Episode 140 : Marchand de la Nation Libre d’Hameln

 

La Nation Libre d’Hameln. Il s’agissait d’un étrange pays sans famille royale et nobles. Alors, qui dirigeait un tel pays ? La réponse était : les marchands. Exactement, la politique nationale était décidée par 8 marchands. Ces 8 marchands devaient être les plus riches de la nation, et chacun avait un pouvoir financier pouvant rivaliser avec un petit pays.

Toutefois, la véritable identité de ces personnages n’était pas dévoilée au grand public. Toutefois, ils étaient surnommés les Huit Sièges de Zen. Les lois mettaient en priorité le profit au détriment du désir public, et pourtant, Hameln était l’un des pays les plus prospères du continent.

L’une des figures célèbres des Huit Sièges de Zen était la petite fille de Benjamin G Chester. Il s’agissait de la première femme acceptée dans l’ordre, son nom était Elizabeth G. Chester.

Elizabeth n’était au départ qu’une simple réceptionniste dans une Guilde des Aventuriers. Au fil du temps, de nombreux aventuriers puissants dont elle s’occupait déposèrent de larges quantités d’argent à la guilde. Ainsi, elle amassa petit à petit une fortune et s’engagea dans le commerce de matériaux de monstres. Peu après, elle devint la première femme membre des Huit Sièges de Zen. Une rumeur circulait selon laquelle elle faisait partie de la famille royale d’un autre pays. Une autre affirmait que les gens étaient prêts à sacrifier leur vie pour elle car elle possédait la compétence unique [Sorcière de la Tentation].

Et c’était peut-être vrai. Les aventuriers ayant déposé de l’argent en passant par Elizabeth n’étaient pas peu nombreux. Après avoir reçu une somme d’argent suffisante, elle avait quittée la guilde immédiatement pour exercer la profession de marchand. Elle avait ouvert une petite boutique qui se développa à toute vitesse. Mais bien sûr, former une fortune dans la Nation Libre d’Hameln n’était pas chose étrange. Ainsi, en utilisant sa richesse et ses connections, elle devint l’une des membres des Huit Sièges de Zen, de la Nation Libre d’Hameln. Elle avait atteint une telle position au jeune âge de 30 ans.

Quelqu’un toqua à la porte.

« Entrez. »

Une fille aux longs cheveux blonds et portant des lunettes à la monture argentée pénétra dans la pièce, des notes à la main.

« Benjamin-san, a-t-on vraiment besoin d’enquêter sur ce jeune garçon ? Je pense qu’il ne s’agit que d’une perte de temps … »

Un vieil homme apparut derrière la fille en faisant des gestes exagérés, comme s’il n’était là que pour embêter Benjamin. La seule personne pouvant se comporter ainsi devant Benjamin dans la Nation Libre d’Hameln était ce vieil homme.

« Tu as même envoyé Victor en personne. Pourquoi lui ? Il est totalement inutile. Que comptes-tu apprendre grâce à lui ? » (Vieil Homme)

« J’en déciderai lorsque je le reverrai. » (Benjamin)

« Hahahaha, son rapport m’a bien fait rire. Mentionnait-il que Yu Sato avait combattu un dragon ? Si cet homme n’arrive même pas à savoir cela, il ne devrait même pas être considéré comme ton bras droit Benjamin-san. » (Vieil Homme)

« Rusty, dans ce cas, pourquoi ne me parlerais-tu pas de ce que toi, tu as appris ? » (Benjamin)

Ce vieil homme appelé Rusty était le professeur de Benjamin et son gardien lorsqu’il n’était qu’un enfant, c’était la raison pour laquelle il osait parler ainsi à Benjamin.

Un souvenir traversa son esprit, il se rappela lorsque Benjamin était encore un petit garçon et l’appelait grand-père, mais maintenant, il avait bien grandi. Rusty contempla les rues couvertes de neiges, le regard vide.

« Rusty ? »

« Ah, oui ! »

 Rusty s’était perdu dans ses pensées, et c’était assez pour énerver Benjamin. Tout le monde savait que les personnes mettant en colère Benjamin avaient tendances à disparaitre sans laisser de traces, mais il ne pouvait rien faire contre Rusty.

« Victor a fait du bon travail en enquêtant sur Yu Sato. »

« Oui, mais il a fait le strict minimum. Tout le monde peut en faire autant. »

« Alors donne-moi des informations sur Yu Sato que Victor ne connait pas. »

« Savais-tu que le troisième prince du Royaume Moberu, les marchands de l’Empire Daelim et les espions de la République de Na n’avaient pas réussis à récolter d’informations sur lui ? Alors que peut bien savoir Victor ? Tu ne fais que gâcher ton or. Il ne savait même pas que Yu avait combattu un dragon. »

« Je le savais déjà. »

« Hahaha, Benjamin-san, même si je suis vieux, je sais quand on me ment. Savais-tu que Yu Sato était protégé par la guilde des aventuriers de Comer et par le Comte Mussu ? J’ai eu du mal à découvrir ce secret. »

Rusty sortit un tas de rapports résumant ses découvertes et le plaça sur le bureau de Benjamin. Celui-ci le feuilleta et ne put le féliciter tant il était impressionné.

Les différences entre le rapport de Victor et celui de Rusty étaient énormes. Le rapport de Rusty incluait des détails minutieux et de nombreuses informations sur Yu méritant d’être félicités.

« C’est aussi mentionné dans le rapport de Victor, mais est-ce que Yu peut vraiment utiliser la [Magie Spectrale] ? »

« Hahaha, il y avait ça dans son rapport ? Quand à moi, je certifie qu’il en est capable sans aucun doute, dep lus, il peut aussi utiliser la [Magie Noire], [Magie Blanche], [Magie Spirituelle], et j’ai même appris récemment qu’il connaissait la [Magie Draconique]. »

Le rapport de Rusty fit froncer les sourcils à Benjamin. Habituellement, Benjamin était toujours calme et ne dévoilait jamais ses émotions, alors Rusty ne put s’empêcher d’être heureux en voyant sa réaction.

« Benjamin-san, ne soit pas surpris tout de suite. Yu Sato a aussi une relation spéciale avec Joseph, la Lance Divine. Même si l’authenticité de la relation n’est pas encore claire, j’ai appris qu’ils s’étaient déjà combattus amicalement. »

« Rusty, d’après toi, Yu Sato est extrêmement fort. Sinon, le ministre des finances Ivory-san n’aurait jamais gardé ce cette affaire secrète. Il ne veut même pas échanger d’informations concernant Yu Sato, et je sais pourquoi maintenant. »

« Hahaha, tout à fait Benjamin-san. Yu Sato était il y a peu un novice, alors de nombreuses larges factions ne l’ont pas encore repérées. Toutefois, dans quelques années, sa force sera forcément reconnue. Des pays risquent même de le chercher pour essayer de l’attirer, et à ce moment-là, il sera trop tard. Même si certaines informations sont encore floues le concernant, ne sous-estime surtout pas ce gamin de 13 ans. Je sais que tu feras les bons choix. »

« Bien, essayons d’entrer en contact ou de visiter Yu-san. »

« Dans ce cas j’y vais, je pars à la guilde des aventuriers m’en occuper. »

 

Après être sorti de la guilde des aventuriers, Yu se dirigea vers la boutique du marchand d’esclave. La première fois qu’il y était allé, il n’avait pas reçu un très bon accueil, mais cette fois-ci, il fut reçu dans la salle principale, et pas dans la pièce où il avait acheté Marifa.

« Hohoho, peut-être êtes-vous venu discuter de ce dont nous avions parlé plus tôt ? »

« Oui, vous êtes prêt ? »

« Marifa m’a bien tenu au courant, mais pourriez-vous me réexpliquer ? »

« Oui, je souhaite ouvrir une boutique. Quand à l’argent, j’ai ce qu’il faut. »

« Je sais pertinemment que Yu-san ne manque pas d’argent, mais ouvrir une boutique ne nécessite pas que de l’argent. Il vous faudra aussi des marchandises comme des vêtements, du
bétail ou des meubles, cela prend du temps, parfois des années. Sans compter les centaines de personnes concernées par un tel projet. Il faut planter les graines, coudre les vêtements, acheter des outils, même en employant des artisans compétents cela risque de prendre du temps. »

Les quantités d’articles demandés par Yu au marchand étaient énormes et pouvaient même permettre à un petit village de vivre pendant plusieurs mois. Même si le marchand d’esclave était l’un des plus grands marchands de Comer, il ne pouvait pas compléter toute la demande de Yu.

« Combien de temps cela prendra ? »

« Je ne suis pas sûr. Peut-être quelques mois. »

« C’est trop long, je ne peux pas attendre aussi longtemps. »

Mago ne put rétorquer. Il voulait vraiment répondre aux attentes de Yu et collecter autant d’objets qu’il le souhaitait. Après tout, Yu avait fait tant de choses pour lui. Après que le ministre des finances Ivory l’ait harcelé et presque ruiné, Yu l’avait aidé à retrouver petit à petit son pouvoir perdu. Maintenant, chacune de ses boutiques était gardée nuit et jour par les morts-vivants créés grâce à la [Magie Spectrale] de Yu. Quelques jours plus tôt, des acolytes du ministre des finances avaient même essayés de brûler l’une de ses boutiques pendant la nuit, mais les morts-vivants de Yu l’avait protégée.

Lorsque le marchand d’esclave Mago avait appris la nouvelle de la part de l’un de ses subordonnés, il avait tout de suite compris que la personne l’ayant aidé était Yu. A cause de ça, il ne pouvait que regarder Yu en silence.

Namari de son côté se fichait de la discussion ennuyeuse et était occupé à manger. Marifa se tenait droite derrière Yu sans la moindre expression et Momo observait la situation en se cachant derrière le casque de vol de Yu.

« Monsieur, n’entrez pas ! »

« Ne vous inquiétez pas, je suis une connaissance de Mago-san. »

« Mais ce n’est pas le moment ! Mago-san est occupé et ne veut pas être dérangé ! »

En entendant le bruit à l’extérieur, le regard de Mago se dirigea vers la porte qui s’ouvrit tout à coup.

« Yu-san, je suis venu te voir ! »

« Yu-san, qui est-ce ? »

« Mon nom est Victor, je peux te parler ? »

L’homme venant d’arriver s’appelait apparemment Victor, et s’approcha de Yu sans effacer son sourire.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Posséder ou Déposséder – Chapitre 140

  • 3 juillet 2016 à 23 h 57 min
    Permalink

    L’auteur introduit des perso random sans meme les présenter, genre il nous introduit une fille comme etant sa petite fille comme en lisant ca on allait se dire « ah d’accord c’est sa petite fille. Je me disais bien que son nom me rappelais quelque chose ». Juste non…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :