– HELDMASCHINE –

Heldmaschine © Romain Keller Pour Error404

On entame ce concert à la Maschine (ohoh!) du Moulin Rouge avec 15 minutes de retard sur l’horaire annoncé par un groupe de metal indu allemand qui célèbre son premier passage en France : HELDMASCHINE. Un fan hystérique hurlait dans la salle qu’HELDMASCHINE passait enfin à Paris pour la première fois. L’homme hurlait de tous ses poumons, ce qui faisait rire toute l’assemblée. Cela dit, cela faisait plaisir de voir quelqu’un transcendé et passionné à ce point par un groupe ! Je n’avais jamais vu un fan aussi heureux à l’idée de voir enfin le groupe qu’il devait attendre de pied ferme depuis bien longtemps. On espère le show aura été à la hauteur de ses attentes personnelles !

Bêtes de scènes, le groupe n’hésitera pas à nous montrer ses torses à LED, tout en jetant des faux billets de banques à l’image du groupe.  Le chanteur revêtit en milieu de set une sorte de jetpack de lasers LED pour donner une ambiance cyberpunk futuriste à leur titre Radioaktiv. D’ailleurs, le groupe était arrivé sur scène avec des masques particuliers, là aussi l’ambiance cyberpunk/robotique.

C’est en buvant dans leurs jerricans et en nous offrant les titres phares du groupe comme Propaganda ou plus récemment Die Braus, das Meer que le groupe aura réussi à faire danser les foules. Avec un genre vraiment typique du metal indu allemand, difficile d’échouer dans sa mission de chauffeur de salle ce soir là. On est en plein dans la cible du public ce soir et tout le monde se donne à coeur joie pour le groupe qu’on espère revoir prochainement en France !

PS : Le groupe semble avoir son public dans son pays natal car il avait déjà énormément de merch en tout genre et même une Fanbox regroupant de nombreux objets collectors à l’effigie du groupe.

– Oomph! –

Oomph! © Romain Keller Pour Error404

Alors que le groupe de metal industriel allemand attendu ce soir débarque sur une musique d’introduction issu de Dracula, c’est à l’arrivée des membres sur scène que nous sommes étonnés. Le bassiste porte une sorte de chapeau des plus étranges pour les éléments retenus !

Le second titre, Labyrinth, débutera par une intro FreddieMercuriesque sur du « We will rock you ». Décidément, tous les groupes (Escape The Fate en intro et fin de concert ou plus directement Panic! At The Disco qui a repris réellement Bohemian Rhapsody) se mettent à reprendre du Queen. Est-ce l’effet du film Bohemian Rhapsody ?

Dero (chant) n’hésitera pas à discuter avec son public autour d’un petit moment nostalgique : il racontera les origines du groupe, avec sa création en 1989. Il demandera alors au public de lever la main s’ils ont plus de 30 ans, moins de 30 ans. Le vote est presque équitable (avec une petite dominance des trentenaires et plus !). Dero se réjouit en voyant que le public est assez hétéroclite et que les concerts de Oomph! ont la force de réunir les générations qui ont connu le groupe à ses origines et qui le découvre encore aujourd’hui.

Le groupe jouera des morceaux issus de toute la discographie du groupe, en passant du récent RITUAL sorti l’année précédente à GlaubeLiebeTod sorti en 2006 ! Si vous étiez venus voir en live Mein Schatz et Augen Auf! pour les souvenirs et TRRR-FCKN-HTLR ou Kein Liebeslied pour les découvrir en live, vous étiez à la bonne porte !

On aura ensuite le droit à une petite session Auf Kers en acoustique avec un duo au clavier et au chant. D’ailleurs, le look du claviériste du groupe se dénotait un peu du reste du groupe, avec un look nettement moins metal en métal (indu oblige, vous l’avez?).

Les guitaristes du groupe se font d’ailleurs remarquer pour leurs aspects singuliers. Enfin, leurs guitares hein, pas les bonhommes derrière les grattes. On retrouve donc une guitare avec un aspect de miroir brisé et une autre guitare transparente éclairée de bleue. Cela dit, ces fantaisies ne leur empêcheront pas de lâcher de gros riffs durant toute la soirée qui viendront faire trembler nos entrailles !

L’éclairage multicolore et les synthés rendent le show singulier et on en attendait pas moins pour un concert d’indu. Il est vrai qu’on a tendance à penser directement à Rammstein quand on parle de metal industriel, mais OOMPH! n’a pourtant pas grand chose à leur envier (si ce n’est la pyrotechnie) ! Le concert est carré (normal, c’est de l’indu…) et sans fausses notes du début à la fin ! La salle entière prend son pied et le pit s’active à maintes et maintes reprises pour des pogos frénétiques qui auront fait remuer tout le centre de la fosse !

Oomph! © Romain Keller Pour Error404

Au final, HELDMASCHINE grâce à leur metal industriel efficace et leurs nombreux artifices auront fait autant sensation qu’Oomph! et l’ensemble de la soirée sera particulièrement réussi pour n’importe quel amateur de métal industriel ! Après, si vous n’aimiez pas ce genre là, c’est sûr qu’il est difficile de faire plus classique que ce concert dans le genre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :