Chapitre 17 : Le Héros va un Peu Aider (1)

 

Les êtres vivants à l’intérieur de la cellule ne prirent pas longtemps à périr.

Tous s’étaient transformés en une pile de cadavres de gobelins. Ainsi, une partie de la vengeance de Minnalis venait d’être complétée. La passion de Minnalis venait d’être enflammée, et maintenant, la même passion devenue une partie de moi tremblait de joie et d’extase.

Mon corps lui-même tremblait à la vue de ces personnes transformées en monstres et forcées de dévorer la nourriture en sachant pertinemment que cela allait les mener à leur perte.

J’avais entendu les cris de douleurs du marchand et de ses esclaves, tandis que leurs corps se tordaient de douleur. J’avais entendu la lente agonie occasionnée par le poison. Face à tout cela, je pouvais ressentir ldes frissons parcourir mon échine.

 « Bien, très bien Minnalis. Faire naitre en eux un sentiment de faim, préparer une nourriture les transformant en monstres, puis les tuer en utilisant un poison présent dans cette même nourriture ! Comme je le pensais, mes yeux ne m’ont pas trompés. »

Ces compliments s’échappèrent inconsciemment de ma bouche.

J’étais satisfait au plus haut point. Cette fille avait vraiment réfléchi à la façon de faire souffrir au maximum ses cibles.

Mais les mots que je venais de prononcer n’étaient pas de simples paroles en l’air. Ils résultaient de ce qu’elle venait de me montrer.

La plaisante sensation née de l’accomplissement de la première partie de la vengeance de Minnalis parcourait nos deux corps.

« Ah, enfin… J’en ai enfin eu un, Mère. »

 Au centre de la prison, entourée de cadavres de gobelins, se tenait Minnalis, les deux mains contre sa poitrine.

Sa figure en prière dégageait une certaine solennité, et son regard paisible montrait qu’elle venait enfin d’achever sa vengeance contre l’une de ses cibles. Elle goûtait pour la première fois à la véritable vengeance.

Son apparence était celle d’un démon de juste vengeance.  Tandis qu’elle restait baignée dans ce sentiment d’accomplissement, je la regardais simplement sans parler, sachant que je ne pouvais pas me permettre de la déranger.

 

« Bon, tu es prête à partir ? »

Après quelques minutes, elle se trouvait toujours dans la même position, mais nous ne pouvions pas rester trop longtemps ici, je tapotai donc son épaule en prononçant son nom.

« ….Oui, merci. C’est grâce au pouvoir que vous, Goshujin, vous m’avez donné, que j’ai pu mener à bien cette vengeance. »

« Ce n’est pas grand-chose. Il ne s’agit pas d’une relation unilatérale. Ce que je veux avec toi, c’est une relation mutuelle. De plus, à partir du moment où tu as décidé de te venger, nous avons commencé à mener ensemble notre vengeance. Ta vengeance est ma vengeance, et ma vengeance est ta vengeance. Ne te l’ai-je pas déjà dit ? C’est notre contrat, ainsi, nous sommes complices. »

Expliquai-je, mais Minnalis secoua la tête.

« J’avais un choix, mais vous aviez le droit de décider. Ainsi, je vous ai choisi. Je vous ai offert mon désir de vengeance avec le même sentiment de gratitude. C’est grâce à vous que j’ai pu mener à bien cette vengeance. Je brûlais de rage, mais je ne pouvais qu’attendre la mort. Tout ce qu’il me reste, c’est ce désir de vengeance que je partage avec vous. C’est pourquoi, vous pouvez avoir tout de moi, à l’exception de ma vengeance. »

« Non, je n’ai pas besoin de tout ça. Calme-toi un peu. »

« Ahh~♪ Goshujin est méchant~♪ »

Minnalis s’approcha puis se blottit contre mon corps.

Même si elle mesurait une tête de moins que moi et possédait actuellement une piteuse apparence, elle émettait une aura étrangement séductrice avec ses yeus humides et ses joues rougies.

Kufufu~, son sourire charmeur émettait une atmosphère similaire à celle d’une bête venant de trouver sa proie.

Peut-être ressentait-elle toujours le mal de PM à cause de sa consommatione et récupération de PM répétée , manifestant ainsi ses instincts d’homme-bête jusqu’alors refoulés par sa raison.

Elle devrait bientôt retourner à la normale, et peut-être que son étonnant sex appeal disparaitra une fois calmée.

Je pouvais simplement l’ignorer lorsqu’elle était ivre, puisque de toute façon je ne voulais pas m’occuper d’elle dans cet état.

« Allons-y, ce n’était que la première partie de ta vengeance. Notre vengeance ne fait que commencer. Mets de côté ta gratitude jusqu’à ce que notre vengeance soit terminée, car ces sacrifices ne suffisent pas à calmer ma colère. »

« Oui Goshujin. Je n’ai pas encore utilisé le plein potentiel de mes pouvoirs. Je vais faire de mon mieux pour cuisiner des plats encore plus délicieux. Kufufufu~, ahh, j’ai plein de bonnes idées !! »

Est-ce qu’elle… redeviendra normale ? Est-il possible qu’elle reste ainsi à cause des diverses choses dont elle a souffert… ?

J’étais plutôt inquiet de l’état de Minnalis tandis que nous quittions le bâtiment. Midi venait de sonner, ce qui voulait dire qu’un peu de temps s’était déjà écoulé. Dans ce monde, les montres coûtaient cher, alors pour savoir l’heure, il fallait écouter les cloches des églises qui sonnaient 3 fois par jour. Sinon, il fallait essayer de deviner l’heure grâce à la position du soleil.

Après que j’aie confirmé que Minnalis se trouvait bien à mes côtés, nous entrâmes dans la rue principale afin de lui acheter des vêtements.

« Peux-tu dissimuler tes oreilles et ta queue ? Si tu ne peux pas, allons t’acheter des vêtements dans les taudis pour les cacher avant d’aller dans la rue principale. »

« J’ai récupéré quelques PM, je peux donc les cacher avec une illusion. »

Utilisant habilement sa magie, elle fit disparaitre en un instant ses longues oreilles de lapin et sa queue.

Même avec l’aide de la [Magie d’Illusion Niv.3], lancer une magie sans chant était extrèmement difficile ; elle n’avait à rougir de ses capacités devant personne.

« …… »

« Hya !? G-Goshujin !? »

Je me rendis tout à coup compte que je touchais l’endroit où se trouvaient avant ses oreilles de lapin.

Je pouvais les toucher malgré l’illusion, et le sublime sentiment de douceur m’était transmis.

« N~, Ah-, non, pas ici… »

« Ah, désolé. J’étais juste curieux. »

Je repris mes esprits et arrêtai en entendant la douce voix coquette de Minnalis.

Lors de ma première vie, j’avais seulement à l’esprit de tuer le Seigneur Démon et de retourner dans mon monde. Maintenant que j’y repensais, il s’agissait d’un véritable gâchis de temps.

« D’ailleurs, je ne t’ai pas dit ce que nous allions faire à partir de maintenant. Je prévois de quitter la ville en fin de journée. »

« Huff~, huff~, en fin de journée ? »

Demanda dubitative Minnalis, ajustant sa respiration en regardant le ciel.

Cette réaction était prévisible. Dans une heure, le soleil allait commencer à descendre.

Le trafic aux portes Nord, Sud, Est et Ouest allait être fermé au coucher du soleil, empéchant à quiconque d’entrer ou de sortir de la ville.

De plus, puisqu’il fallait au moins une demi-journée pour se rendre à la ville la plus proche, peu de monde quittait la ville en milieu d’après-midi et après.

« D’après mes expériences passées, mes cibles de vengeance sont nombreuses. La Princesse de ce pays, le Roi, la Reine, la Compagnie de Chevalier aussi… Mais j’ai déjà passé le bonjour à la princesse et aux chevaliers. Demain à la même heure, ils risquent de se mettre à parler, alors j’aimerai quitter la ville avant la fin de la journée. Pour l’instant, je ne suis pas assez puissant, et nous n’avons pas le temps de nous reposer. Ah, à ce sujet, que penses-tu de mes derniers instants, lors de ma vie précédente ? »

L’[Epée Sacrée de la Vengeance] ne lui permettait pas de voir tous mes souvenirs, elle ne savait donc pas ce qui m’était arrivé depuis le début de ma seconde vie. Mais si c’était le cas…

« Err, eh ? Maintenant que j’y pense, êtes-vous un fantôme ? Un héros ? Une menace publique ? Quel est ce souvenir exactement… »

« Oh, tu as donc reçu mes souvenirs jusqu’à ce que je meure ? C’est la même chose pour moi, je n’ai reçu que les expériences importantes. Pour le moment, nous n’avons pas le temps de discuter de tout ça, alors allons-y. »

M’écoutant confuse, elle acquiesça.

« Nous devons donc simplement acheter de la nourriture et des vêtements pour quitter la ville le plus rapidement possible. »

« Hm ? Oh non, tu n’as pas besoin de te presser, je ne prévois pas de partir avant la tombée de la nuit. Plus important, tu as accepté la royauté comme ennemi plus facilement que prévu. »

La Famille Royale était considérée comme le régant absolu de ce pays, et elle était aussi mon ennemie. Ainsi, c’était comme si la nation entière était mon ennemie.

« Certainement, c’était un peu surprenant au départ, mais grâce à vos expériences passées, nous savons tous les deux qui est l’ennemi cette fois-ci. De toute façon, peu importe qui sont nos ennemis puisque nous avons tous les deux décidés de nous venger d’eux, n’est-ce pas ? Qu’il s’agisse du Roi, de la Princesse, de la Reine ou des chevaliers, ce que nous avons à faire ne change pas. »

Visiblement excitée par l’idée de combattre un pays tout entier, elle se mit à sourire.

« …Ah, tu m’as eu cette fois-ci. J’ai dit quelque chose d’inutile. Mais je suis fier de t’avoir comme complice. »

Apparemment, une partie en moi continuait toujours à la sous-estimer. Sa résolution m’avait pourtant montrée qu’elle serait un parfait compagnon.

« Ah ! Oui, je suis tellement heureuse que vous m’ayez choisie comme complice, Goshujin. »

 Pendant un instant, Minnalis parut embarassée, mais remplaça instantanément son expression par un sourire. Son ivresse était probablement passée.

« Pour l’instant, nous devons nous occuper des vêtements. Puisque tes traits d’hommes-bêtes peuvent être cachés, il nous reste à préparer des vêtements, des armes, et bien sûr de la nourriture. »

« Comment allons-nous quitter la ville ce soir ? Les portes vont bientôt se fermer n’est-ce pas ? »

« Oh ? Ne t’inquiètes pas pour ça, il y a un petit trou dans les remparts par lequel nous pouvons fuir. »

« Un trou dans les ramparts ? Mais… »

Minnalis était abasourdie.

Puisque les remparts étaient censés protéger la ville d’une invasion de démons, un trou était un énorme problème. Puisque les murs possédaient plusieurs couches de magies d’auto-réparation pour empécher toute dégradation, l’existance d’un trou capable de faire passer une personne était inimaginable.

« Ne t’inquiètes pas. Actuellement, il suffit de tapoter un peu les murs pour qu’ils s’écroulent. Je sais ça très bien. »

 

Chapitre Précédent                                                                                                                                  Chapitre Suivant

Accueil

2 réflexions sur “Nidome no Yuusha – Chapitre 17

  • Avatar
    8 avril 2017 à 11 h 46 min
    Permalien

    merci pour le chapitre

    Répondre
  • Avatar
    8 avril 2017 à 12 h 08 min
    Permalien

    merci pour le chapitre

    Répondre

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :