Il nous aura fallu un mois pour s’en remettre, mais nous y voilà. Nous avons enfin su trouver les mots pour partager notre expérience de la Release Party de “Pirates”, nouvel album du groupe Forest In Blood.

L’occasion pour l’équipe 404 de changer de registre, pour plonger dans l’univers du hardcore.

– The Ape King –

The Ape King @ Gibus Photographe © Romain Keller pour Error404

Comme de timides âmes égarées, nous regardons du fond de la salle le début du set de The Ape King. Le Gibus n’est pas encore très rempli et le public semble conserver une distance de sécurité avec la scène. Le groupe ne bronche pas et continue le show.

Suite à un enchaînement surement logique, mais qui nous a échappé, Boldo (au chant) s’attaque à quelques sujets politiques… Why not? De quoi décomplexer cette fin de première partie.

Le jeune groupe originaire de Lille n’a pas déchaîné les foules, plus faute à son passage très tôt dans la soirée qu’à l’énergie dépensée sur scène. Au passage ils viennent de sortir l’EP Failed Civilisation, si vous êtes curieux !

– Die My Demon –

Die My Demon @ Gibus Photographe © Romain Keller pour Error404

Le second groupe de la soirée se résume avec grâce et volupté par ces tendres mots prononcés par son chanteur : “SUCE MA BITE”.

Ce fait mémorable étant mentionné, parlons prestation. Musicalement le groupe est plus mature : déversant ses messages « poétiques » sur des mélodies travaillées et variées. Beaucoup de changements de rythmes qui valent une mention spéciale au bassiste qui étonne par la rapidité de son jeu au doigt… Comme quoi, savoir manier l’instrument est plus important que l’instrument en lui même.

Le chanteur Serge Vermeer n’a pas hésité à descendre dans le public pour lancer la machine, et ça marche : les premiers pogos se forment enfin… ce n’est pas qu’on commençait à désespérer, mais un peu quand même.

Peut-être, pour mieux nous embrumer l’esprit, une épaisse fumée envahit la salle pour créer une nouvelle ambiance. Ça tombe bien,  je commençais à manquer de challenge pour les photographies (parole de photographe).

– Broken Teeth –

Broken Teeth @ Gibus Photographe © Romain Keller pour Error404

Enfin! Un groupe non-francophone! Autrement nous nous serions presque cru aux Francofolies. (ou à la Main Stage 2 du vendredi du HellFest! )

La proximité entre les membres se fait très vite ressentir, quoique, c’est peut être plus dû au ratio taille de la scène/nombre de membres. Cinq musiciens au Gibus, avec 2 mètres de hauteur sous plafond, il ne faut pas trop sauter!

Nous n’avons pas su définir si c’était le labrador sur le t-shirt de Jason McMaster (chanteur du groupe) qui faisait autant saliver la foule, mais ça y est, le show est lancé. L’énergie déborde de partout. Pogo, high-kick sur le mur, ça bouge et ça bouge violemment, jusqu’à un circle pit d’une quinzaine de personnes.

Nous aurons même droit à un petit mic drop, et à un petit strip-tease du monsieur, pour notre plus grand régal auditif et visuel !

– Forest In Blood –

Nous les attendions et les voici enfin sur scène… Forest In Blood. Le groupe organise ce soir la Release Party de leur nouvel album “Pirates”.

Alors était-ce bien des pirates sur scènes?

 

Sans laisser planer le suspense OUI! Que ce soit pour la bouteille de rhum à la main, l’âge avancé ou la barbe (presque un peu trop) bien taillée. Déjà ces gars-là ne sont pas des gamins, leur dernier passage au Gibus date de 1998… nom de Zeus! À cette période ma collègue d’Error404 (Marie) n’était même pas née, l’équipe de France devenait championne du monde, et Facebook n’existait même pas… Je vous jure, ça date. Bon, rassurez vous, moi, j’étais déjà né.

Trêve de digressions, revenons à nos moutons, enfin nos pirates plutôt. Pour la sortie de cet album, le chanteur Elie Florentin demande au public de se mettre en “mode abordage”. et partage sa bouteille de rhum. De quoi boire à la santé du groupe et de ses fans!

Ni une, ni deux, ni trois zéro… Ok je quitte 1998…. Ni une, ni deux le public s’agite comme il faut et je décide même d’aller goûter aux pogos. Mon coccyx s’en souvient encore!

En tout cas, ce soir, nous avons droit à plusieurs scènes surréalistes comme celle d’un couple se lançant dans un slow parmi les t-shirts “There’s No God, Wise The Fuck Up”, “Sick Of It All” ou encore “Support Violent Dancing”. À l’instar de la scène de fin du film Fight Club… la sérénité au milieu du chaos.

Niveau musique le terme le plus approprié serait peut-être “destroy”. À la limite du punk à certains moments, le groupe français se donne vraiment à fond. Les différents membres n’hésitent pas à évoluer sur scène, voire même à aller chercher une autre bouteille de rhum. L’ambiance est bon enfant, avec un côté presque familiale des fans qui se retrouvent malgré les années qui ont coulés sous les ponts.

 

Nous vous invitons à écouter “Pirates”, signant le grand retour du groupe. Alors pour les amateurs et les curieux il vaut le détour.

Le groupe sera aussi de retour en concert le 15 décembre à Cherbourg, foncez !

– Sworn Enemy –

Sworn Enemy @ Gibus Photographe © Romain Keller pour Error404

108…

 

Quoi ça ne vous suffit donc pas? 108 décibels dans la petite salle du Gibus ça réveille les morts ! N’amenez pas votre grand-mère elle risque de retrouver la pêche !

C’est le cinquième groupe de la soirée et le public tient bon! Il y a autant de monde que pour Forest In Blood, mais l’ambiance est peut être moins familiale.

Néanmoins de nombreuses personnes dans le public reprennent les paroles des chansons, et nous remarquons dans la salle plusieurs fans prêts à se déchaîner. De quoi accompagner les headbangs du guitariste.

 

La conclusion? Un concert très différent de ce qu’on avait vu jusque là et que nous recommanderions à tous de voir au moins une fois. Hors des préjugés, le public est très varié et chacun y trouve sa place.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

%d blogueurs aiment cette page :