Chapitre 15 : Apprendre à Connaitre un Petit Peu Quelqu’un

 

Le jour suivant, a environ 6 heures du matin, tout le monde dormait encore et je n’avais pas à travailler aujourd’hui. Selon Lucy, je devais venir au moins une fois tous les 3 jours pour aider au four.

Je me levai puis me préparai en faisant le moins de bruit possible. Puis, je pris Albi dans mes bras, tandis qu’elle dormait encore. L’une des choses que je savais sur elle était qu’elle n’était pas du matin, et lorsque je la pris dans mes bras, cela ne la dérangea pas et elle continua à dormir. Cela avait même l’air de lui faire plaisir.

Une fois prêt, je marchai jusqu’à la porte et …

– Damon, ne rentre pas trop tard. A 18h00-19h00, un représentant de l’académie à laquelle tu vas aller viendra. Ne sois pas en retard.

J’étais abasourdi. Comme savait-elle que je sortais ? Etait-ce une intuition ? Non, je n’avais vu aucune compétence du genre dans sa liste de compétences. Et le représentant d’une académie ? Je vais probablement devoir passer un test huh.

– D’accord Maman, je serais à l’heure.

En disant cela, je sortis de la maison. Drew se tenait devant l’entrée, prête à partir. J’étais surpris de la voir m’attendre, et lui demanda,

– Comment savais-tu que j’allais sortir ?

– Euhh, nous vivons ensemble, alors j’ai remarqué que tu te levais tôt pour sortir dehors, alors …

Elle pouvait parfois être très perspicace, mais à quoi cela servait si elle n’arrivait même pas à terminer ses phrases ?

– D’accord. Allons-y.

La voir agir ainsi était très irritant. Mais je ne pouvais pas non plus lui en vouloir. Elle m’avait vu massacrer ses compagnons. Elle devait être nerveuse près de moi, mais j’aurais aimé qu’elle se relaxe.

– Hey Drew, qu’as-tu fait ces derniers jours ? Et comment était le village ?

Je devais lui parler un peu pus souvent afin de m’approcher d’elle et la détendre.

– Je, euh … l..le village n’était pas très bien au départ, mais travailler ici m’a permis de me rapprocher de ses habitants. Certains me sont encore hostiles, mais je ne leur en veux pas pour cela. Quand à ce que j’ai fais, cela se résume à te suivre, discuter avec Mme. White et faire les courses avec Albi.

De ce que j’avais compris, certains habitants ne lui faisaient pas confiance. Ce n’était pas étonnant, mais ils n’allaient pas jusqu’à l’ignorer ou l’agresser. Tout le monde savait que la princesse avait accepté sa présence ici avec moi, alors ils n’allaient rien tenter. Mais j’étais quand même reconnaissant que certaines personnes l’acceptent et la traitent comme une égale. D’ailleurs, je ne lui avais jamais demandé son âge.

– Hey Drew, quel âge as-tu, et d’où viens-tu ?

– J…J’ai 16 ans, et je viens d’un village de montagne appelé Suzurian.

Suzurian huh. La biographie de ce monde était différente pour chaque continent. Ceux-ci étaient divisés entre les 6 races. Seuls les Hommes-bêtes, les Elfes, les Humains et les Nains donnaient des noms à leurs terres, tandis que les Démons et Orcs leur donnaient des noms de clans, ce qui était bien plus compliqué étant donné qu’il existait plus de 30 000 clans chez chacune de ces races.

En voyant Drew, je ne la pensais pas aussi jeune. 16 ans, cela voulait dire qu’elle avait 9 ans de plus que moi.

– Et où as-tu appris la magie ?

Drew hésita à me répondre, et chercha quoi dire.

– Tu n’es pas obligé de me répondre si tu n’en as pas envie. C’est à toi de décider. Nous avons réalisé un contrat selon lequel je te devais te protéger, et en retour tu devais toi aussi me protéger et suivre mes ordres.

Elle trembla en m’entendant, et parla à voix basse,

– Suivre n’importe quel ordre …

 Je décidai de ne pas trop m’en préoccuper, mais ma curiosité subsistait.

– Faisons comme ça : je t’explique quelle magie j’ai utilisé hier, et en retour, tu me parles de la tienne. Qu’en dis-tu ?

Drew se rendit compte que je parlais de ma magie du Vide, et rougit tout à coup en secouant la tête de gauche à droite. Puis, elle me répondit,

– Marché conclu !

– D’accord, je commence.

Ainsi, je lui expliquai les détails de ma compétence du Vide. Elle fut étonnée à de multiples reprises, et me posa de nombreuses questions tandis que nous nous dirigions vers le village. Le trajet prenait habituellement 30 minutes à parcourir, toutefois je ralentissais le rythme pour pouvoir parler. Sur le chemin, Albi se réveilla et me regarda d’un air confus, avant de retourner dormir. Je n’avais pas dit à Drew qui était en vérité ce chat, et personne n’avait besoin de le savoir pour le moment. Nous continuâmes ainsi à parler pendant 1 heure entière, avant d’enfin arriver au village.

– Nous sommes arrivés. Je vais d’abord aller à la bibliothèque pendant une heure, avant de rendre visite à l’école de combat, alors …

Drew avait l’air de vouloir continuer à discuter, et hocha donc la tête en décidant de me suivre. Je sentis les regards des passants tournés vers Drew, ainsi que quelques regards assassins dirigés vers moi. Et enfin, nous arrivâmes à la bibliothèque.

– Bonjour, j’aimerais avoir accès à certains livres.

Le réceptionniste avait l’air peu aimable, avec ses longues oreilles et ses yeux violets. Il me regardait d’un air agacé comme s’il pensait quelque chose du genre ‘’tu n’es pas assez intelligent pour lire’’.

– Allez à gauche. Vous y trouverez des étagères pouvant peut-être vous intéresser. Prenez aussi ça.

Il me donna une carte en bois avec un triangle au milieu.

– C’est une carte de compte. Elle compte le nombre de livres que vous avez lus. Pour le moment, rien n’est affiché dessus, mais si vous déposez une goutte de sang dans le triangle, la carte vous montrera le nombre d’ouvrages lus. Il s’agit en fait d’une compétition dans laquelle les participants lisent, et la personne à avoir lu le plus de livres remporte le prix. Le prix est choisi par le gagnant. Toutes les guildes participent à cette compétition, et en sont les organisatrices, alors en cas de victoire, c’est à elles qu’il faut s’adresser pour le prix.

Il s’agissait d’une longue explication. Je mordis mon pouce et fit couler du sang sur la carte en bois.

Celle-ci commença à afficher des formes étranges, puis un nombre apparut,

457 891.

C’était le nombre de livres que j’avais lu. Je l’avais presque confondu avec un numéro de file d’attente dans un hôpital.

Je me demandais bien comment j’avais pu faire pour obtenir un nombre aussi ridicule. J’avais certes lu beaucoup de livres chez moi, mais je ne souvenais pas du nombre exact. Je voulais vraiment savoir comment cela fonctionnait, mais je n’avais pas de temps à perdre, et continua ma route en demandant à Drew,

– D’ailleurs, comment utilise-t-on la magie ?

Je savais déjà comment l’utiliser, mais je n’avais jamais vraiment essayé. Je n’avais fait que lire, car ma priorité était de récupérer des informations sur ce monde. Je connaissais le concept de mage jusqu’au niveau Maître. C’était comme des mathématiques, et avec ma compétence Mémo, j’avais tout mis en place comme une arme à feu prête à tirer, mais il me manquait la poudre.

– Pour utiliser la magie, il faut concentrer son mana et chanter l’incantation du sort, qui dépend de la puissance de celui-ci. Il est possible de chanter à voix haute ou dans son esprit, mais la plupart des personnes préfèrent la première méthode car celle-ci est plus simple. Le chant sert à se concentrer sur un point d’où le sort sera utilisé. Ce peut être simplement sa main, ou un objet tel qu’un sc
eptre.

Le concept de chant permettait de créer un point de création d’un sort. J’avais lu que tous les sorts étaient en vérité constitués de runes, ensuite transformées en mots. Les mages les plus expérimentés pouvaient chanter dans leur esprit plus rapidement, mais cela était bien plus difficile et prenait du temps à manier. Toutefois, cela était extrêmement utile pour les attaques surprises et situations dangereuses.

– Oh, je vois. Pourras-tu me montrer comment lancer un sort ?

– Oui bien sûr.

Drew avait l’air moins tendue, notre discussion avait portée ses fruits. Ensuite, je me mis à lire divers livres sur les sorts d’affaiblissement et de renforcement. Les sorts en eux-mêmes n’étaient pas inscrits, mais je parvins à en apprendre quelques concepts de bases. Je me demandais pourquoi les sorts n’étaient pas inscrits et qu’il n’y avait que les concepts de leur fonctionnement ainsi que leurs méthodes d’utilisation. Selon moi, c’était assez bête.

Je lus aussi d’autres livres sur les runes, sceaux et esprits. J’appris aussi l’existence des élémentaristes, qui réalisaient des contrats avec des esprits afin que ceux-ci se battent pour eux. C’était très intéressant, et j’en profitai pour parcourir les livres d’armes et d’étiquette de ce monde. Je ne vis pas le moindre pistolet ou canon, et en me retournant vers l’horloge, il était déjà 7h40. L’étiquette de ce monde était plutôt ‘’normale’’ selon moi. Certains livres avaient des lignes étranges sur le sujet, mais je prévoyais de m’y plonger un peu plus sérieusement une autre fois. Je souhaitais étudier l’étiquette de ce monde, car à l’académie, j’allais avoir besoin de manières parfaites si je voulais être accepté par les autres.

Après avoir regardé l’horloge, j’appelai Drew. Elle lisait un livre d’histoires et sursauta à la mention de son nom. Elle devint rouge en me voyant puis me rejoignit. Je lui expliquai qu’elle pouvait prendre le livre si elle le voulait, mais elle refusa.

Drew et moi nous nous dirigeâmes jusqu’à la sortie, et sur le chemin, je vis un tableau sur lequel étaient inscrits des noms accompagnés de chiffres. Le chiffre le plus haut était 3275. Il y avait 10 noms, alors ces personnes devaient être les 2 individus ayant lus le plus grand nombre de livres pour le concours. Cela me fit rire et je partis.

Une fois dehors, je demandai à Drew si elle voulait manger quelque chose. Elle me répondit que je n’avais pas besoin de lui acheter à manger, mais je refusai et acheta quelques fruits, ainsi que du poisson pour Albi. Elle dormait toujours jusqu’à ce que nous arrivions au marché. Arrivé à destination, elle avait sauté de ma tête et s’était positionnée devant un marchand de poissons. Il s’agissait d’un signal pour me dire ce qu’elle voulait, alors je lui achetai.

Drew avait des points d’interrogation au dessus de sa tête lorsqu’elle me vit acheter tout un tas de poissons. Toutefois elle ne me demanda rien, alors je ne lui répondis rien.

Ensuite, il me fallait retourner à l’école de combat. Je n’y étais pas allé depuis une semaine, et Catherine avait dit qu’elle allait me chercher. J’espérais juste qu’elle n’était pas encore partie chez moi.

Ainsi, j’entrai dans l’école de combat, avant de regarder autour de moi. Rien n’avait changé. En même temps, cela ne faisait qu’une semaine.

Je parcourus les lieux du regard dans l’espoir de trouver un visage familier, et vis Catherine frappant un épouvantail. Je m’approchai donc d’elle en la saluant, et tout à coup, elle se retourna et en me voyant, sourit et couru vers moi à toute vitesse. Drew paniqua et prit ses distances, tandis qu’Albi restait sur ma tête aussi calme que d’habitude. Elle voulait probablement admirer le spectacle de mon point de vue.

Catherine arriva au contact et me donna un coup de poing au torse. Je parai l’attaque, attrapa ses hanches et la projeta loin de moi. Elle atterrit près des épées en bois et en ramassa une. Elle m’en lança 2 que je pris, mais en même temps réduisit la distance entre nous deux. Elle tenta une attaque horizontale que j’esquivai en sautant 2 mètres en arrière. Elle me chargea à nouveau, prête à me frapper de son épée, mais j’utilisai sa vitesse contre elle en faisant un pas de côté et me retrouvant dans son dos. Puis, un coup au poignet fit tomber son épée et je plaçai la mienne contre son cou.

– J’abandonne.

– Tu dois un peu plus observer ton adversaire. Tes déplacements sont convenables, mais n’attaque pas sans le moindre plan ou tu n’auras aucune chance.

– Compris. Observer l’adversaire et planifier.

Toutes les personnes ayant vues le match avaient la bouche grande ouverte. Drew et l’instructeur avaient une expression compliquée sur le visage, ne sachant pas quoi dire, mais Catherine parla en première.

– Je veux que tu m’enseignes à utiliser l’épée ainsi que les arts martiaux !

Oui, il s’agissait du marché passé avec elle, selon lequel je devais lui apprendre à se battre. Mais avant ça,

– Je dois tout d’abord te dire quelque chose : dans 2 mois, j’irais à l’académie pour apprendre la magie, alors je ne pourrais t’enseigner que 2 mois.

Catherine prit un air contrarié et bomba le torse.

– Tu avais promis de m’entrainer !

– Oui, mais je ne t’ai jamais dit jusqu’à quand.

Catherine ne put rétorquer. Elle savait pertinemment elle-même qu’elle n’était pas la lumière la plus brillante en ce monde, tout comme sa sœur, et ne pouvait donc pas me blâmer. Elle réfléchit un instant et comme si une ampoule s’était mise à briller au dessus de sa tête, me demanda,

– Dans quelle académie iras-tu ?

– Pourquoi me le demandes-tu ?

– Juste pour savoir …

En y réfléchissant, je me rendis compte que je ne connaissais même pas le nom de l’académie. Ma mère ne me l’avais jamais dit, et je ne le lui avais jamais demandé. De toute façon, le représentant allait venir aujourd’hui, alors j’allais pouvoir lui demander plus tard.

– Je ne sais pas, je n’ai pas demandé.

Catherine afficha un sourire narquois et moqueur. Je l’ignorai et lui appris le combat à mains nues.

 

Nous nous entrainâmes pendant 6 heures. Je n’avais pas vu le temps passer, et ce que je lui avais appris était le Kung Fu Shaolin. Je l’avais appris lors d’un voyage en Chine. Il existait dans cet art martial 5 styles, dont je lui montrai les bases : grue, tigre, léopard, serpent et dragon. De plus, je lui expliquai que si elle voulait mieux se battre, il allait falloir qu’elle entraine sa perception et sa vitesse. Au départ, elle fut confuse en se demandant si mes mouvements étranges pouvaient être considérés comme un art martial. Cela la fit rire, et elle voulut apprendre autre chose. Je la défiai donc en duel, en lui promettant de n’utiliser que ces mouvements. Elle accepta instantanément, et souffrit d’une défaite cuisante.

 Lars s’approcha pour observer l’entrainement de Catherine. Le Kung Fu était considéré comme un art martial nécessitant un timing parfait, de la précision et du dévouement. 3 domaines dans lesquels Catherine était extrêmement mauvaise. En d’autres termes, il lui fallait apprendre cet art martial en premier.

Arès 6 heures d’entrainement intensif, Catherine s’évanouit de fatigue, et je fus forcé de la porter.

Lars m’expliqua qu’elle habitait à côté de la maison du chef du village, alors je la portai jusque là-bas.

En arrivant chez elle, je vis Sophia, assise devant un plateau ressemblant à un jeu d’échecs. Elle me remarqua et s’exclama,

– Oh ! Qu’est-il arrivé à Catherine ?!

– Elle est juste fatiguée. Elle a besoin de se reposer.

– Cela me rassure. D’ailleurs, bonjour Damon. Cela fait une semaine que nous ne nous sommes pas vus.

< p>– Désolé, j’avais des choses à faire que je viens juste de terminer. Et Catherine m’a demandé de l’entrainer.

– Oh, c’est donc ça.

Sophia m’emmena jusqu’à la chambre de Catherine. Celle-ci était complètement normale. J’avais toutefois quelques attentes, et cela m’embarrassa.

Me voyant froncer les sourcils, Sophia ria avant de partir.

Les chevaliers revinrent lorsque je sortis de la maison. Ils pâlirent tous en me voyant et ne m’adressèrent pas la parole. Le leader évita de croiser mon regard, et je partis.

 

Le retour fut paisible. Je repensai à tout ce qui était arrivé pendant la journée, et Albi discuta avec moi un instant avant de se rendormir. Ce fut un moment tranquille, l’occasion de se vider l’esprit en archant. Et en arrivant enfin chez moi, ma mère se tenait devant la porte de la maison.

– Damon, tu es à l’heure. Le représentant pour l’académie est dans le salon, viens.

– D’ailleurs, dans quelle école vais-je ?

– Ah oui, l’école s’appelle Académie Alanora.

Lorsque j’entrai dans la maison, une belle femme blonde m’accueillit en souriant.

– Bonjour Damon, j’ai beaucoup entendu parler de toi. Mon nom est Isneralda, je suis la directrice de l’Académie Alanora.

– Bonjour, je m’appelle Damon, et j’aimerais en apprendre plus sur la magie.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

2 pensées sur “Un Nouveau Départ – Chapitre 15

  • 10 juin 2016 à 17 h 02 min
    Permalink

    merci pur le chapitre il a lu tellement de livres c’est abusé XD

    Répondre
  • 10 juin 2016 à 17 h 44 min
    Permalink

    Merci 🙂 vivement la suite 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :