Aujourd’hui, parlons peu, parlons bien, parlons manga ! Enfin, pas exactement car aujourd’hui je vais vous présenter Pone Illustrations, un artbook pour lequel je n’ai pas pu résister dès que j’ai vu ce dernier arriver jusque dans nos contrées.

Pone est un artbook signé Posuka Demizu, un artiste japonais dont le nom ne vous est probablement pas inconnu. Il s’agit d’un illustrateur s’étant fait connaître récemment pour une oeuvre connue répondant au doux nom de… The Promised Neverland. C’est l’un des premiers mangas auquel j’adhère autant personnellement et pour lequel j’achète tous les tomes dès leur sortie depuis que je vous en ai parlé sur Error404. Si le manga est excellent, c’est autant pour son scénario qui tient en haleine depuis déjà 10 tomes maintenant, c’est aussi sa patte graphique qui lui a permis d’obtenir cette renommée.

Pone Illustrations est sorti en 2016 au Japon et le 18 septembre dernier chez nous.  J’imagine que cela a pris autant de temps pour attendre que la notoriété du manga se matérialise aussi ici (Au Japon, le manga en était déjà au tome 17 quand j’y suis allé l’été 2019)

Le style de Posuka est assez unique au Japon. Il diffère beaucoup de ce que l’on voit souvent. On est plus proche de l’esprit des films des studios Ghibli. Les dessins sont extrêmement détaillés, surtout sur les décors. On a vraiment l’impression qu’il s’agit de concept arts pour le jeu vidéo ou le cinéma, avec tous les détails représentés dans les moindres recoins. D’ailleurs les thématiques évoqués dans ces artworks sont nombreux. On retrouve souvent des illustrations se rapprochant de l’univers steampunk, mais on trouve aussi des animaux, des pizzas (oh yeah !), des personnages, des paysages, de la décoration de noël et j’en passe !

Que dire de plus ? Il faut dire qu’il s’agit d’un recueil d’illustrations et qu’il n’y a pas du tout de texte si ce n’est une page à la fin qui explique pourquoi cet artbook a vu le jour. Posuka nous donne quelques petites anecdotes sur ces dessins. En hiver, il dessine plutôt dans des tons rouges, lui rappelant le coin du feu et la chaleur. En été en revanche, les dessins sont plutôt dans les tons bleus pour penser à la mer. Aussi, on comprend que l’artbook s’intitule Pone car c’est en fait le premier pseudo de Posuka sur lequel il a commencé ses dessins.

Si je ne devais avoir qu’un seul regret, ce serait que l’ouvrage ne soit pas doté d’une couverture rigide. C’est quand même plus quali en général pour un artbook.

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.