Episode 124 : Clans

 

Une odeur putride emplissait l’air, la terre était d’un gris cendre, et le clan Gardien Vert mené par Kennett avait passé la nuit dans le passage séparant le 57ème niveau du 58ème niveau, et était maintenant en train de manger le petit-déjeuner de bon matin. 2 attaques avaient eu lieu pendant la nuit, mais avaient été repoussées sans grande difficulté par les membres du clan montant la garde.

Lalit prit un bol de soupe dans lequel il trempa son pain pour le ramollir. Il s’assit ensuite aux côtés de Kennett. Les membres du Gardien Vert le regardaient souvent d’un air hostile, car même s’il entretenait des relations amicales avec eux, il agissait toujours d’une façon bien trop relaxée.

« Salut Kennett. »

« Bonjour Lalit. L’histoire que tu nous as raconté hier était vraiment quelque chose. »

« Sur le royaume ? »

« Oui, tu dois savoir que nous, le clan Gardien Vert, nous servons le royaume. Même si nous sommes assez bien équilibrés, nous manquons cruellement d’éclaireurs. »

« Où veux-tu en venir ? »

« Et bien, à la guilde des aventuriers, nous t’avons trouvé alors que tu venais de monter au rang C. Je voulais te demander, pourquoi étais-tu intentionnellement resté au rang D pendant si longtemps ? N’avais tu pas des ambitions ? »

Kennett cherchait de nouveaux membres grâce aux annonces de recrutement de la guilde. Il savait que Lalit avait une expérience bien plus importante que les autres aventuriers, mais il se demandait pourquoi une telle personne n’avait pu accéder au rang C que très récemment.

Un haut rang de guilde signifiait plus de gloire, plus de récompenses ainsi qu’une certaine supériorité. Certains clans étaient prêts à se battre pour recruter de telles personnes. Les actions de Lalit étaient donc un grand mystère. Après sa performance il y a quelques jours, Lalit avait laissé une profonde impression et allait probablement être convoité par le Gardien Vert.

« Chemie, on dirait qu’ils discutent d’une chose importante. »

« Jigumo, tais-toi. »

Jigumo devint elle aussi silencieuse. Elle voulait écouter leur conversation, tandis que Chemie et Dorogosu regardaient la scène en souriant.

« Kennett a l’air de vouloir l’inviter, mais il a apparemment du mal. »

« Oui, mais je suis sûr qu’il n’abandonnera pas aussi facilement. »

Elles continuèrent à discuter, mais le résultat était visible sur le visage de Kennett. Après que tout le monde ait terminé son petit-déjeuner, Kennett quitta Lalit et entra dans une large tente afin de discuter avec les autres membres de leurs futurs plans.

« Lalit …. Comment a-t-il osé refuser l’invitation ! »

« Jimugo, arrête. Même Kennett n’a rien dit. »

S’exclama Dorogosu d’un air calme.

« Chemie, tu sais qu’il est extrêmement difficile d’être invité personnellement à rejoindre Gardien Vert. Comment a-t-il pu refuser ? »

Jimugo faisait toute une scène, quand tout à coup, Lalit apparut. Sous la gorge de Jimugo, la Dague en Damascus de Lalit scintillait. Un centimètre de plus, et du sang pouvait jaillir du cou de Jimugo.

« Toi … Quand as-tu … ? »

« Il ne faut pas parler de quelqu’un dans son dos. »

Lalit écarta sa dague. En voyant la situation tendue se résoudre d’elle-même, Dorogosu et Chemie laissèrent échapper un soupir de soulagement. Ce genre d’attaque n’était pas étrange et tout à fait réalisable, mais il ne s’agissait pas d’une tâche aisée, et Jimugo était loin d’être faible.

Bien sûr, en cas de combat contre d’autres aventuriers, un éclaireur tel que Lalit pouvait utiliser le poison, la paralysie, des attaques surprises ou des pièges. Il était même possible d’utiliser des ficelles afin de couper des membres. Toutefois, ils n’avaient jamais vu quelqu’un d’aussi rapide que Lalit.

Lalit était considéré comme l’un des membres les plus faibles du groupe étant donné qu’il était un éclaireur, mais après cette attaque, sa position venait de monter.

« Lalit, désolé. Jimugo est probablement juste jaloux, et il faut avouer que ton refus de la proposition de Kennett était assez contrariant. »

« Ah bon ? Mais je m’en fiche. »

 

 Dans la guilde des aventuriers de Comer, Mofisu était assis, le visage fatigué.

« Je n’en sais rien, d’où vient ce novice ? »

« Arrête de te moquer de moi. Tu sais très bien que l’un des membres de Météore Pourpre a récemment échoué le test de promotion au rang C. »

L’homme assis en face de Mofisu était un elfe noir avec des cheveux argentés et la peau marron. Il regardait Mofisu en ajustant ses lunettes avec son majeur. Bien sûr, ces lunettes n’étaient pas un objet normal. Elles ne pouvaient être obtenues que lors des enchères de la cité impériale, et étaient extrêmement rares. Elles ressemblaient à des lunettes normales mais possédaient en vérité une capacité d’[Estimation].

Mofisu tourna la tête pour éviter le regard derrière ces lunettes.

« Je ne vois pas de quoi tu parles. »

« Bon, cessons cette discussion inutile et fais venir Joseph. Je veux entendre directement les détails de sa bouche. »

« Que racontes-tu ? »

« Récemment, il y a eu une dispute entre un membre de la guilde et le clan Météore Pourpre. Je veux savoir où est Yu Sato ! »

« Eh ? Qu’est-ce que Yu Sato vient faire là ? »

« Tu ne le savais pas ? J’ai envoyé des novices prometteurs en quête. Deux sont morts et un seul est revenu. Apparemment ils avaient rencontré un Roi Gobelin et s’étaient alliés avec l’une des compagnons de Yu Sato. De plus, lors du test de promotion au rang C, Joseph était présent. JE peux donc en déduire que Yu Sato, la fille et Joseph ont une connexion. »

« Ah oui, c’est possible. »

« Mais ce Yu Sato est introuvable. Il ne fait même pas partie d’un clan. Il est tout à fait naturel que l’un des plus grands clans de la ville tel que le nôtre veuille le rencontrer. »

« Ah bon ? »

« Oui. »

Les yeux de Mofisu et de l’elfe noir se rencontrèrent, et des étincelles apparurent. Il s’agissait bien sûr d’une illusion, mais personne ne pouvais les arrêter. Personne.

« Pourquoi faites-vous des expressions si effrayantes ? Voici votre thé. »

Entre Mofisu et Deriddo, Edda apparut tout à coup comme si de rien n’était. Elle se mit à verser avec grâce le thé à une main.

« Quoi ? Tu verses du thé à une main ? C’est malpoli. »

« Ojisan, tu es irritant. »

« Edda, nous étions en train de discuter. Assieds-toi, tu as peut-être des informations qui pourraient nous intéresser. »

S’il s’agissait d’une personne normale, les mots de Derrido auraient pu paraitre intimidants, mais Edda se contenta de sourire.

« Ah bon ? Ton visage est effrayant, même un enfant pleurerait en le voyant. Je ne veux pas m’asseoir devant un tel visage. »

Edda connaissait Deriddo depuis ses débuts en tant qu’aventurier, et sa remarque le fit tout à coup rougir.

« Edda ! Je suis un aventurier de rang A. Ne devrais-tu pas peser un peu plus tes mots ? »

« Whoa, j’ai peur. Quel personnage effrayant. »

Edda fit sembler d’avoir peur, et Mofisu, qui savait qu’elle jouait la comédie, lui envoya un regard glacial.

« En tout cas, Deriddo-chan, profite bien de ta conversation avec le maître de guilde. »

« Pourquoi le chan ? Et tu peux rester avec nous. »

« C’est vrai Edda, même s’il veut me parler, tu peux te joindre à nous n’est-ce pas ? »

Mais tout à coup, Edda sortit une chose
ressemblant à une plante en pot.

« Ah, je peux tout te dire sur le novice, Derrido. Pas besoin d’en discuter avec Edda. Mais je ne m’en souviens pas pour le moment. Alors pourquoi ne pas reporter cette discussion à plus tard ? »

« Tu ne t’en souviens pas ? Es-tu idiot ? »

Mofisu poussa Derrido hors de la pièce et ferma immédiatement la porte à clé.

« Edda, à quoi joues-tu ? »

« Dites-moi où est Yu-chan. »

Mofisu soupira à nouveau en entendant le nom de Yu, toutefois Edda ne s’arrêta pas là et posa la plante sur la table.

« Je suis trop occupé avec la guilde en ce moment. Comment puis-je savoir où il se trouve ? »

« Tu mens. Tu sais, ce pot, j’en ai des centaines. Peux-tu répéter ta réponse ? »

Mofisu se rappela que tout au long de sa vie, il n’avait jamais gagné contre Edda.

 

Guilde des aventuriers de Comer, rez-de-chaussée.

Des personnes se tenaient devant le bulletin des quêtes de rang D.

« Hey, vous saviez que Nina-chan chassait dans le donjon Jardin de Bois ? »

« Tu es plutôt long à la détente. D’après les plus récentes informations, Joseph est avec elle et Jozu l’entraine. »

« Oh, Nina-chan est aidée par de puissantes personnes. »

« N’oublie pas que tu n’es qu’un rang D, et que Nina-chan passe bientôt au rang C. Bon, quelle quête devrions-nous prendre. »

« Le clan Lune Argentée en provenance de la capitale est en pleine expédition dans la Mine Urumi afin d’éliminer un Dragon de Glace. Même les clans Soleil Gracieux et Météore Pourpre ont échoués. »

« Même Météore Pourpre ? Que va-t-il se passer à ton avis ? Il s’agit quand même d’un Dragon de Glace. »

« Météore Pourpre a échoué ? Ce clan n’est-il pas dirigé par Derrido ? »

« Vous ne le saviez peut-être pas, mais il a un neveu qui a récemment échoué son test de promotion au rang C. De plus, un groupe de membres du clan était parti éliminer un Roi Gobelin avec Lena-chan, et au final 2 recrues ont été tuées. »

Les aventuriers autour d’eux rejoignirent la conversation, faisant ainsi circuler les rumeurs.

« Alors vous comptez aller à l’encontre de Météore Pourpre pour rejoindre le côté de Lena-chan ? »

« Bien sûr, même les autres filles sont en dangers. Nous allons informer tout le monde. »

« Attendez-moi ! »

Bien sûr, en combattant les filles du groupe de Yu, la chose la plus effrayante était leur armée de fans.

« Ils ne toucheront pas un seul cheveux de Lena-chan. »

« Marifa-san aussi. Météore Pourpre ne le touchera pas. »

« Ah, si seulement Marifa-chan pouvait me lancer son regard froid. »

Certains des hommes avaient des désirs étranges. Et enfin, le dernier groupe à commenter fut la faction de Nina.

« Leader, vous avez entendu ? »

« Oui, nous devons protéger Nina-chan s’ils comptent s’attaquer à elle. »

 

Pendant ce temps, Lalit était au 60ème étage.

« Lalit, nous avons atteint le 60ème niveau. Nous devons rester sur nos gardes. »

« Je sais, je sais. »

Lalit s’enfonçait toujours plus profondément dans le donjon aux côtés du clan Gardien Vert.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                    Chapitre Suivant

Accueil

3 pensées sur “Posséder ou Déposséder – Chapitre 124

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :