Que dire de Nos meilleures vies de Kii Kanna ? Eh bien, il s’agit un très beau titre tranche-de-vie, disponible aux éditions Casterman depuis mi-mars.

Ils sont six, à l’aube de la vingtaine, à Tokyo, aujourd’hui. Gentiment paumés comme on peut l’être une fois passé du côté des adultes, ils se croisent, se télescopent, s’aiment, ne se comprennent pas. Ils font un bout de chemin ensemble, en se débattant avec les questions de leur âge : ai-je le droit d’avoir des rêves, et surtout, méritent-ils que je me batte pour eux ? (Mais aussi : les rêves paient-ils le loyer ?)

Si le nom de Kii Kanna vous parle, c’est sans aucun doute parce que vous l’avez déjà vu dans nos rayons (et dans vos étagères ?). On lui doit les boys’ love L’Étranger de la plage, L’Étranger du Zéphyr (IDP Boy’s Love) ou encore Qualia under the snow (Taifu). Sa force réside dans la romance tranche-de-vie, qu’elle dépeint toujours avec un réalisme touchant et saisissant.

Des moments de vies

Malgré quelques soucis dans la narration (des éléments du récit sont parfois un peu brouillon et perturbent la lecture), Nos meilleures vies réussit à nous transporter dans le quotidien et l’état d’âmes de ses personnages. Ce moment où on n’est plus tout à fait des ado, mais pas encore vraiment des adultes. Les personnages se retrouvent confronter à la vie du travail (pas toujours en adéquation avec leurs rêves), aux relations amoureuses et amicales…

J’adore le dessin légèrement rond de Kii Kanna, donc graphiquement le manga est plaisant. Son trait est fin et les planches foisonnent de détails. Ces moments de vie sont croqués par la mangaka avec amour et humour. Espoir et désillusion, la vie est ainsi faite avec ses hauts et ses bas !

Nos meilleures vies est un titre donc très réaliste mais également très moderne dans ses propos. On reconnaît les doutes, les difficultés rencontrées par ces protagonistes, car nous les expérimentons partout, que ce soit au Japon ou ailleurs… Ce n’est pas le coup de cœur que j’attendais, mais il reste une agréable.

Mention spéciale au chat, et surtout aux « discussions » entre celui-ci et Kishi ! Et pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :