Chapitre 6 : Le Héros se Débarrasse des Voyous

 

Poussant les rochers hors de mon chemin, je pus enfin sortir à l’air libre.

« Je … suis … LIIIIIIIIIIBRE !!! »

Après avoir parcouru le passage souterrain long et sombre, j’étais enfin sorti. Ebloui par la lumière du soleil, je laissai échapper un cri de soulagement en m’étirant sous la caresse de l’astre.

Je me trouvais actuellement à la bordure des terres inhabitées de la Capitale Royale.

Prenant une large bouffée d’air près du passage en pierre par lequel je venais de sortir, l’odeur du soleil se mêla à celle de la forêt verdoyante avant d’envahir doucement mes narines.

Je pouvais enfin voir le soleil pour la première fois depuis 3 mois si l’on incluait ma première vie. Après m’être échappé de l’endroit où j’avais été tué, Ryuudouden, j’avais été obligé de me cacher. Ainsi, je n’avais pas pu apprécier le soleil qui maintenant était presque sur le point de me faire fondre en larmes.

« Ah~ le soleil … C’est parfait … »

Après avoir été ému par la splendeur de ce monde et de son ciel bleu, un levier s’enclencha dans ma tête.

Mon objectif avait été choisi. Après avoir été trahi, piégé et humilié, j’allais mener ma vengeance.

Ceci dit, je manquais actuellement de force, de temps et de préparations.

Comme prévu de la part d’un Niveau 1, j’étais limité à un style de jeu dénué de toute correction de compétences, et ma vigueur ne me permettait pas de combattre plus de 500 chevaliers.

 Pour le moment, puisque seuls la Princesse et les Chevaliers connaissaient mon visage, je n’avais pas besoin d’être sur mes gardes en quittant la capitale, contrairement à la poursuite ayant eu lieu après que j’ai vaincu le Seigneur Démon.

Au moins, j’allais pouvoir entrer dans un restaurant, une auberge ou même la ville elle-même sans porter de longue robe pour dissimuler mon visage.

Tournant à nouveau mon regard vers le soleil, je vis que celui-ci commençait à descendre dans le ciel. Il était approximativement 13 heures. Cela me fit repenser à ma première invocation.

« En prenant en considération les compétences des Magiciens de la Cour Royale, j’ai probablement toute une journée devant moi avant que mon identité ne soit révélée. Bien, c’est largement suffisant si je ne prends pas de détour. »

Ainsi, je commençai tranquillement à me diriger vers la rue principale de la Capitale royale, contemplant la ville après un long moment d’absence.

Les résidents de la Capitale Royale étaient des personnes ayant crû aux déclarations du royaume et de l’Eglise et m’étant devenues hostiles.

J’avais pensé à écraser leurs visages comme je l’avais fait avec la Princesse et les Chevaliers, mais cela resta une simple pensée. Probablement parce que la majorité de ces personnes n’avaient rien à voir avec la situation et n’étaient que des citoyens ordinaires.

Bien sûr, je les détestais au point de penser naturellement ‘’Aah~, ce serait bien si toutes ces personnes pouvaient devenir malheureuses. Si seulement elles pouvaient trébucher avant de se frapper la tête sur le sol en pierre et de finir handicapés à vie ou quelque chose du genre.’’ Mais plutôt que de dépenser mes ressources sur eux, il y avait des personnes que je désirais tuer encore plus.

Pour résumer, j’avais des priorités.

Je décidai de mettre de côté ces pensées inutiles. La première chose que je devais faire était de me procurer des fonds de guerre.

Et pour ça, j’avais déjà tout prévu.

Le lourd collier que j’avais prit à la princesse se trouvait actuellement dans la poche de mon uniforme. Même en ignorant que cet objet venait de la Famille royale et était recouvert de mithril et de gemmes magiques de toutes les couleurs appliquant une correction d’agilité sur le porteur, il pouvait se vendre à un bon prix.

En le vendant, je pouvais rapidement obtenir les fonds nécessaires à mes plans.

Bien sûr, je devais le revendre prudemment.

Je n’avais actuellement pas l’apparence d’un noble, et il n’existait pas beaucoup d’endroits où un tel objet pouvait être vendu.

Ces raisons en tête, je ne me dirigeai pas vers les boutiques de la rue principale.

A la place, je me dirigeais vers ‘’Les Taudis’’, qui occupaient un coin de la Capitale Royale. Il s’agissait de l’endroit où allaient les personnes louches pour gagner leur vie.

Je me souvenais qu’en entrant dans une allée précise et en avançant dans la ruelle déserte et sale, j’allais me retrouver dans un endroit totalement différent du reste de la ville.

Les murs des maisons étaient endommagés et craquelés, et l’odeur des excréments, de l’urine et des ordures emplissait l’air, comme pour indiquer le niveau de santé publique des lieux.

Les personnes assises sur le bord de la route avaient soit des yeux vides et creusés, soit des yeux brillant à la recherche d’une proie.

Dans un tel endroit, des yeux observant et calculateurs étaient nécessaires, et les regards de ridicules provenaient des nouveaux arrivants des taudis.

Quelque soit la ville, tous les taudis contenaient des amateurs jugeant par l’apparence. Inutile de dire que ces personnes ne vivaient pas très longtemps.

« Hey Nii-chan, c’est des habits inhabituels que t’as là. Que fais-tu seul ici ? »

« …….. »

« Oto~, pas de bol Nii-chan. J’ai peur que tu ne puisses ni avancer ni reculer. Si tu veux passer, il est normal que tu payes une taxe n’est-ce pas ? »

Souriant, 5 ou 6 personnes m’encerclèrent.

« Je n’arrête pas d‘y penser, mais ce cliché … Non, tant mieux, comme ça la discussion sera un peu plus rapide. »

Je n’y pouvais rien, ils me considéraient comme une cible facile en me voyant arriver seul avec une telle apparence. Mais pourquoi est-ce que de tels gangs apparaissaient à chaque fois que j’entrais dans les taudis, peu importe la ville ?

Je connaissais les taudis de chaque ville avec qui j’avais fait connaissance en tant que fugitif, je savais donc qu’ils étaient tous divers et variés et qu’il n’y avait rien de plus utile que les ruelles sombres. Ainsi, j’étais obligé d‘utiliser les taudis lors de ma seconde chance, même si l’idée de devoir répéter chaque cliché de chaque ville me fatiguait légèrement.

Puisque j’étais à nouveau seul lors de cette seconde vie, c’était inévitable, mais ce genre de développement n’était plus du tout excitant ou stressant après une ou deux fois.

Dans tous les cas, cela risquait d’être ennuyeux.

Les habitants des taudis présents dans la zone s’empressèrent de partir afin de ne pas être impliqués. Dans les taudis, une personne ne pouvait vivre longtemps qu’en possédant du courage et de la force.

« Je vais vous le demander juste au cas où, mais êtes-vous mes ennemis ? »

« Haa ? Qu’est-ce que tu dis ? »

« Ecoute et contente-toi de répondre. Vous n’êtes pas les cibles de ma vengeance, alors je m’en fiche si vous partez. Vous tuer ne me fera que perdre du temps. »

« Quoi ?! Je pensais que tu étais un idiot en entrant seul dans les taudis, mais en plus tu es un putain de vantard ? Les gars, il ne comprend même pas la réalité de la situation, cet enfoiré est juste une putain de cible sur pattes !! »

Lorsque l’homme chauve et bronzé paraissant être le leader du groupe éclata de rire, ses compagnons firent de même.

« Hey ! Dépose tous tes biens au sol et je ne te tuerais pas ; je te vendrais juste à un marchand d’esclave !! »

« Je vois, c’est donc votre réponse. »

Puisque ces voyous avaient décidé de m’attaquer tous en même temps, je fis le premier pas et avec mon [Epée Patte d’Araignée Incandescente], je découpai leurs jambes en dessous des genoux.

« Ga ? GIYAAAAAAAAaaa !? »

Ayant tout à coup perdus leurs jambes, tous les voyous tombèrent sur le sol boueux.

« Qu-Qu’est-ce que c’est, ça fait mal, CA FAIT MAAAAAAL !! »

« Guuuaaaa, que – GUKAAA !!!! »

Puisque je détestais être recouvert du sang de mes victimes, j’avais utilisé mon [Epée Patte d’Araignée Incandescente], qui produisait une haute température et ainsi cautérisait les blessures sans que le sang n’ait le temps de jaillir. De plus, une autre de ses fonctions était de transmettre sa chaleur à toutes les choses avec lesquelles j’entrais en contact.

L’uniforme que je portais actuellement était la tenue que je portais tous les jours durant ma première vie. Toutefois, après avoir entamé mon premier voyage, j’avais été attaqué de nuit par des bandits et en les repoussant, mon uniforme avait été complètement ruiné.

Mon obtention d’une épée servant à réparer les tissus après que j’aie été abandonné et trahi était un souvenir amer.

« Hmm, cette fois-ci j’ai réussi. Ouverture Statut. »

Ignorant les cris des voyous derrière moi, je vérifiai mon statut.

 

Ukei Kaito – 17 ans – Mâle

PV : 531/545 PM : 75/412

Niveau 1

Force : 224

Vigueur : 324

Endurance : 545

Agilité : 587

Puissance Magique : 117

Résistance Magique : 497

Compétences Inhérentes : [Epée Spirituelle ▽]  [Compréhension du Langage]

Compétences : [Coup de Poing Niv.1] [Manipulation Magique Niv.1] [Déplacement Aérien Niv.1] [Vision Nocturne Niv.2] [Hâte Niv.1]

Condition : Excellente

 

09

 

 

Comme je m’y attendais, j’avais obtenu la compétence [Hâte]. J’avais aussi probablement obtenu [Vision Nocturne] en traversant le passage souterrain.

Comme l’indiquait le nom, [Vision Nocturne] me permettait de voir dans l’obscurité, et [Hâte] me permettait d’augmenter temporairement mon niveau d’agilité en enchantant magiquement mes jambes.

Honnêtement, tout à l’heure, lorsque j’avais agrippé le cou de la princesse, j’avais tenté de l’utiliser en me faufilant entre les chevaliers. Toutefois, j’avais échoué et mes pieds avaient ressenti un contrecoup.

Si j’avais réussi, mes PV n’auraient pas baissé, ce qui voulait dire je n’avais probablement pas obtenu [Hâte] à ce moment là.

Même si je n’avais pas récupéré mes PV perdus étant donné que je ne m’étais pas encore reposé, mes PM s’étaient régénérés avec le temps. J’en avais récupéré environ 30%, mais 20% furent perdus lors de l’utilisation de [Hâte]. La consommation de PM de cette compétence était vraiment élevée, ce qui allait me compliquer la tâche si je voulais l’entrainer.

« Toutefois … »

Etant donné qu’il me restait encore quelques PM, je ne ressentais aucune gêne, mais d’après mes sens, moins d’un quart de journée s’était écoulé depuis mon arrivée dans cette seconde vie.

Même si je comprenais cela dans ma tête, l’incapacité d’utiliser les compétences que je considérais comme une extension de mon corps était une sensation à laquelle je n’étais plus du tout habitué.

« Ah, Oi~, ne fuis pas. Tu es le leader n’est-ce pas ? »

« GYAAAAAAAaaaa !!! »

Après avoir pris leurs jambes, l’[Epée Patte d’Araignée Incandescente] découpa les bras des voyous qui tentaient de fuir en rampant.

« Guaaaa, ça brûle, j’ai mal !!!! »

« Bien, comme ça je ne serais pas sali par tout ce sang. »

Tranquillement,  j’observai le leader du groupe qui hurlait sur le sol.

Contrairement à l’instant où il s’était fait découper, l’homme dont les blessures avaient été instantanément cautérisées pleurait et bavait en sentant son corps brûler.

« Si je n’essaye pas de lancer une boule de feu, je peux garder la plupart de ma magie. Il n’y a pas de longueur de lame alors elle est facile à manier mais surtout, elle permet de ne pas trop verser de sang, l’idéal pour garder une cible en vie. Jusqu’à maintenant, je n’avais utilisé cette Epée Spirituelle que pour produire du charbon, mais en fait elle est plutôt utile. »

« Mon… Mon… Monstre …. »

« Ah … AAaaAAAA … »

En me voyant rire à pleine poumons, les voyous pétrifiés mouillèrent leurs pantalons.

« Ah, quelle image pathétique. Vous êtes différents d’eux, mais quand je vous vois ainsi … »

Les cibles de ma vengeance étaient les personnes m‘ayant trahi.

Même si je m’amusais avec ces hommes, cela ne me rendait pas du tout heureux.

« Oh, peu importe. »

Tout à coup, je déversai ma magie dans mon [Epée Patte d’Araignée Incandescente] et coupai leurs gorges sans la moindre hésitation.

En un coup d’épée, l’odeur de chair brûlé se fit sentir et un bruit de liquide coulant sur le sol résonna.

« Bien, je suppose qu’il est temps d’y aller ? »

Murmurant à moi-même, je quittai cette allée en laissant derrière moi les cadavres démembrés, pieds de propriétaires inconnus et têtes aux visages horrifiés encore fumants.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                              Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Nidome no Yuusha – Chapitre 6

  • Avatar
    9 octobre 2016 à 23 h 39 min
    Permalien

    J’aime cet homme ^^

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :