Prologue : Situation fâcheuse

 

Edit : Julien Martin

 


 

 

Je me réveillai en essayant de comprendre ce qui m’était arrivé. Je me rappelle que je m’étais fait dépouiller.

En essayant de me défendre, le voleur m’avait coupé la gorge. Pourtant je m’étais réveillé, et essayais avec difficulté de regarder autour de moi. Je remarquais que j’étais couché dans un lit entouré d’une barrière. Je ne parvenais pas à comprendre ce qui se passait. Diverses hypothèses traversèrent mon esprit.

Suis-je mort ? Ai-je survécu à la dernière seconde ? Suis-je au paradis ? Ou peut-être en enfer ?

Je n’arrivais pas à comprendre, pourquoi j’étais dans un lit de bébé, ou bien où j’étais, mais tandis que je pensais à tout cela je vis une ombre passer dans un coin de ma vision. L’ombre s’approcha de moi et je tentai de l’appeler. Mais tout ce que j’entendais fut

– Uwaa umu … 

Quoi !? J’étais confus, est-ce que c’est cette personne qui m’a parlé ou bien …

La personne qui se tenait devant moi était une magnifique femme aux oreilles pointues, je savais sans aucun doute qu’il s’agissait d’une elfe.

Elle s’approcha pour me prendre dans ses bras. Elle me tenait fermement, et me posa une question.

– Hey jeune garçon, comment vas-tu, tu as fait de beaux rêves ?

Tandis qu’elle souriait en me tenant dans ses bras, je réalisai que j’étais devenu un bébé.

– …

Après qu’elle ait joué avec moi puis m’ai replacé dans le lit, j’essayai de réfléchir à ma situation actuelle.

Ma mémoire concernant ce qui m’était arrivé et de ce qui se passait était floue. Quelques minutes plus tôt, je sortais du boulot avec Charlie. J’avais pénétré une ruelle parce qu’il s’agissait d’un raccourci pour rentrer chez moi. Je ne prends d’habitude pas le bus parce que je pense qu’il s’agit d’un gâchis d’argent. Mais actuellement, je commence à regretter ma décision. De toute façon, ce qui est fait est fait, et quand j’étais entré dans cette ruelle, j’avais immédiatement aperçu une personne portant une capuche noire, un jean bleu, et des chaussures sales. Il se tenait là devant moi, et me fixait du regard de sous sa capuche. J’étais choqué par l’odeur qui s’émanait de lui. Avec politesse, je tentai de l’interroger, essayant de connaitre la raison pour laquelle il me bloquait le passage.

– Bonjour monsieur, que voulez-vous ?

Je sais maintenant que j’aurais dû partir immédiatement en le voyant. Moi et ma politesse. La personne se tenait juste là sans répondre. Je commençai à devenir nerveux et à vouloir partir. Profitant du silence, j’essayai de m’échapper de cette situation.

– Bon, et bien dans ce cas, s’il n’y a rien, je vais partir.

Tandis que j’essayais de le passer, l’homme m’attaqua avec un couteau pointu de 15-20 centimètres. Je ne suis pas le genre de personne à me laisser faire sans me défendre. Je pris rapidement une position de combat et contra sa première attaque en le projetant 5 mètres plus loin. J’attendais qu’il se relève pour voir ce qu’il allait faire. J’espérais qu’il partirait en voyant une petite portion de mes véritables capacités. A ma grande surprise, il sortit un pistolet et commença à parler.

– Pose tout ce que tu as dans tes poches sur le sol.

Je savais en voyant ses yeux injectés de sang qu’il me tuerait au moindre faux mouvement. Sa capuche avait glissé de sa tête quand je l’avais fait tomber, et je pouvais enfin voir son visage. Il était couvert de cicatrices et avait même un œil en moins. Voyant son apparence, j’avais pitié de cet homme qui avait sans aucun doute eu une vie difficile. Mais même si je ressentais de la sympathie pour cet homme, je ne voulais pas lui donner mon argent, il s’agissait de tout l’argent que j’avais pour ce mois-ci. Si je lui donnais, je ne pourrais même plus payer mon loyer.

Je savais que ce n’était pas le moment de m’inquiéter, alors je prétendis poser sur le sol mes objets, prévoyant de le laisser s’approcher de moi. Cela marcha, et il s’approcha lentement. Quand l’homme fut à quelque pas de moi, je jetai un coup d’œil calculateur au pistolet dans ses mains, et réalisai qu’il n’y avait pas de balles à l’intérieur. Le percuteur était en arrière, montrant que la chambre était vide. Je ne l’avais pas réalisé auparavant parce que ma vision était mauvaise du fait d’avoir regardé pendant longtemps le feu de la fonderie.

L’homme paraissait au courant qu’il ne possédait pas de balles. Les gens de nos jours préféraient utiliser des pistolets énergétiques plutôt que ces vieux modèles, alors je n’étais pas surpris qu’il ne savait pas bien s’en servir.

Sur le moment, j’utilisai l’erreur de mon ennemi et l’attaqua. Il était surpris et essaya de me tirer dessus. Il paniqua quand aucune balle ne sortit du canon, et jeta rapidement le pistolet dans ma direction, je l’esquivai et il ressortit son couteau. Il s’avança pour me planter. Je fis un pas en arrière, esquiva le couteau, et le frappa de toute mes forces dans l’estomac, le faisant reculer.

Tout au long de ma vie j’avais mis en priorité l’entrainement de mon corps et de mes compétences plutôt que l’acquisition de savoir. Je comprenais qu’une diversité de connaissances était bien meilleure, donc j’avais appris plus de 200 styles de combats différents. Comprenant armes à feu, styles et arts de l’épée, et une grande variété d’autres styles d’armes en plus de mon talent à main nue de base.

J’étais plutôt décent dans les domaines martiaux. J’avais gagné de nombreux matchs et avais même été invité aux Tournois Olympiques. Mais un jour au milieu de mon entrainement je m’étais blessé à la jambe et avais fini handicapé à vie. J’avais perdu ma carrière et tout ce pourquoi je m’étais donné. Je n’étais pas complètement impuissant, mais ma jambe avait tendance à se bloquer chaque fois que j’essayais de bouger trop soudainement. Au final j’étais seul, sans parents pour m’aider puisque j’étais orphelin. Et j’avais depuis longtemps perdu de vue mes amis en déménageant dans une autre ville.

Quand cet incident était arrivé, j’étais seulement un jeune homme de 16 ans, sans connaissances et sans argent. Je pensais que tout était perdu jusqu’au jour où un vieil homme m’invita chez lui. Il m’hébergea jusqu’à ce que ma jambe soit guérie et que je puisse me tenir debout sans béquille. J’avais découvert que le vieil homme s’appelait Charlie. Il était gentil mais strict. Plus tard j’avais découvert qu’il était un forgeron d’armes, ce qui me surpris puisque de nos jours les armes n’étaient généralement pas faites par des humains. Plutôt par des machines qui produisait des armes énergétiques à la chaine.

Parce que je n’avais aucune connaissance poussée hors des arts martiaux, Charlie avait décidé de faire de moi son élève. Au départ, je n’étais pas très motivé à devenir forgeron. C’était une tâche très difficile et nécessitant une grande patience que de créer des armes. A l’âge de 20 ans, j’avais accumulé plusieurs années  de pratique et commençai à devenir vraiment très bon, j’avais même commencé à aimer ça. J’avais de nouveau trouvé un sens à ma vie. Je continuai de forger de nouvelles armes et de les vendre. A l’âge de 22 ans, je commençai à obtenir une source de revenus stable et décidai de déménager de chez Charlie. Je le remerciai pour tout ce qu’il avait fait pour moi. Cela avait été un début difficile, mais il m’avait offert un nouveau talent et un moyen de gagner ma vie. C’était difficile de trouver un nouveau lieu de travail. Je visitai souvent Charlie pour lui dema
nder conseil ou pour tout simplement discuter avec lui.

Et là, j’étais confronté maintenant contre un voleur, à l’âge de 36 ans, célibataire et vierge. Après l’avoir repoussé, je décidai d’appeler la police. Je criai de toutes mes forces pour que quelqu’un m’aide, mais n’obtint aucune réponse. L’homme se releva et m’attaqua à nouveau. Je savais qu’il n‘avait aucune chance de me vaincre, alors j’essayai de l’assommer. Mais en tentant d’avancer, ma jambe se bloqua et je perdis l’équilibre. Une seule pensée se répétait dans mon esprit.

Merde, pas maintenant !

J’essayai de reprendre mon équilibre, mais en vain, il n’était plus qu’à 1 mètre de moi. Je vis qu’il ciblait ma gorge.

Tandis que ma jambe s’affaissait, il tira mon bras me faisant tomber vers l’avant. En un instant il me trancha la gorge comme du beurre. Je continuai à tomber et atterris avec douleur sur le ventre.

– (kof kof)

Je pouvais le sentir me fouiller pour prendre mon argent et tout autre objet de valeur que je portais sur moi. Je pensais

Ce n’est pas juste, pourquoi moi ? POURQUOI ?

Durant ma vie, j’ai à de nombreuses reprises souhaité mourir, mais ce vœu ne s’est jamais réalisé. Alors pourquoi est-ce qu’il se réalise aujourd’hui ? J’essayai de parler, mais cela faisait bien trop mal. Je fermai mes yeux et ressentis en moi un profond regret.

Et maintenant, je suis devenu un nourrisson. Je suppose que j’ai été réincarné.

Mais peut-être s’agissait-il finalement pour moi d’une seconde chance. Je promis de faire de cette vie une bien meilleure vie que la précédente.

 

                                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

2 pensées sur “Un Nouveau Départ – Prologue

  • 15 avril 2016 à 6 h 55 min
    Permalink

    Le mec connais plusieurs centaine d’art martiaux, il se fais tuer par un voleur avec un couteau… de base c’est pas credible. Mon ancien prof de karaté(59 ans, 1m64) s’est fais aggresser par 3 mec, il les a tous envoyer a l’hopital, et il connait « que » le karaté…

    Répondre
    • 15 avril 2016 à 9 h 51 min
      Permalink

      Oui, enfin là il y a plusieurs facteurs à prendre en considération :
      – Sa vision n’est pas parfaite à force d’avoir regardé le feu de la forge.
      – Sa jambe s’affaisse au pire moment possible, lui faisant perdre l’équilibre (et en arts martiaux, les appuis sont extrêmement importants).
      – L’ennemi n’est pas un novice, et a probablement lui aussi pas mal d’expérience vu sa description.
      Donc au final, on peut se dire que c’est quand même crédible ^^
      Même s’il savait que sa jambe merdait, cela faisait peut-être longtemps que ça ne lui était pas arrivé, ou peut-être même que c’était un réflexe de sa part.

      Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :