Pikoko est un jeu de cartes stratégique où vous allez devoir faire des prédictions sur le nombre de plis gagnés par vous ET vos adversaires, tout en ne voyant pas vos cartes.

Entre belote et tarot africain, reprenez de vieux jeux ancestraux, ajoutez-y de belles illustrations, du matériel attrayant, une fioriture dans la règle et vous aurez créé le nouveau jeu à la mode à l’approche de noël.

De 3 à 5 joueurs, à partir de 10 ans, une partie dure environ 30 minutes.
En dessous de 10 ans, il est compliqué pour les enfants de comprendre que le nombre de plis qu’ils font importe peu. Le principal étant de faire de bonnes prédictions. Ils arrivent à jouer mais ne captent pas bien toute la stratégie de ce jeu.
La configuration idéale étant 4 joueurs pour bien voir l’ensemble des paons.

plateau

Parons-nous de nos plus belles plumes

Chaque joueur va recevoir 8 cartes qu’il mettra face cachée dans son paon, porte-plumes. Le restant des cartes est mis de côté, seule la première carte est révélée et détermine l’atout pour la manche en cours.

En fonction de ce que vous voyez dans le paon des autres joueurs, vous pariez sur le nombre de plis que chacun de vos adversaires vont faire, mais également sur vous-mêmes. Vous choisissez également une carte de confiance sur un de vos paris dont vous êtes le plus sûr. En fin de partie, si vous ne vous êtes pas trompés, cette carte vous fait gagner 3pts sinon vous perdez 1pt.

Le premier joueur lance la partie en jouant une carte, celle qu’il désire, dans la main de son partenaire de gauche (appelé joueur cible). Chacun leur tour, les joueurs choisissent une carte dans la main de leur joueur cible, si possible de la même couleur que celle demandée par le premier joueur, sinon la carte de leur choix (atout ou non, il n’y a aucune obligation de poser de l’atout).

Pour corser un peu le jeu, il y a des cartes plumes multicolores. Elles peuvent être jouées comme n’importe laquelle des trois couleurs représentées. Si la couleur demandée est représentée sur la carte alors c’est sa couleur par défaut. Sinon, le joueur qui pose la carte énonce la couleur choisie. Si le premier joueur lance la partie avec une carte multicolore alors il annonce la couleur pour le tour.

Une fois que chaque joueur s’est engagé dans le pli, on le résout comme le fonctionnement d’une bataille :

  • Si une ou des cartes atouts ont été jouées, c’est le joueur possédant la carte avec la valeur la plus élevée qui gagne le pli.
  • Si aucune carte atout n’est mise en jeu, c’est le joueur possédant la carte la plus élevée de la couleur demandée par le premier joueur qui remporte le pli.

On parle bien du joueur ayant possédé la carte dans sa main et non celui qui l’a joué qui acquière le pli.

La personne ayant fait remporter le pli relance le prochain tour en jouant une carte de son joueur cible. Et ce, jusqu’à ce que toutes les cartes aient été jouées.

A la fin de la manche, les joueurs marquent des points en fonction des paris.

Avis

L’éditeur compare sur son site, Pikoko à Hanabi d’Antoine Bauza. Pourtant, il n’a rien à voir. Hanabi est un jeu coopératif basé sur la non-communication (euh un peu contradictoire tout ça). Mais c’est pourtant ça qui fait toute l’originalité du jeu. Dans Hanabi, vous allez jouer les cartes de votre main en faisant des déductions grâce aux mains adverses et les informations que l’on vous donne. Le seul point commun entre les deux est donc le fait de ne pas voir ses cartes mais celles de ses adversaires.

Personnellement, Pikoko me fait plus penser à Eternity de Cyril Blondel. Eternity est un jeu de cartes où vous devez deviner le nombre de plis que vous allez faire, mais l’atout comme votre pari peuvent changer en cours de route. Du coup, la tendance peut s’inverser sur le dernier tour et vous faire tout perdre.

Mais revenons à notre jeu. Ici vous pariez en complément sur le nombre de plis de vos adversaires, vous jouez non pas vos cartes mais celles de votre voisin et vous avez en prime des cartes jokers de trois couleurs.

Vous vous rendrez vite compte qu’il est donc plus facile de maîtriser le nombre de plis que va faire votre joueur cible (joueur à votre gauche) puisque c’est vous qui jouez ses cartes. De ce fait, chaque joueur se verra de manière générale jouer sa carte confiance sur son joueur cible.
L’idée de jouer une autre main que la sienne est originale, cependant votre main n’a plus d’intérêt pour vous. Essayer de deviner les cartes que vous possédez vous sera inutile.
Une fois cela en tête, et si cette mécanique ne vous pose pas de souci, le jeu est agréable est vous enchainez les parties.

Quant aux matériels, nous avons à faire à une très belle édition. Les cartes sont épaisses, lisses et brillantes, les paons sont solides. Ce jeu est vraiment destiné pour jouer en famille. Ces porte-cartes permettent vraiment aux plus jeunes de ne pas faire tomber des cartes de leur main, de ne pas les voir malencontreusement et ils les adorent. Vous pouvez même les réutiliser pour d’autres jeux.
Cependant, la boîte est imposante pour ce type de jeu. Dans les jeux de cartes, ce que l’on apprécie c’est souvent de pouvoir les emmener partout facilement et là autant vous dire qu’impossible de le mettre dans vos sacs à main mesdames. Sans compter que les porte-cartes ne sont pas essentiels au jeu, pratique mais pas indispensable. Et le prix s’en ressent, à 30€ la boîte, ce n’est pas un achat sur un coup de tête.
Il aurait pu être bien d’avoir une version plus compacte, mieux transportable et moins cher et acheter finalement les paons en extension du jeu. Certainement un choix marketing mais je ne le comprends pas très bien.

En résumé

Pikoko est un jeu de stratégie basé sur la déduction. La mécanique est originale et fort sympathique. Le jeu est beau, le thème bien choisi et les porte-plumes nous évitent les crampes au bras.

  • Principe novateur de jouer les cartes du voisin de gauche tout en gagnant les plis de nos cartes jouées par le voisin de droite. Il ne faut pas être dyslexique là !!!
  • Très belle édition.
  • Ne pas voir nos cartes, mécanique que j’aime beaucoup.
  • Les porte-plumes.

  • Le format de la boîte, trop grand pour un jeu de cartes.
  • Le prix, compter au environ de 30€. Si on le compare à ses confrères, il est bien plus cher, il y a un travail bien moindre en termes d’illustrations. Cependant, la qualité est là c’est indéniable, mais cela suffit-il à justifier ce montant ?
  • Les cartes auraient pu être en forme de plumes pour plus d’originalité dans l’édition et pouvoir s’imprégner encore plus du thème. Cela aurait aussi justifié un petit peu plus le prix.
  • Il faut démonter les paons à chaque fin de partie, ces derniers ne rentrant pas dans la boîte pourtant bien imposante.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :