TEST / NieR Replicant remaster XBOX SERIE X

Bonjour tout le monde, dans cet article je vais vous parler de la complexe mais non moins fascinante œuvre du studio Square Enix : NieR Replicant ver.1.22474487139…
Ce jeu sorti le 23 avril de cette année est un remaster du jeu sorti en avril 2010.
Préparez-vous pour embarquer dans un voyage hors du commun, piloté par le grand Yoko Taro : créateur des grandioses NieR, NieR Automata, et des trois Drakengard.


Avant de démarrer, un peu de contexte :

Pour ceux qui connaissent déjà l’univers de Yoko Taro, vous pouvez sauter cette partie. Pour les autres, je vais vous expliquer où se trouve ce jeu dans la timeline de l’univers de NieR et quelles sont les particularités de cet opus.

Tout d’abord, pourquoi Replicant ? Et bien à la sortie initiale du jeu en 2010, il existait deux versions du titre. La version exportée en dehors du Japon s’appelait NieR Gestalt et la version réservée au pays du soleil levant était NieR Replicant. La seule différence était que dans la version Gestalt, nous jouions le père d’une jeune fille malade et dans la version Replicant, nous avions le contrôle de son frère. Tout le reste est identique dans les deux jeux.
Square Enix offre donc la possibilité au reste du monde de pouvoir interpréter le héros jusqu’alors réservé au pays natal du jeu.
Quel lien avec les autres jeux ? NieR Replicant (ainsi que Gestalt) prend place à la suite de l’une des fins possibles de la trilogie et des Drakengard, sortie bien plus tôt. Ensuite, le succès mondial de 2017, NieR Automata, donne quant à lui, suite à l’une des fins possibles de notre NieR Replicant. Ça va vous suivez ? Parfait ! Nous pouvons donc passer dans le vif du sujet.

NieR, un jeu exigeant mais qui sait récompenser :

NieR est donc un J-RPG en temps réel et à la troisième personne. Nous avons le contrôle d’un jeune homme : NieR (que vous pouvez renommer) vivant dans un petit village. Notre héros cherche de tout son être à sauver sa petite sœur atteinte par une grave maladie. Nous affrontons des créatures, les ombres, qui cherchent à attaquer les habitants des différents villages.

Le jeu propose un gameplay assez basique mais efficace. Différents sorts et armes seront disponibles pour avancer dans votre périple, ainsi qu’un système de niveau. Petite nouveauté dans ce remaster, ils ont modifié la façon de combattre pour la faire ressembler à celle du précédent opus : Automata. C’est donc plus dynamique et rapide que le titre original, et c’est un plaisir en main.
On retrouve aussi les modifications de gameplay propres à Yoko Taro qui viennent surprendre le joueur dans sa progression. On peut se retrouver d’un moment à un autre à jouer en 2D, ou avec une vision type Diablo-like pour des donjons particuliers.
Mais alors pourquoi est-ce un jeu exigeant ?
Car tout d’abord, le jeu possède un nombre très (trèèèèès) important de quêtes secondaires. Et ces quêtes vont tester votre détermination à atteindre le 100% de complétion du jeu. Un concentré de quêtes FedEx, à vous demander de faire des allers-retours dans toutes les zones du jeu, encore et encore et encore. Bien qu’elles offrent de l’Or et que certaines possèdent une histoire assez intéressante, la grande plupart de ces quêtes ne sont vraiment que des jobs de livreurs.
Quel intérêt donc ? et bien pour les plus courageux d’entre vous, cet exploit vous offrira une fin supplémentaire. Car oui, le jeu possède plusieurs fins, que je ne spoilerai pas, mais qui demandent des efforts pour être débloquées. Deux autres fins peuvent être jouables si vous trouvez toutes les armes du jeu. Vous voyez le genre… De plus, le rythme du jeu est en dents de scie. Parfois calme voir redondant, il arrive soudainement des phases très intenses et d’une réalisation presque cinématographique. Il faudra donc de la patience pour aller au bout.
Mais malgré le dur labeur de ces épreuves, à la fin cela se révèle valoir le coup quand on voit les dimensions scénaristiques que cela nous apporte.
Car oui, le scénario est le véritable atout de ce jeu.


Un titre qui tire sont potentiel de son histoire :

Bien qu’arborant un gameplay somme toute assez classique qui ne révolutionne en rien le genre, NieR Replicant saura vous surprendre et vous déclencher des émotions inattendues devant un écran manette en main.

Le jeu possède un scénario à la fois sombre et joyeux, tout en étant parsemé de surprises et de révélations qui sauront vous laisser bouche bée. Et plus vous serez méticuleux en explorant ainsi que dans les quêtes secondaires, plus vous découvrirai des éléments en lien avec l’histoire, mais aussi avec les autres jeux de l’univers.
Ceci est accentué par le fait que même après avoir fini le jeu, il vous reste beaucoup de choses à découvrir en rejouant. Cela demande donc du temps et de la patience mais le jeu en vaut la chandelle.
L’épopée de votre personnage rentre dans une histoire bien plus grande que ce que l’on imagine en démarrant le jeu. Parfois compliqué à comprendre, cela n’en reste pas moins un titre qui vous prend aux tripes comme un film dont le scenario vous fait tourner la tête.
Les messages véhiculés dans ce titre peuvent se montrer profonds et inattendus dans un jeu vidéo, offrant une certaine réflexion entre deux combats contre des boss titanesques.
Les interactions entre les personnages et l’évolution de leurs relations sont aussi très plaisantes et travaillées. Cela rappelle certains manga shonen tant les protagonistes vont apprendre à échanger selon certains codes et offrir des dialogues ou des actions à la fois drôles et touchants.

Un bon remaster ?

Sur ce côté le jeu fait son travail sans prétention. Visuellement beau et agréable en main. NieR Replicant n’est pas au même niveau que les grosses productions actuelles sur next-gen.
Le jeu est fluide mais parfois un peu vide, de grandes zones ouvertes avec peu d’éléments interactifs malheureusement. Et en parlant des zones, on évolue entre quelques zones différentes mais sans renouvellement. On en vient rapidement à revisiter plusieurs fois les mêmes environnements. Même si ces derniers se dévoilent un peu plus au fur et à mesure des visites, on aurait aimé un peu plus de diversité. A noter que ceci n’est pas du ressort du travail de remaster mais bien du jeu original.
On aurait pu s’attendre à des éléments supplémentaires dans les explorations, mais les développeurs ont fait le choix de rester fidèles à ce que proposait le titre initial sur ce plan.

Les musiques, qui étaient en 2010 déjà un chef d’œuvre, ont été revisitées pour en faire … un chef d’œuvre encore plus beau. Keiichi Okabe, qui travaille sur les pr

On peut donc dire que ce remaster est un travail satisfaisant pour permettre de découvrir ou redécouvrir cet opus, même si sur certains points il n’est pas au plus haut de son potentiel. Cela dit, cela permet de garder certains aspects de l’œuvre originale, et donc de comprendre pourquoi en son temps il avait divisé les joueurs.

Cela vaut-il le coup de se lancer dans cette aventure ?

Pour tout fan de J-RPG habitué aux aléas du genre, ce jeu saura vous ravir, mais il est important de savoir à quoi s’attendre afin de profiter pleinement de ce que le titre a à offrir, et je vous garantis qu’il a beaucoup à offrir.

Vous avez fait et aimé NieR Automata ? Son côté en dehors du temps et des codes ? Alors oui vous allez aimer NieR Replicant.
Pour ceux qui n’ont jamais mis les pieds dans une création de Yoko Taro, il faut savoir à quoi on joue. NieR est un jeu très poétique et qui se vit comme une expérience à part entière. Loin des superproductions AAA que l’on voit souvent, il offre une approche du support vidéoludique originale. Parfois fatiguant, il pourra en faire abandonner quelques-uns. Mais si vous avez déjà fait des jeux qui demandent des efforts pour être pleinement savourés, alors vous avez ce qu’il faut pour profiter de ce jeu qui ne ressemble à aucun autre. Et le jeu saura vous récompenser. Pour ceux qui hésitent, sachez que le titre NieR Automata est disponible sur toutes les plateformes, PC Xbox et Playstation, à un prix moins élevé que les autres jeux (car sorti en 2017). On le retrouve aussi sur le GamePass de Microsoft (Console et PC). Cela peut donc être un bon compromis pour savoir si Replicant saura vous ravir.
En tout pour y avoir déjà passer plus de 40 heures, j’ai adoré ce jeu. Même si passer 3 heures pour pécher un poisson afin de terminer une quête vous emmène vers un autre défi de pêche (oui oui, et cela 8 fois de suite). L’expérience complète du jeu saura vous marquer, notamment avec les fins qui diffèrent quand vous faites les « new game + ».

Merci d’avoir lu cet article qui m’aura demandé plus de travail que les précédents mais cela me tenait à cœur car Yoko Taro est un créateur que je trouve incroyable et qui mérite que l’on relaie son travail.
Bon courage pour ceux qui s’y essaieront et à la prochaine !!

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Exit mobile version