Une soirée de plus avec la tête dans Les Étoiles… Oh que oui avec Nothing More, la bande texane la plus en vogue de ces dernières années et qui est attendue aux quatre coins du monde, allant même jusqu’à être aussi nominé sur trois catégories aux Grammy Awards 2018, faisant de lui le groupe le plus nominé de l’année sur l’événement !

– Psycho Village : 19h30-20h –

Petit groupe français qui s’est ajouté un peu à l’improviste à la soirée… Nous n’avons appris leur présence que très peu de temps avant le concert ! Le groupe autrichien de rock venait donc présenter au public sa musique ma foi éclectique. Du rock un peu puissant, des passages plus calmes, un peu à la façon de Nothing More finalement, donc le groupe était très bien sur cette soirée ! La particularité du groupe était d’avoir un écran sur le côté de la scène (qui n’était pourtant pas bien grande, on sentait le trio un peu à l’étroit tout de même…) qui présentait les différents clips du groupe associé aux singles joués ce soir, et même quelques images inédites pour le live, ou d’autres images touchantes comme la célèbre vidéo de la défunte Amanda Todd, un moment émouvant pour clôturer ce concert et une occasion pour le groupe de défendre les valeurs morales sur Terre avec l’un des exemples les plus forts de l’Internet tel que nous le connaissons.

 

– In Search Of Sun 20h15 – 20h45 –

La première partie avait cette petite touche d’originalité grâce à son écran, mais pour le coup In Search Of Sun nous a paru un peu plus terne derrière « l’originalité »de Psycho Village (on reste d’accord, un écran ne fait pas non plus l’originalité d’un groupe…). Cela étant dit, le groupe anglais a proposé un set qui a commencé à faire bouger les premières foules qui se remplissaient un peu plus qu’au moment de Psycho Village. Une demi-heure de show électrique dans des sonorités bien plus proches de Nothing More que Psycho Village qui proposait quant à lui une musique plus rauque dans son genre (certains qualifieraient cela de post-grunge). Ici, les titres catchy et alternés entre voix posée et virevoltante (pas de scream attention !) ont fait de In Search Of Sun une bonne mise en bouche à ce qui s’apprêtait à arriver sur scène… On regrette finalement de ne pas connaître le groupe plus que cela, car après avoir ré-écouté post-concert davantage de titres qui avaient été joués ce soir-là, on se dit que l’on aurait bien plus profité de leur set en le connaissant sur le bout des doigts. S’il y avait des fans du groupe ce soir-là, même si on en doute un peu, ils devaient être ravis !

– Nothing More : 21h30-23h –

Ce soir, le public s’est chauffé modérément sur les précédents groupes (même si l’ambiance était quand même très satisfaisante), mais tout le monde était très clairement venu pour Nothing More. .. De plus, les deux premières parties ont eu quelques soucis de son, mais qu’ils ont su gérer avec plaisir. Le groupe texan débarque sur scène avec un peu de retard tout de même, le temps de régler les soucis rencontrés précédemment. On eut le temps de découvrir un drôle d’instrument sur scène prendre place en attendant le groupe : un instrument tout droit sorti de Mad Max, et appelé le « Scorpion Tail » par le groupe. Ce ne sera pas le seul instrument particulier que l’on verra au cours de la soirée puisqu’on aura aussi le droit à une version de Go To War avec une basse accrochée à l’envers sur le devant de la scène et sur laquelle le frontman Jonny Hawkins utilisa des baguettes et frappait sur la batterie… Une sorte de slapping sur les cordes assez inattendue jouée par le guitariste et bassiste du groupe au niveau du manche.  

La prestance scénique du groupe était tout simplement folle. Nous étions déjà ravis de voir Papa Roach en live donner tant d’énergie, mais nous avons vraiment bien retrouvé ce petit côté-là (même si les groupes n’ont rien à voir si ce n’est leur label). Après seulement quelques morceaux,  Jonny demanda qui était déjà venu voir Nothing More en live et annonça qu’il serait prochainement de retour en France, sans préciser quand… Download Festival France peut-être ?

Tous les titres s’enchaînent très bien, on voit le public s’enflammer sur les classiques, comme sur les nouveautés de leur dernier album « The Stories We Tell Ourselves » sorti tout juste en septembre dernier. Don’t Stop sur lequel a participé Jacoby Shaddix de Papa Roach (non, pas ce soir, ni dans l’album, mais dans ce clip !), Ripping Me Appart, Just Say When. Leurs deux derniers albums ont été représentés de façon très équitable, mais le premier ne nous aura présenté que Salem au rappel en revanche.

Mad Max? non juste un instrument résolument intrigant sur scène (paix au batteur derrière)

La scène avait l’air également trop petite pour le groupe, nous privant de la vue du batteur durant tout le concert, caché derrière un amas de fumée. (D’ailleurs, dites-nous si vous arrivez à le trouver sur nos photos, car même nous, on cherche encore son visage!) Le groupe aurait peut-être eu plus intérêt à mettre le batteur plus en avant quitte à reculer l’imposante machine Steampunk présente au milieu de la scène durant tout le concert qui n’a servi finalement que sur la toute fin du set pour un titre. (la fameuse Scorpion Tail) D’ailleurs, parlons-en de ce titre. Si vous deviez le deviner sans indice, je pense que vous n’y arriveriez jamais puisque le groupe a fait une reprise complètement improbable pour un groupe de rock/metal, d’un genre auquel personne ne s’attendait (enfin, si, ceux qui avaient lu les setlists des dates précédentes ou quelques vidéos Youtube, bande de petits malins.)… First Of The Year pour le titre… Skrillex pour l’artiste ! Oui ! Nothing More a utilisé cette machine folle construite à base de pédales de vélo, d’interrupteurs, tuyaux et autres chaînes pour produire des bruits électroniques puissants et proposer une version de First Of The Year survitaminée ! Obligé de vous mettre une vidéo pour vous présenter la chose ! Alors la version de Loudwire est très lissée et bien plus propre, mais en live, c’est vraiment la fête !

Un solo de batterie survitaminé qui lui fait perdre sa baguette, voici l’instant du drame 🙂

Le concert finit par un rappel sur le seul titre de Salem, agrémenté d’un solo de batterie de la part de Jonny (n’oublions pas qu’il est aussi batteur avant tout !) autour duquel Mark et Daniel (guitariste et bassiste) s’amusaient à tenir des fûts de batterie en l’air, les lancer, les faire tournoyer pendant que Jonny continuait de les frapper en rythme toujours aussi énergiquement après déjà une heure et demie de show. Une chorégraphie haute en couleur qui clôturait très bien ce concert. On en resterait presque sur notre faim, l’heure et demie de concert est passée à vitesse grand V, mais heureusement pour nous, une fin de concert n’est pas toujours signe de tristesse… Hawkins annonce officiellement leur venue au Download Festival France avant de quitter la petite scène des Étoiles. C’est donc confirmé : on retrouvera le groupe cet été sur la base aérienne de Brétigny Sur Orge !

Setlist :

  • Christ Copyright
  • Let ’em Burn
  • Mr. MTV
  • Don’t Stop
  • Solo de basse de fou avec l’outil steampunk pour retourner la basse !
  • Ripping Me Apart
  • Go to War
  • Just Say When
  • Do You Really Want It?
  • I’ll Be OK / Here’s to the Heartache
  • Jenny
  • Ocean Floor
  • This Is The Time (Ballast)
  • First of the Year (Equinox) – Skrillex Cover w/ Scorpion Tail (l’instrument electro/steampunk)
  • Salem (Burn the Witch)

Bref, les étoiles n’étaient pas que sur scène, mais aussi dans nos yeux durant tout ce concert. Une chose est déjà sûre, c’est que Nothing More a rejoint le label de Eleven Seven, le label des grands du genre (le label de Papa Roach, Escape The Fate ou Sixx:AM) et c’est clairement pour la bonne raison. On risque d’entendre parler à nouveau du quatuor texan sous peu… On surveille les Grammy Awards en attendant et on leur souhaite le meilleur lors de la cérémonie !

Suite de la Galerie photo

 

 

Crédit photo : Romain Keller

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :