Dans l’ombre de Creamy, de la mangaka Emi Mitsuki, met en scène Creamy – évidement – mais surtout sa rival, Megumi Ayase. La jeune femme est devenue arrogante et n’apprécie pas l’arrivée d’une nouvelle venue qui lui vole sa place sous les spotlights… Édité par Kurokawa, le premier volume est sorti le 8 avril.

Creamy, l’idole mystérieuse, est apparue telle une étoile filante. Sa popularité devient très vite un phénomène de société. À l’opposé, Megumi Ayase, la vedette de la même maison de disques, est traitée avec de moins en moins d’égards… Le cœur rempli de jalousie, Megumi passe alors à l’action pour redevenir la star !!

Creamy Mami est l’une des magical girls les plus connues des années 1980. Véritable succès pour le Studio Pierrot, Creamy fut leur première magical girl ! L’anime a ensuite été diffusé en France (La Cinq, TF1…) ; il se concentre sur Yû, 10 ans, une jeune fille qui se transforme en ado de 16 ans grâce à un pendentif, des formules (bien que les chats extra-terrestre qui l’accompagne n’en connaissent qu’une) et une baguette magique.

Le monde impitoyable des idols

Idol à succès, star du label Parthenon Productions, Megumi a travaillé dur pour en arriver là où elle est. Lorsqu’elle surprend Shingo, le patron de son label et son manager Kidokoro discuter de son déclin imminent, elle réalise avec effroi qu’ils cherchent déjà la prochaine star – celle qui a la « magie », qui sera capable de mettre des étoiles dans les yeux des fans.

Dans l’ombre de Creamy propose un panel de personnages, dont Megumi, qui ressort plus réaliste. Ils ont leurs défauts, leurs caractères pas toujours faciles. Kidokoro par exemple travaille d’arrache-pied mais se fait maltraiter autant par son patron que par sa chanteuse. Le manga reste assez léger sur les thèmes abordés mais démontre quelques notes plus sombre. On effleure donc dans ce premier volume une petite partie des coulisses du milieu des idols au Japon : travail acharné (sport, régime, vie privée interdite…), hyper médiatisation, stress, déloyauté, jalousie…

Le point de vue de Megumi

Tout est centré autour de Megumi, de son point de vue, et malgré les déconvenues (et certaines actions peu reluisantes), la star n’est pas montrée comme « la méchante » de l’histoire. On ne peut pas dire non plus que ce soit un personnage hyper attachant – pour le moment tout du moins. Bien qu’elle ne soit pas montrée sous son meilleur jour (arrogance, jalousie…), au moins elle ne baisse pas les bras et ne se laisse pas faire !

Le graphisme est vraiment beau et colle parfaitement à l’ambiance shôjo/magical girl. Le dessin est d’ailleurs franchement magique lorsqu’il s’agit de Creamy – comme si Emi Mitsuki voulait nous ensorceler au même titre que les fans alors qu’ils découvrent l’étoile montante de Parthenon.

Vous n’avez pas besoin de connaître Creamy, merveilleuse Creamy sur le bout des doigts pour lire cette nouveauté, mais il est sûr que vous apprécierez d’avantage votre lecture en connaissant l’œuvre originale. Le petit plus : entre chaque chapitres, des petites scénettes sur la vie dans les années 1980. J’attends avec impatience les apparitions de la secrète Creamy Mami. Prochain tome prévu en juillet !

Vous pouvez lire un extrait sur ce lien. Et pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

© 2019 by EMI MITSUKI AND STUDIO PIERROT/COAMIX

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version