si j’étais resté debout pendant 5 jours.

Je tremblais et transpirais. Tout mon corps me grattait et était bizarre. J’attendis de me sentir mieux, et après 30 minutes, j’allais bien. Fatigué, affamé, sale, mais j’allais bien.

Je regardai l’horloge, il était 3 heures de l’après-midi. J’étais resté dans cette pièce pendant une heure, même si dans mon monde à moi, 5 jours s’étaient écoulés.

Je me levai, mes jambes avaient l’air d’être sur le point de tomber en pièces. Je jetai un coup d’œil à mes pieds, ils allaient bien, mais mon corps me disait tout le contraire.

Je n’arrivais plus à marcher alors je me rassis et sortis le smartphone …. Oui, apparemment, selon ce que j’avais lu, ça s’appelait un smartphone.

Traversant les divers menus du téléphone, il y avait déjà le numéro de nombreuses personnes dessus, même celui de ma petite sœur. Mais je cherchais quelqu’un d’autre pour l’instant. Ah, le voilà.

– Allo ?

– Oui, c’est bien Maria ?

Je demandai.

– Oui, c’est toi Dawn ?

– Oui, c’est moi. Peux-tu venir à la bibliothèque ?

– Bien sûr, je suis libre là. Que s’est-il passé ?

– J’ai un peu besoin d’aide, et peux-tu aussi m’apporter quelque chose à manger ? Je meurs de faim.

– N’avais-tu pas déjà mangé il y a une heure ?

Demanda-t-elle surprise.

– Ouis, je n’y peux rien, j’ai un métabolisme rapide.

C’était un mensonge.

– Hmm, d’accord, j’arrive dans 30 minutes.

Elle raccrocha. Je remis le smartphone dans ma poche et regarda l’horloge un instant, puis le plafond.

Cela faisait 5 jours que j’étais arrivé, et la première chose que j’avais faite était de lire l’histoire. De ce que je sais, de nombreuses choses ont changé dont je n’étais pas au courant. Mais cela me permit d’avoir une connaissance basique de ce monde.

Nous sommes actuellement en l’an 2048. Je suis en Amérique. Steward avait dit que nous nous situions près de Los Angeles, alors je suis en Californie, l’un des états des USA. Je n’avais pas ces connaissances avant, et j’étais content de voir que cette bibliothèque contenait une grande quantité  d’informations pour moi. Steward avait aussi dit que la magie n’existait pas, étant donné que personne ne la connaissais. Les gens normaux pensaient qu’il s’agissait de pur folklore. J’avais lu quelques ouvrages sur la religion, la politique, ainsi que tout un tas d’autres sujets, tel que la technologie d’antan. Avant, je ne connaissais que les vieux appareils utilisés il y a plus de cent ans, appareils maintenant remplacés par les ordinateurs et smartphones d’aujourd’hui. Par contre je connaiss
ais les voitures, et avais appris qu’elle n’avait pas vraiment changées. C‘était un atout de savoir le maximum de choses. J’étais satisfais et souriais.

 Le temps s’écoula rapidement et Maria arriva à la bibliothèque. Je mangeai 5 bols de ragout, qui était délicieux, et après ça, Maria m’aida à retourner dans ma chambre, ne pouvant pas le faire moi-même. Maria ne me posa pas de questions concernant ce qui m’était arrivé. Apparemment chaque personne ici était comme ça. Pour eux, il valait mieux ne rien demander, et ne pas fouiller dans les affaires des autres.

Une fois dans ma chambre je me couchai sur mon lit. J’étais sale, mais ça ne me dérangeait pas. Tout ce que je voulais, c‘était dormir, alors je me mis à sombrer dans le sommeil.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

3 réflexions sur “Le Rude Maître du Temps – Chapitre 11

  • Avatar
    25 mars 2016 à 7 h 45 min
    Permalien

    juste, librairie, c’est mieux bibliothèque, une librairie, c’est un magasin.
    bibliothèque–> library
    librairie–> Bookshop
    je vois donc mal une librairie dans un manoir XD

    Répondre
    • Avatar
      25 mars 2016 à 9 h 48 min
      Permalien

      Yep merci, c’est corrigé.
      Les faux-amis en anglais 🙁

      Répondre
      • Avatar
        25 mars 2016 à 17 h 26 min
        Permalien

        en effet ^^
        « chantonne »
        Ah, les faux amis
        quand on les traduit
        on croit qu’c’est du tout cuit

        Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :