SENRAN KAGURA ESTIVAL VERSUS_20160316231127
On vous donne le ton direct, comme ça vous êtes prévenus.

La saga Senran Kagura, ayant pour habitude de mettre en avant (enfin, surtout leurs atouts naturels) de jeunes filles ninjas revient en force, et cette fois-ci sur consoles de salon ! Après un épisode plutôt réussi sur 3DS suivi de sa suite franchement pas géniale, Senran a délaissé la console de Nintendo pour passer sur la console portable de Sony, et finalement atterrir aujourd’hui sur PS4 ! (Le jeu est également de sortie sur PS Vita). Mais que vaut ce Senran Kagura : Estival Versus, alors ?

– Boobs-licious –

Il n'y a pas que des boobs non, il y a aussi des soeurs et de la belle animation japonaise.
Il n’y a pas que des boobs non, il y a aussi des soeurs et de la belle animation japonaise.

Comment parler de Senran Kagura sans commencer par évoquer le point central du jeu. Le jeu est ici un beat’em’all avec une très légère orientation RPG (on franchit des niveaux au fur et à mesure). On est en fait dans un genre de Dynasty Warriors avec une forte poitrine, et évidemment toutes les excuses sont bonnes pour faire des gros plans sur les petites culottes des demoiselles, ou faire rebondir les nénés de ces dames à foison. Un style purement japonais bien évidemment. Ce qui est cependant paradoxal, c’est que l’on place des sous-entendus, des jeux de mots sexuels (une bombe explosive sera nommée bombshell, correspondant en quelque sorte à une bimbo) et pourtant au moment venu de la transformation (j’y reviendrai par la suite) de nos 35 guerrières, celles-ci se retrouvent entièrement nues et floutées pour leur changement de costume.

Un combat on ne peut plus commun dans Estival Versus : Bikinis et action
Un combat on ne peut plus commun dans Estival Versus : Bikinis et action

Le jeu place donc au coeur de son esprit le sexe rigolo et la dérision de ces séries ecchi, mais va flouter tout au moment où cela se concrétise. C’est un peu comme parler d’un superbe gâteau devant vous sur la table, et ne pas y goûter !

Bien que nos chères ninjas soient très bien modélisées, les décors restent assez simple et même parfois « vide ». Une plage, trois barils en bois destructibles, et puis c’est tout. Le vice aurait pu être poussé plus loin en faisant trainer des parasols, peut être même des touristes sur la plage, ou des magasines/mangas un peu osés (restons dans le thème), des coquillages ou des crabes ou je ne sais quoi pour rendre le tout plus vivant. Cela dit, cela reste assez anecdotique puisque dans le feu de l’action, vous serez principalement concentrés sur votre héroïne et ses ennemies !

– Trick or Tits –

Le système de combat est cependant très nerveux. On retrouve plusieurs combos à effectuer (que vous apprendrez durant une bonne demi-heure au début du jeu) avec des attaques très bien animées, un jeu vraiment fluide. Les ennemies arrivent par dizaines et c’est très fluide. Il faut savoir que quand une ennemie a perdu suffisamment de vie, celle-ci va perdre sa tenue et se retrouver en maillot de bain ! Cela dit, ce changement ne gêne pas la fluidité du jeu. Chacun des 35 personnages jouables pourra donc après avoir chargé une sorte de barre de mana se transformer : Pour cela, vous la découvrirez nue floutée, un parchemin entre les seins, qu’elle lancera pour ensuite acquérir son nouveau costume et ses nouveaux pouvoirs ! Une transformation avec un gros plan sur la poitrine et une tenue maillot de bain par la suite est aussi de la partie… Autant vous dire que Marvelous n’a pas lésiné sur les moyens pour voir les filles sous tous leurs angles…

Welcome to the Paradise.
Welcome to the Paradise.

Le contenu n’est pas en reste non plus d’ailleurs puisque vous aurez un Shop avec une loterie permettant de débloquer pas moins de 120 maillots de bain différents. Vous trouverez aussi des accessoires, des coiffures, musiques, photos et vidéos mettant en scène les héroïnes dans des positions plus ou moins laxistes. Vous pourrez également personnaliser leur tenue dans la Dressing Room, où vous pourrez vous amuser à essayer toutes les tenues à vos héroïnes.

Les cinématiques, en plus de voir du contenu ecchi à foison, sont bien réalisées. En jeu comme dans ces cinématiques, tout est toujours très bien animé.

On regrettera tout de même que les 35 personnages aient des attaques et des combos parfois trop similaires, donnant plus l’impression de jouer un même personnage avec 35 corpulences et couleurs de cheveux différentes par moment.

On appréciera par contre les trois modes de difficulté : easy, normal, et hard, permettant de donner un second souffle au jeu une fois la campagne finie une première fois : chose qu’il manquait sur les précédents opus des consoles portables !

– Breastario –

Ici, le scénario n’en est pas vraiment un. On a un groupe de 35 jeunes filles, issues de 4 académies Ninja différentes. A l’occasion du Festival du Millénaire se déroulant chaque été (Estival Versus), les ninjas devront s’affronter afin de déterminer quelle est la meilleure de toutes ! Si tout ce scénario n’est qu’une excuse pour voir nos apprenties kunoichis (terme désignant une maître ninja) en action, on ne peut pas reprocher au jeu d’avoir essayé de faire un semblant de scénario.

Les menus plutôt sympathiques et complet !
Les menus, plutôt sympathiques et complets !

Toute façon, dans un beat’em’all comme celui-ci, on n’est vraiment pas là pour le scénario ! Comptez tout de même 30/40 heures pour faire le tour du mode mission, et bien plus si vous êtes collectionneurs de trophées, de costumes, de maillot de bain et de goodies en tout genre à l’effigie des soeurs Mikagura et des étudiantes des académies ninjas. 

Un petit mot concernant le mode online : celui ci est vraiment jouissif pour le peu qu’on est une connexion internet correcte : 1080p, 60 fps, 10 joueurs/ses en même temps pour une mêlée et un combat explosif, une vraie prol
ongation au mode campagne déjà très autosuffisant. 

Plus + tableau Moins -
  • 1080p et 60fps, tout le temps dans le feu de l’action, assez classe !
  • Les jeux de mots, l’humour ecchi, les personnages attachants pour certains
  • Vous avez dit boobs ?
  • Contenu et fan service drastique
  • Semblant de scénario
  • Les personnages se ressemblent un peu trop en terme de gameplay
  • Uniquement en anglais, dommage ! 

Conclusion : 

On a d’abord été très étonné de voir un tel jeu sortir en boîte dans notre contrée française puisqu’il est assez peu coutume en France de voir ce genre de jeu plaisant habituellement aux japonais, mais c’est une bonne chose de s’ouvrir à leur culture du jeu vidéo ! Le jeu se veut très énergique, avec un humour et des scènes cocasses qui restent plaisantes à l’oeil, on a tous les ingrédients pour réaliser un très bon jeu de combat, alors pourquoi se priver ? On regrettera juste réellement le manque de diversité dans le gameplay de ces dames, qui se ressemblent toutes au final, à la coiffure et le tour de poitrine près. Médaille d’or !

Médaille - Or

On remercie Marvelous Europe et Decibel-PR pour nous avoir fourni le jeu à tester 😉

Le jeu est vendu en France par nos amis de chez Just For Games. Les 30 premières commandes bénéficient d’un artbook remplis de boobs beaux artworks en tout genre ! N’oubliez pas le code ERROR404 pour vos 10% de réduction et vous trouverez le jeu sur PS4 à 44.99 et sur PS Vita à 35.99€ 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :