Retour sur la soirée 100 % La Fabrique à Lauzach !

C’est en y arrivant à 18h, suite aux conseils de Stéphane, l’un des organisateurs de ce festival breton, que nous avons découvert pour la première fois l’endroit. Le Cube, une très jolie salle moderne, avec des statues et des décors issus des grands festivals européens d’electro/trance (on pense notamment au célébrissime Tomorrow Land). La scène, spacieuse va permettre un bon jeu sur scène de la part des groupes programmés ce soir. Mais justement, quels sont ces groupes programmés ?

11041675_1112128162138004_3679969948572954837_n

Ce soir au menu, nous aurons en entrée les rockeurs Kursed, en plat de résistance l’excellent groupe hommage à Led Zeppelin Crimson Daze et en dessert les british et étoiles montantes The Struts !

Le tout programmé par l’association bretonne La Fabrique, une bien chouette assos’ à découvrir ici

On rappelle au passage que des interviews des Struts et de Kursed seront disponibles dans la semaine ! (Les Struts probablement jeudi, et les Kursed en début de semaine prochaine !)

– Kursed –

Le quatuor Montpelliérain Kursed a répondu présent à l’appel de l’organisation. En effet, le groupe avait assuré la première partie de The Struts quelques jours auparavant au Rockstore, à Montpellier. Suite au désistement du premier groupe dû à une fracture du batteur, le groupe rock’n’roll les a remplacés au pied-levé !

Ayant pu les interviewer grâce à l’amabilité de Stéphane bien que cela n’était pas prévu à l’origine, nous aurons l’occasion de revenir sur le groupe dans une interview !

Concernant le live, nous étions en interview avec The Struts pendant une bonne partie de leur set. Une fois l’interview finie, nous avons tout de même accouru au devant de la scène, appareils photo en main. Étonnamment, et surtout contrairement aux concerts parisiens dont nous avons plus l’habitude, le public était assez espacé, ce qui laissait place à chacun pour danser librement sans forcément faire des pogos (arriver à pogoter sur du Ed Sheeran à Paris, c’est possible.). Très bon point donc !

L’ambiance rock’n’roll était à son summum dans la salle. Le son de Kursed était maîtrisé, les instruments puissants, la voix bien posée là où il faut ! Pour un groupe que je ne connaissais pas auparavant (considérons qu’écouter leurs plus gros titres sur YouTube trois jours avant le concert ne compte pas), il était très facile de rentrer dans le jeu scénique de la bande, et dans l’ambiance !

Après la vingtaine de minutes auxquelles nous avons pu assister, le groupe s’en va en saluant son public, qui se veut très chaleureux ce soir ! Tout est donc en place pour continuer à passer une excellente soirée.

Le groupe vient de lancer son KissKissBankBank pour son nouvel album, et vous pouvez découvrir tout ça ici-même !

Guitare - Kursed

kursed

 

 

 

 

 

 

 

 

 

– Crimson Daze –

Crimson Daze n’est pas un groupe. C’est un gang. En fait, le groupe fonctionne aussi bien à 4 qu’à 8. Nous avons eu le droit ce soir à la formation à 4, en format rock band, plus que mini orchestre à 8. Muni d’une guitare, d’une basse, d’une batterie et d’un chanteur à la voix en or, Crimson Daze va nous délivrer une heure de pur Led Zeppelin. Tous les titres importants de leur discographie y passeront (Stairway To Heaven, Whole Lotta Love, Immigrant Song…).

J’ai été personnellement épaté par la performance vocale de leur chanteur Michaël Mieux, qui tenait les notes d’une précision et d’une force, sur plusieurs niveaux sonores… Robert Plant n’aurait pas dit mieux ! Moyennement friand des groupes tribute à l’origine, ce concert m’a fait revoir mon point de vue là-dessus tellement l’ambiance était là. À défaut d’avoir pu voir « les vrais », Crimson Daze aura su contenter les fans et les moins fans de Led Zeppelin sans aucun problème. On peut aussi noter les performances et la virtuosité de leur guitariste Manuel Bichon. Aussi bien pendant des solos frénétiques et endiablés que pendant un passage en solo, pendant lequel ce dernier s’est amusé à transformer une guitare, qui est un instrument à cordes pincées comme vous le savez, en un instrument à cordes frottées, puisqu’il a joué de la guitare avec un archet. En plus ? C’était carrément joli à entendre !

Le set de Crimson Daze se clôturera après une bonne heure par un événement assez inattendu. Whole Lotta Love retentit, et c’est alors que Luke Spiller, chanteur de The Struts est appelé à la barre ! Luke arrive donc sur scène pour reprendre avec tout le groupe cette chanson mythique de Led Zep’, qui aura valu de nombreux applaudissements, et une grande ovation dans le public, qui était déjà très très chaud suite aux sets de Kursed et de Crimson Daze !

J’espère avoir la chance de revoir Crimson Daze un autre jour, peut-être dans une formation à 8, afin de les découvrir sous un autre angle, même si celui-ci était déjà très satisfaisant ! De plus, la sympathie et la gentillesse de Michaël se faisaient ressentir sur scène, ce qui donnait un vrai plus dans le show, on sentait que le groupe était vraiment là pour rendre un hommage, partager une passion.

Michal Mieux - Crimson Daze 2 Guitare arcjet - Crimson Daze
the struts x crimson daze Michael Mieux - Crimson Daze 3

– The Struts –

Il faut d’abord préciser que le groupe attendu par beaucoup ce soir, The Struts, était venu sans ingénieur son, ni manager ni rien, suite à un problème d’avion en Angleterre. Le groupe était là, livré à lui-même, pour sa toute dernière date française, et les membres se sont donc lâchés ! Après notre interview à 21h et la petite surprise du duo avec Crimson Daze (bon, on l’avoue, on était déjà au courant de notre côté, cela s’est décidé durant notre interview dans les loges des Struts !), la diva, l’excellent monsieur Spiller, accompagné de ses amis Adam (Guitare), Jed (Basse) et Gethin (Batterie) entre en scène ! Comme à son habitude, le groupe aime en faire sur scène et se donner à fond… Particulièrement pour cette dernière date comme ils n’ont pas manqué de nous le dire de nombreuses fois. Entre notre interview et le début de leur concert, le groupe est apparemment passé par la case « fête » et cela s’est bien ressenti au niveau de la setlist puisque celle-ci s’est vue raccourcie de quelques chansons… Luke, probablement le plus « fêtard » de tous a quand même tenu le show d’une façon spectaculaire ! Celui-ci a joué avec le public comme jamais ! Tout le monde chantait, il allait danser sur scène, faisait asseoir le public, parlait avec les personnes à l’avant car il ne savait pas où il se trouvait (les effets secondaires de « faire la fête ») «Hey you, where am I ? » « – LAUZACH ! – Nozach ? – NO. LAUZACH – Okay Lauzach ! », bref on a eu le droit à un Luke Spiller au meilleur de sa forme malgré la réduction de setlist et le temps entre chaque chanson, remplacé par de nombreux blabla avec le public, des chants, des chorales etc. Il faut dire que le live a été plutôt drôle de ce point de vue-là, aussi avec les efforts qu’il faisait pour tenter de parler en français avec son public.

Cela étant dit, le groupe a tout de même assuré ses plus grands tubes tels que Kiss This, Could Have Been Me, Put Your Money on Me

Malgré un petit raté au début de Kiss This sur la guitare d’Adam qui ne fonctionnait pas et le micro de Luke qui a fait un petit caprice en fin de concert, les garçons ne se sont pas laissé faire. Chanter sans le micro ? Chanter par terre, au milieu du public ? C’est ça être une rockstar avant tout ! On a donc eu droit à un petit passage de Luke, simplement muni de sa voix, sans micro, ce qui a permis pour beaucoup d’être séduits par sa voix, très naturelle et variée de multitudes de tonalités !

Le concert se finit donc après un rappel d’un bon quart d’heure encore, il est déjà 1h du matin mais le groupe n’a pas décidé d’en finir là, et revient avec son merch sur scène (puisque tous les membres de leur staff sont restés chez eux en Angleterre) pour le vendre, prendre des photos, signer des autographes… Exténués suite à une tournée de plus de deux semaines aux quatre coins de la France, The Struts aura tout de même su faire un show, d’un genre que je n’avais pas encore vu chez eux. Après un concert intimiste à la Maroquinerie et un concert de grande envergure au Stade de France, ce concert dans le petit village de Lauzach, avec tout de même pas moins de 350 personnes(source) dans la salle, aura su se démarquer par l’ambiance festive qui émanait du groupe. Les échos post-concert se sont vite fait entendre, « c’était génial », « quand est-ce que l’on remet ça ? … ».

Luke Spiller - The Struts - Ciel Luke Spiller - The Struts
Adam Slack - The Struts Luke Spiller - The Struts 2
Luke Spiller - The Struts 3 Luke Spiller pendant Crimson Daze(Photo issue du concert de Crimson Daze lors de leur duo)

 

Carton plein pour le festival de l’association La Fabrique dans cette salle qu’est le Cube cette année encore. On a hâte de voir la programmation que nous réserve l’an prochain, mais si c’est comme cette année, ce ne sera que du bon cru ! Encore merci à Stéphane, Jean-No, Denis et tous les bénévoles de l’association qui ont pu rendre un tel événement possible ! 

the struts x crimson dazePetit bonus : La version complète de Whole Lotta Love par Crimson Daze x Luke Spiller from The Struts. (à regarder en 720p60fps !)

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :