Chapitre 32 : Cauchemar Vert

 

(Note : Chronologiquement, ce chapitre se déroule avant « Le Rêve de Désespoir du Héros »)

« Haa, haa, haa. »

Je courais à travers la Forêt Sombre, me frayant un chemin à travers les épais troncs. Mes PV restants étaient convenables, mais mes PM, quant à eux, avaient été pratiquement tous utilisés pour installer des pièges.

« Tsu !! »

Tout à coup, ma Zone de Perception Vitale, que j’avais étendu autour de moi grâce à ma magie, m’alerta. Je sautai immédiatement sur le côté, et un rayon vert frappa là où je me tenais. Ce dernier avait été lancé sans le moindre chant, mais heureusement, j’avais réussi à l’esquiver en roulant de côté.

Un bruit, comme si quelque chose de lourd était tombé d’une hauteur, résonna ; suivi d’un rugissement. Un arbre gigantesque avait été projeté au loin après une attaque directe. La foudre semblait l’avoir frappé, faisant voler des échardes de bois brûlés dans toutes les directions.

A en juger par les dégâts, l’attaque était un Éclair de Foudre Verte considérablement puissant. La magie avait été ajustée à un niveau non-létal, visant à ne pas me tuer mais à me paralyser, prenant en compte ma faible résistance magique. Évidemment, la seule personne capable de lancer un sort similaire avec un tel niveau de contrôle et de finesse était CE prodige.

« Bon sang !! »

Mes PM atteignant une quantité critique, je ne pouvais pas utiliser la Barrière de Résistance Magique de mon [Épée de Protection].

Même si dans une telle situation, il valait mieux pour moi que j’utilise l’[Épée de Téléportation], celle-ci utilisait presque autant de PM que l’[Épée de Protection], et était donc actuellement inutilisable.

Non… ce n’était pas que je ne pouvais pas l’utilisez ; c’était parce que j’étais incapable de l’activer en courant et esquivant.

« Je n’ai pas d’autre choix que de faire ça…..su ! »

Me préparant mentalement, je courus dans une zone moins congestionnée. Arrivant enfin dans une clairière, je m’arrêtai de courir puis préparai mon épée.

« Ara, tu as enfin décidé d’arrêter de fuir ? »

« Yumis… »

La personne qui me poursuivait était en vérité l’un de mes anciens compagnons. Vêtue de son habituelle [Robe Vert Sombre] qui amplifiait sa Magie de Vent, elle souriait.

La magicienne ennemie – Yumis Elmia.

« Je suis ton ancienne compagnon, alors si tu arrêtes de résister, j’aurais la gentillesse de te tuer sans douleur. Ce n’est pas une offre que t’auraient offerts la princesse ou ce guerrier. Je te donne un petit instant pour y réfléchir. Après tout, j’aimerai récupérer les matériaux en leur infligeant le moins de dégâts possible. »

Il n’y avait plus la moindre trace d’amitié ou de compassion dans ses paroles. Dans ses yeux, seule résidait une lueur de folie.

Apparemment, la Yumis en face de moi comptait me tuer sans la moindre culpabilité. Toutefois, ce n’était pas vraiment quelque chose que je souhaitais confirmer en restant planté là.

Comme je m’y attendais, la confrontation était inévitable. Les espoirs de réconciliation reposant dans un coin de mon esprit furent brisés par ses yeux. Elle me regardait comme si j’étais une chose, non pas un humain. Ces yeux qui me regardaient, moi, l’humain le plus puissant, avec respect, avaient été remplacés par des yeux qui me voyaient comme si je n’étais rien, rien que des Matériaux.

« Tsu, POURQUOI ~ !! POURQUOI ESSAYES-TU DE ME TUER !!?? »

C’était une simple question.

…Même si elle ne me regardait plus comme une personne, je voulais connaitre la vérité derrière ses mots sans émotions.

« Pourquoi ? Ma réponse ne changera pas, peu importe combien de fois je la répète ! En obtenant ton corps, un corps possédant la force d’éliminer la Gardien du Donjon, la force d’annuler les pouvoirs du Roi Démon, je pourrais fabriquer un Outil ! Le chef d’œuvre de toute une vie ! Ainsi, mon nom sera gravé sur le monument en pierre d’Elmia, et je serais reconnu de tout Elmia. Non !! Je serais reconnu dans le monde entier ! Et ma réputation sera sans égal. »

Répondit-elle joyeusement, un sourire innocent sur le visage.

« Si la célébrité est ton objectif, alors tu en as déjà plus qu’assez ! »

« Ce n’est pas suffisant. Cette célébrité est celle d’avoir été ton compagnon magicien. Mon rêve est de voir mon nom gravé sur le monument d’Elmia, mais actuellement, c’est impossible. Seules les personnes ayant créé les meilleurs Outils Magiques de leur génération sont susceptibles d’être ajoutés au monument. »

Elle semblait désolée en expliquant cela, mais un instant plus tard, un espoir parcourut son regard.

« Alors s’il-te-plait, meurs pour moi. Honnêtement, j’en ai assez de jouer, et ma patience commence à atteindre ses limites. »

Ses yeux brillaient, son rêve juste devant ses yeux.

La seule condition pour que son rêve se réalise était ma mort ; quel égoïsme.

« Tu m’as trahi… pour une raison aussi futile. »

« Même si pour toi, il s’agit d’un rêve futile, pour moi c’est le plus important des rêves, desu~. L’existence du Roi Démon était déjà assez écœurante pour les habitants de ce monde, mais toi… »

En disant cela, le ton de sa voix devint celui d’un enfant rétorquant ; elle pensait que ses actions étaient justes, sans le moindre doute.

Et elle continua à cracher ces horribles mots.

« N’est-ce pas parfait ? Le Royaume est maintenant ton ennemi, et tu n’as aucun moyen de retourner dans ton monde puisque tu ne peux pas utiliser la magie. »

« FERME-LA ! Je trouverai un moyen de retourner dans mon monde !! »

« Tu es vraiment têtu, ne~ Mais c’est impossible. Puisque ton rêve a été [Détruit], aide-moi à exaucer le mien en devenant mon ingrédient. »

« Tch~ YUMIIIIIIIIIIS !! »

Je ne pouvais plus supporter davantage. Une part au fond de moi voulait encore croire en elle. Mais ces mots venaient de tout réduire à néant.

Il n’était plus possible de négocier avec la personne en face de moi. Elle était une ennemie, dont l’existence ne pouvait plus être tolérée.

« Vent Ardent – Dix Flash !! »

Tout à coup, un katana émeraude avec des reflets rouges, le [Katana Fauche-Onde], apparut et asséna une attaque en forme de croix.

Des lames de vent invisibles s’échappèrent de cette croix et assaillirent Yumis. L’attaque semblait difficile à défendre.

« [Eau, Vent, Feu, Explosion ! »

Yumis utilisa une Magie en prononçant simplement son Nom Magique, sans le moindre chant. La Magie explosa afin d’empêcher les Lames de Vent de l’atteindre.

L’explosion avait été causée par la décomposition de l’eau, obtenue par la Magie d’Eau, en particules d’hydrogène grâce à la Magie de Feu. Puis, les particules avaient été enflammées par l’électricité créée par le mouvement rapide de la Magie de Vent.

C’était moi qui avais imaginé ce principe. Il s’agissait d’une magie développée à partir de nos efforts combinés.

L’explosion résulta en un nuage de poussière, limitant le champ de vision.

Je savais qu’elle allait utiliser sa magie afin de garder sa consommation magique au minimum.

 « Enveloppe-moi de Ténèbres Eternels – [Mirage Fantôme]. »

Déversant ma magie dans l’épée [Lame Aile de Cigale] préparée à l’avance, je prononçai le Chant Magique.

Ainsi, des mirages de moi-même apparurent tout autour de moi. Nous nous écartâmes les uns des autres puis bondîmes tous ensemble hors du nuage de poussière.

Il était extrêmement difficile de différencier nos 5 Énergies Magiques, même pour Yumis.

« Tsk, [Montagne de Dards] !! »

Des 5 mirages créés, 3 d’entre eux, mon véritable corps inclus, coururent en direction de Yumis.

Celle-ci contre-attaqua en invoquant plusieurs dizaines de pics en pierre surgissant de terre.

Heureusement, ou malheureusement, la distance entre nous deux était courte. L’un des mirages essaya de détruire les pics, mais fut transpercé avant de disparaitre. Un autre mirage fut frappé au coude par un autre cône de pierre et disparut à son tour.

« Puisque les deux autres corps ont disparus, cela veut dire que tu es l’original. Ce sont des mirages formés par ton épée. Comme je le pensais, tu as presque épuisé tous tes PM. »

Un autre Éclair Vert frappa, traçant derrière lui une trainée verte.

Bien sûr, je parvins à l’éviter, mais l’objectif de Yumis n’était pas moi ou les mirages, mais l’arbre derrière nous.

Les mirages ne parvinrent pas à éviter les échardes de bois brûlé, et tous disparurent, ne laissant derrière eux qu’un nuage de fumée.

« [Terre, Feu, Cage] »

« BON S- tch !! »

Tout à coup, une cage en terre de forme ronde et aux barreaux de magma apparut autour de moi.

« Saa~. Cela clos notre petit jeu de cache-cache. »

« ……………………Ah, oui. C’est la fin. »

« Si tu restes à l’intérieur trop longtemps, tu seras brûlé vif, ce qui risque de réduire la qualité des ingrédients ; alors s’il-te-plait, peux-tu voir la réalité en face ? Deviens un ingrédient et meurs ! Ce serait bien moins douloureux que de mourir brûlé vif. »

Tout en disant cela, Yumis éclata de rire. Je n’avais pas d’autre choix que d’accepter qu’il s’agissait de son véritable visage.

Elle n’avait pas changé depuis l’élimination du Roi Démon, Leticia. Il s’agissait de sa véritable nature, depuis le départ.

Je l’avais rencontrée dans les rues d’Elmia et nous avions voyagé ensemble pendant plus de deux ans. Pourquoi n’avais-je pas vu son vrai visage plus tôt ?

Et pas seulement elle, mais aussi la princesse et tous les autres. Pourquoi n’avais-je pas remarqué ?

Depuis que j’avais vaincu Leticia, je m’étais répété encore et encore – pourquoi suis-je aussi idiot ? Qu’est-ce que je voyais ? Pourquoi n’avais-je pas vu avant ?

Je ne comprenais toujours pas. Peu importe le nombre de fois que je me répétais cette question…

« As-tu une dernière volonté ? Je suis prête à l’écouter. »

Peut-être était-ce parce qu’elle pensait que j’avais abandonné, que Yumis avait prononcé ces mots sur un ton aimable.

« Oui, mais rien que je ne souhaite te dire. Et même si je voulais te dire quelque chose, nous n’aurions pas assez de temps… Mais il semblerait que de nouvelles excuses seront à prévoir… »

« Qu’est-ce que… he !? Quoi !? Cette lumière !? [Foudre Ver————–……….. »

« A plus, sale psychopathe. »

Puis, une lumière m’enveloppa… et je disparus devant Yumis.

 

Lorsque la téléportation prit fin, j’avais traversé une large chaine de montagne ainsi que plusieurs lieux où j’avais combattu Yumis.

Il pleuvait légèrement. Puisqu’un corps mouillé diminuait plus rapidement en température, je devais trouver un abri.

Mon corps avait atteint sa limite.

Par chance, je trouvai rapidement une cave et pénétrai à l’intérieur. Après avoir confirmé l’absence de monstres, je m’assis par terre et tentai de débarrasser mon esprit des hallucinations créées par la téléportation.

« Fuaaa~ Haa… »

Récupérant un peu d’énergie, j’en profitai pour regarder l’état terrible dans lequel je me trouvais.

Plusieurs blessures profondes parcouraient l’ensemble de mon corps, et de larges quantités de sang dégoulinaient à travers mon équipement. A certains endroits, ma peau était lacérée, et certaines anciennes blessures s’étaient même rouvertes, tandis qu’à d’autres, la chair s’était déchirée et libérait des torrents de sang.

« Heureusement que je n’ai pas traitée cette personne d’idiote. Sinon, je pourrais actuellement être considéré comme un bien plus gros idiot~ »

Involontairement, je me mis à rire de moi-même.

Je pensais autrefois qu’il était impossible d’utiliser la Magie au-delà des PM existant, mais je me trompais. Même si les PM étaient vides, il était toujours possible d’utiliser la Magie à condition d’endurer la douleur aigue assaillant le corps.

Il existait une telle astuce.

Lorsque la Magie était utilisée sans PM, les PV étaient consommés et une douleur correspondante était ressentie.

Même si elle possédait naturellement une large quantité de magie depuis son plus jeune âge, et qu’une technique supprimait son pouvoir, sans PM, des ratés survenaient régulièrement. Si Leticia ne m’avait pas dit ça lorsque nous parlions du bon vieux temps, j’aurais eu du mal à m’échapper ainsi.

« Ah… je ne pensais pas avoir une dette envers elle, même après sa mort. »

Sortant une potion de PV et une potion de PM de mon [Épée Poche d’Écureuil Rond], je déversai la première sur l’ensemble de mon corps et engloutit en une gorgée la seconde.

Avec le peu de PM récupérés grâce à la potion, je pris aussi un rocher combustible que j’allumai avec mon épée spirituelle avant de le poser au sol. De la fumée commença à apparaitre. Sachant qu’un tel rocher combustible brûlait bien plus longtemps qu’un morceau de bois, le fond de ma pensée fatiguée ne put s’empêcher de ressurgir.

« Je te l’ai dit que j’étais étourdi, combien de fois devrais-je m’excuser avant que tu me pardonnes. »

Le visage en colère de Leticia apparut dans mon esprit, et spontanément, je ne pus m’empêcher de sourire.

« Ahh, je veux te voir…….. Je me sens tellement seul sans toi, Leticia. »

J’avais un rêve. Un rêve que je souhaitais réaliser, même pendant un court instant.

Je voulais emmener Leticia avec moi, retourner dans mon monde et y vivre une vie paisible.

Ma famille serait certainement surprise. Je ne savais pas exactement ce qui se passait de l’autre côté, mais si j’amenais Leticia avec moi, mon Père et ma Mère serait surpris.

Je me demandais d’ailleurs quel visage ferait mon imouto (petite sœur) en apprenant que j’étais enfin parvenu à me trouver une petite-amie. Mon frère, ma sœur et moi, nous partagions une bonne relation, mais j’ai soudainement disparu. Si j’arrivais à rentrer avec Leticia, ils auraient sûrement le bec cloué.

En voyant la beauté folle de Leticia, j’étais certain que Suehiko et Kenta seraient vexés au point d’en pleurer des larmes de sang. Même ce stupide Yuma et sa petite-amie, qui agissaient tout le temps comme deux tourtereaux, seraient abasourdis et me féliciteraient.

Cela risquerait de causer de nombreux problèmes, mais au moins, Leticia et son sublime sourire seraient à mes côtés.

Je me suis souvent dit que si un tel rêve…

Je me suis souvent dit que si un tel rêve devenait réalité…

Mais comme l’avait dit Yumis, il s’agissait d’un rêve qui n’allait jamais se réaliser.

Me plongeant tout entier dans ce rêve volatile, les alentours se recouvrirent de nuages gris avant de s’obscurcir.

Puis, ma vision se voila de ténèbres. A cet instant, je me rendis compte que je rêvais d’anciens souvenirs, et que j’allais bientôt me réveiller.

 

Ville Académique d’Elmia.

Comme son nom l’indiquait, il s’agissait d’une Ville spécialisée dans le domaine Académique, que le Royaume portait en grande estime.

Chaque pays possédait une ville spécialisée dans les Recherches Spéciales et servant aussi d’Institut d‘Éducation. Parmi ces villes, l’Institut de Recherche d’Elmia était célèbre pour son développement d’Outils Magiques, et les Marquis gouvernant Elmia et ses régions alentours étaient de formidables Maitre Magiques de talent.

Autrefois, il s’agissait d’une ville où se croisaient la plupart des échanges du Royaume, et parmi les biens rare et peu communs, différentes sortes de connaissances s’y étaient rassemblées.

De plus, l’environnement alentours permettait à de nombreux monstres d’exister, monstres dont les matériaux servaient de catalyseurs à la production d’Outils Magique, ce qui ne faisait qu’augmenter davantage la popularité de ces derniers.

Et puisque la ville s’était développée autour notamment de l’échange d’Outils Magiques, une industrie unique en son genre, la demande d’aventuriers récupérant les matériaux nécessaire à la production d’Outils Magiques avait augmentée, et cherchant à obtenir les méthodes de production de ces Outils Magiques, de nombreuses personnes s’étaient réunies dans la ville.

Maintenant, Elmia était l’une des villes les plus développées du Royaume.

A l’époque, les positions de Chercheur et d’Institut d’Éducation se concentrant sur les Outils Magiques avaient été formellement reconnues par le Roi, et les nobles dirigeant le territoire avaient été nommés d’après l’ancien dialecte les [Chercheurs de Savoir], Elmia, et la ville avait été nommée d’après ce titre.

Aujourd’hui, la ville était en avance industriellement, et servait à la fois de point d’échange et d’institution spécialisée dans les recherches d’Outils Magiques. Pour ces raisons, les marchands, érudits et aventuriers s’y rassemblaient. Il s’agissait ainsi de la ville possédant la population la plus variée du Royaume.

Il s’agissait aussi de la ville que nous venions enfin d’atteindre.

« Goshujin-sama, c’est le matin. Réveillez-vous. »

« ……………s’il-te-plait, donne-moi 5 minutes de plus. »

J’avais eu le pire des rêves possible, probablement parce qu’hier, j’avais revu son visage.

Dans mon profond sommeil, tandis que ma conscience était à moitié réveillée, j’avais entendu une voix et senti quelqu’un secouer mes épaules.

Et, sachant que cette voix appartenait à Minnalis, j’avais répondu de tels mots, encore à moitié endormi.

J’avais la ferme résolution de ne pas laisser ce rêve rester un rêve. Mais ce rêve restait quelque chose que je refusais d’admettre, dormant enfin dans un lit.

Depuis le début de ma seconde vie, je reconnaissais pour la première fois l’importance de dormir dans un véritable lit.

Des plumes de monstres gardant à la perfection la chaleur, enfoncées dans un oreiller en coton provenant de plantes de ce monde, et une couverture en soie fabriquée à partir de fils de vers à soir, pour finir sur un matelas mou, lui aussi créé à partir de fibres provenant d’une plante appelée Arbre Ressorts.

Je me demandais combien de temps je pouvais dormir dans un environnement aussi confortable.

Pendant presque plus d’un an, j’étais rarement resté dans des auberges, de peur d’y être attaqué. Tout ce que j’avais, c’était une fine couverture peu coûteuse ainsi qu’un tronc d’arbre sale en tant qu’oreiller et le sol dur et froid en guise de lit.

Je ne pouvais pas dormir sans maintenir de barrière, et je ne pouvais pas dormir profondément car je devais rester prudent.

Bien sûr, je ne venais pas de baisser ma garde pendant mon sommeil, et pourtant, j’avais pu dormir paisiblement en raison du haut degré de douceur et du faible degré de risque.

Une chambre avec double lit pendant 10 jours coûtait seulement une large pièce d’argent. Puisque mon environnement actuel était aussi plaisant, je ne voulais plus penser à ce rêve nauséeux.

« C’est pourquoi, s’il-te-plait, juste un petit peu plus longtemps… »

Murmurai-je en m’enfonçant toujours plus profondément dans le lit, plaçant l’oreiller sur ma tête.

« Hora~ ! Dépêchez-vous de vous lever ! Ne vouliez-vous pas vous rendre à la Guilde des Aventuriers aujourd’hui ? »

S’exclamant cela, Minnalis tira sur les draps tel un démon.

« Ughhhhhhh……… Rends-les moi……. »

« Pas question, ils sont déjà……à moi. Dans tous les cas, dépéchez-vous de vous lever ! »

Après m’avoir privé de ma couverture, Minnalis prit mon oreiller.

« AAAAAAAAAAaaaaaaa, Gaaaa~ je souffre……….. »

Même si mon oreiller bien-aimé et ma couverture m’avaient été volés, je restais dans mon lit, couché sur le ventre.

L’horrible femme-bête aux oreilles de lapin utilisa sa force extraordinaire et agrippa le bord du lit avant de tirer dessus sans le moindre regret, ce qui me fit tomber à la renverse.

Ne pouvant plus feindre le sommeil, je me levai du sol à contrecœur.

« Tu ne penses pas que c’était un peu trop violent, Minnalis-san ? »

« Je vous ai offert l’occasion de vous réveiller une première fois. C’est de votre faute si vous ne vous êtes pas levé lorsque que je vous l’ai demandé. »

……………….Y avait-il vraiment eu une première fois ? Ahh~ maintenant que j’y repensais, je me souvenais lui avoir demandé 5 minutes de plus.

« De plus, c’est vous qui m’avez dit d’agir ainsi si vous refusiez de vous lever. »

« Ai-je vraiment dit ça ? Non, c’est sûrement le cas. »

Je pouvais clairement me souvenir lui avoir demandé ça.

A la capitale, je m’étais permis de dormir plus longtemps puisque j’avais une apparence différente. J’avais donc fait une telle demande à Minnalis la nuit dernière pour ne pas m’y habituer.

De plus, la chambre que nous utilisions était une double chambre, et non deux chambres simples.

……………Bien sûr, c’était parce que Minnalis voulait éviter tout gâchis d’argent.

« Souhaitez-vous tant m’enfermer seule ? »

« Ahh, après tout, Goshujin-sama est un homme. Il est normal que vous souhaitiez parfois rester seul. »

« Ne suis-je pas une femme extrêmement compréhensive ? »

Ses yeux étaient devenus froids, et elle m’avait critiqué sans la moindre retenue. Au final, j’avais donc abandonné.

Elle n’avait absolument pas raison. Non, vraiment.

…………..J’avais donc choisi une double chambre à contrecœur, mais en y repensant, j’aurais probablement dû lutter.

« J’ai préparé le petit-déjeuner en empruntant la cuisine après avoir essayé de vous réveiller la première fois. Venez, descendons. »

« D’accord, allons prendre notre petit-déjeuner pour commencer. »

Je caressai le lit en laissant échapper un large bâillement lorsque tout à coup je sentis une aura terrifiante derrière moi qui me força à abandonner l’idée, détruisant ainsi toute dernière trace de sommeil ainsi que mon mauvais rêve.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                     Chapitre Suivant

Accueil

Une réflexion sur “Nidome no Yuusha – Chapitre 32

  • Avatar
    26 juin 2018 à 16 h 08 min
    Permalien

    Et ben, c’est qui est censé être l’esclave aux petits soins de son maître ? S’ils se mettent en couple après leur vengeance, Goshujin à intérêt a filer droit pour évité les scènes de ménage…

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :