Un ami qui ne vous veut pas que du bien

Mon Ami Dahmer de Derf Backderf rentre sans aucun doute dans la catégorie des BDs marquantes qu’on peut des fois avoir l’occasion de lire. Je profite de la hype autour de Ted Bundy, un autre tueur en série comme seuls les Etats-Unis savent en engendrer, pour vous parler de cet excellent roman graphique qui ne vous laissera pas indemne.

Imaginez avoir côtoyé un type un peu bizarre au collège et au lycée et découvrir quelques années plus tard que ce dernier est devenu un tueur en série avec un sobriquet aussi charmant que le  « Cannibale de Milwaukee ». C’est un résumé rapide du récit passionnant que nous livre Derf Backderf dans son roman graphique.

Fruit de vingt ans de réflexion et de travail, Mon Ami Dahmer est à la fois un récit journalistique extrêmement bien renseigné, la chronique façon « true crime » de la genèse d’un tueur en série et une sorte d’autobiographie où l’auteur croise son « ami Dahmer » tout au long de leurs adolescences dans une banlieue de classe moyenne blanche américaine on-ne-peut plus classique.

La grande force de ce récit, outre son style graphique très précis et reconnaissable, est la qualité de la narration sur laquelle a particulièrement insisté l’auteur : les faits et les chronologies sont précises au possible et le récit s’attache à décrire sans complaisance mal placée la descente dans le crime et la folie de Dahmer.

 

Extrait du prologue de Mon Ami Dahmer

 

Le rapport que l’auteur entretenait avec Dahmer est un autre élément clé du récit. Sans jamais l’avoir pris en grippe comme souffre-douleur, l’auteur reconnait qu’il l’a toujours considéré comme un élément comique un peu bizarre, un  personnage secondaire voire tertiaire gravitant autour de son cercle d’amis du lycée. Pas mal des anecdotes autour de Dahmer découlent de cette relation et ce sont d’excellents ajouts qui donnent du corps à l’histoire qui est racontée mais enfoncent le lecteur toujours plus profondément dans le malaise.

On se doute bien que ce récit n’est pas un long fleuve tranquille et on connait déjà l’issue : l’ami Dahmer que l’on apprend à connaitre au fil des lignes sera/est/fut un tueur en série. Reste que le chemin vers cette fin qu’on connait déjà est raconté avec beaucoup de brio et saura sans aucun doute captiver tous ceux qui tiendront un jour cette BD entre leurs p’tites mains plus ou moins moites.

C’est une BD que je recommande chaleureusement à tous les amateurs d’histoires criminelles, à ceux qui s’intéressent aux tréfonds de la psyché humaine et à tous ceux qui aiment découvrir à travers leurs lectures l’envers peu reluisant de l’American Way Of Life.

 

 

 

  • Une perspective novatrice sur l’histoire du tueur en série : L’auteur ayant connu Dahmer avant sa série meurtrière et étant lui-même journaliste, il est vraiment intéressant de le voir revenir sur les moments « avant la tempête » où son destin a croisé celui de Dahmer et vice-versa.
  • Un style graphique très caractéristique : Derf Backderf a vraiment l’art du détail et en même temps, son dessin est très lisible, parfait pour un récit comme celui-là.

  • Pas une BD à mettre entre toutes les mains : On y retrouvera beaucoup d’allusions à la torture d’animaux, le récit peu ragoûtant du premier meurtre de Dahmer et de nombreuses allusions à la consommation excessive d’alcool et de drogue.

 

Vous reprendrez bien une p’tite BD de plus ?! 

Dans un style tout à fait différent mais qui est aussi un superbe exemple de précision journalistique appliquée à la BD, je vous conseille Gaza 1956, en marge de l’histoire de Joe Sacco. On y retrouve les mêmes recettes : travail d’enquête d’une grande finesse et dessin très incisif au service du propos. C’est une véritable claque !

Sinon, je vous conseille également Trashed de Derf Backderf. C’est une BD en partie autobiographique sur les poubelles de l’Amérique et sur le métier d’éboueur. C’est à la fois drôle, désolant et en tout cas extrêmement divertissant !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :