Moriarty – Le chien des Ubervilles
Kim Newman

Editions Bragelonne

Bonjour/Bonsoir ! Il faut savoir que j’adore l’univers de Sherlock Holmes. Que ce soit les livres, les films, la série (enfin celle avec Benediiiiict Cumberbatch #Cumberbitch) je me lance à fond dedans (comme quand vous courrez dans la mer qui est fraîche et que vous êtes pleins de coups de soleil). Et j’aime particulièrement le personnage de Moriarty, j’ai même nommé mon chat d’après lui (photo ? non ? comment ça non ? ). Alors quand on m’a offert un livre consacré aux aventures de Moriarty j’ai crié (Aline pour qu’elle revienne) oui ! 

Déjà, prenons un moment pour parler des éditions Bragelonne. OH. MON. DIEU. Ce livre est d’une beauuuuutée sans nom ! Déjà les pages sont argentées, genre trop belles, ça pète dans le métro (j’en ai un autre à lire de chez eux et il est tout aussi beau vous verrez). Et de deux, la couverture est hyper stylisée avec ses reflets argents qui contrastent les tons froids du bleu, vert et gris. 

Bon, maintenant que je vous ai convaincu d’acheter le livre juste pour sa beauté parlons du contenu. Et un peu de son auteur d’abord : Kim Newman, ancien journaliste il se consacre rapidement à l’écriture, sa série phare est Anno Dracula mais vous connaissez peut être ses écrits via son pseudonyme Jack Yeovil qu’il utilise pour écrire dans l’univers de Warhammer.

L’histoire c’est celle des jumeaux diaboliques de Holmes et Watson : Moriarty et Moran. Sous forme de nouvelles, dont les titres sont inspirés des romans originaux, Kim Newman nous compte leurs aventures machiavéliques. 

J’avoue avoir été un peu déçue. Surement à cause du style d’écriture et du personnage de Moran que je trouve trop caricaturé. En voulant faire l’opposé de Watson, l’auteur en fait un personnage antipathique, dans les excès de façon constante : l’alcool, la chasse, les pulsion sexuelles,… Il conserve un certain humour qui pouvait être attribué à Watson, j’ai parfois ris sur ses réflexions ou à la lecture de son poème. 
Le personnage de Moriarty n’est pas assez exploité à mon goût, c’est vraiment un copié/collé du point de vue de Moran sur le professeur : extérieure. Tout comme Watson avec Sherlock. 

Ensuite les histoires, les titres sont amusants, au delà de ça c’est un nouveau copié/collé pour certaines (surtout la première et la dernière), dommage. Je pensais être happée par les intrigues comme pour les romans originaux, ce qui n’a pas été le cas, le rythme est trop lent. Le forme de nouvelles devrait donner de la dynamique mais la structure est presque toujours similaire : introduction qui annonce une histoire révélant tel ou tel trait de personnalité/découverte d’un personnage, histoire avec interludes de la part de Moran et retour sur l’introduction. 

La présentation de personnages, parfois inédit, donne un peu de dynamique. Tout comme les annotations fictives tout au long du livre. 

Pour une personne qui ne connait pas ou connait mal l’oeuvre originel je pense que ce livre peut plaire. Pour les autres, question de sensibilitée 😉

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :