Episode 142 : Ensoleillé avec une Légère Chance de Pluie Sanglante

 

« Lala ♪ Pique-nique ♪ Lalala ♪ »

Les parents de Collet la regardèrent curieusement tandis que celle-ci se coiffait les cheveux.

« Fufufufu. »

Elle laissa même échapper un rire,  prouvant qu’elle était heureuse. Elle se trouvait dans cet état depuis la veille, après son retour de la guilde des aventuriers. Au départ, ses parents la regardaient d’un air dubitatif, mais ils comprirent vite ce qui lui arrivait, après tout, Collet était une jeune fille. Le printemps est enfin arrivé pour notre fille, pensèrent-ils en trinquant secrètement.

« Maman, tu n’as pas besoin de préparer mon repas. »

« Oh, c’est étrange de te voir aussi heureuse. »

« Que racontes-tu ? Je suis toujours comme ça. »

En voyant Collet, son père voulut lui dire quelque chose mais sa mère lui coupa l’herbe sous le pied.

« Profite de ta journée, d’accord ? »

S’exclama-t-elle en pinçant la joue de Collet avant qu’elle ne sorte de la maison pour se diriger vers le point de rendez-vous.

 

« Bonjour Collet, tu as attendu longtemps ? »

« Collet Nee-chan, bonjour ! »

Yu salua Collet suivit de Namari. Marifa se pencha légèrement en avant et Momo, qui était assise sur la tête de Yu, regarda Collet en frottant ses yeux fatigués.

« Non, je viens d’arriver moi aussi. »

Collet sourit comme à son habitude, mais cette fois-ci son visage était radiant comme une fleur venant d’éclore. Ses vêtements avaient aussi été soigneusement choisis.

« Ah bon ? Dans ce cas, allons chercher tout d’abord Nina et les filles à la maison. »

« Oui ! »

Collet répondit timidement en marchant aux côtés de Yu.

« Yu, je n’ai pas eu le temps de te le dire, mais bon retour parmi nous ! »

Toutefois, Yu eut l’air contrarié en s’approchant du portail de la maison. Et il y avait une raison à ça …

« Oh, j’ai entendu dire que tu partais en pique-nique. »

« Super, cela fait longtemps que je n’en ai pas fait un. »

Des personnes se tenaient devant Yu. Il s’agissait de Joseph, et derrière lui Moran, Ann et Memetto apparurent.

« Vous, que faites-vous ici ? »

Yu ne dissimula pas son mécontentement envers Joseph. Memetto était venue ici car elle était intéressée par le nouvel équipement de Lena et voulait discuter avec elle. Moran d’un autre côté rougissait.

« Apparemment vous organisez un pique-nique, alors je me demandais si nous pouvions venir. »

« Oui, vous pouvez venir les filles. »

« Super ! » (Joseph)

Immédiatement, le regard de Yu se posa sur Joseph. Namari, considérant Joseph comme un ennemi se mit à le frapper à la cuisse. Joseph endura, mais petit à petit la douleur augmenta en s’étendant à tout son corps. Ainsi, Namari se mit à poursuivre joyeusement Joseph pour le frapper et Joseph oublia la raison de sa venue.

« Je suis là pour te demander de l’aide à propos de ça. »

Moran tenait dans sa main un outil magique crachant de l’air froid que Yu lui avait laissé dans le donjon.

« J’espère que nous ne vous dérangeons pas trop. »

Le regard de Moran se tourna vers Memetto. Il s’agissait d’un outil magique fabriqué personnellement par Yu et fonctionnant pendant plusieurs heures à l’aide d’une petite quantité de mana. Après l’avoir utilisé, Belle et Memetto du clan Fleur Kimutsuki ne pouvaient plus se passer de l’outil. Memetto avait essayé à plusieurs reprises de comprendre comment l’outil magique fonctionnait mais sans succès, et avait à force fini par le casser.

« Oh, il n’est plus en très bon état. »

« Désolé, Memetto a essayé de le réparer. »

Yu rangea ensuite l’outil magique dans son Sac à Objets après l’avoir récupéré. Moran voulut lui dire quelque chose mais se contenta de fermer aussitôt la bouche.

« Nous organisons un pique-nique, vous voulez venir les filles ? »

Comme si elle attendait que Yu dise ça, Moran sourit et répondit,

« Ce serait avec plaisir. Ann, Memetto, qu’en pensez-vous ? »

Moran et Ann attendaient elles aussi une telle proposition.

« Si ça ne dérange pas, je veux bien venir. »

« Si Ann veut y aller, dans ce cas je ne peux rien y faire, je viens. »

Russ fut laissé derrière pour garder la maison et Yu et les filles se dirigèrent vers une montagne proche. Sur le chemin, ils rencontrèrent des gobelins et orcs mais ceux-ci furent facilement tués par les Loups Noirs menés par la Panthère Nuage, tandis que Coro surveillait les environs.

Momo et plusieurs fées s’amusaient en jouant dans les airs tandis que d’autres dormaient confortablement sur la poitrine de Nina, d’autres se cachaient sous le chapeau de Lena et certaines jouaient même avec les oreilles de Marifa. Moran observait les fées d’un air curieux.

Peu après, ils arrivèrent à destination. Le sol était recouvert de fleurs dont l’odeur chatouillait le nez.

« Odono-san, nous allons pique-niquer ici ? »

Yu hocha la tête, et les Loups Noirs et Fées se mirent à courir dans tous les sens.

« Wouf Wouf ! »

« Hey, c’est mon miel ! »

« J’aimerais bien faire de la confiture. »

« On s’en fiche de ça, amenez l’alcool ! »

La dernière phrase fut prononcée par Joseph, mais Yu l’ignora.

« Goshujin est là, un peu de tenue. »

En entendant Marifa, les Loups Noirs se placèrent tout à coup en ligne droite.

« Bien, Namari, tu peux prendre cette balle et aller jouer. »

Yu donna un ballon à Namari qui se mit immédiatement à courir dans le jardin de fleur.

« Allons jouer ! »

Namari en tête, les Fées se mirent à le suivre, mais les Loups Noirs attendaient toujours la permission de Marifa. Après qu’elle ait légèrement hoché la tête, ils se mirent tous à courir.

« Yu-san, as-tu besoin d’aide ? »

« Merci mais tu peux te reposer, ce n’est pas grand-chose. »

Yu utilisa la magie de terre pour créer une simple table et un four, qui se transforma en four en pierre après l’utilisation de magie de feu. Il plaça de la pâte sur la table qu’il recouvrit de bacon, légumes et autres garnitures avant de placer le tout dans le four en pierre et d’y ajouter du fromage. Yu prit aussi des baguettes qu’il avait commandé à Wood puis les planta dans de la viande et des légumes pour faire des brochettes.

Collet ne put s’empêcher d’être impressionnés par le niveau de finesse de Yu. Marifa de son côté prépara la table et les assiettes avec l’aide de Moran et Ann. Nina, connue pour faire plus de mal que de bien, observait Yu de loin en souriant. Lena qui n’avait pas montré la moindre intention d’aider lisait tranquillement un livre à l’ombre d’un arbre. De temps en temps, Lena sentait le regard de Memetto se poser sur elle.

Après une demi-heure, la préparation du repas prit fin et les plats étaient alignés sur la table.

« Cette boisson est délicieuse ! »

« Oui, délicieuse, mais on ne peut pas la trouver en boutique. »

« Ann, Yu a préparé cette boisson lui-même, alors bien sûr qu’elle est délicieuse. »

Joseph se servit un morceau de pizza et un long fil de fromage fondu se forma entre sa part et le plateau. Il y avait aussi sur la table de la viande cuite au barbecue et saisonnée à l’aide de 2 sortes de sels différents. Moran préférait celle avec un goût plus fort tandis qu’Ann préférait celle légèrement assaisonnée.

« Yu-san, c’est délicieux. »

Collet mangea elle aussi de la pizza en répétant à chaque bouchée que celle-ci était délicieus
e.

Namari éclata de rire en voyant Momo le visage recouvert de fromage. Remarquant cela, Marifa lui nettoya le visage avec une serviette. Momo foudroya ensuite Namari du regard, et lorsque Namari but du lait au miel, elle poussa son verre qui se renversa sur son propriétaire.

« Yu-san, tout ce que tu as préparé est absolument délicieux. »

« Merci pour aujourd’hui. »

« Oui, merci beaucoup, je me suis bien amusée. »

Ce jour-là, Yu et les filles profitèrent du beau temps jusqu’au coucher du soleil.

 

Frontière du Royaume Houdon.

« Grand-père, nous arrivons bientôt au Royaume Houdon. »

« Tu as raison. Alors, où se trouve Goria ? »

« Par ici. »

Le vieux nain regarda dans la direction pointée par Azerotte.

« Oui, c’est la ville de Comer, est-il encore là-bas après avoir échoué sa mission de capture de Yu Sato ? »

Azerotte était assise sur un rocher en balançant ses pieds à cause de l’ennui.

« Grand-père, quelqu’un arrive. »

« Ah bon ? »

Ils se retournèrent tous les deux et virent un millier de chevaliers se dirigeant vers eux.

L’homme menant les troupes et apparaissant comme le leader portait une armure brillante.

« Ordre des Immortels, 7ème pécheur Dhorme le Marteau de la Destruction et 5ème pécheur Azerotte Vent Foudroyant. Je suis venu vous vaincre. »

« Oh, comment nous as-tu reconnus ? »

Dhorme répondit calmement à l’homme.

« Je suis Zavier Ozshum, chef de la 4ème division de Chevaliers du Royaume Dano. Vous êtes tous les deux des criminels recherchés ayant assassiné le Comte Oremor et plusieurs centaines de fonctionnaires. Vous devez payer pour vos péchés. »

« Oremor ? Qui est-ce ? Tu te souviens de lui Vent Foudroyant ? »

« Grand-père ! Je t’ai déjà dit de ne pas m’appeler par ce surnom. En plus, je ne me souviens jamais des noms de ceux que j’ai tués. »

« Et tu as raison. Pourquoi se souvenir de quelqu’un ne faisant plus partie de ce monde ? »

Les mots de Dhorme  firent brûler de rage les chevaliers.

« Comment osez-vous ? Vous n’êtes que des demi-humains ! »

« Maintenant que la 4ème unité de Chevaliers est là, vous ne pouvez plus fuir ! »

Le chef des Chevaliers, Zavier, ordonna à ses troupes d’attaquer.

« Vous ne pouvez plus fuir maintenant ! »

« Fuir ? Pourquoi ? »

Avec un mouvement de main de Zavier, 200 soldats s’avancèrent, couverts d’armures lourdes. Ils placèrent leurs boucliers devant eux, formant ainsi un mur d’acier en face des deux criminels.

« De nombreuses unités de chevaliers se vantent de leur pouvoir offensif, mais cette 4ème unité est spécialisée en défense ? »

« Nous allons bien voir ça. »

« Attaquez ! »

Après avoir reçu l’ordre de leur chef, l’infanterie lourde cria « Oui ! » à l’unisson.

200 soldats lourds chargèrent en direction de Dhorme, et le résultat d’une telle attaque était facilement prévisible.

« C’est … que se passe-t-il ? »

Tous les chevaliers derrière Zavier l’entendirent. A l’endroit où s’était déroulé l’assaut, un large nuage de poussière cachait la vue. Lorsque celui-ci disparut, Dhorme se tenait là, un marteau de guerre sur l’épaule.

« Ca arrive. »

S’exclama Azerotte d’une voix mignonne ne correspondant pas à l’atmosphère. Elle ouvrit ensuite un parapluie.

Ce jour-là, le ciel était dégagé sans le moindre nuage, mais tout à coup, la pluie se mit à tomber. La pluie tombait, mais il ne restait plus la moindre trace des 200 soldats venant de mener la charge. Enfin, quelqu’un se rendit compte de la couleur anormale de la pluie. Elle était rouge.

« Qu’est-ce que c’est ? Pourquoi est-ce que la pluie est d’une telle couleur ? »

Zavier leva la main et regarda sa paume. En plus de la pluie rouge, un morceau de chair atterrit dans sa main.

« Hyaa ! »

L’un des chevaliers cria. Peu après, de nombreux morceaux de chairs tombèrent du ciel. L’un des soldat en reçut un sur l’épaule, mais celui-ci contenait des dents et des yeux. Aussitôt, la peur s’installa dans le cœur des chevaliers. Ils savaient tous ce que cela voulait dire.

Dhorme venait d’exterminer 200 personnes en un instant, et les cadavres de ces 200 troupes d’infanterie lourde avaient été envoyés si haut qu’ils étaient retombés sous forme de pluie.

« Monstre … »

A cet instant, Zavier et ses chevaliers perdirent l’envie de se battre. C’était une vraie honte pour la 4ème unité de chevaliers, mais le plus déçu était Dhorme.

« C’est tout ce que vous avez ? »

« Grand-père, fais attention à ne pas salir mes vêtements. »

« D’accord, désolé. »

« En plus, ça pue ! »

Devant Dhorme et Azerotte, la 4ème unité de chevaliers était maintenant complètement rouge. Les chevaliers ne purent que les regarder partir en silence.

« C’est … un massacre … »

« Chef, que faisons-nous ? »

« Ils se dirigent vers un autre pays, envoyez un rapport à tous les alliés de notre Royaume Dano. Envoyez plusieurs messagers. »

« A vos ordres, nous enverrons nos meilleurs hommes. »

« De plus, il y a tout près d’ici un pays vassal de notre royaume nous payant de larges taxes, vous pouvez commencer par celui-ci. Les deux criminels se dirigent vers le Royaume Houdon, et nous risquons de les perdre une fois qu’ils seront entrés sur le territoire, alors prévenez aussi le Royaume Houdon en plus de leur demander une autorisation d’entrer. »

« A vos ordres. »

Après ça, plusieurs chevaliers disparurent au loin. Zavier serra de toutes ses forces ses poings maintenant rouges.

« Je le promets, ces monstres vont payer ! »

 

Chapitre Précédent                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

2 pensées sur “Posséder ou Déposséder – Chapitre 142

  • 8 juillet 2016 à 0 h 19 min
    Permalink

    l’action va enfin reprendre 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :