Chapitre 34 : Le Héros s’Enregistre en tant qu’Aventurier

 

A notre entrée dans la guilde, nous découvrîmes que comme prévu, il n’y avait presque personne à part nous.

L’intérieur de la guilde, semblable à un restaurant ou à un bar, était plutôt spacieux.

Il y avait dans cette ville de nombreux aventuriers ; pendant les heures de pointe, le bâtiment était si rempli qu’il semblait presque trop petit. Les quelques aventuriers actuellement présents examinaient les rares requêtes accrochées aux tableaux destinés à cet usage.

Ces dernières étaient rares, les nouvelles quêtes étant postées après midi afin de faire vivre le bar de la guilde.

Généralement, les quêtes suivaient la règle du ‘premier arrivé, premier servi’. Obtenir un bon travail à l’ajout des nouvelles quêtes signifiait inévitablement venir le midi et donc acheter son repas au bar. Si les nouvelles quêtes n’étaient pas ajoutées le matin, c’était parce que la faim arrivait vraiment le midi, et que de nombreuses personnes combinaient petit-déjeuner et déjeuner en un seul repas, forçant les aventuriers à dépenser plus.

La majorité des aventuriers commençaient à travailler juste avant midi, car n’ayant pas encore accepté de quête, leur emploi du temps restait flexible et ils pouvaient céder à la flemmardise, ce système promouvant ce genre de comportement. Mais la guilde devait bien se faire de l’argent, et ne pouvait donc pas être considérée en tort.

« Et maintenant… »

Après avoir jeté un dernier coup d’œil à l’intérieur de la guilde, je me dirigeai vers la réception. Cette dernière était constituée d’un large bureau en contre-plaqué, derrière lequel se tenaient des réceptionnistes.

Il existait deux types de personnes parmi les réceptionnistes présentes dans la Guilde des Aventuriers. Il y avait les jeunes et jolies réceptionnistes, et les réceptionnistes mâles si musclés et intimidants, que l’on pourrait questionner leur capacité à travailler derrière un bureau.

Après tout, les aventuriers n’étaient pas le meilleur exemple en matière de culture et de manières, et nombre d’entre eux vivaient en suivant une simple logique : la loi du plus fort.

Mais cela ne signifiait pas que tous les aventuriers étaient ainsi ; les aventuriers de haut rang possédaient plus d’expérience, et se rendaient vite compte de l’utilité d’avoir des connexions et interactions civilisées, alors relativement peu se comportaient comme l’aventurier moyen. Mais malheureusement, en général, les aventuriers étaient des personnes vulgaires et rustres.

Voilà pourquoi les réceptionnistes étaient sélectionnés de façon à ce que les deux types soient présents, empêchant certains aventuriers de faire comme bon leur semble.

Les jolies réceptionnistes étaient elles présentes pour calmer les ardeurs. Il ne fallait pas trop intimider les aventuriers venus accepter des quêtes, et d’une certaine façon, ces réceptionnistes étaient plus efficaces sur les aventuriers les plus jeunes et inexpérimentés.

Tandis que je me dirigeai vers le second bureau le plus proche, l’une des réceptionnistes s’adressa à moi, un sourire professionnel sur le visage.

« Bien le bonjour. Qu’est-ce qui vous amène ici aujourd’hui ? »

Pendant un instant, je sentis un certain reproche provenant de Minnalis, mais n’y prêtai pas attention.

Pourquoi devrais-je passer une triste matinée auprès d’un homme dégoûtant ? Je ne prêtais généralement pas attention au physique, mais ayant ici le choix, je ne voyais pas pourquoi je devrais choisir un homme énorme semblant capable d’augmenter la température de cinq degrés par sa simple présence. Je n’étais pas homosexuel. J’avais donc délibérément choisi le second bureau.

« Moi et cette fille, nous souhaitons nous enregistrer en tant qu’aventuriers. » Répondis-je.

« Vous enregistrer en tant qu’aventuriers ? »

Le regard de la jeune réceptionniste nous balaya de haut en bas, comme pour nous évaluer.

La façon dont elle nous regardait était bien trop évidente. Elle était probablement nouvelle dans la guilde.

« Toutes mes excuses, mais l’enregistrement en tant qu’aventurier est seulement possible à partir de 14 ans, » expliqua-t-elle. « En attendant d’avoir l’âge, vous pouvez devenir apprentis, et même si votre rang restera bloqué, vous pourrez accepter des tâches générales et sans danger en ville. Vous n’obtiendrez pas l’exemption du prix d’entrée en ville, mais vous pourrez participer au régime d’entrainement débutant organisé par la guilde, gratuitement bien… »

« Ah, non, j’ai plus de 14 ans. » Disais-je à la réceptionniste. « J’ai 17 ans, et elle a 16 ans. »

Répondre à une question aussi simple me prit quelques secondes, car après tout, j’avais physiquement vécu plus de 20 ans. Mais puisque l’âge affiché sur mon statut était 17 ans, il s’agissait probablement de la bonne réponse à donner.

« Eh ? » La réceptionniste se mit à cligner des yeux, l’air surprise. J’étais habitué à ce genre de réaction, suite à ma première fois en ce monde.

Elle était bien trop inexpérimentée ; son comportement et son regard fixé sur moi montraient clairement cela. Il était facile de savoir exactement ce qu’elle pensait. Bien sûr, si elle s’était ainsi trompée, ce n’était pas parce que mon visage semblait jeune. Il s’agissait simplement de la magie des Japonais.

Honnêtement, cela ne me dérangeait pas vraiment, y étant habitué. Mais j’allais devoir en toucher un mot avec Minnalis, qui utilisait actuellement sa compétence Audace afin d’essayer de ne pas éclater de rire.

« Je vois. Pouvez-vous toucher ce cristal s’il-vous-plait ? » La réceptionniste nous présenta un cristal de la taille d’une balle de base-ball, connu sous le nom d’Orbe d’Age.

Comme son nom le suggérait, il s’agissait d’un outil magique lisant l’âge de la personne le tenant, et même si je ne comprenais pas tout à fait son fonctionnement, je savais qu’il devenait rouge lorsque la personne avait moins de 14 ans, et bleu si elle en avait plus.

« Touchez ce cristal. Il deviendra rouge si vous avez moins de 14 ans, et bleu si vous en avez plus. » Expliqua la réceptionniste. « L’âge limite est une loi décidée par toutes les nations, alors comprenez que quelque soit votre position sociale, cette règle doit être respectée. »

Elle avait rajoutée cette dernière phrase probablement parce qu’elle me prenait pour un jeune noble.

Si elle pensait cela, c’était parce qu’elle avait apparemment remarqué la marque d’esclave sur le cou de Minnalis.

Les esclaves étaient généralement très coûteux. De plus, les vêtements de Minnalis avaient coûtés un prix considérable, et étaient donc de très bonne qualité. En d’autres termes, j’apparaissais comme une personne sans problème particulier d’argent. La réceptionniste me prenait donc pour un fils idiot de noble, ignorant le fonctionnement de ce monde, n’ayant jamais vu d’Orbe d’Age et essayant de profiter de son influence pour bafouer les lois.

Apparemment, ce genre de comportement méprisable n’était pas rare. Les porcs élevés dans des familles privilégiées essayaient régulièrement de faire évoluer les choses dans leur sens, pensant naïvement que cela pouvait marcher en dehors de chez eux.

Mais même si je savais qu’il s’agissait d’une évaluation raisonnable de la situation, cela restait déplaisant de mon point de vue.

La réceptionniste souriait pendant nos échanges, mais elle me regardait clairement de haut.

Minnalis semblait l’avoir clairement remarqué elle aussi ; elle avait désactivé sa compétence Audace et un profond mécontentement était visible sur son visage.

Attends, un instant, n’est-ce pas plutôt une bonne chose ? Pensai-je tout à coup.

Nous avions tous les deux l’air jeunes ; j’aurai dû m’attendre à être sous-estimé. Mais nous n’étions pas là pour dévoiler notre force ; au contraire, nous avions parfaitement réussi à ne pas trop attirer l’attention.

Ceci dit, un tel comportement restait désagréable.

Après m’être calmé et avoir pris l’Orbe d’Age dans ma main, cette dernière émit une lueur bleu clair.

« Minnalis, » M’exclamai-je, lui lançant l’Orbe d’Age.

« Oui. » Minnalis l’attrapa dans ses mains.

Comme avec moi, l’Orbe d’Age émit une lueur bleue.

« Veuillez excuser mon impolitesse. Cependant, l’Orbe d’Age fait partie des équipements les plus coûteux de la guilde, veuillez donc la manipuler avec soin. » Affirma la réceptionniste, clairement mécontente.

Apparemment, il s’agissait d’une personne très fière. Si elle avait réussi à obtenir ce travail de réceptionniste sans pour autant posséder beaucoup d’expérience, c’était probablement parce qu’elle travaillait dur, mais honnêtement, l’idée de l’intimider légèrement m’avait traversé l’esprit.

Mais les réceptionnistes machos risquaient d’arriver en courant si je tentais la moindre action directe, alors autant oublier.

« Ah, toutes mes excuses. Cet objet ne me semblait pas si important. Je pensais le traiter comme la guilde traite les aventuriers. » J’accompagnai ces paroles empoisonnées d’un large sourire.

« … »

Je n’avais pas utilisé le moindre mana ou compétence, mais je lui avais clairement fait savoir que je comprenais son petit jeu.

« Mais peu importe, » Continuai-je. « Pourriez-vous vous dépêcher, et nous apporter les formulaires d’inscription, Réceptionniste-san ? »

« Ou-Oui, je vous les apporte tout de suite. » Puis, elle s’empressa de se rendre à l’arrière du bâtiment.

« Goshujin-sama, vos méthodes sont bien trop gentilles ; vous ne faites que la frustrer davantage. » S’exclama Minnalis. « N’auriez-vous pas dû aller un peu plus loin ? »

« Non. A ton avis, que faisons-nous ici aussi tôt dans la matinée ? Si nous essayons de l’effrayer physiquement, tout sera gâché. »

« C’est vrai. Mais l’idée d’être regardés de haut par une truie aveugle… »

J’avais l’impression que Minnalis-san était un peu plus stricte que d’habitude. L’attitude de la réceptionniste m’énervait aussi, mais honnêtement, cela m’importait peu du moment qu’elle ne nous causait aucun problème.

« Voici vos formulaires d’enregistrement, » expliqua la réceptionniste à son retour. « Vous pouvez les faire remplir par quelqu’un d’autre pour une pièce de bronze ; cela sera-t-il nécessaire ? »

« Non, pas besoin. » Répondis-je.

Je remis l’un des formulaires à Minnalis, puis commençai à remplir le mien.

Une fois complétés, nous remîmes les documents à la réceptionniste.

« Kaito-san et Minnalis-san, vous avez respectivement 17 et 16 ans, êtes un humain et une femme-lapin, et utilisez l’épée au combat. Votre nom de groupe est ‘Route du Mépris’. Est-ce bien ça ? »

« Oui, ça fera l’affaire. »

« Dans ce cas, ces informations seront incorporées à vos Cartes de Guilde. La préparation de ces dernières nécessite un moment, alors n’hésitez pas à vous asseoir en attendant. » La réceptionniste pointa du doigt un canapé, situé près d’une bibliothèque. « Cette bibliothèque contient des livres sur le métier d’aventurier. Si nécessaire, quelqu’un peut vous transmettre oralement ces informations, mais puisque vous ne semblez pas avoir de problème pour lire et écrire, vous n’en avez probablement pas besoin. Vous trouverez aussi des guides sur les monstres, décrivant en détails les parties de monstres utilisées comme preuve d’extermination ainsi que leurs faiblesses connues. Sinon, vous avez aussi des livres sur les plantes médicinales et toxiques, expliquant où les trouver, et comment les récolter. Tous ces livres sont à votre disposition. Maintenant, si vous voulez bien m’excuser. »

Après nous avoir dit tout ce qu’elle avait à nous dire, la réceptionniste partit.

Puisque nous avions un peu de temps libre en attendant, je fis comme me l’avait suggérée la réceptionniste, et pris un prospectus dans la bibliothèque.

Ce prospectus parlait des aventuriers. Pendant ma première vie en ce monde, j’avais utilisé la compétence d’identification de mon Épée Livre Transparent aux Huit Yeux sur les monstres les plus communs, les herbes médicinales et plantes toxiques, enregistrant ainsi toutes leurs données détaillées dans l’épée.

Au cours de cette première tentative, mon identité de Héros avait été découverte, j’avais ainsi reçu des droits spéciaux et été placé à un haut rang sans rien faire, alors je ne connaissais pas les détails concernant l’occupation d’aventurier.

Ceci dit, les informations contenues dans ce prospectus n’étaient pas particulièrement nouvelles.

En complètent des Quêtes et en augmentant de rang, il était possible d’accepter plus de travails.

Les aventuriers n’avaient pas à payer pour entrer et sortir des villes.

Même pour passer d’un pays à l’autre, sauf en temps de guerre, la guilde confirmait le statut social des aventuriers, facilitant ainsi le voyage.

Mais certaines choses m’étaient inconnues.

En plus des rangs individuels d’aventurier, il existait apparemment des rangs de groupe, permettant d’évaluer une équipe.

Même si tous les membres d’un groupe étaient des aventuriers de rang E, s’ils avaient une bonne coordination leur permettant d’être aussi efficaces que des aventuriers de rang D, alors le rang de leur groupe devenait D, leur permettant d’accepter des quêtes de rang D à la guilde, au lieu d’être limités au rang E.

Et même si je ne savais pas cela puisque j’était un Héros lors de ma première vie, seules les personnes évaluées comme rang D ou plus, qu’il s’agisse du rang des individus ou du groupe, pouvaient entrer dans les donjons gérés conjointement par les nations et la guilde.

Il s’agissait d’une règle problématique.

Nous comptions entrer tôt ou tard dans des donjons, mais nous ne pouvions pas augmenter trop rapidement notre rang, au risque d’attirer l’attention. J’allais probablement devoir en discuter plus tard avec Minnalis, afin que nous décidions quoi faire.

Une fois le prospectus terminé, je le retournai et vis une pyramide dessinée à l’arrière, détaillant la façon dont la guilde évaluait des rangs. Une grossière description ainsi que la couleur des plaques reçues à l’inscription par les aventuriers de chaque rang étaient inscrites.

 

En commençant par le rang maximum, SS, et continuant en ordre décroissant :

SS (Blanc) : Les héros de légendes et contes de fées.

S (Noir) : Individus puissants et surhumains.

A (Rouge) : Prodiges incroyables.

B (Jaune) : Individus hautement compétents.

C (Vert) : Aventurier vétérans.

D (Bleu) : Aventuriers qualifiés.

E (Gris) : Aventuriers en apprentissage.

F (Violet) : Amateurs.

Apprentis : Ne peuvent pas s’enregistrer.

 

Quelque chose du genre.

Les apprentis ne recevaient pas de plaques, et n’avaient donc aucune couleur.

Le prospectus terminé, je le fermai avant de le remettre dans la bibliothèque.

Bien, les choses se passent à merveille. M’inquiétais-je pour rien ? Me demandai-je.

Mais instantanément, je me rendis compte que je venais de forcer le destin. Non, j’étais obligé de m’en rendre compte.

« Gahaha ! Nous avons vraiment eu de la chance de trouver un Lapin Aural ! »

« Ouais, même s’il n’a pas arrêté de courir et de se cacher. »

« Dépêchons-nous de recevoir notre paiement ; j’attends avec impatience de voir combien il coûte ! »

Trois hommes entrèrent bruyamment dans la guilde.

Lorsque je les vis, un choc électrique traversa mon corps.

« Goshujin-sama ? » Minnalis s’adressa à moi, comme si elle venait de ressentir le changement dans l’atmosphère autour de moi.

« …Ah, la malédiction du cliché. » Murmurai-je doucement en souriant.

Si je les connaissais, c’était parce que j’avais échangés quelques verres avec eux.

Mais un détail était particulièrement important à mes yeux.

…Au cours de ma première tentative, ils m’avaient traité comme un criminel, comme tout le monde, et m’avaient attaqué.

 

Chapitre Précédent / Chapitre Suivant

Accueil

4 pensées sur “Nidome no Yuusha – Chapitre 34

  • 22 août 2018 à 19 h 32 min
    Permalink

    Merci pour le chapitre hâte de la suite

    Répondre
    • 23 août 2018 à 7 h 04 min
      Permalink

      oh sa fait un bail j’aime bien le coté sombre de cette série même si je préfère l’habitant de l’infini pour son coté sanglant et pour la motivation de son auteur 30 ans pour crée cette œuvre

      Répondre
  • 22 août 2018 à 20 h 50 min
    Permalink

    Merci pour le chapitre.

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :