Chapitre 47 : Tranchante Comme un Rasoir

 

Sur le chemin vers le hall d’entrainement, je me demandai ce qui était arrivé à l’instructeur épéiste du continent humain. Ma classe était censée rencontrer cette personne et suivre des cours à ses côtés. De ce que j’avais entendu, cette personne était censée être le plus puissant épéiste du continent humain …

Tandis que je me posais la question, je m’approchai petit à petit du hall d’entrainement et entendis des cris … Oui, de nombreuses personnes criaient en même temps.

– HEE !

Je sursautai, surpris par les cris bruyants, en entrant dans le hall d’entrainement. Et je vis … mes camarades de classe ?

Tous maniaient une épée de haut en bas, cela me rappelait le Kendo, un art de l’épée Japonais. Le maniement de l’épée faisait en sorte que chaque coup touche sa cible, rendant les attaques plus rapides et plus précises.

– …

J’observai mes camarades. Ils maniaient tous une épée, mais pourquoi ? Etait-ce un entrainement à l’épée ?

– Tu as besoin de la tenir avec plus de force, où elle te glissera des mains …

Je regardai l’enseignante qui donnait des conseils aux élèves. Elle me rappelait Olivia, ses cheveux étaient eux aussi blancs et ses yeux rouges, mais sa peau était blanche.

– Hmm … ?

– …

Nos regards se croisèrent pendant un instant jusqu’à ce que je détourne les yeux. C’était la première fois que je réagissais ainsi. Ce n’était pas parce que j’avais peur, mais parce qu’elle me paraissait malsaine. Ses yeux n’étaient pas creusés ou emplis de folie, je connaissais des personnages avec de tels yeux. Non, je n’avais jamais vu de tels yeux, peut-être s’agissait-il d’une caractéristique de ce monde ?

– Hey toi là-bas !

Je la regardai à nouveau, mais pas dans les yeux. Elle portait une veste bleue et un pantalon noir avec un manteau noir. Elle avait les mêmes longs cheveux blancs qu’Olivia, mais les siens étaient attachés en queue de cheval.

– Oui ?

Demandai-je.

– Viens ici.

Je ne savais pas ce qu’elle voulait, mais je n’avais pas vraiment envie de faire quoi que ce soit l’impliquant …

– Non merci, je préfère rester ici.

Elle s’approcha ensuite de moi. Je pouvais voir une épée en bois accrochés à sa hanche, et la façon dont elle se conduisait me donnait quelques indices … une épéiste.

Elle se trouvait maintenant à 2 mètres de moi. Je reculai d’un pas, juste au cas où …

– Ce n’était pas une proposition, mais un ordre jeune homme.

– Hehe …

Je lui fis un sourire amer. Ce n’était pas que je voulais désobéir, mais j’étais fatigué. Je pouvais faire quelques exercices, mais le fait qu’elle enseignait à ma classe voulait dire que …

– Puis-je vous demander quelque chose Madame ?

– Razor.

Hmm, un nom plutôt violent si vous voulez mon avis.

– Je ne peux pas faire grand-chose aujourd’hui. Je viens juste de rentrer de voyage et …

En une demi-seconde, une épée en bois se dirigea vers ma gorge. Je l’avais déjà prédit et fis deux pas vers la gauche pour esquiver l’attaque.

– Hmm, on dirait que je t’ai sous-estimé. Je ne ferais pas cette erreur deux fois.

– Ehh …

Elle avait sorti son épée pendant que je parlais, sa vitesse ne devait pas être prise à la légère. Et maintenant ?

J’étais sur mes gardes. Je savais que j’étais fort, mais je savais aussi qu’il y avait des personnes plus fortes que moi, il s’agissait de l’une des raisons pour lesquelles je devais augmenter mes statistiques. Elle était au moins 3 fois plus forte que moi … J’avais utilisé tout mon arsenal sur le dragon pour au final le blesser gravement, mais pas le tuer, il s’agissait de la preuve selon laquelle les statistiques étaient plus importants que les techniques.

– Regardez, c’est Damon …

Mes camarades nous remarquèrent, moi et la professeure. Il me fallait partir, n’avais-je pas justement la compétence parfaite ? Je pouvais juste me téléporter autre part, rien ne m’en empêchait, et donc …

– Madame Razor, je pars, je dois me reposer alors …

Je levai ma main et … rien .. ?

– …

Que se passait-il ? Pourquoi est-ce qu’aucun portail ne s’ouvrait ?

Je n’avais plus le temps, elle arriva à côté de moi, épée en main. Ses mouvements étaient extrêmement rapides, mais ma compétence Perception était haut niveau. Je pouvais donc voir ses mouvements, mais le problème était pour les suivre.

– Quoi ? Ta capacité démoniaque ne fonctionne pas ?

Ugh, elle avait fait quelque chose, je ne pouvais pas fuir. J’allais devoir combattre, mais je n’avais pas d’arme …

– Tiens, attrape !

Elle me lança une épée, même ce lancer fut difficile à attraper, mais j’y parvins …

– On continue garçon !

Elle courut vers moi. J’allais devoir agir à temps pour la contrer.

– *Inhale profondément*

Mes yeux se posèrent sur Madame Razor. Se concentrer était une chose, mais contrôler son esprit en était une autre.

J’utilisai ma compétence Perception et ignorai tout ce qui était inutile pour rendre la zone de 10 mètres autour de moi extrêmement détaillée et visible. Puis, j’entrai en action …

– Quoi ?!

En courant vers moi, elle attaqua mon torse. Je parai son coup et frappai son bras gauche.

Elle sauta en arrière.

Cette technique n’était utilisable que contre un adversaire de ma taille ou de taille humaine.

Je me préparai pour la prochaine attaque, jusqu’à ce que …

– Assez !

– Quoi ?

Elle rangea son épée et commença à marcher rapidement vers moi. Je ne savais pas si elle essayait de me piéger alors je restai vigilant, épée en main. Je sentis mes capacités démoniaques revenir.

Madame Razor se tenait actuellement devant moi, m’examinant de haut en bas. Pour je-ne-sais quelle raison, ses yeux étaient vraiment effrayants, ce qui ne me mettait pas vraiment à l’aise.

– Bien. A partir d’aujourd’hui, tu es mon disciple, alors appelle-moi Maître.

– Quoi ?

 

Chapitre Précédent                                                                                                                            Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Un Nouveau Départ – Chapitre 47

  • Avatar
    23 juillet 2016 à 15 h 02 min
    Permalien

    Madame Razor se tenait actuellement devant moi, m’examinant e hait en bas. Pour je-ne-sais quelle raison, ses yeux étaient vraiment effrayants, ce qui ne me mettait pas vraiment à l’aise.
    Tiens une faute sauvage

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :