Episode 72 : Jardin de Fleurs

 

Dans la rue principale de la ville de Comer, de nombreuses personnes allaient et venaient, que ce soit de nuit ou de jour, et une fille étrange se tenait là. Tout le monde se retournait en passant à côté d’elle.

La raison pour cela était que deux Loups Noirs ressemà des chiens l’accompagnaient. L’un marché excité devant elle, et l’autre timidement derrière. Les regards des passant allaient des Loups Noirs à la jeune fille, qui avait l’air d’être leur propriétaire.

Ce n’était pas étonnant. La fille était une elfe noire avec un corps parfait en pleine croissance, et qui allait sans aucun doute grandir en une superbe femme.

« Suke, ne marche pas comme ça derrière, tu es un loup, tu devrais en être fier. Coro, calme-toi un peu, tu attires l’attention. » Les deux loups furent réprimandés par Marifa. Suke frotta sa tête contre Marifa en laissant échapper des petits jappements pathétiques, tandis que Coro continuait à remuer la queue joyeusement sans se rendre compte qu’il venait de se faire gronder. Marifa ne pouvait que soupirer en voyant l‘attitude des deux.

Marifa était maintenant allé 16 fois dans le donjon, et chaque matin elle entrainait les Loups Noirs avant d’aller au donjon dans l’après-midi. Elle montrait aussi de superbes efforts dans l’apprentissage de ses compétences. Les deux loups qu’elle avait aujourd’hui emmenés avec elle faisaient partie des loups jeunes et talentueux. Même si cela lui demanda plus d’efforts pour atteindre la boutique à cause  des deux, elle y arriva enfin.

Elle alla au marchand d’esclaves en traversant la foule. L’homme l’y attendait déjà. Il regarda l’elfe noire puis les deux Loups Noirs, mais on regard était principalement fixé sur la fille, comme s’il voulait la dévorer.

(Tiens, elle me rappelle cette elfe noire. Elle était encore jeune, mais son corps n’était pas trop mal. Dommage que je l’ai laissée partir.)

Coro se mît à grogner lorsqu’il sentit le regard de l’homme, tandis que Suke levait la tête vers Marifa, l’air inquiet.

« Cela faisait longtemps Dan, est-ce que Mago est là ? »

L’homme s’appelait Dan, il était le petit-fils du marchand d’esclave Mago. Toutefois, il fut surpris que cette magnifique fille le connaisse.

« Comment connais-tu mon nom ? »

« Tu m’as déjà oubliée ? Je suis Marifa. Vous vous occupiez de moi un mois plus tôt. »

« Tu es Marifa ? Quoi ?! »

Bien sûr, Dan connaissait Marifa. Marifa était une fille laide avec un œil en moins, une cicatrice sur le cou et maigre comme un squelette. L’elfe noire devant Dan était une fille ne manquant de rien. Une fille en bonne santé et avec un corps charmant en pleine croissance.

« Alors, est-ce que Mago est là ? »

Dan acquiesça en vitesse et la mena à la chambre de Mago.

« Hoho, cela faisait longtemps. Je suis même surpris de voir que toutes tes blessures ont été guéries. » Malgré ces mots, Mago avait l’air calme.

« La blague n’est pas nécessaire. »

« Je ne me rappelle pas t’avoir dit de blague pourtant. Alors, quel bon vent t’amènes ici ? »

« Vous avez oublié ? Aujourd’hui est le jour de mon premier paiement. Vous devez aussi regarder les potions. »

Marifa sortit ensuite les potions de son Sac à Objets attaché à son tablier. Elles étaient proprement placées dans un conteneur en verre à bouchon. Elles devaient ensuite être libellées puis vendues par Mago. Les rumeurs concernant la première vente s’étaient déjà répandues parmi les aventuriers, et ils avaient maintenant que les potions ne pouvaient être achetées que par son intermédiaire. Même s’il était maintenant un marchand d’esclave, il possédait avant une boutique d’objets et souhaitait retrouver sa splendeur d’antan.

« Et voici le premier versement. Veuillez vérifier. »

De sa poche de devant, Marifa sortit aussi un sac d’argent. Mago l’ouvrit et commença à compter. Le total était de 53 pi-ces d’or.

« Comment est-ce que Yu a réuni tout ça ? » Mago n’était pas déraisonnable en demandant cela. 53 pièces d’or, un aventurier de rang C aurait énormément de mal à réunir une telle somme.

« Cela a été gagné dans le donjon. »

Mago et Dan ouvrirent grands les yeux en entendant cela. Yu connaissait le secret des potions, négocier les prix, soigner les blessures de Marifa, et maintenant, ils apprenaient qu’il était un aventurier.

« Hoho, j’ai entendu dire qu’il avait du talent, mais je ne pensais pas qu’il arriverait à réunir une telle somme aussi rapidement. »

« J’ai aussi une autre chose à demander. »

« Oui, quoi ? »

« Les mouches à or et à argent, malgré le fait que nous baignions dans la générosité, nous ne faisons que tourner autour de la maison. »

Dan essaya de comprendre ce qu’elle venait de dire. Il s’agissait d’une expression utilisée par les citoyens. ‘Les nobles étaient une nuée de mouches autour de l’or’’, ‘’les marchands une nuée de mouches autour de l’argent’’, car la richesse des nobles venait des taxes, et celle des marchands, de leurs profits. C’était comme dire qu’ils ne faisaient rien, et étaient pourtant traités avec générosité et respect. Marifa se sentait comme cela devant Yu.

« Alors, qu’est-ce qui te pose problème ? »

« Avez-vous des Fleurs Lori ? »

Dan se tut en entendant cela.

« Les Fleurs Lori sont plutôt uniques. Il s’agit d’une fleur blanche capable de devenir rouge. »

« En avez-vous ? »

« Non. »

« Dans ce cas, dites-moi lorsque vous en aurez. »

« Oui, malheureusement, je n’en ai pas actuellement. »

Après ça, Marifa continua la tâche qui lui avait été assignée. Ils décidèrent de la date de la prochaine livraison de potions, ainsi que du reste. Lorsqu’elle repartit, Mago prit immédiatement un verre et y versa du saké. Il s’agissait de sa petite coutume habituelle après avoir été confronté à un noble adversaire.

 

« Yu, le repas est prêt ? Mon ventre commence à se plaindre. » S’exclama Mussu, assis dans le canapé du salon.

« Bruyant. Je le préparerais après que Marifa soit rentrée. Et puis de toute façon, c’est de ta faute, tu n’avait qu’à pas venir ici pour manger. » Yu avait l’habitude d’attendre patiemment Marifa avant de préparer les repas.

« Yu-san, tenez. » Nungu préparait des biscuits salés avec du jus de raison et des fruits en apéro.

« Nungu, désolé de demander de faire ça. »

« Non, ce n’est pas grave. Je suis un majordome, alors ceci est mon travail. Ne vous occupez pas de moi. »

L’impression qui émanait de lui était la même que celle de Stella, mais Yu ne s’en était pas encore rendu compte.

Mussu et Nungu visitaient Yu tous les jours dès qu’ils avaient du temps libre, et manger avec lui était maintenant une habitude.

« Hey Nungu, donne-moi du vin. Tu dois me donner la priorité. Moi ! »

« Ne vous occupez pas de quelque chose d’aussi trivial. »

« Eeh ? Ce n’est pas quelque chose de trivial. Et je sais que tu as agis derrière la scène. Est-ce à cause de moi ou de Yu ? J’ai entendu dire que tu t’étais rendu chez le Baron Peritto, Vicomte Gorudoba, et qu’il s’est tout à coup tu après ça. »

Yu et Nina mangeaient tranquillement des gâteaux en regardant la scène. Derrière eux, Lena réfléchissait afin de savoir si elle devait commencer à manger elle aussi.

« Ce n’est rien. Je donnais juste des fleurs en cadeau. »

« Des fleurs ? »

« Oui, de magnifiques fleurs rouge sanguin. »

En entendant cela, Mussu
y perdit intérêt. En buvant son vin, chaque jour lui paraissaient si paisibles.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

5 pensées sur “Posséder ou Déposséder – Chapitre 72

  • 13 avril 2016 à 3 h 31 min
    Permalink

    Merci pour les chapitres, j’etais en manque ces deux derniers jours ^^
    Mussu a à peu pres quel age?

    Répondre
    • 13 avril 2016 à 7 h 10 min
      Permalink

      Mussu Mofisu a 113 ans, il le dit dans le chap 22 (c’est un nain).

      Répondre
      • 13 avril 2016 à 16 h 16 min
        Permalink

        C’est pas 2 personne distincte? Il me semblais que mussu c’etait le gouverneur de comer (celui qui essaye de rassembler tout les aventurier talentueux a son service) et mofisu le maitre de la guilde

        Répondre
        • 13 avril 2016 à 16 h 20 min
          Permalink

          Ah oui merde, tu as raison, j’ai confondu les deux. Donc Mofisu a 113 ans, et Mussu je crois que ce n’est pas dit.

          Répondre
          • 13 avril 2016 à 17 h 08 min
            Permalink

            Ok ^^ parce qu’il a une attitude d’enfant pourrie gaté, mais pour etre gouverneur de la ville il peut pas avoir 10 ans…

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :