Chapitre 36 : La Sentence ‘’Plus qu’Effrayante’’

 

Joindre son groupe ?

– Non.

Mora et moi nous refusâmes en même temps. Deo parut tout à coup folle de rage, mais un sourire apparut ensuite sur son visage.

– Désolé, mais vous ne pouvez pas refuser bande d’idiots. J’ai entendu dire que Mora pouvait vaincre plus de 3 personnes en même temps, mais je ne pense pas que ce soit le cas pour 120 personnes. Ha ! Vous ne pourrez rien faire face à autant d’adversaires …

Ainsi, elle décida de son plein gré de notre défaite. Si nous n’acceptions pas sa demande, elle nous menaçait d’envoyer ses 120 subordonnés pour nous tabasser, je me tournai donc vers Mora.

– Mora, j’en prends 70, tu peux prendre le reste ?

– Oui, mais je risque de prendre plus de temps que d’habitude, Albi peut m’aider ?

J’acquiesçai. Deo n’interrompit pas notre conversation et s’exclama ensuite,

– Vous êtes vraiment deux imbéciles ! Haha …

Je l’ignorai et lui demandai,

– Alors, tu nous défies oui ou non ?

– Hmph, très bien, je te défie Mora !

– Ehm …

Mora me regarda, et je rendis son regard en lui disant ‘’comme d’habitude’’.

– Tout ou rien. Si vous perdez, nous gagnons tous vos points et vice versa.

– Laissez-moi me corriger, vous n’êtes pas des imbéciles, vous êtes encore plus bêtes que des fourmis ! Haha !

Tout le monde se mit à rire autour de nous en nous pointant du doigt. Bientôt, ils n’allaient plus rire beaucoup. C’était à mon tour de parler.

– Les règles sont simples : c’est un 2 contre 120, si l’une des équipes ne peut plus se relever, elle perd, c’est tout.

– Hahaha, très bien, commençons.

Lorsqu’elle sonna le début du combat, tous ses subordonnés sortirent épées en bois, bâtons et autre armes. Certains sortirent même des armes en métal tels que des couteaux, des épées ou des sceptres, mais cela ne me dérangeait pas.

Je fis un portail sur l’une de mes mains et en sortit une épée en bois fabriquée par mes soins. Je l’avais fabriquée à partir du bois le plus solide que j’avais pu trouver.

L’école interdisait les vraies armes, mais celles en bois étaient tolérées.

Le bois de mon épée était noir et dessus étaient engravées des runes. Je pouvais tirer des éclairs grâce à ces mêmes runes. A part ça, l’épée n’avait pas d’autre capacité particulière.

Mora quand à lui sortit ses pistolets et commença à tirer dans tous les sens en tirant. Chaque fois qu’une personne essayait de s’approcher de lui, il la frappait avec la crosse de son pistolet ou en lui mettant un coup de pied. La meilleure chose chez lui était sa vitesse, n’importe qui aurait du mal à le voir à cause de la vitesse de ses mouvements. Et puisque l’arme dans ses mains leur était inconnue, ils ne savaient pas d’où venaient les attaques et préféraient rester à l’écart de lui.

Parce qu’ils ne me connaissaient pas, ils me regardèrent comme si j’étais une proie facile. La plupart chargèrent dans ma direction … Wow, j’étais vraiment populaire !

Albi avait déjà prise sa forme humaine et combattait. Elle était plus rapide et forte de Mora et n’avait donc pas besoin d’arme, elle se contentait d’assommer les élèves.

Je m’avançai et commençai à me battre avec mon épée noire en bois. Je frappai tous les élèves s’approchant trop près de moi, les faisant ainsi tomber et perdre connaissance. J’utilisai aussi ma Pression pour les mettre hors combat. Toutefois, je n’utilisai pas ma compétence du Vide, car je voulais éviter que l’on découvre ma capacité secrète.

 

Après 30 minutes de combat, la plupart de nos adversaires étaient à terre. Mora respirait bruyamment et son visage était couvert de sueur. Moi ? Pas vraiment. Albi quand à elle était aussi à bout de souffle. C’était compréhensible, étant donné qu’elle n’avait fait que dormir depuis mon arrivée à l’école.

Il restait encore 40 élèves debout, mais ils n’étaient pas en meilleur condition que Mora et Albi. Deo ne s’était pas levée de son trône depuis le début de combat et s’était contentée d’observer le spectacle, un air de terreur sur le visage. Elle s’écria tout à coup,

– N’abandonnez pas ! Montrez-leur de quoi nous somme faits ! Nous ne pouvons pas laisser ces verres de terre gagner !

Elle n’avait pas du tout combattu, toutefois elle tenait un sceptre en métal avec un joyau au bout, alors était-elle une mage ? Tandis que je réfléchissais sur la question, elle se leva et commença à chanter un sort. Une aura verte recouvrit la cave. Il ne s’agissait pas d’un sort d’attaque, mais de soin.

– Ughaa …

– Uhgg …

Certaines personnes au sol se relevèrent, regagnant leurs forces. Alors elle pouvait soigner ses troupes huh ? Elle n’était pas une combattante, mais une soigneuse.

J’étais plutôt ennuyé en voyant les personnes ayant perdues connaissances se relever et charger à nouveau. JE voulais en finir rapidement, et m’écriai donc,

– Assez !

Je levai ma main gauche et fis apparaitre un cercle magique gigantesque, tout le monde le vit et s’arrêta tout à coup. Le cercle mesurait 6 mètres de rayon pour une longue totale de 12 mètres, et de nombreuses runes étaient visibles à l’intérieur.

Une petite flamme était visible au milieu, mais tout à coup, elle devint aussi large que le cercle lui-même. La flamme orange changea pour devenir une flamme verte.

– Huhhhhh ?

Tout le monde recula en voyant la flamme gigantesque. Ils me regardèrent ensuite et s’enfuirent en courant. Deo était blanche comme un linge et tomba à genoux en se couvrant le visage. Mais tout à coup, elle cria,

– Guren ! Active les runes !

Je regardai la personne en question, il s’agissait d’une fille aux cheveux verts et aux yeux rouges, et d’après son physique, elle devait avoir 10 ans. Elle eut l’air paniquée et confuse, et s’enfuit à son tour en ignorant les ordres qu’elle venait de recevoir.

J’allais tomber à court de mana à force de maintenir cette illusion de boule de feu. Car oui, il ne s’agissait que d’un sort d’illusion sans danger. La boule de feu n’était pas réelle, et Mora et Albi, me connaissant, le savaient. Si j’essayais de lancer un tel sort, il n’avancerait que d’un mètre avant de disparaitre comme par magie. Toutefois, je ne pouvais tenir ce sort que pendant 5 minutes. Je pris la parole,

– On dirait que tes compagnons se sont enfuis Deo. Maintenant, abandonne ou je lance cette boule de feu !

Deo avait l’air terrorisée. Elle avait peur du sort en lui-même, mais aussi de moi, le lanceur.

Il ne me restait plus beaucoup de mana pour maintenir le sort, et je ne voulais pas passer pour un idiot ou combattre cette bande d’imbéciles à nouveau. C’était maintenant ou jamais, alors je fit lentement un signe de la main vers Deo, qui s’écria tout à coup,

– J’ABANDONNE ! J’ABANDONNE ! NE TIRE PAS ! PITIE !!!

– Oh, je préfère ça.

Le sort disparut en une seconde comme s’il n’avait jamais existé. Deo me regarda, abasourdie mais aussi soulagée.

J’étais plutôt satisfait de moi-même, mais tout n’était pas fini, car Deo n’était pas dans une très bonne situation. JE sortis une large serviette rose de mon portail et la lui donnai.

– Tu … tu ferais mieux de te changer …

Elle ne comprit pas ce que j’essayai de lui dire, ou la raison pour laquelle je lui donnai une serviette. Elle voulut dire quelque chose, mais je la coupai dans son élan.

– Regarde où tu es assise.

Elle baissa les yeux et vit qu’elle était assise dans une flaque de liquide. Elle remarqua enfin que son pantalon était trempé, de
même pour le sol en dessous d’elle.

– Ahh …

Deo devint instantanément rouge et cria,

– EEEEEEEEEEEEEEEEEHHHHHHHHHHHHHHHH !!!!!!!!!!!!!!!!!!

Deo venait de s’uriner dessus.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                      Chapitre Suivant

Accueil

Une pensée sur “Un Nouveau Départ – Chapitre 36

  • 12 août 2016 à 0 h 40 min
    Permalink

    Le mec lui a fait tellement peur XD

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :