Une nouvelle semaine plutôt intéressante nous attend, musicalement parlant. Allez, on oublie le Corona (allez-vous en chercher une, à la limite), on allume ses enceintes et on profite des nouveaux sons sortis dans la semaine !

– ALBUMS –

Maximilien

Silverstein – A Beautiful Place To Drown

Silverstein, c’est un groupe que j’apprécie depuis un moment sans forcément passer mon temps à les écouter. Le groupe n’avait jamais réussi à m’accrocher assez pour que j’aille de moi-même les écouter fréquemment… Du moins, jusqu’à leur concert en 2018 qui était vraiment génial (avec les super Dizorder en première partie qu’on salue d’ailleurs !). Le nouvel album du groupe est sorti cette semaine et il est assez différent du metalcore habituel du groupe. Les titres de ce nouvel album sont globalement plus léger. Les morceaux utilisent davantage d’instruments que le combo musical classique auquel Silverstein s’appuie généralement.

L’album propose de nombreux featurings avec des artistes de renom : Intervals, Caleb Shomo de Beartooth, Pierre Bouvier de Simple Plan, Princess Nokia (3310) (pardon) ou encore Aaron Gillespie (The Almost, Underoath). Tous les titres sont différents et clairement identifiables. Pour moi, quand c’est le cas, c’est que l’album est réussi. J’ai une petite préférence pour les refrains de Infinite qui ont un côté à la fois léger mais puissant, les petites envolées lyriques sur les mots Infinite donnent des frissons.

L’album est excellent dans son ensemble, que ce soit les  différents singles Bad Habits, Burn It Down qu’on entend depuis déjà plusieurs mois en allant jusqu’à All On Me dans lequel on peut entendre quelques notes de saxophone et une musicalité frôlant par moment avec le jazz. Je vais de ce pas regarder si le jazz/metal existe d’ailleurs. (Edit : Oui, Intervals le faisait sur son album The Shape Of Colour. A croire que la collaboration en début d’album les a inspirés !)

Le groupe sera de passage le 24 juin à Lyon, en excellente compagnie. While She Sleeps, Motionless In White et SHVPES complèteront ce plateau. La soirée s’annonce déjà épique et j’hésite même à m’y rendre juste après le Hellfest…

 

Koalavath

Hot Mulligan – you’ll be fine

Le jour est enfin venu pour Hot Mulligan de sortir leur album « you’ll be fine », qu’ils ont notamment écrit à partir d’expériences personnelles au cours de tournées et comment cela affecte leurs diverses relations. Il y a quelque chose de cathartique dans leurs chansons dans la manière dont les paroles sont criées, et on ne peut que s’imaginer ce que cela doit faire pour la foule de les crier avec eux. Il n’y a qu’à aller l’écouter au moins une fois pour vous en faire une petite idée. « Vous vous sentez probablement triste ou stressé, voire perdu dans votre vie, mais ne vous en faites pas trop car ces sentiments s’évaderont avec le temps. Tout compte fait, après avoir poursuivi vos rêves, brisé des cœurs et créé de nombreux souvenirs, vous irez mieux ».

 

Lauv – ~ how i’m feeling ~

Mais irez-vous vraiment mieux? Comme si les titres d’albums se répondaient, on retrouve maintenant ~how i’m feeling~ qui peint tout un paquet d’émotions diverses au travers de 21 chansons, dont de nombreux featurings. Voilà de quoi tuer vos heures pendant les longs trajets! (Je crois que c’est une très rare fois depuis des siècles que je vois un album qui dépasse 12 chansons haha). Les chansons ont quant à elle toutes ce combo de vibes uplifiting et d’une voix aérienne, résultant en une musique qui donne la pêche rien qu’à l’écoute. Mais il y a également une balade, « Julia », qui met en avant les hautes notes vocales de Lauv sur un piano au ton triste; une chanson en somme assez touchante qui est en fait une lettre d’excuse ouverte à Julia Michaels.

