Chapitre 48 : Une Epée Joyeuse

 

J’étais abasourdi.

– Non.

Lui répondis-je instantanément. Mais elle n’eut pas l’air de bien le prendre.

– Pourquoi ?

Demanda-t-elle. Je ne savais pas quoi lui dire, à part que je maitrisais déjà plusieurs centaines d’arts martiaux et d’arts de l’épée et autre armes. Mais elle ne me croirait probablement pas si je lui disais cela.

Je l’examinai à nouveau. Ses sourcils se levaient lorsque je parlais, ce qui m’effrayait, come si un cadavre me regardait. Je connaissais des gens avec des yeux semblables à ceux de poissons morts, mais les siens étaient différents. Ses yeux étaient rouges avec une pupille noire, et il paraissait possible de se noyer à l’intérieur.

– Hmm …

Je réfléchis un peu plus à la question. Elle n’avait pas l’air impatient, et se contenta d’attendre ma réponse.

– Je ne vois pas pourquoi je devrais vous considérer comme mon maître. Vous êtes peut-être une épéiste remarquable, mais …

Elle hocha la tête et posa sa main sur sa nuque, dans une position de réflexion. JE ne savais pas quoi faire et décidai donc de partir, mais …

– Attends !

Je me retournai, il s’agissait encore de Madame Razor. D’après son visage, elle était maintenant complètement certaine d’elle, alors je m’arrêtai sur mes pas.

– Quoi ?

Demandai-je. Tout à coup, son visage changea comme si elle venait de totalement oublier ce qu’elle voulait dire, puis, elle parut s’en souvenir à nouveau. Elle était plutôt tête en l’air. J’avais rencontré de nombreux instructeurs comme cela, et ils n’étaient pas les meilleurs professeurs car ils avaient du mal à expliquer et se contentaient d’apprendre aux autres des choses de force.

Madame Razor fit un pas vers moi. J’en fis un demi en arrière, juste au cas où, mais son action suivante était pour le moins inattendue.

– Je suis désolée !

Elle se pencha en avant et s’excusa. Je ne comprenais pas vraiment pourquoi elle devait s’excuser. Devant un tel spectacle, des personnes commencèrent à apparaitre autour de nous. Je ne souhaitais pas attirer l’attention et paniquai donc en lui disant qu’elle n’avait pas besoin de s’excuser.

– Hmm …

Elle se redressa et me regarda d’un air confus, ne sachant pas quoi faire …

– …

– Je peux partir maintenant Madame Razor ?

– Non, attends.

Elle commençait à m’énerver. Cette femme me gardait ici sans aucune raison particulière. Je me préparai donc à me téléporter jusqu’à ce que …

– Maître Razor !

Je me retournai, cherchant le propriétaire de cette voix, et je vis … Olivia ?

– Combien de fois dois-je te répéter de ne pas m’appeler Maître ? Tu n’es pas mon élève.

Répondit Razor. Je regardai Olivia à nouveau. Elle ne portait pas son uniforme bleu et blanc habituel mais un habit d’entrainement : une veste en cuir avec un pantalon bleu et des gants en cuir. Elle portait aussi un gilet blanc. J’observai les autres élèves, et ils portaient les mêmes vêtements.

– Je ne m’arrêterai pas tant que vous ne m’aurez pas prise comme élève !

En les voyant se disputer toutes les deux, je commençai à me retourner pour partir mais Madame Razon m’attrapa.

– Très bien Princesse, j’ai une idée. Si tu bats mon disciple ici présent, je te considérerais comme apte. Sinon, tu devras me laisser tranquille. Toutefois, je ne serais pas le juge de ce combat, il s’agira de mon disciple.

Je regardai Razor d’un air ‘’vous êtes folle ?’’. Elle se contenta de m’ignorer alors je me tournai vers Olivia. Elle me fixait avec ses larges yeux rouges, clairement surprise … Et merde.

– Le combat se déroulera demain à 14h. Chaque participant peut utiliser une lame, rien d’autre. La magie est interdite, de même pour les capacités.

Elle posa son regard acéré sur nous deux, me faisant toujours ressentir la même sensation malsaine.

– Vous pouvez partir.

Elle se retourna et nous laissa seuls. Les élèves autour de nous commencèrent à discuter entre eux, j’étais sur le point de partir quand tout à coup …

– Hey !

Je regardai derrière moi, je savais de qui il s’agissait – Olivia.

– Oui ?

Je fis de mon mieux pour garder une expression neutre et pas un visage plein d’amertume. Je me demandais comment ces nobles arrivaient à toujours garder leur sang froid ainsi, même Olivia y arrivait à la perfection.

Olivia se plaça devant moi. Elle m’observa de la tête aux pieds sans dire le moindre mot, comme elle avait l’habitude de le faire en classe ou chaque fois que nous nous croisions. J’essayais à chaque fois de l’ignorer, mais je ne pouvais m’empêcher de le remarquer.

– Bonjour ?

Demandai-je. Elle parut reprendre ses esprits, et s’exclama en me regardant droit dans les yeux,

– Bonjour. Mon nom est Olivia Chester. Je suis la première princesse du continent humain, heureuse de te rencontrer. Je ne pense pas que nous nous soyons déjà parlé, nous participons aux même cours si tu ne le savais pas.

– Ehm, mon nom est …

Avant que je ne puisse terminer ma phrase, elle s’en chargea.

– Oui, Damon White, mi-elfe mi-démon. Tu es plutôt célèbre ici, de même pour ton ami Mora qui est un individu relativement puissant.

Une personne finissant chacune de mes phrases était pour moi complètement désagréable et malsaine, mais je comptais continuer à discuter avant de me faire un avis trop hâtif. C’était à mon tour de parler ?

– Et de quoi vouliez-vous parler Princesse Ol…

– Tu peux m’appeler Olivia.

– D’accord Mademoiselle Ol…

– Appelle-moi juste par mon prénom.

Je pouvais voir son sourire se raidir au fur et à mesure de notre conversation. Même si elle continuait à sourire, j’avais apparemment appuyé sur les mauvais boutons …

– Alors, Olivia, comment puis-je t’aider ?

J’essayais de paraitre ignorant car je ne voulais pas combattre demain. J’avais prévu de ne pas me rendre au rendez-vous et de fuir à cause de tout ce discours de Razor sur son envie de me prendre comme disciple. De plus, je devais choisir mes cours spécialisés avant que la limite de temps ne soit atteinte.

– Je voulais te demander si tu pouvais, tu sais … abandonner demain, si tu vois ce que je veux dire.

Je me raidis. Elle voulais que je fasse exprès de perdre le combat de demain. Je ne l’imaginais pas comme ça.

– Je suppose que je peux.

Répondis-je. Je n’avais rien à gagner auprès de Madame Razor. De plus, il me restait peu de temps pour mes recherches et j’avais des questions à poser à Albi et Mora, mais …

Je regardai Olivia qui était tombée dans le silence tout en gardant son sourire. Mon regard se dirigea vers ses hanches. A sa ceinture était attachée une épée. Elle était longue et pointue, et la garde permettait de parer les coups en plus de protéger la main – Il s’agissait d’une rapière. Si je me souvenais bien, pendant sa présentation, elle avait énoncé l’escrime comme loisir. Je m’étais déjà entrainé à manier la rapière, ma professeure était une femme Espagnole utilisant sa rapière pour percer les yeux et le cœur de ses adversaires. Elle avait l’habitude de riposter en utilisant la garde de l’arme comme un bouclier, je n’avais jamais réussi à la comprendre. Elle avait presque 50 ans mais avait l’air d’en avoir 20, elle était toujours joyeuse et taquine.

– *Claquement de doigt*

Je repris mes esprits et regardai à nouveau Olivia droit dans les yeux.

– Alors, tu acceptes ?

Je me plongeai dans ses yeux. Elle était un démon mais une humaine en même temps. J’essayai de chercher quelque chose dans ses yeux, mais je n’y trouvai qu
’un vide profond. Je me retournai, sur le point de partir, et m’exclamai,

– Non, prépare-toi pour demain. Ce ne sera pas facile, je te le garantis.

Avec ces mots, je rentrai au dortoir. Elle ne me répondit pas et ne m’arrêta pas. J’avais des choses de prévus pour demain …

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :