Le 02/02/2020, c’est une date suffisamment atypique pour qu’on en parle, non ? Bref, voici nos meilleures sorties albums et chansons de la semaine (avec un petit rattrapage !)

 

– ALBUMS –

Savage Hands – The Truth In Your Eyes

Le label Sharptone continue de nous envoyer du pâté dans la face en ce début 2020 avec la sortie d’un nouvel album par Savage Hands. « Memory » est une bien belle entrée en scène et vous pouvez être sûrs pour le coup qu’elle restera dans vos mémoires. En ce qui concerne la quasi-totalité de l’album, on a un ensemble qui offre une grosse énergie qui arrive comme une claque à la figure. Si vous vous êtes toujours demandé ce qu’un mélange entre Coldrain et Betraying The Martyrs pouvait donner, alors Savage Hands est la solution à votre question. Mêlant chant clair, parties un peu plus rappées et du gros scream, on a de quoi s’ouvrir un bon petit pit. En partie plus minoritaire, on a trois belles chansons un peu plus lentes qui viennent adoucir l’album, avec les titres que sont « Washed Away », « Rotten Soul » et « Never Change ».

Coup de cœur : Il y a beaucoup de chansons sympas sur cet album, toutefois, je dirais que les chansons qui m’ont marquée dès la première écoute sont « Washed Away » et « Rotten Soul ». En les écoutant les yeux fermés, j’ai l’impression d’être transportée dans un univers parallèle où la beauté de ces musiques prend une ampleur encore plus grande. Et puis, je pense que l’identification aux paroles joue aussi beaucoup sur l’attachement à ces chansons.

Only Liars – Grow & Prosper

Découvert avec une première chanson sortie l’année dernière en collaboration avec Joey de In Her Own Words, le groupe Only Liars vient de sortir son tout premier album cette semaine. Globalement, on a une bonne dizaine de titres très ensoleillés qui sauraient dessiner un sourire sur vos visages dans n’importe quelle situation. Les chansons s’écoutent facilement, et nous apportent avec elles une boule de chaleur. J’ai trouvé la chanson « Confluence » assez originale avec ses transitions de radio qui peine à trouver la bonne chaîne. Cela permet de rompre avec, non pas les signaux sonores, si ce n’est avec la continuité musicale, et donc permet une diversité rafraîchissante.

L’interlude « Palindrome » plus lente nous donne tout de même l’opportunité de se poser un moment , dans un trou dont les échos résonnent de plus belle, et dans lequel on se laisserait facilement emporté par nos pensées. Et si les balades acoustiques sont votre dada, alors le groupe fera plonger dans une belle tristesse à leurs côtés sur « Too Far Gone ». On peut également souligner une grande présence de jolie métaphores tout au long des paroles de l’album. On espère que l’avenir leur réserve de belles choses!

Coup de cœur : Dur de ne choisir qu’un seul coup de cœur. C’est typiquement le genre d’album où je défile une chanson et que je me dis « Ah c’est celle-là ma chanson préférée! » Puis, la suivante arrive, et je ressors la même réflexion. En réalité j’ai plusieurs coups de cœur sur cet album, pour diverses raisons. Mais si je ne devais n’en donner qu’un, alors je dirais probablement « Engraved » qui, pour le coup est bien resté gravée dans mon âme depuis la première fois où je l’ai entendue, en effet.

 

Bad Omens – Finding God Before God Finds Me

Alors, cet album est sorti en réalité la semaine passée, mais je n’ai pas été disponible le week-end dernier pour vous en parler dans le précédent récap’. Si vous êtes passés à côté, cet album est tout simplement une petite bombe qui est tombée comme ça, l’air de rien. Les premiers singles annonçaient déjà la couleur avec « The Hell I Overcome », « Careful What You Wish For » ou « Dethrone », mais le reste n’est pas en dépit non plus. L’album est équilibré avec des titres très bourrins, d’autres plus mélodieux.

On s’éloigne un peu plus du Bad Omens qui imite la période « Sempiternal » de Bring Me The Horizon sans non plus rompre totalement avec cet esprit. C’est ma première vraie claque de l’année, quasiment un an après la claque Fever 333… Elle est pratiquement du même ordre, c’est pour dire ! L’esprit symphonique qui se fait sentir sur plusieurs tracks est absolument génial et on comprend vite pourquoi « Careful What You Wish For » a été choisi comme morceau pionnier de l’album tant l’alternance entre les sonorités est impeccable et le chant de Sebastian.

« Dethrone » est également la petite dose de violence qui apporte le punch nécessaire à l’album pour rejoindre les rangs des groupes metalcore qui déménage. Le petit « FUCK » étouffé s’en suivant du breakdown risque de casser des nuques en live !

Alors, rendez-vous en live au plus vite pour « Running In Circles » comme nous le dit la seconde chanson de l’album !

Le groupe est à suivre de TRES PRES et il pourrait bien faire partir des groupes à suivre ces prochains mois !

-Max

– CHANSONS –

Story Untold – i luv that u hate me

C’est déjà le deuxième titre que nos amis Québécois nous livrent en tant qu’indépendants complets tant pour les enregistrements que pour la réalisation de la vidéo. Et plus qu’une seule chanson, ils nous font même deux versions de la chanson, dont la première avec le guest de qualité qu’est Kellin Quinn. (Bon, à titre personnel, j’ai préféré la version sans la voix de Kellin cela dit… Donc uh bon, sorry, i hope you luv that i hate u hein…). Sinon, pour revenir sur la chanson en elle-même, j’ai réellement l’impression que les garçons ont maturé musicalement depuis le début de leur nouvelle ère. On peut clairement entendre qu’ils prennent des libertés et qu’ils explorent des continents auparavant inexplorés, et ça joue beaucoup dans la qualité de leur son.

On a l’impression d’être sur des terres connues en s’aventurant dans leur nouveau titre, notamment avec les transitions très smooth qui donnent l’impression de s’immerger soudainement dans d’autres terres. Et pourtant, ce titre est plein de surprise. Très agréable à l’écoute et fluide, il passe comme une lettre à la poste. Le petit côté groovy de la guitare ajoute une envie folle de danser dessus, de même que les montées d’adrénaline à la batterie. L’aspect catchy de la chanson quant à lui reste bien en tête. Cela fait à peine deux nouveaux titres, et j’ai l’impression d’accrocher même plus qu’à leur EP « Waves » au niveau musical. Très prometteur pour la suite!

 

Selfish Things – Torn (alternate)

Dans la catégorie de ‘douceur pesante’ on vous propose de découvrir la version revisitée de « Torn » par Selfish Things. Pesante oui, car on traîne sur une gamme mineure au piano, et parmi les longs mouvements du violon, on a des mouvements qui imitent un frottement de manche assez stressant. Cette lourde atmosphère s’accompagne par des montées presque dramatiques vers 2:50. On se croirait presque retournés en plein champ de bataille à l’époque des légendes mythiques. Il y a quelque chose de mystérieux dans cette version revisitée, qui est tout à son avantage. J’ai personnellement beaucoup aimé cette nouvelle version, très belle et tout en profondeur.

 

The Amity Affliction – Catatonia

The Amity Affliction continue son sans faute sur son nouvel album. Le nouveau single sorti cette semaine « Catatonia » allie énormes screams et une mélodie jouée intégralement au piano en arrière plan. Le mélange est atypique et fonctionne parfaitement ! Le groupe sera de passage en février en Angleterre (quasi sold-out sur toutes les dates) et en Allemagne (sold-out pour le coup, sur toutes les dates) en première partie de Beartooth. Malheureusement, pas de passages par la France :(. Ca donnerait presque envie d’aller en Angleterre cette histoire quand même… (coucou à nos amis anglais qui sont heureux ou qui subissent le Brexit d’ailleurs !)

-Max

Dropkick Murphys – Smash Shit Up

Impossible de ne pas associer les Dropkick Murphys au punk celtique tant les deux termes sont associés dans les esprits de tout le monde. Ce n’est pas ce nouveau titre qui va nous faire dire le contraire. Les Dropkick Murphys nous servent un nouveau classique à base de grosse guitares, de paroles anarchistes et de cornemuse virevoltante de notes!  Le clip nous présente l’une des choses les plus simples de la vie, mais sûrement l’une des meilleures : Casser des trucs. On voit simplement le groupe exploser tout un tas de choses et danser en s’amusant. A une maison explosée près, le clip aurait pu se réaliser dans une Fury Room !

Aucune excuse pour ne pas aller voir l’un de leurs Zéniths de Paris prévus les 8 et 9 février ! La date du 8 était sold-out et la 9 quasi, mais au moment d’écrire l’article (samedi) il semble qu’il reste encore quelques tickets, sûrement remis en vente pour éviter le marché noir ! (Le groupe avait fait également 2 Zénith en 2018, archi complets !)

-Max

Smash Hit Combo  – Contre Courant

On va encore parler de Smash avec le groupe français SHC. Pour le coup, on a ici un clip beaucoup (BEAUCOUP) plus travaillé et visuellement impeccable. Le groupe continue de bercer nos oreilles à coups de musique metal et de paroles incisives rappées. Le titre alterne encore plus que d’habitude les genres. On a de vrais couplets sur beats plus orientés hip-hop, et des refrains avec du scream (et un passage à la limite du deathcore bien chanmé vers 3mn10 d’ailleurs !).

-Max

SHVPES – Hot Head

Après un excellent titre « One Man Army« , SHVPES continue dans sa lancée. Les titres sont plus « feel-good » qu’auparavant et cette image de groupe de rock énervé qui met de bonne humeur leur va à ravir. Le clip est vraiment fun. Je vous conseille évidemment de le mettre dans votre salon, sur la tv, en plein écran, et surtout quand votre famille passe dans la pièce, histoire que l’on vous juge bien comme il faut. (pour la bonne cause !)

Pour rappel, SHVPES était en grande forme (huhu) avec Sleeping With Sirens en novembre dernier ! Vous pouvez retrouver le live-report ici-même !

-Max

I, The Mapmaker – Weathered

Vous avez déjà surement aperçu Ashley Emery faire une courte apparition sur scène pendant le dernier passage de Counterparts à Paris. Aujourd’hui on vient vous parlez du dernier single sortie avec son groupe I, The Mapmaker : « Weathered ». Après de nombreux messages codés postés pendant plusieurs mois sur les réseaux, le groupe est enfin de retour depuis leur premier EP « Searching » sortie en 2018. Un son beaucoup plus calme et surtout avec moins de scream qu’à leur habitude, cela donne un aspect vraiment différent au groupe et renforce toute l’émotion et la mélancolie des textes. 2020 devrait marquer le retour du groupe, avec certainement quelques dates de prévu en Angleterre !

(Ludi: Personnellement j’espère pouvoir enfin découvrir le groupe sur scène en 2020, et j’attend la suite avec impatience)

– BONUS COVER –

Allez, c’est fini pour cette semaine, fuck you & you & you & you… (Bah dis donc Max, on est relâché à ce que je vois…hum ) Our Last Night raffole toujours de faire des covers bien vénère comme il faut. Au tour du titre de blackbear Hot Girl Bummer de passer à la sauce Our Last Night. Un morceau super lourd qui termine comme il faut notre semaine !

Bonus Cover #2 (je l’avais écrite avant la sortie de celle d’Our Last Night oups !) : Lauren Babic, chanteuse de Red Handed Denial, un petit groupe bien trop sous-côté pour le moment, a annoncé entré en studio vendredi dernier… alors pour l’occasion on s’écoute leur reprise d’Architects – Royal Beggars !

 

Sur cette note, on vous laisse vous goinfrer avec pleins de crêpes et bonne journée de la Chandeleur à tous!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :