Ce soir, c’est un peu un revival de 2017 puisqu’on retrouve le duo mexicain Rodrigo Y Gabriela accompagné de Rodrigo y Gabriela dans un concert plus que complet !

– Mary Zoo –

Mary Zoo

Même première partie qu’il y a deux ans auparavant, Mary Zoo arrive sur scène en trio avec Mary au chant/guitare, et sa violoniste et violoncelliste. La première chose qu’on en retient, c’est que le public n’est pas du tout respectueux. On entend à volume quasiment équivalent le concert et un bourdonnement. Avec mes boules quiès (ne les oubliez pas en concert, ceci était un message préventif du ministère de l’audition !), j’ai d’abord pensé à un problème de réglage sonore qui donnait cette impression. Je les retire donc un instant et je constate ainsi qu’effectivement : il y a un énorme bruit de fond. Une grande partie de la salle déjà complète n’est pas attentif au set.

On profite tant bien que mal dans ce bruit ambiant ce que Mary Zoo propose. La chanteuse se montre moins timide que deux ans auparavant en échangeant quelques mots avec l’audience. On apprend que la chanson Licorne joué ce soir là avait été composée sous le cimetière de Montparnasse par exemple ! C’est ponctué d’anecdotes et de quelques titres du groupe comme Lantern ou Chandelier que le groupe quittera la scène après une demi-heure de show. On assiste en fin de compte à une prestation quasi identique à celle vécue deux ans auparavant, avec pour principal changement un line-up différent sur scène.

Mary Zoo aura en tout cas bien du mal à convaincre ce soir… On ne perd pas espoir pour le groupe en se disant qu’ils seront peut être de nouveau en première partie de R&G lors de leur prochain passage dans la capitale, déjà annoncés au 21,22 et 23 octobre 2019 au Trianon !

Mary Zoo

– Rodrigo Y Gabriela –

Rodrigo y Gabriela

20h55 et c’est déjà l’heure pour le duo mexicain le plus famous de France de rejoindre la scène de l’Olympia, après son sold-out sur celle du Bataclan deux ans auparavant. Le groupe arrive et commence sans plus attendre l’intro de leur concert par un duo avec Gabriela à la guitare acoustique/rythme et Rodrigo à la guitare électrique. En fond de leur arrivée, un écran géant sur scène dessine divers logos en rapport avec l’univers du groupe. L’écran restera ensuite pendant de nombreuses chansons, au point de se demander si celui-ci n’avait pas servi que pour l’intro… avant d’y revenir ultérieurement.

Rodrigo y Gabriela

Rodrigo parle de Electric Soul et du changement de leur process d’écriture en détaillant pendant plusieurs minutes la façon dont ce nouvel album a été réfléchi, avant de finir par un « oups i’m too serious, let’s get back to the show ». On aura donc pas le fin mot de l’histoire, mais la découverte en live d’Electric Soul , nouveau titre du duo.

On voit à l’écran une lumière accompagnée de quelques bruits étranges, en écho à la pyramide multicolore des Floyd… On comprend très vite ce à quoi nous attendre et cela n’y manque pas. Ce soir, nous n’aurons le droit qu’à une seule reprise du duo, mais quelle reprise ! C’est Echoes de Pink Floyd qui sera jouée pendant près de 20 minutes sans interruption. Un chef d’oeuvre du début à la fin avec un éclairage et une poésie qui ont rendu l’instant magique, certainement le moment le plus fort de tout le concert !

Après cette interlude floydienne, Gabriela raconte, dans un franglespagnol plutôt amusant, l’arrivée de leur nouvel album Mettavolution. Celui-ci vit le jour au Japon lors d’un de leur voyage. Pendant un running du duo, ils ont eu cette idée d’album. Elle évoque également un arbre et le numéro 10 (dont le sens nous échappera quelques peu malheureusement !). Mettavolution porte très bien son nom puisqu’il marque un tournant dans l’histoire de Rodrigo y Gabriela. Vous l’aviez peut-être remarqués plus haut dans ce report, mais Rodrigo joue tous les nouveaux morceaux de l’album sur une guitare electrique, là où nous étions habitués à un duo de guitare acoustique depuis des années !

En quittant la salle, R&G nous rappelle une nouvelle fois que leur nouvel album Mettavolution sort le lendemain, soit quelques heures après le concert. Quel excellent timing pour découvrir ces titres dont on a pu profiter en live en avant-première puisque tout l’album (7 titres, dont la reprise d’Echoes de Pink Floyd de 18 minutes) aura été interprété ce soir ! Bien évidemment, un concert de R&G sans Tamacun, chanson phare du groupe, cela n’aurait pas été un concert de R&G. C’est donc sur ce titre là que le public s’enflammera un peu plus en soutenant la mélodie d’applause !

Rodrigo y Gabriela

Le concert, deux ans plus tard, n’a pas pris une ride. Un peu plus « show » avec ses écrans et ses effets lumineux, on apprécie toujours autant le talent impressionnant de Rodrigo y Gabriela. L’ambiance aura été en revanche bien en dessous de celle de 2017 où nous avions eu mal aux mains à force d’applaudir en rythme et en continu pendant tout le show. Le public aura été moins respectueux (surtout pour Mary Zoo) et enclin à bouger. La faute à une météo morose par rapport à 2017 ou bien à la présentation du nouvel album pas encore sorti que personne ne connaissait ? On ne le saura jamais, mais on a hâte de revoir le duo du 21 au 23 octobre au Trianon de Paris !

Rodrigo y Gabriela

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!
%d blogueurs aiment cette page :