Episode 96 : Paix Fragile

 

L’entrepôt de la guilde des aventuriers de la ville de Comer. Il s’agissait de l’endroit où étaient gérés et entreposés les matériaux de monstres réunis par les aventuriers. Il y avait même des bijoux, des herbes précieuses et des accessoires uniques.

Dans le large entrepôt, une réceptionniste courait. Elle rangeait des choses, et vue la façon dont elle travaillait, elle n’était pas là depuis longtemps.

« Pourquoi dois-je faire ça … Huhuhu, toute seule, dans cet endroit sombre. »

« Rebecca, arrête de pleurnicher ! »

Dans cet entrepôt, Rebecca travaillait sous la supervision d’Edda. Pour tout finir seul, plusieurs années n’étaient même pas suffisantes. De plus, les personnes pouvant entrer dans cet endroit n’étaient pas n’importe qui, car elles avaient souvent affaire à des produits coûteux. La plupart des personnes ayant un accès étaient tenues en laisse par un contrat magique. Le collier d’esclave qu’elles portaient agissait comme un contrat. Pour les employés de la guilde, il n’était pas aussi puissant qu’un collier d’esclave, mais ne contenait pas plus de failles.

Mofisu était aussi présent. Il examinait les objets rapportés par les aventuriers tels que les matériaux de monstres et joyaux.

« Oji-san ? Que fais-tu là ? »

« Edda, peux-tu me montrer les choses rapportées par Yu ? »

Suivant l’ordre de Mofisu, Edda sortit des objets et les plaça sur un bureau. Des Branches d’Arbre Sacré, des Herbes Yurutesu, de la Sève de Treant, des Racines de Dorubora, et même des matériaux de monstres de rang 4 et 5.

Même si la plupart des objets étaient extrèmement coûteux, les plus importants étaient la Sève de Treant et les Racines de Dorubora. Les deux produits étaient utilisés pour créer des potions, et aucun autre endroit dans la ville de Comer n’en possédait.

Même si Edda trouva aussi quelques Pierres Magiques, il ne s’agissait que d’un butin normal. La guilde des marchands et la guilde des alchimistes pouvaient se procurer de nombreuses Pierres Magiques facilement, toutefois ce n’était pas le cas de ces 2 objets.

« Yu-chan a vraiment apporté des articles précieux. Je me demande bien quand est-ce qu’il atteindra le rang B. » (Edda)

« Franchement, lui donner un surnom comme ça, ne penses-tu pas avoir passé l’âge ? » (Mofisu)

« Très amusant. » (Edda)

Répondit-elle sans la moindre émotion, mais quelques secondes plus tard, une partie du peu de cheveux que possédait Mofisu tomba.

« Guhahaha, c’était une blague. Pourquoi aller aussi loin et blesser mes cheveux ? Mais tout à fait, ces produits ne sont pas disponibles sur le marché, alors le nom de Yu pourrait retentir jusqu’à la capitale. »

« Oh, mais je ne pense pas qu’il veuille que cela arrive. »

« Penses-tu que les aventuriers ne veulent pas devenir célèbres ? »

« Nous ferions mieux de commencer à déplacer les produits. Des nobles viennent même à Comer City rien que pour les acheter, certains viennent même de l’extérieur du Royaume Houdon. »

« En même temps, lorsqu’un produit est rare, de nombreux acheteurs ne veulent pas rater la chance de l’obtenir. »

Mofisu était lui aussi un aventurier lorsqu’il était jeune, alors il comprenait comment les choses marchaient. Pour le moment, la guilde avait achetée tout ce qu’avait rapporté Yu. Même si la plupart de ces produits n’étaient pas coûteux, certains étaient très rares. Mofisu quand à lui avaient toujours eu du mal à en vivre à l’époque. C’est pourquoi parfois, il valait mieux se faire de l’argent en vendant des produits rares, même si cela risquait d’attirer l’attention d’acheteurs venant d’un autre royaume.

« D’ailleurs, maître de guilde, quelle est cette bouteille qui pend à votre cou ? »

La curiosité d’Edda fut attisée lorsqu’elle vit une petite bouteille attachée au cou de Mofisu. Elle était assez étrange pour lui faire exagérer son importance.

« Ca ? C’est un concentré de plantes fabriqué par Yu. Et ça marche ! »

Edda plissa les yeux, déçue par cette réponse. En tant que femme, Edda savait qu’aucune membre de la gente féminine ne trouverait Mofisu séduisant, même avec ses cheveux.

« Alors, est-ce efficace ? »

« Bien sûr …. Regarde mes cheveux. »

« Alors ça vient de Yu ? »

Mofisu se mit à transpirer à grosse goutte en entendant la question d’Edda.

« C’est un produit miraculeux, fait à partir d’essences de plantes concentrées. »

 « Oh, donc cela vient bien de Yu-chan ? Je pensais que peut-être, éventuellement, un aventurier aurait pu te présenter une sorte de … pot-de-vin ? »

« Ahahaha, impossible que cela arrive. »

Tandis qu’Edda parlait, elle avait signalé aux autres réceptionnistes et employés de quitter les lieux.

Mofisu essaya de se lever de sa chaise en expliquant qu’il avait un rendez-vous important, mais Edda plaça doucement ses mains sur ses épaules.

« Non, vraiment, il ne m’a pas soudoyé ! Je l’ai un peu aidé, et en retour, il m’a donné ce sérum. Il s’agit vraiment d’un concentré servant à faire pousser les cheveux. Vraiment, je ne mens pas. D’ailleurs, j’ai une affaire importante qui m’attend et …. »

Mofisu essaya à nouveau de se lever, mais ne put même pas lever les fesses de sa chaise. Edda était comme une montagne pesant sur ses épaules.

« Maître de guilde …. »

« L-L-Lâche-moi …. »

Mofisu essaya de lui faire un regard attendrissant, mais l’expression d’Edda était aussi froide que la glace.

 

Près de la zone résidentielle de la ville de Comer, un peu à l’écart de la porte ouest, se trouvait une large maison. Celle-ci appartenait auparavant à Mussu. Le jardin était beau et bien entretenu, étant donné qu’un jardinier s’en occupait. Pas une seule mauvaise herbe n’était visible.

Au départ, Yu avait apporté des herbes poussant dans les donjons et la forêt et les avait plantées dans le jardin. Toutefois elles avaient poussées à toute vitesse malgré un environnement inadapté. Elles avaient tant poussé, que le portail de la maison avait été recouvert d’herbes et de plantes.

Toutefois, la raison principale pour cette poussée rapide était une créature souriante.

« Les cheveux de Yu sont tout doux et fins. »

La dryade était en train de caresser les cheveux de Yu qui lisait un livre. La dryade, s’étant installée ici et ayant plantée ses racines dans le jardin de la maison était la raison de la poussée soudaine des plantes. Mais Yu s’en fichait, et se contentait de lire son livre, adossé à l’arbre de la dryade.

 

eJwdyEEOhCAMAMC_8AC6lMKCvyF

 

Toutefois, les alentours étaient bruyants. La dryade parlait de temps en temps à Yu, et les fées étaient trempées, recouvertes de la bave des Loups Noirs. Lorsqu’elles bâtèrent en retraite face aux Loups Noirs, elles firent de Yu leur bouclier.

Yu était ainsi recouvert de fées, et ne pouvait plus lire son livre. L’une des fées se servaient même de la cuisse de Yu comme d’un coussin. Nina quand à elle jouait avec Coro et Lena lisait elle aussi un livre adossée à Sukke. Sukke dormait sans la moindre inquiétude, ignorant l’utilisation de sa douce fourrure. Marifa attendait silencieusement aux côtés de Yu en lui versant du thé avec un timing exact chaque fois que sa gorge était sèche.

« Ces abeilles cherchent la bagarre ? Elles essayent de combattre une fée …….. Yu, à l’aide ! Arrête ces abeilles ! »

« Tu les as bien entrainés, ces loups et ces abeilles. »

S’exclama la fée en se jetant sur le torse de Yu pour se protéger. Toutefois, Yu n’y prêta pas attention et continua à boire le thé préparé par Marifa.

 

« Demain en fin de matinée, Mussu se dirigera vers la Capitale. De nombreux aventuriers et mercenaires ont été embauchés pour l’escorter. La guilde a posté une requête pour les aventuriers de haut rang. »

Dans une pièce sombre située dans un coin de la ville de Comer se tenait un espion de l’Eglise Sainte.

« Enfin, lorsqu’il sera parti, je pourrais faire ce que je veux. Enfants, femmes, vieillards, je veux tous les tuer. Je ne peux pas attendre le moment où la ville sera repeinte en rouge … Je vais peut-être réussir à battre mon record. 139 personnes, du village Namuba. N’es-tu pas excité toi aussi ? Hahaha. »

La personne riant comme un fou était Clyde. Et face à lui, la ville de Comer allait peut-être connaitre sa pire catastrophe.

Le village Namuba était un petit village du Royaume Saint.

Il s’agissait d’un petit village de campagne où résidaient 500 personnes. Au sein du Royaume Saint, les habitants croyaient en la religion du Dieu Saint. Et Clyde faisait partie des personnes dont la tâche était de propager cette religion.

En réalité, quelque chose d’horrible s’y était produit.

Clyde s’était déchainé dans le village Namuba après que les villageois aient refusés de se convertir. Les enfants furent tués devant leurs mères, les femmes tuées devant leurs maris et les maris tués devant leurs parents. Il s’agissait d’un génocide.

Même si son titre de Chevalier Sacré lui avait été retiré après ça, cela ne l’avait pas dérangé. Il pensait même que cela lui permettait de voyager plus librement. Actuellement, Clyde était assis sur le dos d’une Panthère des Forêts. Il souriait en pensant aux évènements du lendemain.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

3 réflexions sur “Posséder ou Déposséder – Chapitre 96

  • Avatar
    30 mai 2016 à 22 h 52 min
    Permalien

    Vivement la suite XD 7 chapitre en une journée c’est un sacré rush que tu nous offres la !

    Répondre
  • Avatar
    31 mai 2016 à 1 h 18 min
    Permalien

    *la foule lance des oura* Merci pour tous les chapitres vivement va devenir chau 🙂

    Répondre
  • Avatar
    31 mai 2016 à 3 h 40 min
    Permalien

    Si alchimie est une competence si rare que ca, pourquoi il y a une guilde des alchimistes? Ce serait comme dire « he ho les mecs, si vous voulez attraper des alchimistes c’est par ici, on a recu une nouvelle livraison ce matin. Offre limité , deux pour le prix d’un » …

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :