Midnight Secretary, Tomu Ohmi

En novembre dernier est sorti l’édition perfect de Midnight Secretary, le manga de Tomu Ohmi. Précédemment édité par Soleil en 2010, j’étais passée à côté à l’époque parce que… Ca ne me disait pas. Mais la belle couverture m’a convaincu de donner une chance à ce titre !

Kaya est une jeune secrétaire parmi tant d’autres. Cheveux tirés en arrière, petites lunettes et tailleur impeccable, elle a tout pour ne pas se faire remarquer. Mais voilà, elle se retrouve propulsée au poste de secrétaire particulière du grand patron, un jeune homme très séduisant et très… Vampirisant ! Elle fera son maximum pour percer les lourds secrets de son nouveau patron vampire…

Plaisir coupable (et assumé)

Eh oui, il s’agit d’une série avec des vampires ! Ce n’est pas le choix qui manque sur ce thème… Sans démontrer d’une originalité sans faille, le premier tome est fluide, agréable à lire et drôle. Kaya est (un peu trop) dévouée à son patron, mais – comme elle – on ne peut pas s’empêcher d’en vouloir toujours plus et de souffrir de la situation. Aujourd’hui, on ne doute pas qu’elle finirait en burn out avec un tel patron (sorry, not sorry). Dès ce premier volume, on voit Kaya évoluer de secrétaire renfermée à une jeune femme plus épanouie. L’évolution de Kyôhei est également présente, même s’il ne fait nul doute que de nombreux retournements de situation les empêcheront d’être ensemble.

Le dessin est marqué « années 2000 » mais il a bien vieilli dans l’ensemble, et ne nous empêche pas de profiter de la lecture. La couverture de la réédition de Soleil est vraiment sympa. J’ose donc le dire sans aucune honte : j’ai passé un très bon moment de lecture. Midnight Secretary est une découverte que j’aurai probablement adoré au moment de sa première sortie.

Pour plus de chroniques manga, c’est par ici !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Quitter la version mobile