Mia London est un jeu de mémoire où vous allez incarner la fameuse détective pour trouver la féroce fripouille qui a commis l’affreux méfait. De 2 à 4 détectives de plus de 5 ans pour une chasse poursuite d’une dizaine de minutes.

Open the game box

Une boîte carrée avec sur la partie du dessus une magnifique illustration d’une table d’enquêteur d’un enfant de 5 ans et une Mia London songeuse sur les côtés. Il y a aussi un travail sur la partie du dessous de la boîte avec sur les côtés des morceaux de visage de la fripouille (yeux, bouche, …) et au fond de la boîte un de ses portraits.

miafripouille

Des cartes représentant 4 familles d’accessoires : chapeau, lunette, moustache et nœud papillon. Ces accessoires peuvent être de 5 sortes différentes, par exemple le chapeau peut être un haut-de-forme tout simple ou agrémenté d’une fleur, d’un bouton, d’une plume ou encore raccommodé de pièces de tissus. Des cartes épaisses et résistantes, très ‘soft’ dans les dessins mais pas moins jolies pour autant. On retrouve au niveau du recto des cartes l’esprit anglais.

cartes

Un Carnet d’enquête à spirales ressemblant fortement à nos pochettes d’art plastique au collège. A l’intérieur des bandelettes permettant de créer 625 portraits uniques. Un rabat fait office de marque page pendant le jeu, il nous rappelle également les différentes sortes d’accessoires. Ce carnet contient plusieurs petits croquis de notre fripouille violette ressemblant un peu à notre Mr Patate. Au dos des bandelettes des petites phrases à assembler ensemble à la manière d’un « cadavre exquis » pour déterminer le crime commis.

carnet

Find the scoundrel

Mettez de côté une carte de chaque accessoire sans en prendre connaissance, elles constitueront le portrait du coupable.

Un joueur (le plus vieux) va déterminer le crime en choisissant 4 bandelettes afin de constituer une phrase qu’il va lire à voix haute.

Vous allez prendre la pile des chapeaux et les faire défiler au centre de la table de manière à former 4 tas. Chacun doit apparaître 2 fois sauf celui de la fripouille recherchée. Une fois toutes les cartes vues et remises en pile face cachée, vous prenez votre carnet et tentez d’identifier l’accessoire manquant.
Vous faites ensuite de même avec les lunettes que vous allez disposer en 3 piles, puis les moustaches en 2 piles et enfin les nœuds papillons en une seule pile, de sorte que la difficulté augmente à chaque catégorie d’accessoires.

Celui qui identifie la fripouille la plus proche du coupable (le plus grand nombre d’accessoires en commun) remporte la partie.

jeu

Alors, crime passionnel pour ce jeu ou petit délit ?

Antoine Bauza et Corentin Lebrat ont déjà fait ensemble quelques pépites dans le passé dont Draftosaurus et une extension du fameux Takenoko. Ici, on est sur un jeu destiné aux plus jeunes, l’idée est simple mais couplée avec ce matériel il est franchement réussi. Il attire l’œil des parents qui l’achète et donne envie aux enfants de l’essayer, en prime on le trouve bon alors on y revient.

Une vraie cohérence sur ce jeu entre le titre, l’histoire et les dessins. Rien n’est oublié, tous les détails y sont. On peut juste se demander pourquoi la fripouille est une sorte de Mr Patate. J’ai bien compris que ce jeu fait parti de la gamme petits monstres mais j’aurais aimé comment dire ? Un monstre plus monstrueux peut être !

Il peut être adapté avec des enfants encore plus jeunes mais dans ce cas, ne proposer pas 5 sortes par accessoire mais réduisez à 3 par exemple.

 

  • Le nom de l’illustrateur n’est pas présent sur la boîte. Encore une fois, seuls les auteurs sont mis en avant.
  • Je n’aurais pas forcément choisi un monstre violet en malfaiteur. Mais c’est plutôt subjectif comme critique.
  • A voir dans le temps si le carnet à spirales tient la route. Les bandelettes ne sont pas si épaisses que cela et nos marmots de maternelle ne sont jamais très délicats !
  • Une variante ou une extension plus complexe que des paires serait appréciée pour nos plus grands (6 – 10 ans) afin que le jeu perdure dans le temps. Oui, la boîte attire cette tranche d’âge mais la rejouabilité pour eux est plus que limitée.

 

 

 

  • Le jeu est magnifique, tout est en cohérence.
  • Le matériel est original.
  • Un jeu de mémoire certes mais agrémenter d’observation et de déduction avec les paires.
  • Règles simples le rendant accessible à tous rapidement.

 

 

What else ?

Un jeu de mémoire encore et toujours mais de part son matériel original et ses magnifiques illustrations, il fonctionne à merveille.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :