Push ‘em Up ! c’est l’éventualité d’un univers où « Tethanos le Titan a pulvérisé en un claquement de doigts rouillés presque tous les super-héros auxquels nous nous étions attachés depuis des années ». Mais l’heure n’est pas au deuil, non ! Il s’agit là d’une aubaine pour vous : donner à votre équipe de super-héros méconnus la renommé qu’ils méritent. Dans Push ‘em Up !, quatre équipes de super-héros s’affrontent afin de devenir la nouvelle organisation qui défendra le monde et remplacera ceux qui ont disparu : les Red Starz, les Purple Pets, les Greeners et les Blue Tech. Alors ? Laquelle de ces équipes deviendra la nouvelle organisation irremplaçable pour lutter contre les forces du mal ?

Concept et règles du jeu

Vous l’aurez compris, l’ambiance de Push ‘em Up ! s’inspire très explicitement d’une saga qui a récemment sorti au cinéma son dernier opus. Le jeu se présente comme un jeu de cartes simple dont le but est de placer stratégiquement ses cartes afin de nuire aux adversaires et de s’assurer le plus de points en fin de partie. Les quatre équipes sont en fait quatre decks de cartes similaires, un pour chaque joueur. Chaque carte représente un super-héros de l’équipe que vous avez choisie avec un chiffre évaluant en quelque sorte sa puissance, allant de 0 à 9.Le jeu commence par l’action, pour chacun des joueurs, de choisir et poser sur la table deux cartes super-héros de la valeur de leur choix, celles-ci formeront les bases des différentes colonnes de jeu.Ensuite, la partie commence réellement : à tour de rôle, les joueurs doivent jouer des cartes sur la colonne de leur choix en organisant les valeurs par suite (si la carte présente sur la colonne que vous visez a une valeur de 7, il faudra alors poser un 6 ou un 8 juste en dessous, ou bien poser un autre 7 qui remplacera la carte précédente). Vous avez toujours trois cartes en main et pouvez poser des suites (en dessous d’un 7, si vous avez en main un 6, un 5 et un 4, vous pouvez poser les trois en même temps) ou des paires (si vous possédez deux 6 et qu’un 7 est présent sur une des colonnes, vous pouvez les poser simultanément sous le 7).

Le jeu s’arrête immédiatement lorsqu’un joueur finit son paquet de cartes. La victoire revient à celui qui marque le plus de points : comptez 10 points par colonne maîtrisée (on compte qui a le plus de points dans chaque colonne en additionnant les différentes valeurs des cartes super-héros d’une même couleur, celui qui a le plus gros nombre marque les 10 points pour cette colonne) et ajoutez à cela la plus grande valeur de carte de chaque équipe dans chaque colonne. Le résultat final tranche quelle organisation de super-héros remplace les défunts Avengers.

Le système des cartes « Push » et « Super-Push »

 

 

Dans chaque deck, il y a quatre cartes « Push » qui ne peuvent pas se superposer aux colonnes. La carte Push permet simplement de forcer la dernière carte d’une colonne à recouvrir la précédente, afin de l’effacer de la partie. Autrement dit, si un 9 rouge est suivi d’un 0, utiliser un « Push » permet d’effacer le 9 en glissant la carte 0 sur elle. Le joueur ayant utilisé l’un de ses plus forts super-héros n’a plus que ses yeux pour pleurer.

Pour aller encore plus loin : chaque deck présente une carte « Super-Push ». Celle-ci est présentée comme une carte facultative, on peut la retirer du jeu. Mais elle permet, avec une mécanique similaire à celle du Push, de pousser non pas juste une mais jusqu’à trois cartes au choix, toujours à partir de la dernière carte posée. Cela permet de bouleverser la partie et les scores finaux.

Avis

Push ‘em Up ! Est un jeu divertissant et simple. Il se joue rapidement et les super-héros de chaque deck sont des références amusantes à notre époque et à l’univers du comics. Pour autant, je dois dire que je ne sais pas si j’y rejouerais souvent. Une soirée à enchaîner les parties et on a l’impression d’avoir déjà tout joué. Par contre, à titre occasionnel il est très rapide à mettre en place et peut servir de jeu d’apéro ou de fin de repas sans prise de tête. Il se prête très bien à ce genre de contexte car les cartes amuseront les joueurs et le jeu en lui-même est très rapide à prendre en main. Toutefois, je recommande de jouer au plus vite avec les cartes « Super-Push » qui entraînent quand même un réel bouleversement des scores car une simple carte « Push » ne suffit pas à embêter totalement un joueur. Sans cette variante, si je veux protéger un de mes super-héros possédant une valeur importante dans une colonne il suffit que ma main soit constituée d’une suite de trois cartes. Dès lors un Push ne suffira pas à l’éliminer puisqu’il ne peut faire monter qu’une seule carte. Par exemple, si j’ai un 9, un 0 et un 1, je peux les poser en suite directement (le 0 compte à la fois comme un 10 et comme un 0 en terme de suite, afin de boucler le tout). Ainsi, si quelqu’un joue un « Push » il recouvrira mon 0 (ne rapportant aucun point) avec le 1 que j’ai posé. Il faudrait alors qu’une nouvelle carte « Push »  soit jouée rapidement sur cette colonne pour nuire à mon 9. Tandis qu’une carte « Super-Push » permet d’obtenir ce résultat en une carte.

 

 

 

  • L’empilement des cartes. Au bout d’un moment, vous passerez plus de temps à placer votre carte correctement qu’à réfléchir à quoi jouer.
  • Une rejouabilité limitée. Push ‘em Up! est un petit jeu dont les possibilités s’épuisent assez rapidement.
  • La couleur des cartes. Le violet et le rouge ont tendance à se confondre sur la table si vous n’avez pas un éclairage parfaitement blanc. Dommage, une équipe jaune aurait sans doute pu éviter ce genre de problème.
  • Une grande part de hasard. Vous pourrez marquer 80 points lors d’une partie, pensant que vous maîtrisez le jeu puis passer à 21 points la partie suivante. Ça n’est pas entièrement de votre faute : avec trois cartes en main et seulement une action par tour, les possibilités d’action sont limitées. Espérez piocher les bonnes cartes.

 

 

 

  • Des références amusantes. Les cartes sont plaisantes, elles nous font sourire car elles s’inspirent de la culture populaire des super-héros (Kick Ass, The Avengers, même Kung-Fu Panda mêlé à Dragon Ball).
  • Un jeu rapide et intuitif. Pas besoin de passer 45 minutes à digérer les règles.
  • Un livret de règles qualitatif. Bien illustré, clair, pratique… Bref, l’idéal que beaucoup de jeu devrait adopter.
  • Les cartes « Super-Push ». C’est ce qui offre un intérêt à rejouer au jeu, rendant les parties plus imprévisibles. J’ignore pourquoi cette option est facultative car sans, la difficulté est amoindrie.

 

En résumé

Un petit jeu qui animera votre apéro ou votre fin de repas par ses références amusantes et son intuitivité. Idéal pour démarrer en douceur ou conclure une soirée jeu de société entre amis avant ou après un plus gros jeu.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :