The Red Strings Club

Deconstructeam. Devolver Digital. 22 janvier 2018

Après Gods Will Be Watching dans le même genre graphique, léquipe de Deconstructeam revient avec un projet atypique et cyberpunk décalé. Prêt à vous prendre le cocktail de votre vie au Red Strings Club ? C’est le Test 3O3Trois points positifs, et trois points négatifs sur le jeu !

Plus + tableau

    • Ambiance garantie – Dans un jeu plus vrai que nature, vous entrerez dans un univers cyberpunk des plus réussis, mettant en avant des problématiques souvent très actuelles et un peu déroutantes. On est pas encore dans Black Mirror, mais nous n’en sommes pas si loin là non plus. Au travers de discussions entre votre personnage et le barman du célèbre The Red Strings Club, vous essaierez d’en apprendre un peu plus sur ce monde à la saveur si particulière…
    • Beau – Comme à son habitude, Devolver Digital nous sélectionne la crème du beau pixel et de l’OST. The Red Strings Club n’y fait donc pas défaut une fois de plus et propose un pixel-art du plus bel effet et une bande-son évasive et transcendante des plus particulières. Frissons garantis. Mais ce qui est le plus beau sur ce jeu, c’est bien évidemment son scénario en huis clos. Tantôt dans le bar et tantôt dans la fabriques de modules (on va y revenir), le scénario arrive à être riche en rebondissements et en critique de la société en ne bougeant presque jamais d’endroits hormis ceux-ci !

  • Mini-jeux intéressants… – Même s’ils ne sont là que prétexte à faire avancer un scénario, les mini-jeux qui s’offrent à nous ont le mérite d’être originaux. Voici une petite présentation de chacun de ces dits-jeux :
    • L’alcool : Vous devez faire des remontants pour diverses personnes visitant le bar. Changez le cours du scénario en servant différent mélanges d’alcools. Vous avez plusieurs bouteilles à disposition et vous devez verser dans le verre un mélange des différentes bouteilles, sachant que chaque boisson fera déplacer un curseur dans un sens ou dans l’autre, et que l’ajout de glaçons fera réduire la taille de ce curseur. Le but étant d’amener ce curseur sur l’un des points d’intérêts présent. 
    • La poterie : Mini-jeu principal du jeu, vous allez recevoir des clients à tour de rôle et devoir leur fabriquer des implants pour améliorer leur quotidien. Chaque client vient en vous parlant de son problème, et c’est ensuite à vous parmi une « liste de recettes » de choisir l’implant qui serait le plus adapté à votre client. Ce mini-jeu est un peu le coeur du « gameplay » sur ce jeu, donc autant vous dire que si vous n’aimez pas les jeux narratifs, vous pourrez tout de même passer votre chemin !
    • Imitation de voix : Ce mini-jeu est peut être le moins technique, mais sûrement le plus intéressant de tous. Vous aurez accès à un carnet d’adresse avec une liste de gens à contacter pour progresser dans l’Histoire. Vous pourrez prendre la voix de n’importe lequel de ses contacts et d’appeler n’importe quel autre contact. Ainsi vous pourrez voir les réponses changer selon qui appelle qui, et à quel moment. Ce principe est très intéressant et très bien trouvé ! A vous de trouver avec qui appeler quelle personne pour récupérer les informations dont vous aurez besoin pour progresser dans votre enquête.
      Glups!

Moins -

  • Pas sympa avec les journalistes – Un petit détail, mais la touche de capture d’écran sur Steam ne fonctionnait pas et était remplacé par un espèce d’outil dev pour voir les FPS en temps réel du jeu etc. Ce n’est pas grand chose mais on passe d’un simple clic à une retouche du screen sur Photoshop ! Bon, ici à 404 on est habitués avec nos photos de concerts, mais c’est quand même moins pratique !
  • Jeu assez court : L’ambiance est là, tout est là, mais pour peu de temps ! Comptez même pas 5 heures pour venir à bout du jeu, c’est assez peu compte tenu du prix de 14.99€ qu’il vous en demandera, surtout que la jouabilité sur un jeu narratif (qui ne laisse pas trop place à la libre interprétation en plus et viens vite nous balancer son opinion sur un tas de choses) est pour ainsi dire nulle. Le jeu est un one shot, excellent et rapide, et il faut donc bien le prendre en compte lors de l’achat.
  • …mais redondants – Peut-on parler de répétitif sur un jeu aussi court ? Oui peut-être ! Faire les différents modèles de poterie ou mélanges d’alcool sont des mini-jeux certes originaux mais finalement pas si intéressant à côté du scénario proposé par le jeu. Leur présence n’est donc finalement que prétexte à faire interagir le joueur avec le jeu et faire un semblant de choix au sein de celui-ci. Pour celui du téléphone vocoder, la part scénaristique lui étant lié le rend suffisamment intéressant et logique pour devoir se creuser la tête et apprécier à 300% ce jeu là !
    A votre service.

15/20

 

The Red Strings Club est une critique sensée de notre société actuelle qui vous amènera à réfléchir sur de nombreux sujets d’aujourd’hui. Ces quelques heures dans ce bar coloré coûteront peut être un peu cher, mais quel est le prix pour boire un verre et discuter entre vieux amis, le temps d’un instant, sous des airs mélancoliques du passé qui nous remémorent bien des souvenirs ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

%d blogueurs aiment cette page :