Coup de cœur : « Modern Loneliness », « Julia », « Sad Forever »

 

Sparrow Sleeps – Pray For The Restless

Pour ceux qui ne connaîtraient pas encore, Sparrow Sleeps, c’est un duo de musiciens qui aiment bien reprendre des albums généralement classifiés dans le genre pop-punk, et d’en faire des berceuses à leur façon. Je trouve que c’est un concept original, et c’est vraiment bien travaillé au poil de la bête. Les chansons pop-punk sont Habituellement, les chansons pop-punk sont rythmées par une énergie intense qui vous garde 100% réveillées. Or, dans leurs travaux, ces hymnes que vous adorez hurler à pleins poumons, que ce soit du State Champs, All Time Low, Neck Deep, Paramore et bien plus encore, sont transposées de telle manière à les rendre super apaisantes et douces. En ce début de mois, c’est au tour de l’album « Pray For The Wicked » de Panic! At The Disco. Bonne nuit les cocos! (Ou, pas encore tout compte fait, on a encore pleins de chansons sympathiques à vous proposer!)

 

– CHANSONS –

Koalavath

Alazka – The Cure

Avant de décoller pour leur prochaine tournée européenne qui arrive à grands pas, Alazka sort un dernier titre « The Cure » qui sera possiblement un remède à votre manque de chanson addictive. Pas de remplacement au chant clair depuis le départ de Kazimir, néanmoins, Tobias prend le relai à sa manière pour le refrain, comme il le faisait déjà plus ou moins avant, et il faut dire que cela n’en est pas plus déplaisant. Dans ce nouveau titre, il y a un côté bien plus mélodique que « Living Hell », susceptible de plaire aux fans qui apprécient un bel équilibre qui jongle sur les frontières du heavy et du mélodique.

Comme ses prédécesseurs « Dead End » et « Living Hell », on peut sentir un élément synthwave qui caractérise cette nouvelle ère d’Alazka, et devenant par la même manière une caractéristique qui les distingue de la plupart des groupes prédominants de la scene. Finalement, plus qu’un remède à votre manque d’addiction, c’est justement un remède qui va enclencher une addiction chez vous vis-à-vis de cette chanson. Personnellement, « The Cure » est devenue ma préférée des trois titres sortis, si rapidement. Ecoutez-la donc à vos risques et périls (de ne plus faire que d’écouter cette seule et même chanson pendant une période indéfinie).

Le 3/3 indiquerait aussi 3/3 sorties, généralement avant la sortie d’un album. De fait, cela pointerait par la même occasion la prochaine sortie de leur nouvel album, dont on aurait peut-être l’annonce durant la tournée, qui sait? En parlant de tournée, prenez soin de ne pas rater leur venue en tête d’affiche au Petit Bain le 3 avril prochain aux côtés d’excellents groupes que sont Kingdom of Giants, Rarity et Resolve.

 

Future Palace ft Tobias Rische – Illusionist

Double dose de Tobias Rische dans le récapitulatif. En effet, je suis tombée par pur hasard sur cette chanson en raison du featuring, et ma foi, très belle découverte! En réalité, la voix de la chanteuse me semblait déjà familière, et pour cause, Future Palace est le groupe qui a pour front Maria Lessing que nous avons découvert en janvier sur un featuring de l’album des fantastiques Final Story.

Côté voix, on a quelque chose de puissant et cassé, envoûtant à l’écoute. On aurait presque l’impression d’avoir une belle fusion entre les voix de Lauren Babic (Red Handed Denial) et CJ Gilpin (Dream State). L’instrumentalisation est très efficace et punchy. Le groupe n’a que 3 chansons de sorties pour le moment (mais qui en valent tout autant le détour), et continue de travailler sur leur premier album qui s’annonce déjà prometteur. On ne peut que vous recommander de garder un œil sur cette petite gemme pleine de potentiel qu’est Future Palace!

 

Mayday Parade – It Is What It Is

Mayday Parade et son rock ensoleillé revient en force après le très bon album « Sunnyland » sorti il y a déjà deux ans. La composition un peu circulaire de « It Is What It Is » saura appâter vos papilles et vous rester en tête tel un hymne pendant un bon moment. Vous pourrez prochainement les voir au Slam Dunk si l’envie vous vient de voyager jusqu’au Royaume-Uni toutefois!

 

Boston Manor – On A High Ledge / Ratking

Avec l’annonce de leur album « GLUE » à venir le 1er mai et qui risque de vous accrocher,  Boston Manor en profite pour vous sortir deux nouveaux titres: « Ratking » et « On A High Ledge ». Cette nouvelle sortie a été un peu à double tranchant pour ma part. J’ai bien aimé « Ratking » qui avait ce côté accrocheur et une ambiance un peu mystérieuse qui me rappelle le thème des jeux « Inspecteur Gadget », par contre « On a High Ledge » s’apparentait plus à une transition pour le coup. C’est très calme et composé en de longs mouvements assez ambiants. L’énergie dégagée est quant à elle différente de celle des morceaux précédemment sortis. Le côté underground est plus présent en tant qu’accompagnement sur le fond, rendant le tout assez tendu.

On va dire que ce n’est pas tant une chanson que vous écouteriez pour le plaisir d’entendre des paroles, mais plutôt comme un son ambiant, notamment avec son côté plutôt expérimental auquel je n’ai pas particulièrement accroché. D’ailleurs en parlant de Boston Manor, on vous a rendu disponible le livereport de leur dernier concert à Paris, récemment, sous forme de poésie. N’hésitez pas à y jeter un œil !

 

Maggie Schneider – For Me It’s You

A ses 16 ans, Maggie Schneider avait déjà sorti une chanson intitulée « For Me It’s You » dans son EP « Insomniac », chanson qu’elle a entre-temps décidé de retravailler et sortir à nouveau cinq ans plus tard. La version est plus épurée, et le duo de voix a maturé. En effet, la première version était seulement acoustique est très lente, tandis que la version revisitée est bien plus dynamique et il y a même des petits airs années 80s à la The Band Camino en fond. Quel bonheur d’écouter la nouvelle version pour se lever de bon pied un dimanche matin!

 

Hollow Coves – Beauty In The Light (acoustic)

Petite touche de fraîcheur avec une version acoustique apaisante de « Beauty In The Light » de Hollow Coves, version acoustique. On s’imaginerait presque un paysage relaxant défiler devant nous en écoutant cette chanson les yeux fermés. Expérience recommandée! D’ailleurs, les Australiens reviennent visiter la capitale le 5 mai à la Maroquinerie.

 

Salem – Divise

En 2019, Matteo Gelsomino de Novelists annonce son projet solo avec Amael Durand à la production, et sort un premier single intitulé « Limbo ». Entre temps, le groupe a fait son grand retour sur scène, notamment avec la tournée de Being As An Ocean et la sortie d’un nouvel album « C’est La Vie ». Suite à ces mois assez chargés, rien de mieux que de replonger dans son projet solo avec une nouvelle chanson « Divise ». Le chanteur le dit souvent dans les interviews, mais avant le metal ou autre, il passe beaucoup de temps à écouter du hip-hop, et on en sent par ailleurs des influences dans les chansons de Novelists (cf le début de « Lilly » par exemple).

Eh bien, pour ceux qui ne seraient pas encore au courant, c’est justement ce que l’on retrouve dans son projet Salem qui est principalement focus hip-hop. On a dans cette nouvelle chanson un son très ambiant avec un certain calme pesant et des bruits machiniques, mais qui reste toutefois assez chill à écouter. N’étant pas mon genre de prédilection, je ne pourrais pas vous en dire plus là-dessus, mais c’est sympathique à écouter.

Par ailleurs, vous pourrez retrouver Novelists en headliners sur la période de avril/mai à travers l’Europe et le Royaume-Uni avec les très special guests que sont Landmvrks. (Retour de l’affiche 2018? On ne dit pas non! C’est une affiche qui propose du très lourd et personne n’est plus sûr de la durée de vie des salles de concerts après leur passage de choc).

 

Maximilien

Fever 333 – Presence Is Strength

Composer une chanson et la sortir le même jour ? *hold my beer*

C’est le pari fou que s’est lancé Jason Aaron Butler et sa bande de fous furieux. On ne présente plus Fever 333 tellement celui-ci fait parler de lui malgré son tout jeune âge. Prestations scéniques folles, premier album qui fût probablement l’un des meilleurs albums de 2019, le groupe a tout pour lui et ne cesse de repousser les limites ! Le 3 mars, Jason a annoncé sur son Instagram se lancer un défi pendant qu’ils étaient en studio.

Composer, enregistrer et proposer le rendu final d’un titre en moins de 24H. En fin de soirée est apparu ce titre sur YouTube. Le titre est dans la veine du reste des morceaux de Fever, avec de nombreuses parties chantées qui nous montre qu’en plus d’avoir un scream si singulier, Jason chante merveilleusement bien. Ce morceau est une vraie réussite, surtout s’il a vraiment été composé en si peu de temps. (Bon, on se doute que l’idée de ce morceau trottait déjà dans la tête du groupe avant le début du défi, mais n’empêche)

Vivement leur retour, au Lollapalooza Paris (en compagnie des Struts ou de Billie Eillish), et pourquoi pas à Rock En Seine ? On les verrai bien en guests de Rage Against The Machine, pas vous ?

The Birthday Massacre – The Last Goodbye

Le groupe canadien The Birthday Massacre, porté par la chanteuse Chibi signe son grand retour en 2020. J’écoute ce groupe depuis bien longtemps. C’est peut-être même l’un des premiers que j’écoutais lorsque je me suis intéressé au rock… J’ai commencé par découvrir leur album Violet (2005!) et je ne les ai pas trop suivi assidument, mais à chaque fois que je tombe dessus, j’apprécie toujours leurs titres. Savant mélange entre du rock, de l’electro (façon darkwave), The Birthday Massacre défend un style de musique unique en son genre. Au final, Carpenter Brut ou Perturbator n’ont rien inventés, non ? 😀

La musique se veut très féérique et a un côté presque magique que vous reconnaîtrez instantanément, peu importe le titre que vous souhaiterez écouter. D’ailleurs, les artworks des albums sont toujours dans cet esprit aussi : très Alice aux Pays des Merveilles dans l’âme.

En tout cas, le nouveau titre The Last Goodbye s’inscrit toujours dans la même veine que tous leurs albums précédents. Sans se démarquer du reste, l’album qui arrive le 27 mars promet encore quelques belles heures de voyage onirique ! Allez, j’espère tout de même que le groupe finira par passer par la France, puisque leur unique concert en France a eu lieu à La Locomotive (désormais Machine du Moulin Rouge) à Paris en… 2007 !

Asking Alexandria – Antisocialist

Après The Violence il y a de longs mois et They Don’t Want What We Want (And They Don’t Care) qu’on vous avait présenté à sa sortie, Asking Alexandria nous présente Antisocialist, troisième single du futur album prévu pour le 15 mai : Like a House On Fire. Après trois singles, on peut déjà facilement pronostiquer l’issue du futur album : un album dans la veine de l’album éponyme Asking Alexandria, en 2017. Le groupe nous avait fait une petite Bring Me The Horizon avec un changement radical de style lors du retour de leur chanteur original, Danny Worsnop.

Le morceau est catchy, et le clip franchement sympa, et on comprend tout à fait en l’écoutant pourquoi c’est celui-ci qui fait office de fer de lance du nouvel album (même si The Violence aurait pu le faire aussi). Le groupe s’éloigne un peu plus de son côté metal pour faire du rock plus accessible qui se rapproche de ce que l’on entend plus souvent en ce moment, sans

Allez, Asking Alexandria parcourt toujours le monde en compagnie de Falling In Reverse. Veryshow a partagé innocemment (ou pas?) ce clip dans la semaine… Etant donné qu’il s’agit du tourneur du groupe en France, il serait étonnant de ne pas voir arriver prochainement l’annonce d’une précieuse date en France… Je croise les doigts et suis très curieux de voir comment va évoluer leurs lives, retirant petit à petit leur passé inavouable par rapport à cette nouvelle ère.

Notre dernier report : https://error404.fr/live-report-asking-alexandria-au-trabendo-08-06-18/

Hoshi – SQY

Vous vous souvenez de cette jeune femme qu’on avait interviewé et qui nous avait honorés d’une live-session devant le Manège de St Quentin en Yvelines ? C’est là que tout a commencé pour nous ! Il s’agissait de nos premières vidéos sur la chaîne YouTube Error404 (abonne-toi !) avec une amie qui cherchait à faire entendre sa voix. Entre temps, le talent d’Hoshi a éclaté au grand jour puisque son nom ne vous est probablement plus inconnu. Si vous voulez retrouvez trois chansons jouées en live et une interview d’Hoshi avant qu’elle ne devienne la star que l’on connaît aujourd’hui, n’hésitez pas à aller y jeter un œil ! (Vous verrez qu’elle avait déjà sa voix si particulière !)

Error404 a été créé à l’Université de Versailles Saint-Quentin, et tout comme la chanteuse Hoshi, c’est de ce coin là que je viens ! Cette semaine, Mathilde nous a fait l’honneur de renouer avec ses racines en partageant ce titre rappé SQY, habile jeu de mots en le ciel et la communauté de communes de St-Quentin d’où elle vient ! Impossible de ne pas la citer aujourd’hui ! D’ailleurs, ça me rappelle qu’on va déjà sur nos 6 ans… Que le temps passe vite…

 

BONUS COVER : Behind Locked Doors – Fever (Normandie)

Il est tout chaud, il vient juste de sortir du four aujourd’hui même. Les Suisses Behind Locked Doors se sont fait un nom au cours des années, notamment par leurs multiples reprises. Ils nous proposent en ce jour version acoustique de « Fever » bien agréable à écouter. Et, en parlant de Normandie, nos p’tits Suédois seront de retour à la capitale un peu avant le Slam Dunk FR, le 26 mai, en co-headline avec Hands Like Houses et Heart of Gold en première partie! N’hésitez pas à foncer prendre vos places.

PVRIS – Dead Weight

PVRIS booste notre confiance en soi et s’émancipe avec une chanson électro-pop explosive, entêtante et un poil sinistre ! Quelques jours après avoir été éblouis par PVRIS à la Machine du Moulin rouge, le groupe nous présente Dead Weight, la première chanson de leur prochaine era. Mais pas que, la nouvelle tombe et le nouvel album « Use Me » sera disponible dès le 1er Mai, on est gâtés dit donc ! Tourné le lendemain de #PVRISinParis, ce clip nous laisse voir une Lynn Gunn très à l’aise, qui s’amuse, et gère ça mieux que quiconque dans ce clip. En accord parfait avec sa force féminine Lynn Gunn décide de prendre les rênes, rester ferme, écarter ces personnes qui abusent de sa gentillesse et accepter son rôle de femme forte et confiante, chose compliqué dans ce milieu. 

The Aces – Daydream

The Aces nous ont proposé When My Heart Felt Volcanic en 2018, un album exquis et même une tournée européenne toute aussi exquise. Bangers after bangers, d’un équilibre parfait, le super girl band rétro-pop avait fait un sans faute avec cet album. Les tonalités des guitares sont toujours aussi justes tandis que le doigté de la guitariste Katie Henderson est toujours aussi incroyable. Un peu en retrait, Daydream est une chanson à écouter avec vos copines et copains et peut- être quelques cocktails !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :