Chapitre 27 : Début de l’Entrainement

 

Je fus réveillé par Albi car la veille, je lui avais demandé de me réveiller à 6 heures du matin. Mais sa façon de me réveiller était assez étrange. Me lécher le visage pour me réveiller était plutôt ….

Je me levai et me dirigea tout de suite vers la salle de bain pour me préparer. Sur le chemin, je demandai à Mora de se réveiller.

30 minutes plus tard, je sortis de la salle de bain et vis que Mora dormait toujours. Agacé, je criai tout à coup,

– MORA, REVEILLE-TOI !

Mora sursauta et tomba de son lit. Je soupirai en lui disant de se préparer, et il me demanda « Pourquoi ? »

– Pourquoi ? Pour s’entrainer ! Tu veux changer n’est-ce pas ?

Il hocha la tête et se prépara en vitesse.

Nous quittâmes en suite notre dortoir. Il n’y avait pas l’air d’y avoir la moindre restriction concernant les dortoirs, comme par exemple l’heure d’entrée ou de sortie. La seule règle était bien sûr l’interdiction pour les garçons d’aller dans le dortoir des filles et inversement.

Mora et moi nous nous tenions à l’entrée du dortoir Anubis lorsqu’il me demanda,

– Alors, qu’allons-nous faire … ?

– Hmmm.

Je me mis à réfléchir. Je n’avais jamais vraiment entrainé quelqu’un à part Catherine. Elle voulait apprendre l’art du combat à mains nues, alors je lui avais enseigné les bases et elle apprenait en m’imitant. Mais je ne savais rien sur Mora, comme par exemple sa spécialité. En fait, cela ne faisait qu’un jour que nous nous connaissions.

En le regardant, je répondis,

– En quoi es-tu bon ?

– Heh … ehmm …

Il réfléchit, et après une dizaine de minutes me donna enfin une réponse,

– Rien.

La paume de ma main fut irrémédiablement attirée par mon visage. Alors le problème était que je devais trouver moi-même sa spécialité et ses faiblesses. Je lui posai donc une nouvelle question,

– D’ailleurs, quelle est ta capacité de démon ?

– Eghhh …

Il fut légèrement effrayé par ma question soudaine et n’avait pas l’air de vouloir y répondre.

– Hey, j’ai décidé de t’entrainer, alors dis-moi quelle est ta capacité, même si elle est mauvaise. Elle devrait quand même pouvoir t’aider non ?

Mora céda enfin en laissant échapper un long soupir.

– Ce n’est pas ça, en fait …. Je ne peux pas la contrôler.

Hmm … je fus confus pendant un instant.

– Pourquoi pas ?

– Ma capacité est la vitesse.

– Vitesse ?

– Je peux me déplacer rapidement ….

– Alors pourquoi la considères-tu comme mauvaise ? Et pourquoi ne peux-tu pas la contrôler ?

– Je vais te montrer.

J’étais franchement confus, ça capacité était loin d’être mauvaise. La vitesse était cruciale en combat, et décidait souvent de l’issue de celui-ci. Alors pourquoi est-ce une mauvaise chose ? Je décidai de regarder Mora pour obtenir ma réponse.

– Bien, j’y vais !

– Hmm, quoi ?

Je regardai autour de moi, mais Mora était introuvable. Il y avait maintenant à l’endroit où il se tenait 2 éraflures linéaires dans le sol. Je regardai dans la direction pointée par les lignes et le vis au loin. Mora ?

Je courus vers lui et en arrivant à ses côtés, je remarquai que son visage était distordu et que ses lunettes étaient tombées. En regardant de plus près, il y avait des fissures dans le mur devant lui.

D’accord, je comprenais maintenant … il pouvait courir rapidement, mais ne pouvait pas contrôler sa vitesse et sa trajectoire. Etait-ce pour cela que l’un de ses surnoms était le Prince Courant ?

Mora reprit ses esprits, secoua la tête et retira la poussière sur ses vêtements. Je pris la parole,

– Mora, cette capacité est excellente. Si tu arrives à la contrôler, elle te servira énormément.

– Je n’en suis pas sûr …

Après ça, Mora m’expliqua les raisons pour lesquelles il ne pouvait pas contrôler sa compétence.

A la fin de l’explication, j’hochai la tête, et voici le résultat :

Mora ne pouvait pas contrôler sa compétence car elle était bien trop rapide pour son cerveau, qui ainsi, ne pouvait pas l’arrêter à temps. Il ne pouvait s’arrêter qu’après avoir rencontré un obstacle. Si l’obstacle en question se trouvait loin, il pouvait s’arrêter en pleine course, mais cela lui prenait toute une minute. Il pouvait parcourir 300 mètres en 3 secondes avec sa capacité, et donc, 100 mètres par seconde … c’était incroyablement rapide ! Si j’utilisais mon Rugissement de Force et d’Esprit, je pouvais le suivre du regard, mais sûrement pas égaler sa vitesse.

– Bien Mora, j’ai une réponse pour ça.

Mora m’écouta attentivement et je lui expliquai,

– A partir de maintenant, tu vas me combattre. Chaque jour, l’entrainement prendra fin lorsque tu parviendras à me toucher, tu peux me défier et ….

– Huehh, attends attends attends !

– Quoi ?

– Quoi quoi ? Que veux-tu dire par te combattre ? Je vais me faire massacrer !

– Mais non, je ne t’attaquerai pas, je ne ferai que me défendre et esquiver. Grâce à cette méthode, je vais t’apprendre à prédire les mouvements, ce qui te servira à mieux contrôler ta capacité.

– Ughh …

Il n’avait pas l’air enchanté à l’idée de faire cela, mais voulait changer, créant ainsi un paradoxe. Mais au final, il accepta.

– D’ailleurs, à partir d’aujourd’hui, tu feras 2 tours de l’école chaque jour à 6 heures du matin.

– Huh …

– Ah, autre chose. Arrête avec tes ‘’Hugh..’’ et ‘’Hue…’’, ça te donne un air faible, et personne ne te prendra au sérieux si tu fais ça. Et arrête de te plaindre.

– Hugh …. Ah, mince ….

– L’entrainement commencera véritablement demain. Aujourd’hui, nous allons décider du style de combat que je t’enseignerai.

– Quel style de combat ? Ehm, je pensais que tu m’enseignerais le combat à mains nues …

– C’est aussi une possibilité, mais je connais plus de styles de combat que de magies. Je peux t’enseigner de nombreuses choses, alors allons-y !

Après ces mots bourrés d’énergie, je trainai Mora à travers l’école. Il m’avait dit hier qu’il y avait de nombreuses salles dans l’école, alors je cherchai maintenant une salle d’entrainement disponible. Au final, nous en trouvâmes une, il y avait déjà des élèves à l’intérieur, mais très peu. Le hall d’entrainement était comme une grande arène, et je me demandai comment il avait pu faire tenir cela dans le bâtiment.

Cherchant un endroit où nous entrainer, plusieurs élèves me suivirent du regard en me reconnaissant, mais en retour, j’utilisai Pression pour les faire fuir.

En cherchant un endroit où s’entrainer, je vis un visage familier.

– HEY, DAMON !

Il s’agissait de Catherine, et comme à son habitude, elle courut dans ma direction. Je pouvais prédire ses mouvements, et lorsqu’elle essaya de me frapper, je l’esquivai et la fis tomber au sol.

– Ahh, je n’ai même pas réussi à te toucher …

D’ailleurs, elle avait raison. Elle n’avait encore jamais réussi à m’asséner une attaque. Je l’aidai à se relever et lui dis,

– Catherine, à partir d’aujourd’hui ce garçon va s’entrainer avec toi. Je vous entrainerai tous les deux …

Puis, j’expliquai à Catherine la situation : pourquoi je l’entrainai, ce qui s’était passé …. Mora resta silencieux tout du long de la conversation et n’y prêta pas grande attention.

– Bonjour Mora, je m’appelle Catherine.

Catherine proposa une poignée de main amicale à Mora.

– Hiiii !

Mais en retour, il fut surpris. Il retrouva toutefois son sang-froid et lui serra la m
ain.

– Bien, vous deux, à partir de maintenant, je vais vous apprendre les arts martiaux et le maniement des armes. Catherine, je dois encore régler quelques trucs avec Mora, alors entraine-toi toute seule pour l’instant.

– Compris, mais je suis cureuse. Que vas-tu lui enseigner à part les arts martiaux ?

– Je vais bientôt décider de cela, mais tout d’abord, Mora …

– Ehh ? …. Enfin, je veux dire, oui ?

Je me dirigeai vers le mur de l’arène et pris une épée en bois. Il y avait sur le mur de nombreuses armes en bois et en cuir à la disposition des élèves. Je jetai l’épée à Mora et lui expliquai,

– Nous allons commencer. Voyons un peu ta spécialité.

– D’accord ….

Epée en main, Mora suivit mes instructions.

 

Après 30 minutes de maniement de l’épée, je criai,

– Stop !

Mora s’arrêta et me regarda d’un air confus. De la sueur coulait sur son visage et il avait du mal à retrouver sa respiration.

Catherine avait tout vu et avait elle aussi l’air confuse.

Je me dirigeai à nouveau vers le mur et pris cette fois-ci une lance que je lui lançai.

– Encore.

Et ainsi, je commençai à l’entrainer. L’objectif était ici de découvrir avec quelle arme il était le plus à l’aise. Nous continuâmes ainsi pendant 6 heures jusqu’à ce que Mora s’écroule.

– Huh huh huh huh huh huh …

Respirant bruyamment, il gisait par terre sur le ventre. Pendant tout ce temps Catherine était resté et s’était entrainée sous ma supervision. Je lui avais enseigné quelques mouvements et lui avais signalé les problèmes dans ses postures, mais à part ça, il n’y avait pas la moindre goutte de sueur visible sur son front, même après 6 heures d’entrainement.

J’étais vraiment troublé. Parmi toutes ces armes, pas une seule ne lui correspondait, et il n’avait pas l’air d’avoir le moindre talent au maniement des armes.

En plus, selon lui, il n’aimait pas ses armes, alors je tombais à court d’idée. Il avait l’air d’avoir du talent lorsqu’il s’agissait d’arts martiaux, mais je voulais aussi lui enseigner des méthodes de combat avec arme. J’étais à ma limite, quand tout à coup une idée me vint à l’esprit.

– Hey Mora, j’ai une idée. Si ça ne marche pas, ne t’inquiètes pas, nous trouverons une autre solution.

– ….

Pendant ces 6 heures, Mora s’était rendu compte de ce que j’essayais de faire et se plaignait à chaque changement d’arme. Mais ma nouvelle idée était quelque peu différente.

J’ouvris ma main et fis apparaitre un portail. Mora fut surpris en voyant cela mais pas Catherine. Elle pensait probablement que si c’était moi, toute chose impressionnante devenait tout à fait normale.

Ainsi, je sortis 2 objets de taille moyenne en forme de L et les donna à Mora.

– Quelle est cette arme ?

Mora ne connaissait pas l’objet qu’il tenait. Ce n’était pas étonnant, puisque personne ne l’avait encore découvert. Catherine avait elle aussi l’air confuse, alors je répondis,

– J’appelle ça un Pistolet.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Un Nouveau Départ – Chapitre 27

  • Avatar
    22 juin 2016 à 12 h 14 min
    Permalien

    Il aurait aimé que ce soit autre chose qu’elle lui lèche pour le reveiller. Le petit coquin ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :