Chapitre 9 : Le Héros Vend le Butin et Fond le Cuivre

 

« Vous savez, cette porte était censée être enchantée avec ma barrière spéciale. Elle était résistante aux attaques physiques et magiques, en plus d’empêcher la diffusion du bruit. Vous me faites perdre confiance en mes capacités. »

« Désolé, mes mains étaient occupées avec vos chiens mal entrainés. Je n’avais donc pas d’autre choix que de l’enfoncer. »

« Toutes mes excuses dans ce cas. Je m’occupe des taudis, mon nom est Duphein Gull. Pouvez-vous me dire la raison de votre venue ici ? »

S’exclama le Binoclard, en souriant et se présentant comme Duphein Gull. Il agissait comme si le chaos causé à l’extérieur ne le concernait pas.

Même si je m’attendais à ça, son attitude indifférente m’irritait. Apparemment le menacer était inutile, alors je relâchai la tête de gargouille ainsi que l’homme toujours avec moi.

« Je voulais simplement conclure un échange. Ah, avant que nous commencions, je souhaite payer une taxe de 50 pièces d’or pour que tout cela reste secret. »

En disant cela, je sortis tranquillement le collier, et vit instantanément un changement à l’intérieur des yeux de Dupein.

« ….. Jack, oublie tout ce que tu viens de voir et sors tout de suite d’ici. »

« Oui… EH ?! »

Le visage de l’homme appelé Jack devint blanc tout à coup. Il était clairement confus par la situation actuelle, et était incapable de comprendre le sens derrière ces mots.

« Tu devrais connaitre les risques d’en savoir trop. S’il-te-plait, pars pendant que tu ne sais rien. »

« Ah !! OU-OUI !! »

Jack s’empressa de quitter la pièce, comme s’il venait de se faire jeter dehors. Je détournai mon attention de ce spectacle, pour me diriger  immédiatement jusqu’au bureau de Duphein.

« Bien, devrions-nous commencer les négociations ? Combien êtes-vous prêt à payer pour ce collier ? »

« Puis-je tout d’abord l’examiner ? »

« Bien sûr, examinez-le tant que vous voulez. »

Après lui avoir répondu, je plaçai le collier sur son bureau.

Duphein le souleva délicatement, d’une prudence extrême. Il l’observa sous différents angles, examinant le moindre détail.

Il regarda aussi unes par unes les pierres magiques incrustées dans le collier, inspectant prudemment leurs paramètres.

« C’est un article impressionnant que vous avez là, toutes les pierres magiques ont reçu un traitement de première classe.  La chaine connectant les diverses parties est faite d’Argent Magique (Mithril) n’est-ce pas ? Et surtout, les sorts magiques infusés dans les gemmes sont superbes. Récupération automatique des PV, légère augmentation de l’efficacité en guérison, enregistrement d’images visuelles, réparation automatique (légère). Je peux vous payer 30 pièces d’or pour un objet aussi splendide. »

« ….. 30 pièces d’or, huh ? »

Il était maintenant temps d’expliquer la valeur de l’argent dans ce monde. Celui de ce royaume était divisé en 7 sortes : cuivre, grand cuivre, argent, grand argent, or, grand or, et enfin, l’argent blanc (véritable argent). 10 pièces d’un grade étaient équivalentes à 1 pièce du grade supérieure. Ainsi, 10 pièces de cuivre étaient équivalentes à 1 pièce de grand cuivre.

Même si je n’en étais pas certain à cause de la différence de valeur, 1 pièce en argent équivalait environ à 1 000 Yens. Le grand or et l’argent blanc étaient des pièces rarement rencontrées dans la vie de tous les jours, à part en cas de larges transactions entre royaumes ou grands marchands.

Il s’agissait d’un savoir commun que les transactions ne devaient être effectuées qu’au maximum avec des pièces d’or, n’importe quoi supérieur étant totalement au dessus de toute dépense de la vie de tous les jours.

En revenant au sujet principal, le prix attaché à ce collier était de 30 pièces d’or, c’est-à-dire 3 000 000 de yens.

Même s’il possédait divers types de magies, le collier n’était rien de plus qu’un simple bibelot, et 30 pièces d’or paraissait être un prix décent. Toutefois, ce prix ne concernait que la qualité du collier.

« Hey, n’essayez pas de me tester. »

« Tch !!! »

Je le regardai en relâchant un puissant désir de meurtre, mais cette fois-ci, je le dirigeai vers lui.

« Vous savez exactement quoi en faire n’est-ce pas ? Alors laissez toutes les choses inutiles de côté, sinon, je pourrais peut-être m’amuser en vous tuant ? »

En effet, personne dans cette pièce ne le savait pas. Ce collier n’était pas ordinaire. Gravé sous la pierre magique du collier se trouvait un sceau indiquant que cet objet avait un rapport avec la famille royale ; ce sceau rendait le collier inutilisable à toute personne ne faisant pas partie de la royauté, grâce à un ancien pacte passé avec le grand esprit. Le roi lui-même avait offert son sang au grand esprit afin que celui-ci forme ce sceau.

Ce collier était la raison pour laquelle il avait congédié son subordonné ; afin de garder la situation en main. Il s’agissait aussi de la raison pour laquelle il avait énoncé un prix aussi bas. Il voulait en vérité voir ma réaction afin de l’utiliser contre moi et prendre le dessus sur cette transaction.

Malheureusement pour lui, il ne savait pas ce que signifiait cet échange pour moi.

Tout cela faisait partie de mon plan de vengeance.

Obtenir des fonds n’était qu’une chose triviale. Honnêtement, je pouvais toujours recevoir une somme raisonnable en brisant le collier en morceaux et les vendant ensuite. Mais j’avais amené ce collier ici car je savais qu’il allait en faire bon usage. Je savais qu’il allait rendre intelligemment ce collier aux subordonnés de la famille royale, en recevant au passage un large profit. Pour faire court, il allait me servir de pigeon voyageur.

Je l’avais dissuadé de se mettre en travers de ma route en relâchant un instant dans l’air une puissante pression et soif de sang, avant d’arrêter.

Duphein fut surpris pendant quelques secondes, mais retrouva rapidement ses esprits.

« Excusez mon impolitesse. Je voulais juste savoir si tout cela était vrai. De plus, je sais effectivement quoi en faire. On dirait que profiter davantage de vous risque de me coûter trop cher. »

« Kukuku. » Riant légèrement, il retira son monocle et le nettoya avec un tissu.

« Plaçons le prix à 350 pièces d’or. Je peux vous donner 10 pièces d’or en premier versement. Bien sûr, je ne peux évidemment pas réunir une telle somme immédiatement, alors veuillez revenir demain pour obtenir le reste. Pour le moment, je vous rends ça. »

« Vous en êtes sûr ? Il se peut que je m’enfuis avec l’argent vous savez ? »

« Si vous êtes vraiment ce genre de personne, cela veut dire que mes yeux ne sont pas assez perspicaces. Tenez, prenez ça. »

Répondant ainsi, Duphein me remit un sac rempli d’or qu’il venait de sortir de son bureau.

« Bien, dans ce cas j’accepte avec joie. »

En reprenant le collier sur le bureau, j’ouvris le sac et jetai l’une des pièces en direction de Duphein.

« Qu’est-ce que ça veut dire ? »

« Rien, juste un remboursement étant donné que j’ai cassé quelques trucs. De plus~ »

Le coin de ma bouche se leva.

« Avec ça, vous m’avez perdu de vue n’est-ce pas ? »

« ……. Vous m’avez dit que le prix de l’information concernant votre nom était de 50 pièces d’or, je me trompe ? »

« Désolé, ce n’est plus à vendre. Vous avez perdu votre chance, et il n’y en aura pas d’autre. »

Après avoir dit cela, je rangeai le sac contenant 9 pièces d’or dans ma poche et quittai les lieux.

« ….. Ku ….. KUKUKUKU, avec de telles choses survenant de temps à autre, ces taudis ne m’ennuient décidément jamais. »

Duphein, maintenant seul, afficha un large sourire, comme amusé par la situation.

Dans sa main se trouvait une forme de vie similaire à un slime, gigotant et imitant la forme d’une pièce d’or, et fabriqué par l’alchimie de Dulphein.

 

Les choses se déroulaient selon mon plan, alors je me dirigeai vers la rue principale de bonne humeur. Même si je pensais que des personnes allaient me poursuivre, cela n’arriva pas. J’avançai donc pour sortir des taudis et arriver directement sur la rue principale.

Le soleil se situait à l’ouest, la journée était donc sur le point de prendre fin. Je voulais arriver le plus rapidement possible à la rue principale afin d’y chercher une auberge. En me rappelant qu’il allait s’agir de la première fois en 3 mois que j’allais dormir dans une chambre où l’air n’était pas humide et le sol pas qu’un terrain boueux et froid, mon humeur ne put s’empêcher d’atteindre son plus haut niveau.

« Oups, d’ailleurs, en les gardant comme ça, je risque d’avoir des problèmes. »

Pour dormir dans une auberge normale, il fallait juste posséder une pièce d’argent et celles-ci pouvaient même rendre la monnaie. Contrairement aux auberges de pays tels que le Japon, le petit-déjeuner n’était pas compris dans le prix et les chambres étaient relativement petites. Ainsi, je ne pouvais pas payer avec une pièce d’or, car les auberges ne pouvaient pas rendre la monnaie sur une telle somme. Et dans une auberge de haute qualité où un tel problème n’existait pas, il fallait montrer une pièce d’identité, ce qui m’était bien sûr impossible.

 Si possible, je voulais échanger quelques pièces d’or contre des pièces de grand cuivre et d’argent, je me mis donc à chercher un bureau de change.

Même si les commissions des bureaux de change situés sur la rue principale étaient bien moins élevées, il fallait montrer une preuve d’identité afin d’échanger des pièces d’or ou supérieures. C’était pourquoi je voulais échanger mon argent ici, dans les taudis, où je pouvais échanger de larges sommes avant d’être oublié. Bien sûr, en contrepartie, les commissions coûtaient bien plus cher.

« Cet endroit devrait faire l’affaire. »

Je me dirigeai vers un bureau de change choisi au hasard.

« Salut gamin. Tu veux échanger ton argent ? »

L’homme, correspondant exactement au nom ‘’daruma musclé’’, m’appela à voix basse. Je ne pensais pas rencontrer ici un commerçant aussi musclé, où peut-être était-il un porteur de bouclier d’une organisation quelconque.

« A~h, j’aimerais échanger quelques pièces d’or. »

« Des pièces d’or ? Combien ? »

« Une seule devrait suffire. Echangez-la contre des pièces de grand cuivre et d’argent. »

L’homme sortit une balance et plaça la pièce d’or que je venais de lui donner sur le plateau de droite, ainsi qu’un contrepoids sur le plateau de gauche.

« En effet, c’est une vraie pièce. La commission en moins, cela fait 5 pièces de grand argent, 23 d’argent et 20 de grand cuivre. »

Sa part était donc de 25%, soit 25 pièces d’argent.

« C’est cher. »

« Si ça ne te convient pas, va voir quelqu’un qui fait dans le légal, ça ne me dérange pas du tout. »

Même si la commission ici était bien plus élevée que n’importe quel endroit des taudis, ce n’était pas non plus trop outrageux. Etant donné que je voulais vite régler ça avant de me trouver une auberge, je décidai de ne pas me plaindre davantage. L’homme sortit des pièces de grand cuivre, d’argent et de grand argent qu’il se mit à compter devant moi.

Puis tout à coup, je ressentis une certaine hostilité provenant de lui … non, de la malice.

Il y avait quelque chose. Aujourd’hui, mon intuition était bien plus efficace que d’habitude, mais je décidai de rester vigilant et de regarder.

« C’est fait, je n’ai pas dû faire d’erreur en comptant. Tiens, prends-les. »

Toutefois, je ne pouvais pas détecter la moindre activité suspicieuse de sa part. Bien sûr, l’intuition n’était qu’un sentiment comme les autres, mais même si cela allait à l’encontre de la logique, je pouvais définitivement ressentir une mauvaise intention venant de l’homme.

Et tout à coup, en recevant l’argent, je compris la raison.

« Ha~h, c’est donc ça. HEY ! »

« Quoi ? Qu’est-ce qu… kk !? »

J’attrapai le cou de l’homme, prit par surprise, et plaquai son corps contre le mur derrière lui.

« En-Enfoiré ….. Qu’est-ce qu’il y a ? Je t’ai donné des pièces d’argent non ?…. »

« Des pièces d’argent ? Tu veux dire ces pièces de cuivre ? »

« Qu-…. !? »

Lorsque je versai un peu de mon mana dans les pièces d’argent qu’il venait de me donner, un *cling* se fit entendre et l’illusion fut brisée, révélant des pièces de cuivre noircies.

Toutes mes compétences de perception magique avaient été perdues, et les épées possédant des améliorations passives de la perception avaient été scellées. Ainsi, à première vue et sans les toucher, je n’avais pas remarqué le sort d’illusion lancé sur les pièces. J’étais de bonne humeur, et cela m’avait mené à commettre une erreur.

« Tch, c’est de ta faute si tu te fais avoir. Nous sommes dans les taudis, tu le sais ça !? [Force augmentée] !! »

Il essaya même de se trouver des excuses … Il jeta à la poubelle sa dernière chance de s’excuser en utilisant une capacité d’amélioration physique sur lui-même. Je pensais qu’il n’était qu’un daruma musclé, mais en fait il faisait plutôt partie de la faction intelligente.

« Ha~h, ce royaume est vraiment le pire. Vous êtes tous les mêmes. »

Une vague de dégoût m’envahit. Interrompant ma bonne humeur, cet homme parvenait même à sourire, mais par dessus tout …

…… Etre regardé comme une cible facile était pour moi la chose la plus intolérable.

Comme si j’étais le même qu’avant, comme si j’avais fait à nouveau les mauvais choix, comme si je n’avais pas changé.

Le voyant maintenant comme l’une des cibles de ma vengeance, mon sang se mit à bouillir, et je voulais maintenant arracher chacun de ses membres uns à uns.

« Ha~h, j’ai vraiment envie de vomir. »

Instinctivement, j’exerçai un peu plus de force dans mon bras.

« GAAAAAAAAAAAAAA !! Enfoiré, pourquoi est-ce que je ne peux pas l’arracherrrrrrrr !! »

Même s’il avait attrapé mon bras qui tenait sa gorge afin de l’arracher, il ne pouvait pas m’échapper, même avec un renforcement physique comme Force Augmentée, ou même s’il faisait partie des chevaliers du royaume, étant donné que j’avais déjà commencé à renforcer mon bras depuis longtemps.

« Gah~ Kuhhk … C-Comment … ? »

D’ailleurs, cette méthode de concentration de la magie n’était pas vraiment connue du grand public. Etant donné qu’il ne m’avait pas vu utiliser la magie, il ne parvenait pas à comprendre la raison pour laquelle il ne pouvait pas s’échapper de la main d’un homme bien plus fin que lui.

« Ah, c’est vrai, puisque quelque chose de bien m’est arrivé aujourd’hui, je peux te laisser vivre. »

« Guh, Geho, GEHO !! »

Je venais d’avoir une idée parfaite, et décidai donc de le relâcher en souriant.

S’étant apparemment rendu compte qu’il avait affaire à une personne qu’il ne valait mieux pas énerver, son visage pâlit et il me demanda,

« J’ai juste à m’excuser n’est-ce pas ? J’avais tort, c’était ma faute, je vais m’excuser, alors pardonnez-moi … »

« Tu n’as pas à t’excuser, tu as juste à endosser honnêtement tes responsabilités. »

En disant cela, je pris toutes les pièces de cuivre dans ma main. Puis, sans un bruit, j’invoquai l’[Epée Patte d’Araignée Incandescente]. Décidément, je n’arrêtais pas d’utiliser cette Epée Spirituelle aujourd’hui.

« A-attendez !! Pitié !! »

Normalement, la sentence pour avoir blanchi de l’argent était la coupure des deux bras du coupable, ainsi qu’une énorme dette à payer. Même si cette punition était habituellement décidée avec le soutien du royaume, les victimes d’une telle punition ne pouvaient généralement jamais payer leur dette après avoir perdus leurs deux bras, et étaient donc forcés à se vendre comme esclaves ou à se suicider.

Le daruma musclé cria et paniqua en se souvenant de cela, pensant que j’allais lui couper les bras avec ma dague.

« Qu’y a-t-il ? Tu penses que je vais te couper les bras ? Ne t’inquiètes pas, je ne ferais pas ça. De plus, je ne peux pas couper un bras avec une épée de cette taille. »

Même si en vérité j’avais assez de force pour le faire, je prononçai cette excuse en souriant.

« Tu vois, cette épée possède une capacité extrêmement intéressante. Normalement, elle ne peut être utilisée que comme feu de camp ou grill, mais, à cause de l’influence de son ancienne vie de monstre, elle possède un pouvoir incroyable une fois utilisée contre certains matériaux. »

« Hah ? Eh ? »

L’Araignée Proéminente était la condition d’acquisition pour l’[Epée Patte d’Araignée Incandescente]. Il s’agissait d’une large araignée de feu vivant dans les caves de magma.

Elles n’avaient jamais besoin de chasser afin de se nourrir, malgré leur situation de démon. Les sources de nourriture des Araignées Proéminentes étaient les différents minéraux présents dans les caves de magma. Elles diminuaient le point de fusion des minéraux avec leur flamme unique appelée Flamme Empoisonnée, puis dévoraient les minéraux dissous. En résumé …

« Pour te faire pardonner, tu dois accepter une punition bien pire que ce que tu as fait. C’est pourquoi, je vais te les faire manger avec cette bouche de menteur qui est tienne, qu’en penses-tu ? »

Après lui avoir expliqué cela, je lui brisai les bras et les jambes afin qu’il ne puisse pas s’échapper.

« G-GYAAAAAAAAAAAAAAAAAA !! »

Ses cris rauques résonnèrent à travers les rues des taudis. Toutefois, son cauchemar ne faisait que commencer.

« Bien, commençons avec la première pièce. »

J’ouvris de force sa bouche avec un morceau de fer trouvé près de moi.

Puis, après avoir versé une large quantité de magie dans mon [Epée Patte d’Araignée Incandescente], je plaçai une pièce de cuivre sur la lame. Le cuivre fondit immédiatement et coula lentement le long de la dague.

« GyAAAAAAAAAAGAHAAAAAAAHGAAAAAAaaaaa !!!!! »

Le liquide en fusion coula en émettant une légère lumière, avant de brûler l’homme de l’intérieur.

Toutefois, il n’allait pas mourir si facilement.

L’[Epée Patte d’araignée Incandescente] pouvait facilement dissoudre les métaux en diminuant leur point de fusion.

Même si le liquide créé était chaud, il ne s’agissait que de 300°C au maximum. Avec un tel degré de chaleur, il avait de grandes chances de survie.

« Regarde ! C’est maintenant au tour de la deuxième pièce. Il en reste encore 46. Allons, tu peux tout à fait endurer cela avec ta Force Augmentée n’est-ce pas ? Oy, la troisième arrive. »

Avec chaque coulée de liquide bouillant, je souriais en profitant des cris silencieux du daruma musclé.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Nidome no Yuusha – Chapitre 9

  • Avatar
    25 juin 2018 à 4 h 45 min
    Permalien

    Les faux monnayeurs étaient punis comme cela au temps des tsars de Russie, le Japon médiéval faisait il pareil ?

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :