Chapitre 2 : Le Héros Frappe Fort

 

« Bienvenue, nous vous remercions de votre venue Héros-sa….Ga~fu ! »

Lorsque j’ouvris les yeux, la cible de ma haine se tenant juste devant moi reçut un coup direct.

Mon poing entra instinctivement en action et frappa son ventre à pleine puissance.

Les cheveux argentés de la Princesse Alesia Aurelia se balancèrent et celle-ci recula de quelques pas avant de se recroqueviller en tenant son ventre.

Je voulais en fait viser son visage, mais puisque je gisais au sol, mon poing n’avait pas réussi à l’atteindre et elle n’avait pas reçu toute la puissance de mon coup.

« MAJESTÉ !! »

« PRINCESSE !! »

Incapables de comprendre la situation, les chevaliers furent momentanément abasourdis et coururent paniqués vers la princesse. Plusieurs chantèrent immédiatement des sorts de soins de classe inférieure et une faible lumière enveloppa la princesse.

En voyant un tel spectacle, je n’étais pas du tout satisfait.

Même si je n’avais pas utilisé d’arme et qu’il s’agissait d’un coup partiel sans force ni renforcement magique ou bénédiction, je ne comprenais pas comment elle était parvenue à recevoir mon coup sans équipement et à en sortir presque indemne.

Cette question apparut, et rapidement tout un tas d’autres suivirent instantanément.

« Uhh … oh ? Où suis-je ? C’est un rêve ? Je suis en train de mourir et je vois ma vie défiler devant mes yeux ? »

Alors que j’étais censé être mort, je ne voyais rien d’anormal avec mon corps.

Je ne voyais ni la marque de l’épée [Tueuse de Déités] normalement enfoncée dans mon torse, ni les vêtements que je portais à l’instant.

Mes vêtements actuels, je les portais 4 ans plus tôt, lors de mon premier voyage dans ce monde.

Il s’agissait de l’uniforme scolaire auquel moi, Ukei Kaito, j’allais.

« Enfoiré, comment as-tu osé ?! »

« Même si tu es le héros, nous ne pouvons pas te laisser blesser la princesse !! »

Les chevaliers pointèrent leurs épées vers moi, mais la pression qu’ils émettaient ne contenait pas le moindre désir meurtrier. Ils me considéraient probablement encore inexpérimenté au combat, alors la pression qu’ils émettaient était comme une douce brise.

Je les ignorai et essayai de comprendre la situation actuelle.

D’après mes alentours, je me trouvais actuellement dans la zone d’invocation du château situé au cœur de la capitale.

Mais un instant plus tôt, je me trouvais dans la partie la plus profonde de Ryuudouden dans les profondeurs de la région inexplorée, la Tombe Draconique.

La distance séparant les deux lieux était de plus de 10 000 kilomètres. En assumant qu’une magie de transfert ait été utilisée, il faudrait répéter une telle magie plus de 10 fois, une prouesse si incroyable que même le Seigneur Démon, un être célèbre pour sa quantité absurde de magie, ne pouvait réaliser.

Dans ce cas je voyais probablement ma vie défiler devant mes yeux … Nan, de telles illusions ne pouvaient pas exister.

Tout à coup, je ressentis toute la colère m’ayant envahie refaire surface.

S’il ne s’agissait pas d’un rêve ou d’une illusion, je ne pouvais malheureusement pas comprendre la situation actuelle.

« Oi, tu nous écoutes !? »

« Pas vraiment. »

« Qu… !? Enfoiré !! »

Comme une baffe sur la joue, le peu de fierté du chevalier fut endommagé par ma réponse sans enthousiasme. Son hostilité se transforma en véritable soif de sang et il pointa à nouveau son épée vers moi.

Toutefois, cette puissante soif de sang arriva sur moi comme un léger vent chaud.

Tandis qu’ils me pensaient incapable au combat, mon corps réagit instantanément et je courus vers eux.

« Eh ? Qu- !? »

Je marchai sur le pied du soldat le plus proche avant d’enfoncer de toutes mes forces mon coude dans sa gorge. Chaque mouvement fut réalisé sans la moindre retenue.

J’avais été invoqué puis considéré comme un héros pendant 3 ans.

Après avoir vaincu le Seigneur Démon, j’avais été poursuivi par le monde entier en tant que sacrifice du rétablissement d’après guerre pendant une année.

Une personne hésitante et n’étant pas habituée à délivrer des coups fatals ne pouvait pas vivre très longtemps dans un tel monde.

Les chevaliers se figèrent face à la scène inattendue. L’homme que je venais d’attaquer entra violemment en contact avec le mur, la gorge écrasée et de la mousse s’échappant de sa bouche. Il tituba avant de s’écrouler au sol.

« Ah ? Son cou n’a pas été arraché. Errr~… Son cou était protégé par un renforcement spirituel ? Nan, je n’ai pas ressenti une telle magie … D’ailleurs, mon corps me parait lourd ? Hmmmm ? »

Un silence de mort régnait dans la pièce, et seule ma voix était audible.

Peu importe son niveau de compétence ou sa force, même si je n’avais pas utilisé d’arme, le résultat aurait dû être différent.

Normalement, son cou aurait du se tordre en craquant. Toutefois, cela n’était pas arrivé.

« L-Lauren !! »

En quelques secondes à peine, les chevaliers sortirent de leur stupeur et accoururent aux côtés du chevalier tombé au sol. Ils s’empressèrent de chanter un sort de guérison et lui firent avaler une potion de soin de niveau intermédiaire.

« Est… Est-ce que quelque chose vous a déplu, Héros-sa… ma… »

La Princesse parvint à peine à parler tandis qu’elle venait à peine de vomir tout le contenu de son estomac, le visage complètement bleu. Elle fut tout à coup intimidée par la soif de sang que je laissai échapper par inadvertance.

Le visage pâle et allant légèrement mieux, elle parvint à murmurer ces mots. L’entendre fit surgir ma soif de sang qui intimida toutes les personnes présentes.

« En quelque sorte, Alesia. Comme prévu de la part d’une princesse. Je n’aime rien chez toi, cette voix, ces yeux, cette figure, cette attitude, je n’aime rien de tout cela. Je me sens malade rien qu’à t’écouter parler. »

Un chevalier, sentant arriver un grave danger, força son corps tremblant à agir. Il échangea à toute vitesse de place avec la princesse afin de la protéger, sans savoir que tout cela était inutile.

Car, pouvant bouger à une vitesse surhumaine, je n’étais plus là.

« Kyaarghhh ! Uggu~ … Khu~ … »

Je passai entre les chevaliers et courus vers la Princesse avant d’attraper son cou à une main et de la plaquer contre le mur.

« Je n’étais qu’un homme innocent invoqué ici par vos désirs égoïstes, forcé à endosser un rôle de héros. Si je tues à nouveau le Seigneur Démon, tout ce qui m’attend sont des accusations pour des crimes que je n’ai pas commis, des trahisons et des moqueries. »

« Qu… Que voulez-vous dire … kuh … huff … »

Tout était clair à mes yeux, je n’allais jamais oublier.

Aussitôt que le Seigneur Démon avait été tué, le monde s’était retourné.

Les Saints m’avaient reconnus comme l’ennemi de ce monde, des affirmations confirmées par le royaume. Et tous les crimes commis dans l’ombre avaient été placés sur mon dos.

Les compagnons ayant combattus à mes côtés, mes amis les plus proches, tous m’avaient trahi sans la moindre exception.

Les personnes que j’avais sauvé s’étaient mises à me jeter des pierres, à m’insulter, à me cracher au visage.

La princesse faisait aussi partie de ces personnes.

Une fois le Seigneur Démon vaincu, le monde était devenu mon ennemi, et tous mes alliés avaient disparus.

Parmi eux, la princesse prétendait être une alliée. Elle s’était approchée de moi en promettant de m’aider, de me donner un abri.

La vie de fugitif était une vie épuisante. Des changements aussi dramatiques pouvaient s’avérer si fatigants que j’avais facilement cru en cette proposition d’aide. Tout ça pour être au final trahi et moqué.

En pensant qu’il s’agissait d’un endroit sécurisé, j’avais été emmené vers une gemme de téléportation, où j’avais pu utiliser la magie pour entrer, mais pas pour sortir. Il s’agissait d’une pièce piégée au cœur d’un donjon.

Et en m’échappant après avoir risqué ma vie, j’avais reçu de nombreuses blessures graves qui prirent un temps considérable à guérir.

« Ah, après m’avoir piégé, moi, ton allié, tu m’as dit ‘’Je ne t’ai jamais trahi, je n’ai bien évidemment jamais été ton allié’’. Après tout, une personne venant d’un autre monde n’est pas un humain, ne m’avais-tu pas dit ça ? »

« Vraiment, je ne comprends pas ce que vous …… »

Ils m’avaient traité comme un idiot. Et en effet, j’étais un idiot.

J’aurais remarqué si je m’étais méfié d’elle, remarqué sa haine envers moi. Si j’avais simplement abandonné ce mot ‘’confiance’’, tout cela ne serait jamais arrivé.

Dans tous les cas, je pouvais clairement percevoir cette malice cachée profondément dans le cœur de la princesse maintenant. Tout cela était maintenant clair, même si elle paraissait maintenant confuse et souffrante.

Les mouvements, les contacts oculaires, la respiration, les changements d’expression.

Toutes ces choses me permettaient d’obtenir des informations afin de prédire les pensées et mouvements de mes adversaires en combat. Aucun désir malveillant ne pouvait m’être dissimulé.

« *Soupir*, tu as vraiment un masque épais sous ta peau. Bon, même si je ne comprends pas vraiment la situation, cela n’a pas l’air d’être un rêve ou une illusion. Peu importe, je réfléchirais de tout ça plus tard. »

Ah, j’avais par mégarde pensé à voix haute.

« Je ne sais pas combien de temps va durer ce temps bonus … Vraiment … »

Ma voix s’emplit petit à petit de joie et mon expression devint rapidement pure euphorie. Mon cœur se mit à battre de plus en plus rapidement, faisant trembler mon bras.

« Aa ……. Ugguhk …. »

Puis, mon animosité envers la princesse se fana rapidement.

J’ouvris ma main et la pression exercée sur son cou diminua. Elle tomba au sol sur son derrière et me regarda, les yeux empli de terreur. Mon image se refléta dans ses yeux et en effet, mon expression était distordue et inquiétante.

Mais tout allait pour le mieux. Tout allait bien.

Je voulais vivre éternellement dans ce magnifique monde. Car après tout, il était possible d’y devenir un héros.

Mais la fin de ce monde était marquée par la trahison et les accusations.

Les moqueries.

J’étais pur bien sûr, mais plus maintenant. J’avais déjà été brisé depuis bien longtemps.

J’avais juré et je jure toujours. J’avais juré de me venger.

Mon visage devait être celui d’un fou aux yeux des autres, totalement contraire à leur idée de l’honneur.

« P-Pitié … A-A l’aide ……. »

« Détestable. Je veux que tu souffres le plus possible, Alesia. »

« GYAU !! »

Gauche, droite, gauche, droite …. Je frappai son visage jusqu’à ce qu’elle perde connaissance et ne ressente plus rien. Je la frappai afin qu’elle souffre le plus possible.

« Enfoiré ! Gya !? »

« Gguuhkk !! »

« Alors ?! Votre si chère princesse se fait tabasser devant vos yeux, ne comptez-vous pas agir ? Huh ?! »

Pendant que la princesse se faisait passer à tabac, les chevaliers agirent enfin et je fus encerclé par 5, non, 6 chevaliers. Toutefois, un tel nombre m’importait peu.

J’enfonçai mon coude dans le joint de la jambe d’un chevalier, détruisant son centre de gravité. Ensuite, j’appliquai le plus de force possible afin de le faire souffrir et que son os se torde et se brise. Puis, je lui crevai les yeux, lui écrasai les oreilles et lui arrachai le nez.

« Ahaha …. AHAHAHAHA !! »

Mon corps me paraissait toujours lourd, léthargique, mais je n’avais pas besoin d’utiliser l’Epée Spirituelle.

Ils ne valaient même pas la peine d’être tués par mon Epée Spirituelle. De plus, je ne voulais pas tuer.

Je voulais me venger.

Je voulais qu’ils souffrent.

Je voulais qu’ils souffrent le plus possible.

Sinon, mon cœur ne connaitra jamais le repos.

« HAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHAHA !!!!!! »

Leurs cris de douleurs sonnèrent comme une musique à mes oreilles, cette sensation ne pouvait être arrêtée … C’était bien trop plaisant.

La voix ne s’arrêtait pas, elle voulait les tourmenter jusqu’à leur mort. S’ils s’évanouissaient, je pouvais simplement leur infliger plus de douleur jusqu’à ce qu’ils se réveillent.

C’était l’enfer pour les chevaliers.

C’était l’enfer pour la princesse.

Pour moi, c’était un paradis où tous mes rêves devenaient réalité.

Les rires ne se terminaient jamais. Ils n’allaient jamais prendre fin.

Les cris ne se terminaient jamais. Ils n’allaient jamais prendre fin.

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                Chapitre Suivant

Accueil

4 réflexions sur “Nidome no Yuusha – Chapitre 2

  • Avatar
    25 septembre 2016 à 23 h 30 min
    Permalien

    Y a que du bon ,que du bon QUE DU BON !!!!!

    Répondre
  • Avatar
    25 septembre 2017 à 15 h 35 min
    Permalien

    heu… ya probleme avec le chapitre ? ya que des —-Dy——-Dy——————-Y8b———–8,
    —Dy—— Dy———————–aa——–8b
    —aad8b——————————aad8b.

    Répondre
    • Avatar
      25 septembre 2017 à 17 h 55 min
      Permalien

      Non c’est normal, et temporaire, car un vol de novel a actuellement lieu. Si tu veux lire tout de suite le chapitre, tu peux le trouver sur Scanmanga. Désolé du dérangement 🙁

      Répondre
  • Avatar
    25 juin 2018 à 1 h 27 min
    Permalien

    La, on à des explications sur la trahison qui explique la folie meurtrière du personnage principal qui n’a pas été reprise dans les trois premiers chapitres du manga. Je comprends un peu mieux la psychologie du gus 🙂

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :